Laisserez-vous le destin jouer son rôle ?
 

Partagez | .
 

 Lullaby ~ Lee Dong Hwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« Invité » Invité
MessageSujet: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Dim 27 Oct - 13:55

Lullaby

Goo Na Ya & Lee Dong Hwan
Le 13 avril à 20h00


Lorsque Na Ya rentra chez elle ce soir-là, elle se sentait épuisée. Elle était rentrée avec une heure de retard sur l’heure habituelle alors que Hyun Joong ne rentrerait pas avant le lendemain dans la nuit. Elle n’était malheureusement pas de ceux qui abandonnent à la première difficulté. Si elle avait été comme cela, elle serait retournée se coucher après avoir évité de justesse un accident sur le chemin la conduisant de chez elle au foyer. Au lieu de cela, elle s’était acharnée à rejoindre ses jeunes en difficulté, et les petites choses contrariantes s’étaient accumulées jusqu’à ce qu’elle pensait être l’apogée de la journée. Une mère psychotique en pleine crise avait déboulé au foyer, menaçant tous ceux qui se trouvaient sur son chemin de les tuer si on ne la laissait pas reprendre son fils de treize ans. Il ne fut pas bien compliqué pour Na Ya de maîtriser la mère, quelques menaces et une clé de bras suffirent à cela. Toutefois, il fallut beaucoup plus de temps pour faire la déposition et répondre aux questions toutes plus idiotes les unes que les autres de la police. Mais surtout, son retard était du au fait qu’il lui avait fallu consoler l’enfant de cette femme et surtout le rassurer. Finalement, c’était ce qui avait le plus pesé sur l’humeur de la jeune femme. Deux incidents dans la même journée, alors qu’elle ne pouvait en plus pas charger avec son âme sœur, c’était trop pour elle.

Ainsi lorsqu’elle rentra enfin, après être allée charger rapidement avec un donneur qu’elle ne connaissait pas, elle était particulièrement fatiguée. Malgré tout, elle ne changea pas ses habitudes pour ne pas perturber plus sa petite fée. Toutefois, passé dix-neuf heures, Hye Sun commença à s’impatienter et à devenir grincheuse. Na Ya mit cela sur le compte de la faim et se dépêcha de préparer la purée de légumes pour nourrir sa puce. A dix-neuf heures trente, Na Ya essaya de faire manger Hye Sun, ne récoltant que des pleurs. Elle abandonna donc la purée de légumes et alla préparer un biberon. Mais Hye Sun n’en voulut pas plus. C’était étrange. Hye Sun n’était pas pénible, même lorsqu’elle était fatiguée. Elle mangeait toujours avec appétit. Ce n’était pas normal. Alors Na Ya apposa sa main sur le front de sa fille. Comme elle la trouva un peu chaude, elle vérifia grâce à un thermomètre frontal. Hye Sun était fiévreuse. Aussitôt, Na Ya ne se sentit plus du tout fatiguée, ni même calme. Elle prit Hye Sun dans ses bras pour faire taire ses pleurs et essaya d’appeler son pédiatre, en vain. Il n’était pas disponible. Sa petite fée bien tenue dans ses bras, elle s’installa sur le canapé, son portable juste à côté d’elle, pour réfléchir. Elle ne savait pas si elle devait emmener Hye Sun à l’hôpital ou aller simplement à la pharmacie. Si ce n’était rien, en emmenant sa fille à l’hôpital, elle l’exposerait à des maladies bien plus graves. Quant à la pharmacie, elle ne voulait pas faire sortir sa fille malade si ce n’était pas nécessaire. Dans cette situation, elle aurait eu besoin de sa mère. Elle se sentit terriblement seule sans Hyun Joong pour la soutenir.

Elle prit une profonde inspiration et l’illumination arriva. Lee Dong Hwan saurait ce qu’il faudrait faire. Il pourrait au moins lui dire quoi faire. Il n’était pas médecin mais avait l’habitude des enfants et Na Ya était persuadée qu’il saurait la rassurer. Lorsqu’elle composa son numéro, elle pria pour qu’il ne soit pas en service ou de garde. Quand elle entendit sa voix à l’autre bout du fil, elle laissa un soupir soulagé se faire entendre. Puis elle expliqua la situation calmement. Malgré tout, son inquiétude transparaissait dans sa voix. En ce qui concernait Hye Sun et Hyun Joong, elle était d’une fragilité excessive. Par chance pour elle, Dong Hwan venait de terminer son service et acceptait de passer la voir. En l’attendant, Na Ya ne bougea pas, si ce n’était pour bercer son petit trésor dans l’espoir de faire cesser ses larmes ou pour essayer de lui faire boire un peu de lait. Elle ne prévint pas son mari, ne voulant pas l’inquiéter s’il n’y avait aucune raison de le faire. Elle pensait s’inquiéter assez pour deux. Le temps jusqu’à ce que résonne la sonnette de l’appartement lui parut durer des siècles. Hye Sun était enfin calmée. Na Ya la posa dans son parc, à côté du canapé avant de se diriger vers la porte d’entrée pour y accueillir l’infirmier. Elle l’étreignit un instant après avoir ouvert la porte. En le voyant, elle se sentit moins seule.  

« Merci d’être venu ! Je suis vraiment désolée de t’embêter, Dong Hwan. »

Elle le laissa entrer et referma la porte derrière lui. Elle portait la même chose que ce qu’elle avait porté toute la journée, à savoir un jean sombre moulant et un chemisier cintré noir qui mettait en avant son décolleté. Les seules différences résidaient dans ses chaussures puisqu’elle avait troqué ses talons contre ses chaussons, et ses cheveux rassemblés en un chignon très négligé qui lui donnait l’air de ne pas s’être coiffée depuis son réveil. D’ordinaire, elle n’aurait pas été satisfaite par sa tenue, mais elle avait d’autres chats à fouetter. Elle rejoignit Hye Sun et la sortit délicatement de son parc, la reprenant tendrement entre ses bras.

« Hé, mon cœur ! Regarde qui est là ! » dit-elle doucement à sa fille avant de s’adresser à Dong Hwan de nouveau : « Elle vient à peine d’arrêter de pleurer. Et toute à l’heure elle avait 38.1° de fièvre… »

Elle laissa son regard inquiet se poser sur son ami. Elle n’attendait qu’un mot de lui pour mener Hye Sun aux urgences ou se détendre une bonne fois pour toutes.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Mar 5 Nov - 12:01

Ma journée de travail avait été plus mouvementée que prévue. J’étais censé terminer mon service dans l’après-midi mais une urgence a pointé le bout de son nez et a changé tous mes plans. En fait, je n’avais absolument rien planifié, j’allais juste rentrer à la maison et être sûrement tout seul vu que Kyu Jung était la plupart du temps très occupé et donc absent. Et je n’allais sans doute rien faire de bien excitant. Mais je ne me plains pas hein, je suis content quand je peux enfin faire des nuits complètes car ça n’arrive pas tous les jours, même si j’ai tendance à me sentir seul dans ces moments-là.

Mais bref, on a donc eu une urgence, Sung Ki a fait une hémorragie interne et on a dû l’opérer pour le stabiliser au plus vite. Heureusement, l’hémorragie n’était pas très importante, on a pu la maîtriser rapidement, mais comme chaque fois qu’on a la vie d’un patient entre nos mains, c’est beaucoup de stress. Une fois l’inquiétude passée, on s’assure que ses constantes sont normales et voilà, on passe le relais aux infirmières encore en service et moi il est temps que j’y aille. Après un passage aux vestiaires pour me changer, je m’apprêtai à enfin quitter mon lieu de travail, mais je fus interrompu dans ma lancée par mon portable. Qui peut bien m’appeler à dix-neuf heures trente ? Ma vie sociale étant assez limitée, je ne voyais pas trop de qui il pouvait s’agir. Donc je décrochai et parlai à Na Ya qui m’expliqua la situation. J’entendais clairement l’inquiétude dans sa voix et c’était tout à fait légitime vu qu’il était question de sa petite puce. Alors dès que je raccrochai, je partis du côté de la pharmacie et pris avec moi les médicaments les plus souvent prescrits. Puis je me pressai de sortir car la connaissant, elle allait se ronger les sangs.

Malheureusement, pour faire attendre un peu plus mon amie, les rues étaient bondées à cette heure-ci, et il en était de même avec les transports. Et de fait, j’arrivai chez elle qu’une demi-heure plus tard, désolé d’avoir mis autant de temps à venir. Mais elle ne semblait pas m’en tenir rigueur, au contraire, elle m’ouvrit et me laissa rentrer après m’avoir pris dans ses bras.

« Merci d’être venu ! Je suis vraiment désolée de t’embêter, Dong Hwan. »

Je compris en observant la jeune femme qu’elle était vraiment préoccupée car en temps normal, jamais elle ne négligerait son apparence.

« Ne t’excuse pas, tu as très bien réagi. »

J’essayai de la rassurer d’un sourire mais ça n’avait pas l’air d’ôter son inquiétude. Elle se dirigea vers le parc de son trésor, sa fille, et je la suivis avant de la voir la prendre délicatement dans ses bras.

