Laisserez-vous le destin jouer son rôle ?
 

Partagez | .
 

 Un soupçon de jalousie ~He Ran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« Invité » Invité
MessageSujet: Un soupçon de jalousie ~He Ran   Mer 14 Mai - 22:24

Un soupçon de jalousie

Tae He Ran & Goo Na Ya


Le 26 juillet 2013 à 10h30

Ce matin-là, Na Ya prit un chemin qu’elle connaissait par cœur depuis bien trop longtemps. Elle venait souvent au commissariat depuis qu’elle était revenue de France. Elle était venue quelques fois pour régler l’histoire avec Hyun Joong, mais venait actuellement de façon régulière pour des dépositions concernant ses protégés, ou pour aller chercher ses protégés aux prises avec la justice. Mais depuis cette époque, elle n’était jamais revenue sous la contrainte. Non, elle n’arrivait pas menottes aux poings. Elle venait sur convocation officielle. Elle ignorait totalement les détails et ne savait pas à quoi s’attendre ni ce qu’on attendait d’elle, mais elle était sereine. Elle n’avait rien à se reprocher.

Elle était tout de même passée au foyer, plus tôt que d’habitude, pour ne pas perdre de temps sur son travail et n’avait quitté les Amandiers qu’au dernier moment. C’était bien pour cela qu’elle avait son permis moto et qu’elle se déplaçait fréquemment en deux roues. Au moins, elle pouvait arriver rapidement à destination. En arrivant, elle croisa une jeune policière fumant une cigarette avec qui il avait sympathisé depuis sa prise de fonction au foyer. Elles discutèrent un moment d’une des anciennes pupilles de Na Ya qui avait de nouveau des ennuis avec la justice. Na Ya promit d’essayer de le recontacter pour tenter de le remettre dans le droit chemin, et elle fit promettre à la jeune femme de l’autre côté de la faire appeler s’il se retrouvait encore en fâcheuse posture. Elle savait se faire craindre et respecter, aussi avait-elle une petite chance de le faire réagir.

Puis l’heure arriva de quitter la jeune femme pour pénétrer dans le commissariat et répondre à la convocation. Elle se présenta à l’accueil, le visage neutre, prenant soin de faire claquer ses talons aiguilles sur le sol. Son petit tailleur beige fit le plus grand effet à la jeune recrue de l’accueil qui en perdit son latin, ou plutôt son coréen. Na Ya s’abstint pourtant de s’en amuser. Elle ne venait pas sortir un délinquant juvénile d’une cellule, elle venait pour une audition. La recrue la conduisit alors devant un bureau. La recrue tapa à la porte pour prévenir la personne qui devait l’auditionner puis l’invita à entrer. Un sourire à la recrue et la jeune femme pénétra dans le bureau. La porte se referma derrière elle tandis qu’elle reconnaissait He Ran.

« Tae He Ran, bonjour. »

He Ran n’aimait pas Na Ya, celle-ci le savait. Ce qui l’intriguait, c’était la raison pour laquelle elle ne l’appréciait pas.

« Je peux ? » demanda-t-elle avant de prendre place sur la chaise face au bureau de la sœur de sa meilleure amie ?

Elle croisa sa longue jambe et ses bras après avoir déposé son sac à main sur le sol.

« Tu aurais pu me passer un appel pour me dire pourquoi il fallait que je vienne. Ca m’aurait évité un trop plein de curiosité et j’aurais pu m’abstenir de porter ce tailleur toute la journée ! »

Na Ya soupira avant de sourire.

« Enfin je suppose que Soo Jin n’est pas au courant. Alors qu’est-ce qui m’amène ici ? Qu’est-ce qu’on me reproche ? »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Un soupçon de jalousie ~He Ran   Lun 26 Mai - 15:30


    Le 26 juillet 2013

    He Ran se retrouvait dans une situation délicate. Une situation qu’elle n’aimait pas du tout et qui la mettait sur les nerfs depuis la veille au soir.

