Laisserez-vous le destin jouer son rôle ?
 

Partagez | .
 

 Would you mind to marry me ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« Invité » Invité
MessageSujet: Would you mind to marry me ?    Dim 7 Sep - 20:57

Would you mind to marry me?

Yoo Yu Jin & Won Ju Yeon


Le 1er octobre 2013, 19h00.


D'un geste, que n'importe qui aurait pu interpréter comme nerveux, je replace l'une de mes mèches pour garder une apparence impeccable. Puis, d'un regard las, j'observe l'immense rue de Gangnam dans laquelle notre voiture vient de s'engager. Les maisons semblent vouloir rivaliser en grandeur, un peu comme dans ma propre allée où notre villa ne détonne pas parmi ses voisines. Finalement, où que j'aille, je ne finirais que par marcher sur ses pavés refait par la richesse et le pouvoir. Retenant un soupir, c'est à peine si je parviens à m'empêcher de poser le front contre la vitre glacée. Pourtant, j'en aurais clairement besoin. Juste pour pouvoir me rafraîchir les idées, au moins un peu.

« Nous t'avons fiancé, Yu Jin. »

Fiancé. Ce terme fade n'a de cesse de me hanter ces derniers jours. Au son que cela avait, j'aurai cru à une vulgaire vente. Vendu par mes propres parents. Je crois que, même aujourd'hui, je ne parviens pas totalement à comprendre le sens de ce mot. Il me semble infiniment lourd, quoiqu'encore trop lointain pour que je puisse le saisir. Je le perçois du coin de l'oeil, qui menace de me tomber dessus d'une seconde à l'autre. Est-ce que cela doit vraiment signifier que je vais me marier ? Alors que je n'ai pas encore fêté mes vingt-deux ans ? Et ce, à une parfaite inconnue ?

« Il s'agit de la fille cadette d'une famille qui pèse sur le marché coréen. Est-ce que tu comprends ? »

Si je comprends ? Un rictus amer se dessine au coin de mes lèvres. Comme s'ils m'avaient laissé le choix. Je pourrais bien me rebeller, affirmer que je ne veux pas de cette union, soit-elle bénéfique à l'entreprise ou non, ça ne ferait pas de grandes différences. En réalité, ça ne changerait même absolument rien. Le mariage lui-même avait déjà été prévu des années avant ma naissance, puisqu'il ne m'était pas destiné. Toute cette mascarade, n'aurait pas dû m'avoir comme héros principal. C'est bien dommage, d'ailleurs, que la vie est décidé de me placer au devant de la scène. Su Won avait bien plus le profil du prince charmant idéal, honnêtement. Je n'avais pas eu à lutter contre cette idée, puisqu'elle me convenait. Il était l'aîné, il était celui qui était promis à un avenir formidable au bras d'une de ces filles à papa plates et sans le moindre intérêt. Ça lui allait à la perfection. Il était bien plus que ravi de pouvoir se marier à l'une d'elles dans les prochaines années. Il a seulement décidé de tirer sa révérence, me laissant goûter à une lumière que je n'ai jamais purement désirée.

Le moteur cesse soudain, et le véhicule s'immobilise, me faisant redresser la tête. La demeure qui s'élance derrière la vitre teintée me fait hausser un sourcil. Bien qu'elle soit impressionnante, je dois avouer que je ne m'attendais pas à voir une de ces maisons traditionnelles. Rares sont les familles qui habitent encore de telles bâtisses. A côté de moi, ma génitrice s'empresse de vérifier la moindre parcelle de mon costume -trop sérieux à mon goût-. Elle l’époussette, l'arrange, tire les coins de ma chemise afin qu'elle ne paraisse pas froissée par le voyage. Je n'ai qu'à croiser son regard une seconde pour comprendre l'enjeu de ce rendez- vous. Après tout, elle m'en a parlé tout du long de la semaine, me rappelant les règles de la famille et de savoir vivre. Je soupire, hochant doucement la tête alors qu'elle me rappelle sèchement de me tenir droit et de ne pas oublier de sourire.

Et alors que nous attendons patiemment dans le grand salon, assit sur l'un des canapés moelleux, pendant que ce qui semble être un majordome part retrouver le chef de famille, je tente tant bien que mal de mettre à bien ses recommandations. Puisque je n'ai pas le choix, puisque je suis le dernier pion que la famille Yoo a sous la main... Puisque ne pas mener à bien les ordres que l'on me donne serait contre ma nature...

