Laisserez-vous le destin jouer son rôle ?
 

Partagez | .
 

 Le coup de la panne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 35
avatar
« Yang Yeon So » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Le coup de la panne   Lun 8 Sep - 16:54

Le coup de la panne

Li Mei & Yang Yeon So


Le 12 septembre 2013 à 20h15.

Ce soir j’avais simplement envie de sortir. Après avoir passé ma journée à peindre une commande pour un jeune homme. J’avais besoin de respirer autre chose que la peinture.
Il y a quelques années de là je me souviens être venu au 63 city avec ma famille d’accueil de l’époque. Pour eux c’était les meilleures attractions qui soient. Mais pour moi, ce qui m’avait le plus marqué c’était la vue panoramique, absolument magnifique. Je m’étais promis de ramener une fille, ou mon âme sœur, un jour ici, pour admirer le coucher de soleil sur Seoul. Mais aujourd’hui à défaut de fille, j’irai seul.
En me regardant de haut en bas dans un des miroirs que j’avais fabriqué, je décidais malgré tout de prendre une douche et de me changer. Bien que je n’y aille pas pour rencontrer quelqu’un, sait-on jamais si je croise la route de mon âme sœur, ou celle de Na Ya … Ce n’est pas avec cette blouse et cette odeur de peinture que je la reverrai. Un jean, un tee-shirt et une veste, comme d’habitude, sera beaucoup mieux.

Je fermais la porte derrière moi, et commençais à marcher jusqu’à l’arrêt de bus. Mais fis demi-tour en remarquant que j’avais oublié mes écouteurs et mon portable, indispensables. C’est dingue ce que je les oublis tout le temps ceux-là ! Encore heureux que je n’ai pas d’animal de compagnie, bien que j’adore les animaux, j’aurais trop peur de l’oublier quelque part. Moi et ma mémoire de poisson rouge …

Le trajet terminé, j’étais heureux de constater qu’il n’y avait pas beaucoup de monde. Un billet pour la vue panoramique en poche et c’était parti. Par contre j’aime bien le sport mais je vais quand même me laisser tenter par l’ascenseur … Je montais tranquillement aux côtés d’une jeune fille très mignonne. Mais soudainement apeurée en me voyant. Pourtant je n’ai rien fait d’étrange … Je restais à l’opposé de l’ascenseur tout évitant son regard. Et bien les 63 étages risquent d’être longs dans cette ambiance … Je finis par tenter désespéramment de savoir le problème en abordant la conversation :

« Excusez-moi … On se connait ? Vous allez bien ? »

Sans attendre sa réponse je sentis soudain une légère secousse, puis l’ascenseur s’arrêta net. Ce devait être l’arrivée … Enfin ça c’est ce que je me disais jusqu’à ce que les lumières s’éteignent d’un coup, laissant place aux petites lumières de secours. Super on est coincés.

« Pas de panique l’ascenseur va repartir, il suffit d’appuyer sur le bouton d’aide et voilà … »

Enfin j'espère ...



« La vie serait impossible si l'on se souvenait, le tout est de choisir ce qu'on doit oublier. »


Dernière édition par Yang Yeon So le Dim 1 Mar - 22:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 104
avatar
« Li Mei » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: Le coup de la panne   Ven 3 Oct - 16:26

Ce soir-là, Mei devait originellement le passer avec Ming. Au lieu de ça, lui avait du faire des heures supplémentaires, et elle avait été forcée de se rendre à la 63 city alors que la nuit était tombée pour un devoir. Certains de ses camarades avaient tenté de protester et avaient écopé d’un zéro, aussi n’avait-elle rien dit et s’était-elle résignée à faire ce travail du jour pour le lendemain. Elle avait tiré au sort cet endroit. D’un côté, elle était contente d’avoir une occasion de s’y rendre, mais d’un autre elle était effrayée à l’idée de devoir se balader seule à la nuit tombée. Enfin toujours était-il qu’elle était partie, vêtue d’une petite robe pull bleue et d’un manteau noir, armée de sa pochette à dessin et de son sac rempli de matériel. Elle avait dîné avec son frère, tout de même, avant de partir. Elle avait promis de le prévenir lors de son arrivée, et de le tenir régulièrement au courant. Cette situation l’inquiétait sans doute plus lui, et elle n’aimait pas du tout cette sensation. Elle savait qu’elle ne parviendrait pas à profiter de cette soirée. De plus, elle commençait à se sentir en surplus d’énergie. Elle savait qu’elle tiendrait jusqu’au lendemain, son rendez-vous pour charger ayant lieu à neuf heures, mais elle ignorait l’état dans lequel elle serait d’ici là.