    Elle avait bien été contente lorsque son supérieur l’avait mis sur une affaire qui sortait un peu de l’ordinaire. C’est du moins comme cela qui le lui avait vendu. La jeune femme avait cependant vite déchanté. Les cas d’incendie criminel la touchaient personnellement, et au plus profond d’elle-même. Elle avait beau s’être endurcie au fil des années, les flash-back de ce fameux jour ne cessait de lui revenir à l’esprit. Le salon de thé. En feu. Ses parents. Des clients. La perte d’êtres chers…La nausée s’emparait d’elle en parcourant les différentes photos prises sur le lieu de l’accident. Jusqu’à ce que ses yeux se portent sur le nom de famille des victimes. Et sur celui de la potentiel suspecte. Goo Na Ya.

    Un juron s’échappa des lèvres de la jeune femme. Fort heureusement, cette dernière se trouvait seule dans son bureau, il n’y avait personne pour entendre ces vilains de sa bouche. Avec un soupire désespéré, He Ran se prit le visage entre deux mains et réfléchit à toute vitesse. Na Ya. Na Ya était impliquée. Ce bout de femme n’était pas quelqu’un qu’elle portait particulièrement dans son cœur. C’était une connaissance, quelqu’un qu’elle connaissait depuis son plus jeune âge, mais qui était proche de Soo Jin, sa grande sœur. D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, He Ran n’avait jamais pu ignorer ce sentiment de jalousie qui s’emparait d’elle à chaque fois qu’elle croisait Na Ya. Elle avait sans cesse l’impression que cette dernière lui volait Soo Jin. C’était stupide, et puéril. Mais aujourd’hui encore, elle avait toujours du mal lorsqu’elle croisait son chemin.

    Leur dernière rencontre ne s’était pas passée dans un climat très propice au rapprochement. He Ran avait certes filé un coup de main au mari de Na Ya, mais ce n’était pas pour autant qu’elle s’était liée d’avantage à la jeune femme. Elle la trouvait trop frivole, trop libertine. Elle avait une personnalité qui, de toute manière, ne lui plaisait pas. Ce n’était toutefois pas une bonne raison pour se réjouir d’avoir son nom dans le dossier qu’elle avait sous les yeux. He Ran se retrouvait dans une situation délicate, mais elle n’avait pas le choix : elle devait faire son travail.

    En parlant avec son supérieur, He Ran apprit que Na Ya avait déjà été convoqué au commissariat et qu’elle était sans doute en route. Cette constatation la fit grimacer mais elle le remercia et donna ensuite la consigne qu’on redirige Na Ya dans son bureau dès qu’elle serait là. En attendant, elle alla s’enfermer et étudia le dossier plus en détails, tout en essayant d’ignorer ce sentiment de mal être.

    Une heure plus tard, on frappa à sa porte. La policière sursauta de surprise. Elle n’avait pas vu le temps passé. Elle eut tout juste le temps de se redresser qu’une recrue pénétra dans son bureau, très vite suivis par Na Ya. Na Ya dans toute sa splendeur, tailleur beige et talon aiguilles. Vision qui agaça He Ran d’avantage alors qu’elle jetait un coup d’œil à ses bottines plates et son tailleur sombre. Encore une fois, elle faisait pâle figure à côté de son aîné.

    Le policier s’effaça bien rapidement, referma la porte derrière lui, les laissant ainsi seule toutes les deux. Par politesse, He Ran se leva tout de même pour saluer Na Ya.

    - Tae He Ran, bonjour.
    - Bonjour Na Ya… Ça fait longtemps…
    - Je peux ?
    - Je t’en prie…

    Dit-elle en désignant la chaise et en s’asseyant à son tour. Après quoi, elle rassembla rapidement et méthodiquement les différentes feuilles éparpillant et constituant son dossier, dans le but de les extraire à la vue de Na Ya. Cela lui laissa également le temps de se reprendre et d’adopter un comportement plus professionnel.

    - Tu aurais pu me passer un appel pour me dire pourquoi il fallait que je vienne. Ca m’aurait évité un trop plein de curiosité et j’aurais pu m’abstenir de porter ce tailleur toute la journée !

    Sa réponse reporta une nouvelle fois l’attention d’He Ran sur sa tenue alors qu’elle répondait de la façon la plus neutre possible :

    - Un coup de fil n’était pas assez officiel pour ce que j’ai à t'annoncer et à te demander.
    - Enfin je suppose que Soo Jin n’est pas au courant. Alors qu’est-ce qui m’amène ici ? Qu’est-ce qu’on me reproche ?