« Hé, mon cœur ! Regarde qui est là ! » dit-elle doucement à sa fille avant de s’adresser à Dong Hwan de nouveau : « Elle vient à peine d’arrêter de pleurer. Et toute à l’heure elle avait 38.1° de fièvre… »

Elle m’adressa un regard inquiet et je la comprenais parfaitement. Maintenant, je devais faire mon possible pour la rassurer et permettre à Hye Sun d’aller mieux. Je pris donc doucement la petite fille des bras de sa mère et l’assis sur le canapé pour pouvoir l’ausculter. Je caressai les cheveux de la petite princesse en lui souriant pour la mettre en confiance. Elle était vraiment trop mignonne.

« Hye Sunnie bonjour ! Regarde, tonton Dong Hwan est là ! Il paraît que tu ne vas pas bien alors je vais regarder ça, d’accord ? »

Je commençai par prendre sa température et écouter sa respiration. Bien sûr, je n’étais qu’un simple infirmier mais je connaissais ces gestes et lisais beaucoup de livres sur la médecine pour en savoir le plus possible. En réalité, j’aurai vraiment aimé être pédiatre mais à l’époque je n’avais pas vraiment les moyens pour faire de longues études, et puis finalement infirmier, ce n’est pas si mal que ça. Mais peut-être qu’un jour, je me déciderai à prendre des cours du soir, ça me tente bien mais là aussi j’aurai besoin d’argent pour me le permettre. Bref, après un examen rapide de ma petite patiente, je me tournai vers Na Ya.

« Ca n’a pas l’air d’être grave, elle a sûrement attrapé un coup de froid et fait un début de rhume. Mais on va faire baisser la fièvre et je vais te donner des antibiotiques. »

Je lui demandai une bassine remplie d’eau ainsi qu’une petite serviette éponge pour nous aider à soigner Hye Sun qu’elle m’apporta rapidement. Je pliai la serviette, l’humidifiai et la posai doucement sur le front de la fillette que j’avais fait allonger sur le canapé. La maman à mes côtés, je m’occupais de sa fille comme si elle était la mienne.

« Ne t’inquiète pas, ça va aller. »

Je lui souris tout en caressant les cheveux de la petite. Je ne comptais pas la laisser avant qu’elle n’aille mieux donc j’allais sûrement rester ici pas mal de temps. Mais je n’avais rien de prévu de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Dim 10 Nov - 11:09

Na Ya confia sa petite fée à son ami. Elle ne la lâchait pas du regard, attentive à ne pas incommoder sa fille. Dong Hwan avait l’habitude de manipuler de jeunes enfants. Na Ya ne ressentait aucune appréhension à l’idée de laisser sa puce entre ses bras. Ses gestes étaient sûrs et doux. Il déposa Hye Sun sur le sofa et s’installa juste à côté d’elle. Na Ya alla se placer de l’autre côté, légèrement en retrait malgré son besoin de proximité. Elle savait qu’une trop grande proximité empêcherait l’adorable infirmier d’agir librement. De plus, elle était persuadée qu’il préfèrerait se compliquer la tâche plutôt que lui dire qu’elle le gênait. Elle le regarda donc faire, attendrie par son attitude adorable mais néanmoins inquiète. Elle l’écouta parler doucement à son trésor puis l’observa très attentivement. Elle ne jugeait pas sa façon de faire, elle se contentait de le regarder et de l’admirer. Il semblait sûr de lui et agissait avec une délicatesse empreinte de douceur. Entre ses mains, Hye Sun n’avait pas peur, Na Ya en avait la certitude.

Le soulagement se lut sur le visage de la jeune mère l’espace de quelques secondes lorsque l’infirmier posa son diagnostique. Certes il n’avait pas de certitudes, mais il semblait confiant. Comme elle avait entièrement confiance en lui, elle se sentit instantanément plus légère. Bien évidemment, elle était toujours inquiète et le resterait jusqu’à ce que Hye Sun n’ait plus aucun symptôme, aussi gardait-elle toujours cet air inquiet qui ne lui allait pas et qui aurait rendu Hyun Joong nerveux. Quand son ami lui demanda du matériel pour faire baisser la fièvre de la fillette, Na Ya bondit du sofa et s’empressa de rapporter la bassine remplie d’eau tiède et la serviette. Elle déposa tout cela sur la table basse qu’elle tira près du canapé, à portée de main de l’infirmier. Puis elle reprit sa place à côté de sa princesse. Dong Hwan apposa délicatement la serviette humide sur le front de Hye Sun à présent allongée. La main droite de Na Ya trouva naturellement sa place contre l’une des joues de l’enfant. Avec autant de soins, Hye Sun ne pouvait qu’aller mieux, surtout si ce n’était rien de grave. Na Ya ignorait si les dernières paroles de Dong Hwan s’adressaient à elle ou bien à sa fille mais elle n’en avait cure. Tout ce qu’elle retenait était la sérénité et le calme de Dong Hwan.

« Je suis sûre que tu ferais un très bon père… » chuchota-t-elle en caressant délicatement la joue chaude de son bébé.

Son autre main trouva son chemin jusqu’à Dong Hwan et alla se poser juste au-dessus de son genou en guise de remerciement avant qu’elle ne reprenne la parole.

« Sans Hyun Joong, je suis totalement perdue. » avoua-t-elle sans honte. « Heureusement que tu es là. »

Elle ressentait toujours cette sensation désagréable inqualifiable, comme s’il lui manquait quelque chose, une part d’elle-même, comme lorsqu’ils avaient été exilés en Europe. C’était la première fois que cela se produisait depuis la naissance de Hye Sun. Elle s’était sentie dépassée, incapable de faire quoique ce soit. Par-dessus tout, elle se sentait coupable de n’avoir pas su voir que son enfant n’allait pas bien plus tôt. Elle soupira discrètement.

« Je vais te chercher de l’eau et un biberon vide pour donner ses médicaments à ma petite puce. » ajouta-t-elle en se levant. « Est-ce que tu veux boire quelque chose ? Un café ? Une citronnade ? Une bière ? De l’eau ? »

Elle avait besoin de remercier son ami et de s’activer un peu jusqu’à chasser cette graine de malaise en elle. Elle était habituée à tout gérer d’une main de maître. Le doute n’avait pas de place dans sa vie. Elle se pencha un instant pour déposer un baiser aimant sur le nez de la fillette.

« Maman revient très vite » murmura-t-elle de sa voix la plus douce.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Ven 15 Nov - 19:54

« Je suis sûre que tu ferais un très bon père… »

Furent les premiers mots que mon amie prononça alors qu’elle s’était rapprochée pour être auprès de sa fille, la rassurer de gestes tendres et avait posé une main sur ma cuisse, sans doute en signe de remerciement. Moi, un bon père ? Je n’en étais pas vraiment convaincu, après tout, j’avais juste fait mon travail. Et puis ce n’est pas ici que les gens verraient d’un très bon œil un homme à tendances bisexuelles avoir un enfant. Mais ça ne m’empêchait pas d’adorer les enfants en attendant d’avoir les miens, ça non.

« Sans Hyun Joong, je suis totalement perdue. Heureusement que tu es là. »

Je posai une main sur la sienne pour lui transmettre un peu de soutien.

« Et tu sais que tu peux m’appeler quand tu veux, je viendrai toujours si tu en as besoin. »

Je la comprenais aussi. Etre si proche de quelqu’un que tu peux te sentir perdu et vide lorsqu’il n’est pas là, à tes côtés. Jon peut penser que j’exagère mais c’était exactement ce que je ressentais quand je n’avais pas vu mon petit-ami depuis au moins une journée. Mais à l’époque du lycée, on est jeune et nos émotions sont plus fortes. En vieillissant, on devient des adultes blasés. Et dans mon cas, toujours amoureux de la même personne. Mais bref, ce n’est pas le sujet. Il savait que Na Ya était très attachée à son mari et il imaginait sans peine sa panique en voyant sa fille malade alors que lui était absent.

« Je vais te chercher de l’eau et un biberon vide pour donner ses médicaments à ma petite puce. Est-ce que tu veux boire quelque chose ? Un café ? Une citronnade ? Une bière ? De l’eau ? »

La jeune femme se leva et je lui souris pour qu’elle se détende un peu. Elle paraissait tellement nerveuse. Elle ne devait pas encore être totalement rassurée pour sa petite puce et c’était normal. N’importe quel parent agirait ainsi.

« Un café, ça m’ira très bien. »

Je l’observai déposer un petit baiser sur le nez de Hye Sun. Vraiment, Na Ya était sans aucun doute une très bonne mère. Sa petite famille avait énormément de chance.

« Maman revient très vite »

Je regardai mon amie partir dans la cuisine et en revenir quelques instants plus tard avec ma tasse de café et un biberon dans les mains. Je la remerciai et pris dans les médicaments que j’avais emmené avec moi une boîte d’antibiotiques. A cet âge-ci, il était impossible d’avaler ces grosses pilules que même parfois les adultes ont du mal à prendre alors je brisai la petite pellicule et versai la poudre à l’intérieur dans le biberon de la fillette. C’était plus pratique comme ça.

« Il faudrait que tu lui donnes les antibio trois fois par jour et normalement elle devrait être en pleine forme rapidement. »

Je rangeai la boîte de médicaments et la posai sur la table basse puisque je l’avais amené pour la lui donner, et tendis le biberon à Na Ya. Hye Sun accepterait plus facilement les médicaments s’ils lui étaient donnés par sa mère pour la laisser faire. Pendant ce temps-là, je bus un peu de mon café.