Elle venait tout juste de prendre place dans l’ascenseur supposé la mener au sommet lorsqu’elle vit entrer un jeune homme. Elle ne remit pas immédiatement sa silhouette et son visage dans un contexte, mais elle se tendit instantanément. Elle aurait voulu sortir, quitter cette cabine qui ne tarderait pas à les enfermer tous deux dans cet espace trop exigu mais il lui barrait la voie. Elle resta donc prostrée dans son coin, immobile et silencieuse. Les portes se fermèrent et Mei se souvint. La dernière fois qu’elle avait vu cette personne, elle s’était sentie menacée. Elle l’avait trouvé en conversation très animée et violente même avec un autre homme. Le regard qu’il lui avait alors lancé alors qu’elle ne faisait que passer lui avait fait prendre ses jambes à son cou. Il l’avait terrifiée. D’un seul regard, il lui avait fait comprendre qu’il valait mieux pour elle qu’elle ne s’attarde pas. Son esprit apeuré s’était même imaginé qu’il y avait du sang sur les mains et le visage de cet homme, alors même qu’en pleine nuit, elle n’aurait pas pu en être sûre. Elle fuyait le regard de l’autre occupant de la cabine, trop effrayée à l’idée de croiser encore ces prunelles remplies de haine.  

« Excusez-moi … On se connait ? Vous allez bien ? »

Elle sursauta alors qu’il s’adressait à elle. L’enfant battue qu’elle avait toujours été  savait que derrière des paroles innocentes pouvaient toujours se cacher les pires vices et les comportements les plus odieux. Elle réfléchissait à toute vitesse, cherchant un moyen de répondre sans trop de risques. Elle regarda le compte des étages défiler. Ils n’étaient même pas au quart du bâtiment. Elle ne pouvait donc pas garder le silence.

Brusquement,  il y eut une secousse et l’ascenseur se stoppa. Mei jeta un regard paniqué au compteur, jusqu’à ce que le courant soit coupé. Mei blêmit. Son mal de tête s’amplifiait avec la contrariété et la peur. Elle s’agrippa à sa pochette à dessin et serra son sac.

« Pas de panique l’ascenseur va repartir, il suffit d’appuyer sur le bouton d’aide et voilà … »

Mei se trouvait tout près du tableau de commande de l’ascenseur. Elle resta toutefois totalement amorphe, paralysée par l’angoisse. Elle était à la merci de ce type, bien plus imposant qu’elle. Il pouvait bien faire ce qu’il voulait d’elle, jamais elle ne serait capable de se défendre. Elle finit tout de même par se tourner vers le tableau, tournant le dos à l’autre occupant, pour presser nerveusement le bouton d’appel d’aide.

« Au secours, » dit-elle tout en pressant le bouton, comme si ça pouvait l’aider à faire repartir l’ascenseur.

Elle finit par s’éloigner du bouton faute de réponse. Pourtant, il devait bien y avoir quelqu’un dans le coin. Son esprit terrifié évoqua l’idée d’un complot. Et si ce type avait tout manigancé pour pouvoir l’avoir à sa merci. Elle avait peut-être été au mauvais endroit au mauvais moment et il voulait peut-être s’assurer qu’elle ne parlerait jamais. Elle se positionna aussi loin que possible de l’homme qui lui faisait terriblement peur.

« Ne me faîtes pas de mal, s’il-vous-plaît… Je vous jure que je n’ai rien dit à personne… »


I will always love you
Si perdue dans le ciel ne me restait qu’une aile, tu serais celle-là. Si traînant dans mes ruines ne brillait rien qu’un fil, tu serais celui-là. Si oubliée des dieux j’échouais vers une île, tu serais celle-là. Si même l’inutile restait le seuil fragile, je franchirais le pas...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
avatar
« Yang Yeon So » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: Le coup de la panne   Dim 5 Oct - 16:14

La jeune fille en face de moi était toujours apeurée. Je n’arrivais pas à comprendre si c’était moi le problème, après tout elle avait peut être tout simplement peur des ascenseurs … J’essayais tant bien que mal de la rassurer en lui disant d’appuyer sur le bouton. Sauf que mes paroles n’avaient l’air de ne pas du tout l’aider. Elle appuya tout de même sur le fameux bouton d’aide en blâmant un « Au secours » … Aucune réponse. Voilà qui nous aide bien.
Je réfléchissais rapidement face à la situation, tandis que ma colocataire des lieux se collait au mur, de façon à être le plus loin possible de moi. Je ne suis pas un psychopathe, je ne vais pas la violer tout de même, ce comportement était bien trop extrême !