    Décidément, He Ran n’aimait pas la tournure des évènements. Pourquoi avait- elle ressenti le besoin de parler de Soo Jin ? En quoi cela concernait sa sœur ? En rien ! Quant à sa dernière question, elle était tellement pleine d’ironie, comme si elle savait d’avance qu’en vue de ses antécédents, elle n’était pas là pour une simple visite de courtoisie. He Ran se pinça les lèvres et se laissa aller contre son siège. Elle allait lui annoncer quelque chose de grave, mais elle n’était pas sûre que Na Ya réagisse comme tout le monde devrait le faire…

    - C’est au sujet de tes parents… Je suis désolée de te l’annoncer comme ça mais… ils ont été retrouvés mort hier dans la journée. Ils sont morts dans un incendie…

    La policière examina attentivement le visage de sa vis-à-vis, afin de dénicher le moindre signe qui pourrait la trahir.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Un soupçon de jalousie ~He Ran   Sam 28 Juin - 16:27

- Un coup de fil n’était pas assez officiel pour ce que j’ai à t'annoncer et à te demander.

Cette phrase piqua la curiosité de l’éducatrice. Elle fit mine de ne pas s’intéresser plus que cela à cette phrase. Elle préféra continuer comme elle l’aurait fait dans n’importe quelles autres circonstances, sachant pertinemment que l’officialité de la chose ne présageait rien de bon. Quoiqu’elle ne se sentait pas plus inquiète que cela puisqu’elle savait Hyun Joong en sécurité, tout comme Hye Sun. Ils étaient les deux essentiels de Na Ya. Le reste n’avait que peu d’importance.

- C’est au sujet de tes parents… Je suis désolée de te l’annoncer comme ça mais… ils ont été retrouvés mort hier dans la journée. Ils sont morts dans un incendie…

Na Ya resta bouche bée. L’information était difficile à comprendre. Elle s’était attendue à bien des scénarios, mais celui-là n’avait pas même traversé son esprit. Ses parents étaient morts, dans un incendie. Elle n’avait pas pensé un seul instant qu’on aurait pu lui parler d’eux. Elle ne leur avait plus adressé la parole depuis qu’elle était revenue de France et ne les avait plus vus depuis que Hyun Joong et elle avaient enfin pu quitter la maison dans laquelle ils avaient grandi. Elle était partagée entre la surprise et l’indifférence. Elle se fichait bien de leur sort. Vivants ou morts, c’était du pareil au même à ses yeux. Néanmoins, elle se ressaisit et, affichant un air parfaitement neutre, elle fixa He Ran.

« Morts dans un incendie, » répéta soigneusement l’aînée.

Il avait suffi d’un incendie pour venir à bout de ces deux êtres d’apparence parfaits mais en réalité parfaitement détestables. Na Ya aurait pu en rire, mais elle s’en abstint. He Ran semblait méfiante. Na Ya n’eut besoin que d’un instant pour comprendre l’air soupçonneux de la jeune policière. Elle arqua un sourcil et un sourire ironique vint étirer ses lèvres.

« Tu me soupçonnes... »

Elle laissa alors un petit rire se faire entendre. C’était la meilleure. Jusque dans la mort, ils allaient être des boulets à ses pieds. Enfin elle comprenait bien pourquoi elle était suspectée. Il était de notoriété publique qu’elle n’avait plus de rapports avec ses géniteurs depuis son mariage, et certains de leurs voisins s’étaient amusés à inventer des raisons à cela. Aucun n’avait jamais vu juste.

« Sérieusement, He Ran. Je suis mère de famille, thésarde, éducatrice dans un foyer pour mineurs. Réfléchis deux secondes. Tu crois vraiment que j’aurais pris le risque d’aller déclencher un incendie ou d’en faire déclencher un pour me débarrasser de mes parents ? »

Na Ya avait retrouvé tout son sérieux. Passée la surprise et l’amusement provoqués par la situation, elle se sentait quelque peu agacée voire légèrement en colère.