« Si tu veux, je reste ici cette nuit pour veiller sur elle et m’assurer que la fièvre baisse. Et comme ça, je serai plus rassuré si quelqu’un reste avec toi. »

Je ne savais pas à quelle heure Hyun Joong allait rentrer, mais je ne pouvais pas laisser mon amie seule à s’inquiéter. Ca lui ferait sûrement du bien d’avoir une présence à ses côtés et puis, on ne s’était pas vu depuis un petit moment donc ça nous permettrait de parler un peu.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Dim 24 Nov - 1:20

Tout en lui assurant son soutien en tout temps, Dong Hwan posa sa main chaude sur celle de son amie. Cette dernière esquissa un sourire, discret et peu sûr de lui. Lorsqu’elle se leva, ce fut au tour de Dong Hwan de sourire avant de choisir sa boisson. Na Ya se dépêcha donc d’aller préparer un café, noir et bien corsé. Elle profita de ces instants pour tenter de se recomposer une apparence sereine avant de réapparaître avec entre les mains la tasse pour Dong Hwan et le petit biberon à jus de sa princesse. Elle déposa le tout sur la table maintenant trop encombrée à son goût. Puis elle reprit sa place à côté de sa fille, observant attentivement chacun de ses gestes. Elle écouta sagement les conseils de Dong Hwan quant aux soins à apporter à Hye Sun. Le lendemain, elle n’irait certainement pas au foyer. Elle resterait à la maison, s’occupant de sa fille et s’assurant qu’elle ne manquait de rien et guérissait bien.

L’infirmier tendit le biberon à la jeune mère avant d’entamer son café. Na Ya prit le flacon et s’installa confortablement contre le dossier. Puis elle coinça le biberon entre ses genoux avant de prendre en toute délicatesse sa fille dans ses bras. Elle lui donna un baiser sur le front avant de l’asseoir sur ses cuisses, reposant son dos et sa tête contre son bras. De sa main droite, elle prit le biberon et, face à l’agitation de sa petite fée, tenta une petite justification.

« Allez ma puce, bois ça, tu iras mieux après. »

La fillette avait soif, aussi se laissa-t-elle faire et accepta-t-elle le biberon tendu sous le sourire à peine soulagé de sa mère. Na Ya laissa un soupir troubler le calme. Elle connaissait les effets des antibiotiques sur sa Hye Sun. Elle savait qu’avec ça, la petite s’endormirait rapidement. Même si la guérison ne serait pas instantanée, elle se sentirait soulagée si la petite malade dormait. Elle pensait qu’endormie, elle souffrirait moins. Alors que Hye Sun buvait sagement son biberon, Dong Hwan proposa à Na Ya de passer la nuit chez elle. Na Ya décrocha enfin son regard de sa fille pour lancer un coup d’œil empli de reconnaissance à l’homme assis à côté d’elle. Elle savait depuis fort longtemps qu’elle ne pouvait pas compter sur beaucoup de personnes. De même, elle avait bien rapidement compris qu’elle ne pouvait pas accorder sa confiance à la légère. Toutefois, Dong Hwan avait su faire comprendre à la jeune femme qu’il était une personne fiable sur laquelle elle pouvait réellement compter. En cet instant, il lui affirmait clairement qu’il tenait à elle et était prêt à sacrifier sa soirée complète pour rester avec elle, veillant sur sa fille et sur elle-même. Elle se sentit flattée et un fugace sentiment de sécurité s’empara d’elle.

« Si tu n’as rien de prévu, je serais très heureuse de te garder ici pour dîner » énonça-t-elle doucement. « Et pour la nuit. Hyun Joong ne rentrera pas avant demain midi. Tu n’imagines pas comme tu me soulages. »

Na Ya vérifia le niveau du biberon de Hye Sun lorsque celle-ci gazouilla. Constatant qu’elle avait fini, elle déposa le biberon sur la table basse et redressa sa fille. Ses petites jambes posées sur les cuisses de sa mère, Hye Sun reposait contre le torse de sa génitrice. Celle-ci glissa un peu contre le dossier pour permettre à l’enfant de s’endormir. Sa main gauche posée dans le dos de sa fille, elle apposa délicatement son autre main sur le poignet de Dong Hwan, l’attirant doucement près d’elle. Elle se décala avec autant de délicatesse que possible pour que leurs jambes se touchent. Sa main alla alors prendre celle de son ami et elle posa doucement sa tête sur son épaule dans un geste tendre. Elle acceptait de se reposer sur lui. Ils restèrent ainsi quelques minutes, dans un silence agréable. Son enfant blotti contre elle, Na Ya pouvait sentir chacun des battements de son cœur. Aussi sut-elle immédiatement qu’elle avait fini par s’endormir. Elle ne bougea pourtant pas de peur de la réveiller.

« Tu me diras combien je te dois pour les médicaments » chuchota-t-elle près de l’oreille de son ami.

Na Ya lâcha enfin la main de l’infirmier. Elle se redressa et finit par se relever, tenant fermement l’enfant endormie contre elle.

« Je vais la coucher, » annonça-t-elle. « Je garderai le babyphone avec moi, au cas où elle se réveille. »

Elle s’éloigna d’un pas léger vers la chambre de bébé et déposa délicatement sa princesse dans son lit, la couvrant correctement pour qu’elle n’ait pas froid. Après une caresse pour éloigner les cheveux de Hye Sun de son visage et vérifier que la fièvre n’était pas montée encore, la jeune femme mit en marche le babyphone et récupéra l’autre appareil qu’elle apporta dans la pièce à vivre. Lorsqu’elle retrouva Dong Hwan, elle ne fit aucun effort pour réprimer l’envie de l’étreindre de toutes ses forces.

« Heureusement que tu es là, » lâcha-t-elle à son oreille avant de finalement se ressaisir. « Tu dois avoir faim ! Qu’as-tu envie de manger ? Si tu veux, on peut commander quelque chose ! »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Lun 16 Déc - 20:27

J’observai avec un fin sourire mon amie s’occuper de son adorable fille et je ne pus m’empêcher de l’envier. Elle avait la chance d’avoir une famille, de pouvoir donner tout son amour à ces personnes qui lui étaient chères et d’en recevoir en retour. Moi je n’avais rien de ça, j’avais simplement un colocataire et des enfants malades à choyer. Enfin, c’était mieux que rien, c’était en quelque sorte ma famille et j’étais quand même très heureux de les avoir mais ce n’était pas pareil. Enfin, je devais arrêter de me plaindre. Peut-être qu’un jour, je réussirai à être plus heureux que je ne le suis actuellement. Je l’espérais et me focalisais sur le travail pour oublier tout le reste. Na Ya m’adressa un regard doux et je sus qu’elle me remerciait d’être là à ses côtés.

« Si tu n’as rien de prévu, je serais très heureuse de te garder ici pour dîner. Et pour la nuit. Hyun Joong ne rentrera pas avant demain midi. Tu n’imagines pas comme tu me soulages. »

J’étais bien content de me rendre utile ici, de l’empêcher de se sentir trop seule et de continuer à s’inquiéter pour Hye Sun. J’étais mieux ici plutôt que seul chez moi. La jeune femme prit sa fille contre sa poitrine lorsque la petite eut fini de boire et se mit contre le dossier du canapé. Elle me rapprocha doucement d’elle pour pouvoir poser sa tête sur mon épaule tandis que sa petite princesse s’endormait dans ses bras. Son geste n’avait rien d’ambigu, il était chaleureux et doux, tout comme elle. Bien que mon amie était une jolie femme, il n’y avait jamais eu rien de plus que de l’amitié entre nous. J’étais encore amoureux d’un autre donc il m’était impossible d’être attiré par qui que ce soit. Et c’était sans doute parce que j’étais un homme inoffensif qu’elle me faisait entièrement confiance.

« Tu me diras combien je te dois pour les médicaments »

Je la regardai, surpris, alors qu’elle se redressait, la petite toujours dans ses bras.

« Je vais la coucher. Je garderai le babyphone avec moi, au cas où elle se réveille. »

J’hochai simplement de la tête et la suivis des yeux jusqu’à la chambre. Je me redressai et finis ma tasse de café en attendant mon amie et la vis revenir peu de temps après, avec le babyphone en main, comme elle l’avait dit. Lorsqu’elle revint à mes côtés, elle me prit soudainement dans ses bras, ce qui me fit sourire, et je répondis à son câlin.

« Heureusement que tu es là. Tu dois avoir faim ! Qu’as-tu envie de manger ? Si tu veux, on peut commander quelque chose ! »

Elle défit son étreinte et je lui souris en voulant lui répondre que je n’avais pas si faim que ça. Mais mon ventre choisit ce moment pour me trahir et grogner son désaccord. Bon d’accord, j’avais peut-être un peu faim.

« Oh je ne suis pas difficile ! Qu’est-ce que tu avais prévu pour le dîner ? Quoi que ce soit, ça m’ira très bien. »

Je n’avais pas besoin de plat spécial. Quelque chose de simple m’allait très bien, même juste des ramyeons c’était suffisant. D’ailleurs, j’adorais les ramyeons, ça me rappelait souvent de jolis souvenirs du lycée. Et puis même n’importe quoi d’autre, j’aimais vraiment tout. Faut dire que j’étais habitué à la cafétéria de l’hôpital qui était loin de faire dans la restauration trois étoiles.