« Ne me faîtes pas de mal, s’il-vous-plaît… Je vous jure que je n’ai rien dit à personne… »

Je m’approchais d’elle lentement et posa ma main sur son épaule. J’essayais de la rassurer, mais je ne suis pas certain que c’était une bonne idée d'agir de cette sorte.

« Je n’ai aucunement l’intention de vous faire du mal, calmez vous. Quelqu’un va venir nous ouvrir ne vous en faites pas. »

Je m’asseyais ensuite à ses côtés. On allait passer quelques temps ensemble, autant que ça soit agréable, si elle pouvait commencer par se calmer … Quoi que je viens de repenser à la fin de sa phrase précédente. Elle n’a rien dit à personne ? Mais de quoi ? Elle doit forcément me confondre avec quelqu’un, ou elle délire.

« Vous n’avez rien dit à propos de quoi ? Je ne vous ai jamais vu … vous devez confondre. »

Je mettais main basse sur la bouteille d’eau planquée au fin fond de mon sac à bandoulière que j’avais été recherché en même temps que mes écouteurs. J’ai bien fait d’emmener de quoi grignoter et boire je crois … J’avais également emmené un calepin, au cas où l’envie me prendrais de dessiner un nouveau modèle.
Je tournais les yeux vers la jeune femme et lui tendis la bouteille :

« On va repartir sur de bonne base. Bonjour, je m’appelle Yeon So enchanté ! Tiens, rafraichis toi, ça te fera du bien. Et assis toi, tu seras bien mieux ! »

Étant plus proche d’elle, je remarquais à quel point elle ressemblait à une poupée. Je n’avais jamais vu quelqu’un pareil. Je regardais à ses côtés, elle avait une pochette à dessin à la main.

« Tu … je peux te tutoyer n’est ce pas ? » ne lui laissant trop le choix de réponse, je continuais ma phrase. « Tu dessines ? »

J’espérais lui faire penser à autre chose qu’à notre situation, et surtout faire disparaitre ses grands yeux paniqués.



« La vie serait impossible si l'on se souvenait, le tout est de choisir ce qu'on doit oublier. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 104
avatar
« Li Mei » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: Le coup de la panne   Ven 17 Oct - 22:45

La main de l’inconnu vint se poser sur l’épaule de la petite chinoise, la paralysant plus encore. Son cœur battait la chamade, elle le sentait battre jusque dans ses tempes. Pétrifiée, elle ne pouvait rien faire.

« Je n’ai aucunement l’intention de vous faire du mal, calmez vous. Quelqu’un va venir nous ouvrir ne vous en faites pas. »

Mei eut du mal à comprendre ces paroles, et une fois que leur sens lui était parvenu, elle fut incapable de les croire. Elle avait vu ce type faire quelque chose de mal, se montrer terriblement violent. Elle ne pouvait pas croire qu’il ne lui voulait pas de mal.

« Vous n’avez rien dit à propos de quoi ? Je ne vous ai jamais vu … vous devez confondre. »

A ses yeux, il mentait. Et pourtant, il avait l’air sincère. Comme elle ignorait la vérité, elle préférait penser qu’il mentait. Elle avait plus de chance de s’en sortir en se méfiant de lui qu’en lui accordant ne serait-ce qu’un semblant de confiance. Tremblante, elle essaya de donner une réponse qui ne lui attirerait pas d’ennuis.

« La dernière fois… Quand je vous ai vu… Je n’ai rien dit, et je ne dirai rien… Je vous le jure… »

L’homme ne semblait vraiment pas comprendre, mais Mei était bien placée pour savoir que les apparences pouvaient être trompeuses. Elle regarda la main de l’inconnu plonger dans son sac avec angoisse. Elle se sentit soulagée lorsqu’elle ne vit rien ressortir d’autre qu’une bouteille d’eau, qui lui fut tendue instantanément.

« On va repartir sur de bonne base. Bonjour, je m’appelle Yeon So enchanté ! Tiens, rafraichis toi, ça te fera du bien. Et assis toi, tu seras bien mieux ! »
« Li Mei… » murmura-t-elle.

Elle repoussa toutefois poliment la bouteille de la main.

« Non merci… Je n’ai pas… soif. »

Il était hors de question d’accepter de l’eau d’un parfait inconnu. Elle n’était pas idiote, et son frère lui avait appris à refuser ce qui venait d’étrangers, à plus forte raison quand ces étrangers ne lui inspiraient pas la moindre confiance.