« Tu es bien placée pour savoir que je ne leur ai plus parlé depuis plusieurs années, et ta sœur sait pourquoi j’en suis arrivée là. Si j’avais voulu les abattre, je l’aurais fait à l’époque où je n’avais rien à perdre. »

Na Ya n’était pas du genre à faire attendre ses vengeances. Et surtout, elle n’était pas du genre à tuer qui que ce soit.

« Je sais que tu ne m’aimes pas, mais de là à m’accuser d’avoir fait brûler mes parents... »

Non, Na Ya n’était pas satisfaite du tout. Elles se connaissaient depuis toujours, et malgré leur manque d’affinités, jamais elle n’aurait pensé deviner ce genre de soupçon dans le regard de la sœur de sa meilleure amie. Elle était déçue. Et peut-être un peu blessée.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Un soupçon de jalousie ~He Ran   Mar 26 Aoû - 10:31

    Alors que He Ran annonçait la terrible nouvelle à son « amie », elle ne manqua pas d’observer la moindre de ses expressions, en quête d’un indice l’éclairant sur la culpabilité de Na Ya. Cette dernière avait beau être…particulière, et avoir des mœurs discutables, elle n’en était pas pour autant une meurtrière. Mais qui, au fond, pouvait se vanter d’avoir percé un tueur à jour rien qu’en s’attardant sur son apparence ou son comportement ? He Ran se souvenait de toutes les fois où on lui avait dit : « C’est un choc quand même… c’était une personne sans problème, toujours gentille, polie… Jamais on n’aurait imaginé qu’elle puisse faire cela. »

    Pour cette raison, et malgré le fait qu’elles se connaissent depuis si longtemps, la policière n’écartait aucune piste, aucune possibilité. Pouvait-on vraiment parler de piste, d’ailleurs ? Pour le moment, Na Ya était la seule suspecte, et elle avait le meilleur mobile possible…

    La jeune femme fit d’abord bouche bée à l’annonce de la mort de ses parents. Jouait-elle la comédie ? He Ran n’aurait su le dire. Na Ya semblait trop maitre d’elle pour laisser ses émotions parler pour elle. Pourtant, pendant une fraction de seconde, la policière ressentit un léger remord. Elle n’avait pas été des plus délicates pour annoncer une telle nouvelle. Na Ya n’aimait peut-être pas ses parents, ils n’en restaient pas moins des membres de sa famille.

    - Morts dans un incendie.

    Etait-ce une question, ou une affirmation ? Toujours est-il qu’He Ran décroisa ses jambes avant d’hocher de nouveau la tête. Elle continuait à arborer une expression neutre (du moins l’espérait-elle), attentive aux réactions de Na Ya. Cette dernière finit par arquer un sourcil et arborer un sourire qui ne plut pas du tout à la jeune policière.

    - Tu me soupçonnes...

    He Ran ouvrit la bouche pour répondre du tac-au-tac mais fut coupée dans son élan par le rire de son interlocutrice. Un rire qui lui fit froid dans le dos quand elle réalisa à quel point elle s’était trompée. Na Ya n’était pas du tout touché par la mort de ses parents. Elle avait uniquement l’air surprise.

    - Sérieusement, He Ran. Je suis mère de famille, thésarde, éducatrice dans un foyer pour mineurs. Réfléchis deux secondes. Tu crois vraiment que j’aurais pris le risque d’aller déclencher un incendie ou d’en faire déclencher un pour me débarrasser de mes parents ?

    Au fur et à mesure de ses explications, Na Ya sembla changer d’humeur, finissant clairement agacée d’être soupçonnée par la police. He Ran ne se démonta pas devant sa colère, bien au contraire. Elle prit appuis sur son bureau, les avant-bras posés sur le bois avant de se pencher légèrement en avance. Ses yeux acérés ne quittaient toujours pas Na Ya alors qu’elle énonçait calmement :

    - Tu es la suspecte numéro 1, Na Ya. Mes collègues n’ont même pas eu à interroger d’eux même les témoins. Ces derniers ont spontanément parlés de toi quand ils ont compris que l’incendie n’était pas accidentel. Alors oui… je te soupçonne. Et j’ai toutes les raisons de le faire. Et m’étaler ton Curriculum vitae ne changera rien du tout…
    - Tu es bien placée pour savoir que je ne leur ai plus parlé depuis plusieurs années, et ta sœur sait pourquoi j’en suis arrivée là. Si j’avais voulu les abattre, je l’aurais fait à l’époque où je n’avais rien à perdre.