« Et ne t’inquiète pas, tu ne me dois rien. J’étais content d’aider ta petite puce à aller mieux, et puis les antibios coûtent trois fois rien. »

Je lui souris pour la convaincre qu’elle n’avait vraiment rien à me rembourser et pris doucement sa main entre les miennes.

« Et toi, tu veux manger quelque chose de spécial ? »

Je faisais partie de ceux qui n’aimaient pas choisir ou imposer leur choix aux autres, ce défaut était tenace me pourrissait la vie parfois, mais tant pis, j’étais comme ça après tout et il serait difficile de changer.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Dim 29 Déc - 13:09

Na Ya laissa ses traits se détendre totalement en entendant les gargouillements du ventre de l’infirmier. Elle pouffa légèrement, amusée par la bouille de l’infirmier. Elle avait capté ce changement dans son regard lorsque son estomac l’avait trahi. Il était passé d’un refus catégorique à une acceptation totale de n’importe quel repas. Dong Hwan disait ne pas être difficile, ce qui fit largement sourire la maîtresse de maison. Elle réfléchit à la question posée. Avec tout ce qu’il s’était passé, elle n’avait absolument rien prévu. Elle allait l’annoncer lorsque son ami fit encore une fois montre de son incroyable générosité. Elle n’insista pas pour le rembourser. Elle aurait toutes les occasions du monde de payer sa dette plus tard.

Dong Hwan ne la laissa pas non plus objecter quoique ce soit, son désarmant sourire apparaissant sans prévenir. Puis il lui demanda si elle voulait manger quelque chose de spécial. Alors ses pensées reprirent leur cheminement, son regard se posant sur la table sur laquelle gisait les restes du repas de Hye Sun. Pour se laisser le temps de réfléchir un peu, elle se coucha à demi sur le sofa, posant sa tête sur les genoux de Dong Hwan. Les mains croisées sur son ventre plat, elle fixait un point invisible au plafond.

« J’ai eu une journée tellement pourrie, » avoua-t-elle. « Je ne sais pas du tout quoi faire. Si tu n’étais pas là, j’irai dans la chambre de Hye Sun, j’installerai le fauteuil près de son lit et je passerai la nuit à l’observer. »

Elle se força à rire un peu pour paraître plus détendue. En réalité, elle se sentait nulle. Le dîner n’était pas prêt, sa fille était malade, elle avait eu un mal fou à gérer tous les imprévus de la journée, … Rien n’allait comme sur des roulettes. Elle n’avait absolument rien contrôlé.

« Tu me connais maintenant, tu sais que j’aime tout contrôler. Et aujourd’hui il est arrivé tellement de choses incontrôlables que je n’arrive même plus à réfléchir ! Je ne comprends pas comment c’est possible. »

Elle ferma les paupières après ces pensées échappées à voix haute. Lorsqu’elle dévoila de nouveau ses iris, elle affichait un air plus serein.

«Il vaudrait mieux commander quelque chose, » conclut Na Ya. « Des pizzas, ça te convient ? Le petit restaurant est au coin de la rue, ils livrent toujours très rapidement. » Elle se redressa et reprit : « Ca évitera à ton estomac râleur de grogner trop longtemps ! »

Elle adressa un clin d’œil à son ami puis alla chercher le prospectus sous le comptoir de la cuisine américaine. Elle le tendit à Dong Hwan.

« Tu choisis la pizza salée, je choisis la sucrée, » annonça-t-elle sur un ton posé. « Choisis ta préférée ! Je les aime toutes de la même façon, et elles sont toutes au même prix. »

Elle laissa à Dong Hwan le temps de choisir avant d’appeler pour commander. Lorsqu’elle reposa le téléphone sur son socle, elle invita Dong Hwan à la suivre jusqu’au comptoir de la cuisine américaine. Elle sortit du réfrigérateur une bouteille de Coca Cola et une bouteille d’eau fraîche. Elle prit deux verres et un sachet de biscuits apéritifs qu’elle déposa doucement sur la table. Elle savait que son ami ne buvait pas ou peu d’alcool, aussi ne lui proposa-t-elle aucune boisson alcoolisée.

« Fais comme chez toi, Dong Hwan. Et assieds-toi donc, tu dois être épuisé de ta journée. »

Face à lui, elle posa délicatement sa main sur celle qu’il avait posé sur le comptoir. Elle avait besoin de contacts et de chaleur humaine, plus que jamais. Elle avait aussi besoin d’une charge avec son âme sœur, chose qu’elle ne pouvait pas obtenir.

« Et ta journée alors ? Ca a été ? Ca fait un moment que l’on ne s’était pas vu tous les deux. Qu’as-tu à raconter à ta grande sœur ? »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Lun 30 Déc - 23:27

Na Ya avait l’air mal, pas physiquement mais moralement. Elle avait l’air d’avoir passé une très mauvaise journée et j’avais envie de faire quelque chose pour l’aider à se sentir un peu mieux. Elle me confirma ma pensée lorsqu’elle vint s’allonger sur le canapé et poser sa tête sur mes cuisses, fixant le plafond. Alors naturellement, je lui caressai doucement les cheveux pour lui montrer qu’elle avait tout mon soutien. Elle en avait bien besoin, elle n’était pas habituée à ce que les choses lui échappe, elle était le genre de femme forte qui avait tout sous contrôle. Un peu le contraire de moi qui ne contrôle absolument rien de ma vie. C’était sans doute pour ça qu’on s’entendait bien, parce qu’on était des opposés.

Puis mon amie se releva du canapé et annonça qu’on devrait commander quelque chose à manger, elle retrouva un prospectus dans la cuisine qu’elle me tendit pour que j’en choisisse une. C’est vrai qu’une pizza allait bien me remplir l’estomac et ensuite il n’aura plus de raison de grogner. La jeune femme appela pour commander puis elle sortit des boissons et de quoi grignoter. Elle m’invita à m’asseoir, ce que je fis, car il était vrai que je fatiguais un peu de la journée que je venais de passer. Elle posa une main sur la mienne, j’appréciais ce contact, c’était apaisant, surtout venant d’elle. Aussi je retournai ma main pour pouvoir serrer la sienne, sentir sa chaleur. Car Na Ya a toujours été une personne très chaleureuse avec qui il est facile de nouer des liens.

« Et ta journée alors ? Ca a été ? Ca fait un moment que l’on ne s’était pas vu tous les deux. Qu’as-tu à raconter à ta grande sœur ? »

Je souris à ces mots. Il était vrai que j’avais tendance à la considérer comme ma vraie sœur, comme un membre de ma famille, un peu de la même manière que Se Jong, et lorsqu’on se voyait, je me reposais sur elle et lui racontai mes soucis, qui bizarrement n’avaient pas beaucoup changé au fil du temps.

« C’est vrai que ça faisait un moment, mais rien n’a changé depuis la dernière fois. J’ai toujours des journées assez éprouvantes, à être entouré d’enfants malades. J’aimerai faire quelque chose pour les soulager un peu, alors j’essaie de passer le plus de temps possible avec eux. Au moins, ils ont le sourire mais ils nous arrivent de ne pas pouvoir les sauver. »

J’attrapai la bouteille d’eau et me servis un verre avant de boire lentement quelques gorgées. J’étais faible devant la mort mais je continuai malgré tout d’être à leurs côtés pour leur donner la force nécessaire pour surmonter toutes leurs souffrances.

« Puis tu me connais, je suis assez sensible et je m’attache un peu trop à ces petits. Je suis une vraie maman poule avec eux, mais ils m’aident bien à combler mon vide affectif. »

Je lui offris un mince sourire et serrai davantage sa main dans la mienne. Je ne voulais pas lui donner l’impression d’être malheureux car ce n’était pas vraiment le cas.

« Ma vie sentimentale non plus n’a pas changé, je me sens seul parfois mais je le vis plutôt bien. Et puis j’ai un colocataire, je ne sais pas si je te l’avais dit. »

Bien sûr, ce n’est pas Kyu Jung qui va changer beaucoup de choses à ma vie, mais il est quand même d’une grande aide.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Mar 31 Déc - 11:50

Lorsque Dong Hwan parler de la principale difficulté de son travail, Na Ya sentit son cœur se serrer. L’enfance revêtait pour elle un caractère sacré. Rien ne devait venir entacher l’innocence de l’enfance. Nul enfant ne devait perdre la vie. C’était quelque chose qu’elle refusait, c’était également l’une des plus grandes peurs de la jeune mère. Silencieusement, Na Ya regarda son ami boire en l’imitant machinalement. Elle sourit à l’association de la personne de Dong Hwan et d’une maman poule.

« A partir du moment où tu rends moins insupportables les souffrances d’un enfant, tu peux considérer que tu l’as sauvé. »

Elle savait que Dong Hwan aimait son métier malgré toutes les difficultés qui en découlaient, mentalement parlant. Et elle comprenait parfaitement qu’on s’implique autant dans une tâche aussi éprouvante. C’était aussi ce qu’elle faisait, sans jamais réussir à s’arrêter bien qu’elle souffrit souvent. Dong Hwan et Na Ya étaient très différents du point de vue de leurs caractères, toutefois ils vivaient pour les mêmes raisons : aider des enfants du mieux qu’ils le pouvaient, tout en sachant que certains d’entre eux ne seraient jamais sauvés. Na Ya s’imaginait bien que la situation de son ami était sans doute pire que la sienne. Voir des enfants mourir n’était pas la même chose que voir des enfants mal tourner.