« Tu … je peux te tutoyer n’est ce pas ? » Mei acquiesça, non pas parce qu’elle tenait à être tutoyée mais parce qu’elle ne voulait pas le contrarier. « Tu dessines ? »

La chinoise suivit le regard de l’occidental pour comprendre ce qu’il disait. Il fixait sa pochette à dessin.

« Oui. C’est mon frère qui m’a appris. »

Parler de Ming la rassurait. Elle avait l’impression qu’il était un peu avec elle et qu’il lui donnait de la force et du courage. Elle revint sur terre, quittant cette peur panique qui la tétanisait. Si elle parvenait à se faire voir comme une personne adorable, il pourrait avoir pitié d’elle et la laisser tranquille. Il fallait à tout prix qu’elle évite de se montrer comme le monstre qu’elle pensait être.

« J’étudie l’art, et… et j’ai… je suis là à cause d’un devoir… »

Elle prit sa pochette entre ses deux mains.

« Vous voulez… vous voulez voir ? »

Elle bégayait, comme elle n’était pas sûre d’elle, ni de lui, et comme son mal de tête prenait de l’ampleur. C’était ce qu’on pouvait appeler communément une soirée noire. Très noire, même.


I will always love you
Si perdue dans le ciel ne me restait qu’une aile, tu serais celle-là. Si traînant dans mes ruines ne brillait rien qu’un fil, tu serais celui-là. Si oubliée des dieux j’échouais vers une île, tu serais celle-là. Si même l’inutile restait le seuil fragile, je franchirais le pas...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
avatar
« Yang Yeon So » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: Le coup de la panne   Dim 9 Nov - 13:28

Cette jeune fille s’appelait donc Li Mei. Elle maintenait qu’elle m’avait déjà vu, et qu’elle n’avait rien dit. Je me demande si elle ne serait pas en plein délire sous le coup de la panique. Elle est peut être claustrophobe … Et je ne sais plus du tout ce qu’on doit faire pour aider  quelqu’un atteint de cette phobie …
Li Mei avait refusé ma bouteille d’eau. Bon, comme elle voudra, je n’ai pas mis de poison non plus dedans …
J’essayais tant bien que mal de commencer une conversation sur ce qui pouvait être sa passion, en vue de sa pochette à dessin :

« Tu dessines ? »

« Oui. C’est mon frère qui m’a appris. »

J’acquiesçais. C’est plutôt intéressant. Au moins on a une passion en commun. Qui sait, voilà peut être une future artiste ! Je meurs d’envie de savoir ce que cache cette pochette, mais elle me craint déjà suffisamment, elle n’acceptera jamais.

« J’étudie l’art, et… et j’ai… je suis là à cause d’un devoir… » Tout en prenant sa pochette, elle continua « Vous voulez… vous voulez voir ? »

« Un devoir ? Tu dois faire quoi ? Je touche un peu -enfin un peu est un maigre mot- à ce domaine, donc oui je veux bien voir, avec plaisir ! »

Je pris sa pochette à dessin entre mes mains et l’ouvrit, telle une boîte à bijou. Il y avait toute sorte de dessins, scolaires ou non. Ça me rappelle mes années d’études. Je devrais peut être tenter de faire quelques cours sur le dessin à l’état pur aussi, à vrai dire en ce moment je me concentre plus sur le graphisme, la sculpture et la peinture. J’ai des périodes comme ça …

« J’imagine que tu as déjà essayé la peinture, ou le pastel dans ton école ? Tu devrais faire celui-ci en couleur. Je le trouve si expansif dans ces expressions. Ce modèle a l’air de beaucoup t’inspirer et de t’insuffler beaucoup de joie non ? »

Je tendis un des dessins à Mei, représentant un jeune homme qui lui ressemblait. Il devait certainement être de sa famille. Ça me change de mon cas, je n’avais jamais dessiné quelqu’un de ma famille, adoptive ou  non … Je fixais mon regard sur ce dessin, complètement ailleurs. Elle a de la chance.

« Il a l’air de te tenir beaucoup à cœur, vu la qualité du dessin, et la patience que tu as dû avoir pour le faire … Il est de ta famille j’imagine ? »

Peut être que parler de sa passion, et en plus de quelqu’un qui lui est cher, aiderait Mei à se décontracter. J’espère.