    He Ran claqua le bout de sa langue sur son palet alors qu’elle se redressait et se calait de nouveau dans le dossier de son siège. Bras croisés, elle eut une moue agacée alors qu’elle reprenait la parole :

    - J’apprécierai que tu n’impliques pas Soo Jin dans cette histoire. Il s’agit de mon enquête. Je dois faire mon travail, et évoquer ma sœur ne t’aidera en rien... Quant à tes prédispositions pour abattre tes parents…

    Un soupire s’échappa des lèvres roses de la policière. Elle prit le temps de marquer une pause, comme si elle réfléchissait, alors qu’au fond, tout était déjà calculé depuis longtemps.

    - Un crime, ça ne se prémédite pas toujours. Tu avais peut-être de meilleures occasions pour les tuer il y a quelques années, et ce n’est peut-être pas à ton avantage aujourd’hui, mais ce genre de chose ne se contrôle pas. La colère, la vengeance, la rancune. Il suffit d’une discussion, d’un mot pour tout déclencher et faire basculer la balance, Na Ya…

    En face de la policière, Na Ya passait par diverses émotions, mais He Ran n’arrivait pas à mettre un nom dessus. Elle s’était toujours vantée de cerner parfaitement les gens rien qu’en les regardant, mais elle n’y arrivait pas avec Na Ya. Etait-ce parce qu’elle était elle-même personnellement impliquée ? Etait-ce à cause de tous les ressentiments qu’elle éprouvait à son égard ? Peut-être n’était-ce pas une bonne idée de s’occuper de cette affaire. Elle n’avait pas envie de finir blessée d’une façon ou d’une autre.

    Soo Jin allait lui en vouloir. Elle allait l’engueuler, peut-être même plus. He Ran ne voulait pas en arriver là, sa sœur était tout ce qu’elle avait de plus précieux avec Sung Ki. Mais c’était son travail…

    - Je sais que tu ne m’aimes pas, mais de là à m’accuser d’avoir fait brûler mes parents...

    He Ran eut la décence de rougir un peu, alors que leur regard se croisait pour ne plus se quitter. C’était à celle qui abandonnerait en premier, mais He Ran n’était pas prête à détourner le regard. Na Ya avait conscience du fait qu’elle ne l’aimait pas. Ce n’était pas une surprise en soit. C’était toutefois embarrassant d’être à ce point transparente. Elle aurait pu être de mauvaise foi et prétendre que Na Ya se trompait mais à quoi bon ? Ce n’était pas son genre, et elle aurait l’impression de perdre son temps. Elle prit donc une profonde inspiration avant de répondre :

    - Il ne s’agit pas de moi ou de ce que je peux penser de toi. Ce n’est pas moi qui aie mis ton nom dans mon rapport, mais les circonstances. Inutile de m’accuser de ne pas être objective…

    Le fait qu’elles se connaissent était peut-être le seul avantage de Na Ya, si on y réfléchissait bien…
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Un soupçon de jalousie ~He Ran   Sam 6 Sep - 12:09

- Tu es la suspecte numéro 1, Na Ya. Mes collègues n’ont même pas eu à interroger d’eux même les témoins. Ces derniers ont spontanément parlés de toi quand ils ont compris que l’incendie n’était pas accidentel. Alors oui… je te soupçonne. Et j’ai toutes les raisons de le faire. Et m’étaler ton Curriculum vitae ne changera rien du tout…

Pour un peu, Na Ya se serait réellement énervée. Voilà qui était parfait. Une personne de bon sens avait fait disparaître de la surface de la terre deux personnes qui le méritaient et c’était vers elle qu’on se tournait. C’était pénible, réellement, et elle n’avait qu’une seule envie : s’en aller sans un mot. Elle savait qu’hormis des soupçons, ils n’avaient rien contre elle. S’ils avaient eu une quelconque preuve, ils seraient venus la chercher directement chez elle ou à son travail.