« Ce n’est pas moi qui te blâmerai pour ton attachement. Je sais bien qu’on ne peut pas faire autrement face à des enfants blessés. »

Soudainement, son regard s’illumina. Elle venait d’avoir une idée, mêlant les enfants de Dong Hwan et les siens. Ou du moins quelques uns des siens.

« J’ai entendu dire que tu étais à la recherche d’activités pour changer un peu les idées de tes loulous. Et moi, j’ai besoin de mettre du plomb dans la tête de certains de mes protégés. Je suis certaine qu’ils adoreraient venir passer quelques heures avec tes petits bouchons. Ils pourraient leur lire des histoires, ou leur jouer de petites pièces de théâtre… Ou bien mener des ateliers jeu de société ! »

Na Ya laissa un sourire rêveur glisser sur son visage, chassant la fatigue immédiatement.

« Que dis-tu de cela ? Je pense que ça pourrai être bien pour les tiens comme pour les miens. Et on pourrait travailler ensemble l’espace de quelques heures. J’aimerais te voir avec ces enfants… Lorsque tu en parles, ton regard brille d’une façon très particulière. J’ai envie de connaître cette partie de ta vie autrement que par des paroles. »

Puis l’infirmier lui parla de sa vie sentimentale stagnante et d’un nouveau colocataire. Immédiatement, Na Ya afficha un air curieux. Il n’était pas dans sa nature de se mêler de ce qui ne la regardait pas mais elle estimait que la vie de son ami, sans doute le meilleur avec Soo Jin, méritait toute son attention.

« Tu n’as qu’à passer quand tu te sens seul ! Tu sais bien qu’on est toujours ravi de t’avoir à la maison. » Elle lui offrit sont plus beau sourire avant de reprendre la parole. « Mais avec ton colocataire, tu dois quand même te sentir moins isolé, non ? Parle-moi un peu de lui ! Tu l’aimes bien ? Depuis combien de temps partagez-vous le même appartement ? Je veux tout savoir ! »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Mar 14 Jan - 20:39

Mon amie était quelqu’un d’extraordinairement gentil et à l’écoute des autres, elle m’écoutait, me comprenait, elle était quelqu’un de précieux sur qui je pouvais compter. C’était sans aucun doute grâce à ces qualités qu’elle était parfaite dans son travail auprès des enfants, elle était faite pour ce métier car elle avait aussi cette sensibilité et cette volonté d’aider ceux qui ont besoin d’un coup de pouce pour s’en sortir. En bonne amie qu’elle est, Na Ya me rassura sur le fait que c’était normal de s’attacher à ces petits bouts de choux avec qui je passais mes journées. En même temps, à force de les côtoyer, de jouer, rire avec eux, ils étaient plus que de simples patients, ils étaient devenus un peu mes enfants aussi. C’était d’ailleurs pour ça que les parents me faisaient confiance, ils savaient que je prenais soin de leur progéniture, ils entendaient parfois parler de moi.

Puis à force de m’entendre parler de mes petits choux, elle eut une idée et m’en fit part. Son idée, c’était de rassembler mes petits et les siens pour qu’ils fassent des jeux et s’amusent ensemble. Elle n’avait même pas besoin d’en dire plus pour m’emballer. C’était tout à fait ce qu’il fallait pour occuper mes petits choux et leur faire oublier l’espace d’une après-midi leurs maladies. Et il était certain que ça aiderait également ses protégés. Je ne pus m’empêcher de sourire lorsqu’elle déclara qu’elle voulait me voir avec les enfants parce que mon regard brillait quand j’en parlais. Sans doute parce qu’ils représentaient ce que j’avais de meilleur dans ma vie.

« Oui ce serait génial ! Je vais en parler à mes supérieurs dès demain pour que ça se fasse. Logiquement ça devrait passer vu que c’est une super idée, donc tu entendras sûrement rapidement parler d’eux. »

Et puis s’ils sont gentils, ils me laisseront superviser les activités car ils voient très bien que je me donne à fond pour améliorer le quotidien de mes petits patients, ils ne peuvent pas dire le contraire. J’implique même mes amis quand il le faut.

Puis Na Ya m’écouta encore attentivement alors que je parlai de ma vie sentimentale aussi plate que l’eau d’un lac gelé. Je me sentais quand même un peu embarrassé car ce ne devait pas être un sujet des plus passionnants pour elle. Mais elle m’écoutait quand même.

« Tu n’as qu’à passer quand tu te sens seul ! Tu sais bien qu’on est toujours ravi de t’avoir à la maison. »

C’était le genre de proposition qu’il ne fallait pas me faire. J’étais capable de passer tous les jours chez eux tant la solitude me prenait parfois.

« Mais avec ton colocataire, tu dois quand même te sentir moins isolé, non ? Parle-moi un peu de lui ! Tu l’aimes bien ? Depuis combien de temps partagez-vous le même appartement ? Je veux tout savoir ! »

Je la regardai, un peu surpris qu’elle soit aussi curieuse concert Kyu Jung, mais aussi avec un sourire, c’était assez amusant de la voir poser autant de questions. Enfin, c’est vrai que c’était le seul changement majeur dans ma vie ces derniers tant alors ça devait l’intéresser. Grâce à lui, grâce à sa présence, je me sentais mieux, je broyais moins du noir, j’arrivai à me sociabiliser un peu plus.

« D’accord je vais te parler de lui. Il est venu emménager en novembre et on s’est tout de suite très bien entendu, même si parfois il me fait un peu peur avec ses armes mais bon, c’est pour son travail. Et puis sinon que dire ?... Il est plutôt beau garçon mais il est trop grand, je fais vraiment petit à côté de lui ! Et puis, ah oui, mais c’est assez embarrassant… En fait, faut pas que je boive de l’alcool avec lui car tu me connais, je suis intenable même après seulement deux verres ! »

Je lâchai un petit rire nerveux. Intenable oui, et encore le mot était faible. Pauvre Kyu, quand je pense à ce que je lui ai fait subir cette nuit-là, enfin moi je ne me souviens de rien mais vu ce qu’il m’a raconté… Je m’éclaircis la voix car je me sentais rougir rien que de repenser à ça, au lendemain matin lorsque je me suis réveillé dans son lit, tous deux entièrement nus.

« On a déjà failli faire des bêtises à cause de moi… Mais sinon oui, je me sens mieux maintenant que je ne suis plus seul à l’appartement. J’aime parler avec lui, on se comprend bien. »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Mer 15 Jan - 17:12

Bien évidemment, l’idée de Na Ya fut tout de suite acceptée. Elle n’en avait pas douté une seule seconde. La seule chose qui l’inquiétait un peu était la faisabilité administrative. Elle savait qu’on fermait souvent la porte au nez de ses protégés sous prétexte qu’ils n’avaient pas la chance d’avoir une famille au sens conventionnel du terme. Elle espérait vraiment qu’un hôpital n’agirait pas de la sorte. Elle détestait avoir à remonter des bretelles. Dong Hwan semblait persuadé que l’idée serait également appréciée de ses supérieurs, aussi Na Ya choisit-elle de lui faire confiance. Dans le pire des cas, elle irait faire ce qu’elle faisait le mieux : convaincre et persuader que ses pupilles en valaient la peine.

Lorsque l’infirmier décida de répondre aux mille questions de la jeune femme, elle fut particulièrement heureuse. Elle buvait les paroles de son ami, attentive à la moindre de ses expressions, prenant garde au moindre de ses mots.

« D’accord je vais te parler de lui. Il est venu emménager en novembre et on s’est tout de suite très bien entendu, même si parfois il me fait un peu peur avec ses armes mais bon, c’est pour son travail. Et puis sinon que dire ?... Il est plutôt beau garçon mais il est trop grand, je fais vraiment petit à côté de lui ! Et puis, ah oui, mais c’est assez embarrassant… En fait, faut pas que je boive de l’alcool avec lui car tu me connais, je suis intenable même après seulement deux verres ! »

Le rire nerveux qui suivit cette déclaration empêcha Na Ya de se moquer gentiment du jeune homme. Pourtant, elle avait de quoi commenter chacune de ses phrases. Elle se contenta de le regarder en souriant avec une bienveillance amusée. Dong Hwan admettait son embarras et Na Ya avait hâte de savoir ce qui pouvait faire rougir à ce point son ami. Un court moment, il sembla oublier la présence de la jeune femme pour finalement se racler légèrement la gorge. Na Ya commenta par son silence et son sourire qui s’élargissait.

« On a déjà failli faire des bêtises à cause de moi… Mais sinon oui, je me sens mieux maintenant que je ne suis plus seul à l’appartement. J’aime parler avec lui, on se comprend bien. »
« Hop là, », l’interpela-t-elle ! « ne change pas de sujet, jeune homme ! De quel genre de bêtise parles-tu ? Comme tu vires à l’écrevisse, j’ai l’impression que tu as été plus qu’intenable, oui ! »

Elle vint se glisser à côté de lui et passa l’un de ses bras autour des épaules du jeune homme dont les joues avaient largement rosies.