« La vie serait impossible si l'on se souvenait, le tout est de choisir ce qu'on doit oublier. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 104
avatar
« Li Mei » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: Le coup de la panne   Mar 21 Avr - 23:19

« Un devoir ? Tu dois faire quoi ? Je touche un peu -enfin un peu est un maigre mot- à ce domaine, donc oui je veux bien voir, avec plaisir ! »

Mei confia sa pochette à Yeon So. Elle avait l'estomac noué et les mains tremblantes. La peur d'être jugée, la peur que ses dessins contrarie cet homme plus fort qu'elle, la per de ne jamais sortir vivante de cet ascenseur... Elle tenta de se donner une contenance pour réponse, bien qu'elle n'ait pas compris la totalité des paroles de l'homme.

" Je devais dessiner un paysage nocturne. Mais je crois que c'est... fouchu."

Bien sûr, Mei ne se rendit pas compte de son erreur. Il lui arrivait souvent de mélanger deux mots de même sens. Fouchu était donc le mélange de fichu et de foutu. Elle avait déjà prononcé un "terrorrifié" sans s'en rendre compte, ce qui avait causé l'hilarité de son entourage et l'avait vexée.
Elle observait les réactions de ce gars qu'elle ne parvenait pas à cerner. Il avait réussi à semer un doute dans son esprit tant il paraissait sincère et de bonne volonté. Malgré tout, elle était loin d'être prête à lui accorder sa confiance. Il ne semblait pas contrarié par ce qu'il voyait.

« J’imagine que tu as déjà essayé la peinture, ou le pastel dans ton école ? Tu devrais faire celui-ci en couleur. Je le trouve si expansif dans ces expressions. Ce modèle a l’air de beaucoup t’inspirer et de t’insuffler beaucoup de joie non ? »

Mei acquiesça lorsqu'il lui demanda si elle avait déjà peint ou utilisé des pastel. C'était une évidence pour quelqu'un qui étudiait l'art. La question devait être purement rhétorique.

" La couleur, je ne l'aime que sur toile..."

Elle jeta un oeil timide au dessin tendu, intriguée. Son visage s'éclaira lorsqu'elle le reconnut. C'était une des nombreuses représentations qu'elle avait fait de Ming. Un discret sourire prit place sur les traces inquiets de Mei, comme pour répondre à Yeon So.

« Il a l’air de te tenir beaucoup à cœur, vu la qualité du dessin, et la patience que tu as dû avoir pour le faire … Il est de ta famille j’imagine ? »
"C'est mon frère."

Elle avait répondu sans pudeur. Il était bien la seule personne dont elle n'avait pas honte. Elle avait de la chance de l'avoir près d'elle.

"C'est lui qui m'a appris à dessiner, et il a été mon premier modèle. C'est mon modèle préféré. Je pourrais le dessiner les yeux fermés."

C'était à peine exagéré. Les yeux fermés, elle pouvait retracer mentalement chacun de ses traits.

"Il est ma seule famille, et mon plus grand fan."

Etrangement, parler de Ming la rendait plus sûre d'elle. Elle était presque décontractée et elle en oubliait presque sa première rencontre avec ce drôle de gars. Presque. Elle se tendit à nouveau en levant les yeux vers la personne avec qui elle se retrouvait en facheuse posture. Elle aurait tout donné pour que son frère soit ici. Elle ne voulait qu'une seule chose : se blottir contre lui pour échapper à cet homme qui la terrifiait. Parce qu'il était certain qu'avec Ming dans le coin, il ne se serait jamais adressé à elle. Instinctivement, elle se recula encore. Ill fallait qu'elle trouve un moyen de se protéger. Vanter les mérites de Ming semblait une bonne idée.

"Il pratique les arts martiaux... Et il n'hésite pas à s'en servir... Il a déjà failli tuer un garçon, en Chine..."

L'avantage d'avoir un frère hyper protecteur était qu'elle n'avait pas besoin de mentir à ce sujet. Ming n'avait pas peur de se salir les mains pour la protéger. Elle leva un regard timide vers l'homme, guettant ses réactions.


I will always love you
Si perdue dans le ciel ne me restait qu’une aile, tu serais celle-là. Si traînant dans mes ruines ne brillait rien qu’un fil, tu serais celui-là. Si oubliée des dieux j’échouais vers une île, tu serais celle-là. Si même l’inutile restait le seuil fragile, je franchirais le pas...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »
MessageSujet: Re: Le coup de la panne   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le coup de la panne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le coup de la panne × Oreste
» Le coup de la panne [PV Chris] [Terminé]
» Tu connais le coup de la panne ? Disons que c'est le coup du placard ! [PV. LORELEI]
» Le coup marketing de Leslie Voltaire ; un coq comme symbole électoral
» Coup raté, coup réussi, — “coup d’Etat” sans Etat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Fusion :: Han River
한강
 :: 63 City
-