Je me marierai.

Et c'est à l'instant où ma promise pénètre dans la pièce, et que mes yeux tombent pour la première fois sur son visage, que je comprends que rien ne va être aussi simple que cela aurait dû l'être. Car je m'attendais à tout, sauf à... Ca.

«Yu Jin, je te présente Won Ju Yeon. Ta fiancée.»
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Would you mind to marry me ?    Sam 4 Oct - 18:22

A

ller en cours est un cauchemar récurrent. Ce ne sont pas les conditions d’apprentissage qui font de mes journées un enfer, non : c’est mon environnement. Ce sont mes camarades. A cause de leurs brimades, je décompte les longues heures jusqu’à la délivrance et je me dépêche de rentrer chez moi. Je ne prends jamais le métro en même temps que les autres élèves, sinon le calvaire continue. Alors, soit je commence un bout de chemin à pied, soit j’attends dans un coffee-shop que tout le monde soit parti, avant de partir à mon tour. Des fois, je reste à la bibliothèque pour avancer dans mes devoirs. Et d’autres, je discute avec mon professeur d’anglais.

Mais étrangement, ce soir je préfèrerai encore supporter cinq heures supplémentaires en compagnie de mes ignobles comparses, plutôt que de rentrer à la maison. Mes parents, les seules personnes en qui je pouvais avoir confiance, m’ont lâchement trahie.

Ca s’est passé la semaine dernière, au cours d’un repas dominical auquel mon frère n’a pas assisté. En y repensant, je me demande d’ailleurs s’ils ne s’étaient pas arrangés avec lui pour pouvoir se retrouver en tête à tête avec moi. Quoi qu’il en soit, j’ai senti comme une étrange atmosphère qui pesait sur ce repas. Mes parents avaient un air à la fois sérieux et confus, et se lançaient des regards comme pour pousser l’autre à engager la conversation et à entrer dans le vif du sujet. Au bout du compte, alors que le dessert allait être servi, ce fut mon père qui se lança.

« Ju Yeon, il y a quelque chose dont ta mère et moi devons te parler. »

C’est tout à fait le genre d’amorce que l’on lit dans un livre ou que l’on entend à la télévision. Et je ne pensais pas qu’elle aurait un effet aussi surprenant qu’inquiétant dans la réalité. Mon père poursuivit en me rabâchant l’histoire et la puissance de notre famille sur le plan économique et sur le marché. Il évoqua aussi une certaine tradition, et des pactes qui pouvaient s’établir entre plusieurs entreprises appartenant à des familles de riche lignée. Des alliances formées par le mariage de deux de leurs enfants, pour unir ces familles et ces entreprises, afin de renforcer leur puissance.

A l’entente du mot « mariage », je n’ai pas pu m’empêcher d’avaler de travers la bouchée de pâtisserie française qui faisait office de dessert. Ma mère me servit de l’eau en voyant que je manquais de m’étouffer, et peinais à m’arrêter de tousser. Je bus une ou deux gorgées avant d’éclaircir ma voix et de m’insurger :

« Un mariage ?! »

Mon père s’empressa de rajouter, comme s’il s’agissait d’une justification valable, que cette alliance avait été convenue bien avant ma naissance. Le premier fils de la famille Yoo devrait épouser la première fille de la famille Won, ou inversement. Evidemment, les Yoo auraient eu deux fils, et moi je suis la seule et unique descendante féminine Won. Mais ce que mes parents n’avaient pas prévu, c’était que justement leur seule et unique fille  s’avèrerait être une Twao. Ils auraient pu espérer que je renie mes gènes ou que je me fiche de trouver mon âme sœur, mais c’est loin d’être le cas ! Et cette âme sœur est actuellement mon dernier espoir de trouver quelqu’un qui puisse m’accepter telle que je suis. Je pensais que mes parents l’avaient compris ! Visiblement, ils n’en ont strictement rien à faire.

« Je refuse. » Ai-je déclaré en faisant mine de me lever pour quitter la table.