« Mais dis-moi, toi, depuis craques-tu sur les mauvais garçons ? Tu deviens cachottier, petit frère, je n’aime pas ça. »

Elle croisa les bras sur sa poitrine, l’air faussement courroucé. Puis elle éclata de rire avant de redevenir sérieuse.

« J’ai l’impression que tu as trouvé la personne idéale pour partager un bout de ta vie, » conclut-elle. « Si tu as été aussi intenable que tu le dis et que malgré tout vous vous entendez toujours aussi bien, c’est que ton colocataire doit vraiment être exceptionnel ! Ca me rassure un peu. »

Elle enlaça brièvement son ami avant de se souvenir d’un détail qu’elle n’avait pas commenté mais qui l’avait toutefois interpelée.

« Mais attends, tu dis qu’il te fait peur avec ses armes ? Mais qu’est-ce qu’il fait comme métier pour avoir des armes chez lui ? Même les policiers n’ont qu’une arme de service chez eux. Il ne fait rien d’illégal au moins ? »

Tout en attendant des réponses, elle but un peu de soda, tentant de tromper cette graine d’inquiétude qui venait de naître en elle. Il n’y avait que peu de personnes pouvant prétendre à avoir vu ce regard particulier, mélange d’inquiétude et de détermination. Elle le réservait aux personnes qu’elle aimait réellement. Autant elle pouvait se ficher éperdument d’un étranger qui se viderait de son sang, autant elle ne pouvait empêcher son côté protecteur de s’exprimer lorsqu’il s’agissait de ces quelques personnes proches qu’elle aimait au point de vouloir prendre leur défense quoiqu’il puisse lui en coûter. Dong Hwan était d’autant plus important pour elle qu’il semblait incapable du moindre mal. Il avait dans le cœur cette innocence quasi-enfantine qui faisait de lui aussi un être à part.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Dim 26 Jan - 0:06

Mon amie comprit tout de suite que je voulais changer de sujet. Je ne savais pas comment elle faisait, elle devait avoir un sixième sens ou alors c’était moi qui étais vraiment trop prévisible. Peut-être était-ce les deux en fait… Et d’après ce qu’elle disait, j’étais maintenant tout rouge. En même temps… Même si je sais que je peux parler de tout avec Na Ya, je n’étais pas vraiment à l’aise sur ce sujet-là et vu les circonstances j’étais même embarrassé par ce que j’avais fait subir à Kyu Jung, même si ce n’était pas vraiment de la torture. A part la fin peut-être…

Elle continua de commenter ce que j’avais dit sur mon colocataire, riant également de mes réactions. Je la soupçonnais un peu de se moquer de moi, mais pourtant je réagissais normalement, non ? Et je faillis m’étouffer avec ma salive lorsqu’elle déclara que je craquais sur les mauvais garçons, Kyu étant sans doute le mauvais garçon en question. Ca c’était impossible, nous étions simplement colocataires et amis. Et j’étais, lui aussi en fait, sous l’emprise de l’alcool alors ça expliquait tout ça. Et je devais sans doute le lui expliquer pour qu’elle ne se fasse pas d’idées.

Ces étreintes, ces quelques contacts physiques avec Na Ya étaient apaisants et comblaient un peu mon manque affectif. Ils me donnaient l’impression d’être entouré malgré ma solitude, et heureusement pour moi c’était d’ailleurs le cas. Je n’étais pas seul, du moins pas autant que je pouvais le penser.

« Mais attends, tu dis qu’il te fait peur avec ses armes ? Mais qu’est-ce qu’il fait comme métier pour avoir des armes chez lui ? Même les policiers n’ont qu’une arme de service chez eux. Il ne fait rien d’illégal au moins ? »

Elle but un peu de son soda mais elle ne pouvait pas me tromper. Je voyais clairement à son regard qu’elle était inquiète pour moi. Il est vrai qu’en temps normal, c’est assez inquiétant de vivre avec un homme qui a tout un tas d’armes, mais Kyu Jung était différent et dans son cas c’était justifié. J’aurai peut-être dû éviter de lui parler des armes, ou alors lui dire directement son métier pour ne pas l’inquiéter inutilement. Car maintenant je devais la rassurer. Alors pour ce faire, je passai un bras autour d’elle et posai ma tête sur son épaule avant de lui sourire doucement.

« Ne t’inquiète pas, ce n’est pas un dangereux criminel ! Il était dans la police et maintenant il est détective. C’est juste qu’il a pas mal d’armes et ça ne me rassure pas trop mais je ne crains rien avec lui. »

Je déposai un baiser sur sa joue et pris mon verre pour boire un peu. J’espérai avoir réussi à la rassurer alors pour faire disparaître son inquiétude, j’ajoutai :

« Si tu veux, tu pourras venir un jour à la maison et je te le présenterai. »

Oui c’était sûrement la meilleure chose à faire. Et puis c’était une bonne idée, comme ça elle saurait vraiment avec qui je vis et qui sait, peut-être qu’ils s’entendraient bien. Bon après, si elle se mettait à lui parler de ce qu’il s’était passé cette nuit-là, je pense que j’irai me cacher pour ne pas mourir de honte. En plus, je sens que mon cher colocataire serait capable de lui raconter certains détails que même moi j’ignore… Valait mieux essayer de dissiper tout malentendu et essayer de satisfaire au mieux sa curiosité maintenant.

« Et concernant mes bêtises, je ne peux pas t’en dire beaucoup car je ne me souviens de rien… Mais d’après ce qu’il m’a raconté, après avoir bu, je lui ai monté dessus et l’ai chauffé comme pas possible jusqu’à ce qu’on finisse au lit. Et là, je l’ai frustré comme il ne l’a jamais été en m’endormant avant de… Enfin tu vois ! Vraiment intenable. »

Je finis mon verre pour me rafraîchir car je sentis mes joues chauffer à nouveau. C’était vraiment pas possible de rougir aussi vite, je devais ressembler à un enfant… Enfin, j’avais tout de même réussi à lui parler de cette fameuse nuit et me retins de revenir sur sa remarque, comme quoi je pourrai craquer sur quelqu’un. C’était tout bonnement impossible car il y avait encore quelqu’un dans mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Dim 2 Fév - 9:42

La réaction de Dong Hwan face à l’inquiétude la maîtresse de maison ne tarda pas. Il passa très vite son bras autour de sa taille gracile et posa délicatement sa tête sur son épaule. Il tentait de la rassurer. Néanmoins, il n’y parvint pas par ses gestes, pas plus que les paroles qui suivirent. Imaginer Dong Hwan dormant à côté d’un détective armé jusqu’aux dents dans la pièce d’à côté n’avait rien d’apaisant. Contrairement à ce qu’il pensait, tout le monde était loin d’être gentil. La plupart de ceux qui quittaient la police prématurément ne le faisait pas parce qu’ils étaient enfants de cœur. Elle lui lança un regard encore plus inquiet, et il embrassa tendrement sa joue avant de s’éloigner d’elle.

« Si tu veux, tu pourras venir un jour à la maison et je te le présenterai » , lui proposa-t-il alors.

Elle laissa un sourire se frayer un chemin sur ses lèvres, signe qu’elle se détendait peu à peu.

« Le plus tôt sera le mieux, » ajouta-t-elle.

Elle avait un bon instinct. Si le colocataire de Dong Hwan était mauvais, elle le sentirait. Elle espérait de tout son cœur que ce ne serait pas le cas. Le jeune homme semblait déjà tenir à lui, et Na Ya ne voulait pas être celle qui empêcherait son ami d’accéder à sa part de bonheur. Elle ne put s’empêcher d’envisager le pire, elle qui d’ordinaire était plutôt du genre à se dire qu’elle aviserait sur le moment. Elle se haïssait lorsqu’elle était ainsi. Elle sentait qu’elle ne contrôlait pas la situation, et ça l’agaçait prodigieusement.

« Et concernant mes bêtises, je ne peux pas t’en dire beaucoup car je ne me souviens de rien… » Na Ya pencha la tête sur le côté, quittant ses sombres pensées pour revenir à son ami. Quelles bêtises ? « Mais d’après ce qu’il m’a raconté, après avoir bu, je lui ai monté dessus et l’ai chauffé comme pas possible jusqu’à ce qu’on finisse au lit. Et là, je l’ai frustré comme il ne l’a jamais été en m’endormant avant de… Enfin tu vois ! Vraiment intenable. »

Toute inquiétude disparut brutalement de l’esprit de la jeune mère qui éclata d’un rire franc et sonore. Il s’arrêta aussi brusquement qu’il avait commencé lorsqu’elle se rappela que sa fille dormait dans la pièce à côté. Elle posa alors une main sur sa bouche et fixa Dong Hwan de ses yeux rieurs. Elle ne se moquait pas de lui, et elle était persuadée qu’il le savait. Elle le trouvait tout simplement génial. Il arrivait à faire des choses extraordinaires auquel personne ne pourrait jamais penser.

« Tu as vraiment fait ça, » demanda-t-elle, curieuse ? « Tu t’es endormi avant de concrétiser ? Donggie, tu es vraiment l’être le plus extraordinaire qu’il m’ait été donné de rencontrer ! »

Elle pinça gentiment l’une des joues écarlates de Dong Hwan dans un de ces gestes fraternels qu’elle adorait avoir à son égard. Puis elle vint se placer dans son dos, l’étreignant tendrement. Elle se disait qu’elle devait absolument rencontrer cet homme, ce détective.