- J’apprécierai que tu n’impliques pas Soo Jin dans cette histoire. Il s’agit de mon enquête. Je dois faire mon travail, et évoquer ma sœur ne t’aidera en rien... Quant à tes prédispositions pour abattre tes parents…

Na Ya s’abstint que rétorquer quoique ce soit pour ne pas envenimer la situation. Elle ne put qu’attendre en contemplant le silence laissé volontairement par la jeune policière.

- Un crime, ça ne se prémédite pas toujours. Tu avais peut-être de meilleures occasions pour les tuer il y a quelques années, et ce n’est peut-être pas à ton avantage aujourd’hui, mais ce genre de chose ne se contrôle pas. La colère, la vengeance, la rancune. Il suffit d’une discussion, d’un mot pour tout déclencher et faire basculer la balance, Na Ya…
« Pour cela, il aurait fallu que je les revois, ou que j’ai un contact quelconque avec eux. Ou encore que je parle d’eux. Sauf que si tu me connaissais, tu saurais qu’ils n’ont aucune importance pour moi, que je ne parle jamais d’eux, et que je ne pense jamais à eux non plus. »

S’engagea entre les deux femmes un duel de regards que ni l’une ni l’autre ne comptait perdre, jusqu’à ce que Tae He Ran reprenne la parole.

- Il ne s’agit pas de moi ou de ce que je peux penser de toi. Ce n’est pas moi qui aie mis ton nom dans mon rapport, mais les circonstances. Inutile de m’accuser de ne pas être objective…

A son tour, Na Ya posa ses coudes sur le bureau de l’enquêtrice pour la fixer de plus près.

« Bien, je n’ai donc pas de souci à me faire puisque je n’ai rien à me reprocher. Le fait que tu ne m’apprécies pas ne fera pas de moi une meilleure suspecte. Et tu me traiteras comme si tu avais en face de toi une fille qui a rejeté ses parents pour vivre sa vie, fonder sa famille, et vouer sa vie à la protection des faibles. N’est-ce pas ? »

C’était une bonne façon de la résumer. Cependant, elle ne pensait pas la petite sœur de sa meilleure amie capable de cela. Elle se redressa alors.

« Plus sérieusement. Vous cherchez dans la mauvaise direction. Vous n’avez aucune idée de ce dont ces gens sont, ou plutôt étaient, capables. J’ai gardé un de leurs secrets, ça ne m’étonnerait pas qu’ils en aient eu d’autres. Ce n’était pas des gens biens contrairement à ce que tout le monde pense. Ils n’ont pas hésité à nous exiler Hyun Joong et moi pour protéger leur réputation. »

Elle soupira en leva les yeux au ciel. Elle ne pouvait s’empêcher d’être curieuse à propos des circonstances.

« Je côtoie des gens comme eux très souvent avec mon travail. Des gens qui donnent le change et paraissent bien sous tout rapport alors qu’ils sont en réalité de vraies pourritures… »

Na Ya se perdit un instant dans ses pensées, en imaginant ce qu’aurait pu être sa vie si quelqu’un avait su pour elle et son père. Elle ne regrettait pas sa vie actuelle qu’elle n’échangerait pour rien au monde, mais sa curiosité était tout de même assez vive.

« Au lieu de chercher de mon côté alors que je n’ai absolument rien à faire de ces gens et que j’ai déjà assez perdu à cause d’eux, tu devrais chercher du côté des gamines que mon père aurait pu abuser, et de leurs familles. Moi en tout cas, je n’ai rien à voir avec cette histoire. Enquêter sur moi ne fera que te faire perdre du temps. »
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »
MessageSujet: Re: Un soupçon de jalousie ~He Ran   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un soupçon de jalousie ~He Ran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [ Amour, Jalousie, et autres Péripéties ] -PV-
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» [PV] Jalousie & Amitié
» [Quête] Caramels, Sucres d'orges et jalousie.
» Une sorte de jalousie compulsive... - Mike & Rosario

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Fusion :: The beginning :: Brushed papers :: Anciens RPs-