Evidemment, si cela avait été si facile, je n’en serai pas là à redouter rentrer chez moi ce soir. Ma mère m’intima de me rasseoir et d’écouter ce qu’elle avait à dire. Elle ne me laissait pas le choix, mais je m’obligeais à ne pas affronter son regard afin de lui faire comprendre mon désaccord. Elle me rappela que ce mariage était crucial pour notre entreprise, car la famille Yoo était un partenaire important et aussi redoutable concurrent, qu’il valait mieux avoir de son côté plutôt qu’en ennemi. Bien sûr, quand vous êtes un enfant né en Corée, et surtout un enfant de bonne famille, on vous inculque des principes à ne surtout pas enfreindre : la famille avant soi. Je sais que je ne peux en aucun cas agir de façon égoïste dans cette situation. On ne me laisse pas le choix : je vais devoir me marier à un parfait inconnu pour le bien de l’entreprise et l’honneur familial. Rien que ça.

Ce soir est le jour sur lequel nos deux familles se sont accordées pour organiser la rencontre entre les deux partis. A dix-neuf heures, je devrais me conduire comme la parfaite progéniture obéissante bien élevée et prête à se sacrifier pour ses parents. Ma mère a passé chaque jour de cette semaine à régler les détails de la robe que je vais porter ce soir, comme s’il s’agissait déjà de ma robe de mariée.

« Il faut faire bonne impression ! » me répétait-elle à chaque soupir que je poussais.

Quand j’ai poussé la porte de la maison ce soir là, j’ai à peine eu le temps de prononcer un mot qu’une tornade s’est ruée vers moi en m’accablant de reproches concernant mon retard. Il était déjà six heures, et je n’étais pas prête. Ma mère me précipita dans ma chambre et m’empressa d’enfiler ma robe. Une coiffeuse avait été mise à mon service uniquement pour cette soirée. Elle s’occupa de coiffer mes cheveux en tresses qu’elle regroupa en un chignon étrange, un peu comme les Romaines d’autrefois. En même temps, une maquilleuse professionnelle s’occupait d’effacer les imperfections dues aux ingratitudes de l’adolescence. Elle retraça le contour de mes yeux à l’aide d’un liner noir, et colora mes lèvres d’un rouge qui me fit étrangement paraître plus mature. J’avais entendu dire que mon soi-disant prétendant était plus âgé que moi, et pas que de quelques mois. Un vieux, quoi. Un vieux ! J’espère qu’il ne s’agit pas d’un de ces trentenaires retardés qui n’ont pas encore compris qu’ils n’appartenaient plus au monde adolescent…

A l’heure exacte à laquelle la rencontre était prévue, on nous annonça l’arrivée imminente de la famille Yoo. Je sentis alors mon cœur se serrer, et j’avais l’horrible impression de ne plus parvenir à respirer.

« Sois polie, m’ordonna ma mère comme si sa vie en dépendait. Souris, et surtout ne nous déçois pas ! »

De quoi faire monter la pression d’un cran encore. Je pris une grande inspiration avant d’entrer dans la salle de séjour, en me répétant qu’il ne s’agissait que d’un mauvais moment à passer. Que je ne serai pas obligée de le voir tous les jours, de voir son visage ingrat…

Ingrat ? Lorsque je le découvris, j’eus la surprise de constater qu’il était beaucoup plus jeune que ce que j’avais imaginé. Puis, il n’avait rien d’un geek ou d’un ado retardé. Seulement, il avait cette allure de gosse de riche hautain. Enfin, qui étais-je pour dire ça, moi qui étais désormais vêtue comme une de ces bourges de hauts quartiers.

« Yu Jin, je te présente Won Ju Yeon. Ta fiancée. »

Comme si ce simple mot en fut le déclencheur, je pris alors conscience que l’enjeu de toute cette mascarade était très sérieux. Je n’étais plus une petite fille, pas plus une lycéenne qui profite de ses dernières années avant d’entrer en faculté. Non, j’étais dans un monde à part, un monde bien plus cruel que ça.

« Enchantée de faire votre connaissance. »

Le ton de ma voix sonnait horriblement faux à mes propres oreilles. Je m’inclinais pour ponctuer ma phrase, afin de montrer quelle bonne éducation on m’avait inculquée. Ensuite, ma mère me fit signe de m’asseoir sur le sofa, en vis-à-vis avec ce fameux Yoo Yu Jin. Cette soirée promettait d’être longue. Très longue.

code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
 

Would you mind to marry me ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Fusion :: Gangnam
강남
 :: Villas :: Maison n° 5
-