« Tu es infernal, » énonça-t-elle en ébouriffant délicatement les cheveux de Dong Hwan. « Mais tu as raison. Il ne peut pas être mauvais. S’il l’avait été, il aurait sans aucun doute tout fait pour obtenir ce qu’il voulait. Tu as eu de la chance, Lee Dong Hwan ! Mais maintenant, j’ai encore plus envie de rencontrer ce fameux colocataire ! »

Elle rit avec sa légèreté habituelle. Oui, elle avait terriblement envie de rencontrer cet homme qui ne ressemblait pas à la moyenne des hommes et qui avait su ne pas abuser de son ami alors qu’il était en état de vulnérabilité. Cette idée d’ailleurs lui déplut fortement. Dong Hwan ne buvait qu’en de rares occasions et se limitait toujours à de très petites quantités. Il lui avait déjà parlé de sa faible résistance à l’alcool. Alors pourquoi diable avait-il bu, avec son colocataire qui plus est ? Le menton posé sur l’épaule de Dong Hwan, ses bras faisant toujours le tour de sa taille, elle réfléchissait. Dong Hwan lui cachait des choses et elle n’aimait pas cela. Elle allait lui faire part de son mécontentement lorsque la sonnette de l’appartement résonna. Elle se détacha alors doucement de son ami.

« Ce doit être le livreur, » énonça-t-elle en s’avançant jusqu’à la porte.

Elle ouvrit, régla les pizzas en offrant la monnaie au livreur et réceptionna les boîtes encore chaudes avant de refermer la porte pour s’en retourner vers Dong Hwan. Elle déposa les boîtes sur le comptoir et s’installa face au jeune homme. Elle approcha un instant le babyphone de son oreille pour vérifier que Hye Sun n’avait pas été réveillée puis ramena toute son attention sur son invité.

« Il a quand même de la chance, lui aussi, » formalisa-t-elle. « J’aimerais bien te voir aussi un jour libéré de ces barrières que tu t’imposes en permanence ! On pourrait même aller draguer ensemble, tiens ! »

Elle attrapa deux assiettes sous le comptoir en riant et posa sur chacune d’elle une part de pizza. Elle tendit la sienne à Dong Hwan.

« Bon appétit, Monsieur je-ne-tiens-pas-l’alcool ! »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Lun 17 Fév - 19:48

Le rire franc qui s’éleva d’un coup me fit oublier à quel point je pouvais me sentir gêné de parler de ce qu’il s’était passé cette nuit-là. Oui même aujourd’hui, je me sentais gêné d’avoir fait ça, mais heureusement pour moi Kyu Jung ne m’en tenait pas rigueur et m’avait rapidement pardonné cette frustration. Mon amie s’arrête de rire rapidement en se rappelant que sa fille dormait dans la chambre à côté. Elle s’empêcha de rire en mettant une main sur sa bouche et continuait de m’adresser un regard rieur. Je venais de lui donner la preuve que j’étais vraiment intenable et imprévisible une fois que j’ai bu.

« Tu as vraiment fait ça ? Tu t’es endormi avant de concrétiser ? Donggie, tu es vraiment l’être le plus extraordinaire qu’il m’ait été donné de rencontrer ! »

Elle me pinça gentiment une joue et vint s’asseoir derrière moi pour m’enlacer tendrement. Je me laissai faire et posai mon visage contre son bras.

« Extraordinaire, j’en sais rien, mais tue-l’amour ça oui ! »

Je ris un peu de ma situation, en fait je comprenais un peu mieux pourquoi j’étais célibataire depuis longtemps. C’est sûr que qui pourrait vouloir de quelqu’un comme moi ? C’était impossible.

« Tu es infernal. Mais tu as raison. Il ne peut pas être mauvais. S’il l’avait été, il aurait sans aucun doute tout fait pour obtenir ce qu’il voulait. Tu as eu de la chance, Lee Dong Hwan ! Mais maintenant, j’ai encore plus envie de rencontrer ce fameux colocataire ! »

Elle avait raison sur ce point et c’est depuis cette nuit-là que je sais que je peux vraiment lui faire confiance, qu’il ne profitera jamais de moi, même quand je suis vraiment en position de faiblesse. J’hochai la tête et tournai mon visage pour me retrouver face à celui de Na Ya, posé contre mon épaule et lui souris.

« Je vais lui en parler et on t’invitera à la maison rapidement, comme ça tu pourras constater par toi-même que je ne crains rien avec lui. »

La sonnerie retentit à ce moment-là, obligeant mon amie à se relever pour aller ouvrir et payer le livreur. Une fois cela fait, je la vis se diriger vers le comptoir de la cuisine avec les pizzas et elle se retourna pour me faire face.

« Il a quand même de la chance, lui aussi. J’aimerais bien te voir aussi un jour libéré de ces barrières que tu t’imposes en permanence ! On pourrait même aller draguer ensemble, tiens ! »

Je la comprenais, je savais que tout ça embêtait aussi mes amis. Ils n’étaient pas aveugles, certains l’avaient facilement que remarqué que je faisais semblant d’aller bien et que je gardais tout pour moi, mais ce n’était pas facile d’en parler, ni même d’agir pour changer et penser peut-être un peu à moi et à être heureux.

« Draguer ensemble ? Si tu me fais boire avant, ça ne pose pas de problèmes. Mais ton mari sait que tu vas draguer comme ça ? »

Je crois bien que je n’arriverai jamais à me faire aux mœurs très légères de la maison. Moi, c’est certain que je ne pourrai pas, j’aurai beaucoup de mal à aller voir ailleurs en ayant quelqu’un aussi adorable à mes côtés, mais après tout s’ils sont heureux comme ça, ça ne me regarde pas vraiment.

Na Ya revint à mes côtés, deux assiettes dans les mains, chacune garnie d’une part de pizza.

« Bon appétit, Monsieur je-ne-tiens-pas-l’alcool ! »

Je ne pus m’empêcher de sourire à cette remarque qui était très bien trouvée. En même temps, je crois que je l’ai bien cherché. Mais j’aime bien quand Na Ya s’amuse à me charrier, ça me montre que notre lien est très fort et qu’on s’apprécie beaucoup. Je pris mon assiette en lui tirant un peu la langue et mordis dans ma pizza avant de déclarer encore la bouche pleine :

« Je te rassure, c’est la première fois que ça m’arrive de m’endormir comme ça avec un de mes partenaires. Mais c’est… Perturbant de se réveiller nu et accompagné dans un lit alors que tu te souviens de rien. »

Et c’était peu de le dire. En plus, c’était la première fois depuis une certaine époque que je me retrouvais dans le lit d’un homme et rien que ça c’était perturbant.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Jeu 27 Fév - 12:20

« Extraordinaire, j’en sais rien, mais tue-l’amour ça oui ! »

Ca, c’était certain. Na Ya ne pourrait pas le nier. Si l’une de ses conquêtes lui faisait ce genre d’affront, elle ne pardonnerait sans doute pas. Mais elle avait cette forme d’intransigeance que seuls les étrangers pouvaient lui découvrir. Enfin bon, pour Dong Hwan, elle voulait bien croire que l’alcool l’ait assommé brutalement. Il n’était pas fait pour boire, ce frère de cœur. Il était fait pour s’occuper des autres et pour être chouchouté par les autres. Cet adorable jeune homme.

« Je vais lui en parler et on t’invitera à la maison rapidement, comme ça tu pourras constater par toi-même que je ne crains rien avec lui. »
« D’accord ! J’attendrai ton invitation avec impatience ! Tu me diras quel genre de pâtisserie il aime, que je puisse indirectement le remercier d’avoir pris soin de toi ! »

Na Ya était suffisamment dénuée de gêne pour en parler directement, mais elle savait que cela ne plairait pas à son petit frère. Elle s’en abstiendrait donc. Néanmoins, elle voulait au moins montrer sa reconnaissance. C’était ce que faisaient les membres d’une famille normalement. Si ce gars mettait un peu de joie dans la vie de Dong Hwan, Na Ya estimait qu’il avait le droit au bénéfice du doute et qu’elle devait l’en remercier, d’une façon ou d’une autre.

« Draguer ensemble ? Si tu me fais boire avant, ça ne pose pas de problèmes. Mais ton mari sait que tu vas draguer comme ça ? »

Na Ya offrit un sourire à son ami avant de s’expliquer. Il était vrai que le mode de fonctionnement qu’elle et son mari avait n’était pas facilement compréhensible.

« Donggie, Hyun Joong et moi sommes ensembles depuis toujours, on s’est sorti de l’enfer ensemble, on s’est marié et on a une petite fille ensemble. Heureusement qu’il sait ! Et il fait la même chose de son côté. »

Quand on avait traversé autant de tempêtes que ce couple en avait traversées, on pouvait aisément comprendre, faute d’accepter, leur façon de vivre. Néanmoins, peu de personnes avaient connaissance de la part peu reluisante du passé des deux âmes sœurs. Ils ne s’en vantaient pas, et les gens qui découvraient leurs mœurs se contentaient généralement de fuir, condamnant sans savoir. Dong Hwan faisait partie des rares personnes à savoir mais à ne pas juger. Peut-être que s’il s’attardait plus sur la question Na Ya pourrait lui expliquer pourquoi ni Hyun Joong ni elle ne voyaient en leurs coucheries des tromperies adultères. Elle aimait suffisamment l’infirmier pour pouvoir lui dévoiler une partie d’elle qu’elle cachait farouchement au reste du monde et elle supposait qu’il l’aimait suffisamment pour l’accepter sans pitié superflue ni jugement.

Elle servit la pizza et attaqua sa part avec les mains. Elle avait beau affectionner le raffinement et une certaine forme de perfection, manger de la pizza avec des couverts étaient une chose qu’elle ne pouvait envisager. Elle avait appris l’art de dévorer une pizza dans sa famille d’accueil française et n’avait plus jamais utilisé de couverts par la suite.

« Je te rassure, c’est la première fois que ça m’arrive de m’endormir comme ça avec un de mes partenaires. Mais c’est… Perturbant de se réveiller nu et accompagné dans un lit alors que tu te souviens de rien. »

Na Ya avala sa bouchée avant de rire encore. Elle lança un regard entendu à son ami, amusée par sa réflexion ainsi que par le fait qu’il ait parlé la bouche pleine.

« Mais j’espère bien que c’est la première fois que ça t’arrive ! Tu imagines ta réputation si ça arrivait plusieurs fois ? Et puis… Pauvre de tes partenaires ! J’aurais été super vexée moi ! Et fais-moi confiance que tu l’aurais sentie passée, ma frustration ! »

Ca, c’était certain. Alcool ou pas, elle n’aurait pas laissé passer une telle chose. C’est qu’elle pouvait être susceptible, la très calme Na Ya !

« Enfin je comprends que ça t’aie perturbé, même si ça ne m’est jamais arrivé ! Je crois que je vais être obligée de t’apprendre à boire, mon petit Dong Hwan ! »

Elle se rapprocha, taquine, et murmura.

« Promis, je veillerai sur toi pour que tu ne fasses pas de bêtises… »

Même enivrée, Na Ya savait faire preuve de retenue. C’était toute sa nature. Na Ya acheva sa part de pizza. Et attendit qu’il en fut de même pour Dong Hwan avant de se resservir.

« Si tu veux, on pourra même venir Hyun Joong et moi. Mais on ne draguera pas alors. Parce que je suis jalouse quand je le vois avec d’autres. »

Elle fronça légèrement les sourcils en avançant cela. C’était un joli paradoxe, elle en avait bien conscience. Lorsqu’il était à portée de vue, elle se sentait tellement bien qu’elle ne pouvait laisser personne interférer entre eux. C’était sans doute parce qu’ils étaient âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Sam 29 Mar - 23:39

« D’accord ! J’attendrai ton invitation avec impatience ! Tu me diras quel genre de pâtisserie il aime, que je puisse indirectement le remercier d’avoir pris soin de toi ! »

Je ne pus m’empêcher de lui sourire. Je lui étais infiniment reconnaissant qu’elle veuille le remercier seulement indirectement avec des petites choses comme des pâtisseries. Je la connaissais, elle était du genre direct d’habitude mais je crois que ça m’aurait vraiment gêné si elle avait commencé à parler de cette nuit avec Kyu Jung. En fait, j’aurai aimé oublier cette histoire rapidement mais c’était quand même assez intense alors je pense que j’en entendrai parler encore longtemps.

« T’inquiète, tu l’auras. »

D’ailleurs, je m’en veux un peu d’en parler que maintenant à Na Ya. Pourtant ça fait un moment maintenant que je vis en colocation, mais je sais pas, j’avais peur qu’elle s’inquiète pour moi car ce n’est pas rien de prendre un colocataire, on accueille un inconnu chez soi. Et je ne m’étais pas tellement trompé. Mais heureusement pour moi je vis avec quelqu’un de bien.

La jeune femme m’adressa un sourire avant de me répondre. En fin de compte, j’aurai peut-être dû m’abstenir de cette question, ça ne me regarde pas vraiment.

« Donggie, Hyun Joong et moi sommes ensembles depuis toujours, on s’est sorti de l’enfer ensemble, on s’est marié et on a une petite fille ensemble. Heureusement qu’il sait ! Et il fait la même chose de son côté. »

C’est vrai que je me sens un peu bête d’avoir posé la question. C’était tout simplement impensable qu’elle trompe son mari vu comment ils s’aimaient.

« Désolé, j’aurai dû réfléchir avant de parler. Si vous êtes heureux comme ça, c’est tout ce qui compte. Au final, une vie comme la vôtre est sûrement préférable à la mienne. »

Parce que j’ai beau coucher à droit et à gauche, faire tout et n’importe quoi, je n’arrive pas à être heureux.

Mon amie s’était mise à rire à cause de ma remarque. Je ne comprenais pas trop pourquoi elle en riait, moi j’étais assez gêné. Et puis cette situation faisait un peu peur. Je me souviens encore de ma réaction quand je me suis réveillé dans le lit de Kyu et je ne veux pas revivre ça.

« Mais j’espère bien que c’est la première fois que ça t’arrive ! Tu imagines ta réputation si ça arrivait plusieurs fois ? Et puis… Pauvre de tes partenaires ! J’aurais été super vexée moi ! Et fais-moi confiance que tu l’aurais sentie passée, ma frustration ! »

Je haussai les épaules tout en mordant une nouvelle fois dans ma part de pizza.

« Oh je ne m’attache pas trop à des choses comme la réputation. Mais j’avoue que ce n’est pas le mieux pour mes partenaires, et heureusement que je n’ai pas passé la nuit avec toi. »

Je me mis à rire. J’avais de la chance que Kyu ne soit pas comme Na Ya sinon comme elle vient de le dire, je l’aurai senti passé.

« Enfin je comprends que ça t’aie perturbé, même si ça ne m’est jamais arrivé ! Je crois que je vais être obligée de t’apprendre à boire, mon petit Dong Hwan ! »

"Mon petit Dong Hwan", ce nom affectueux me fit sourire. Sa manière de s’occuper de moi était juste adorable. C’était pour cette raison que je la considérai comme ma famille.

« D’accord, je veux bien que tu me donnes des cours. »

Elle s’approcha et me murmura à l’oreille :

« Promis, je veillerai sur toi pour que tu ne fasses pas de bêtises… »

Je devais lui faire penser à un petit garçon pour me parler ainsi. Et en fait, c’est vrai que je ne devais pas être mieux que des gamins du lycée mais heureusement pour moi, on veillait sur moi.

« Si tu veux, on pourra même venir Hyun Joong et moi. Mais on ne draguera pas alors. Parce que je suis jalouse quand je le vois avec d’autres. »

Je remerciai mon amie lorsqu’elle nous resservit et ne put empêcher un petit sourire de naître sur mon visage.

« Alors vous serez mes deux chaperons ? J’aimerai bien te voir jalouse, ça doit être marrant à voir. Enfin à part pour ton mari. »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Mer 16 Avr - 11:31

Dong Hwan était absolument adorable aux yeux de la jeune mère. Il avait cette innocence qui avait toujours fait défaut à Na Ya et qu’elle voulait toujours trouver en lui. Si cela ne tenait qu’à elle, elle aurait voulu qu’il la conserve toujours. Rares étaient ceux qui avaient une telle part d’innocence et de naïveté.

« Désolé, j’aurai dû réfléchir avant de parler. Si vous êtes heureux comme ça, c’est tout ce qui compte. Au final, une vie comme la vôtre est sûrement préférable à la mienne. »

Cette réponse peina la jeune femme. Non pas qu’il ait dit quelque chose de mal. Na Ya avait l’habitude que les gens ne comprennent pas sa vie et c’était bien pour cela qu’elle n’en parlait pas. Mais elle n’aimait pas le fait qu’il ne fut pas heureux. Les êtres aussi doux et innocents que lui méritaient le bonheur, alors pourquoi étaient-ils les seuls à tarder à y accéder ? A côté de cela, des parents totalement irresponsables et destructeurs pour leurs enfants continuaient à vivre heureux. Cette injustice était cruelle, mais Na Ya ignorait comment lutter contre elle. Sans doute n’y avait-il rien qu’elle puisse faire si ce n’était assurer son soutien à son ami. Elle serait là dans les meilleurs moments comme dans les pires, tout comme lui s’évertuait à le faire.

« Notre vie n’est pas conventionnelle et ne l’a jamais été, normal que notre mode de vie ne le soit pas non plus ! Mais ne t’en fais pas, petit frère, tu trouveras ce qui te convient aussi ! »

Elle lui fit un clin d’œil amical. Ce jour-là, elle serait heureuse pour lui, qu’importe ce qu’il se passerait. Elle ne s’arrêtait pas aux apparences. Le tout était que Dong Hwan puisse être heureux, complet et garder cette innocence adorable qui le rendait irrésistible.

La conversation repartit sur un ton plus léger, Na Ya réagissant aux bévues de son invité avec tout le naturel dont elle était capable.

« Oh je ne m’attache pas trop à des choses comme la réputation. Mais j’avoue que ce n’est pas le mieux pour mes partenaires, et heureusement que je n’ai pas passé la nuit avec toi. »

Un grand sourire et Na Ya fit mine de griffer l’air, émettant un grognement félin, avant que son rire n’accompagne celui de l’infirmier. C’était vraiment adorable. Il ne s’inquiétait pas de sa réputation mais plutôt du bien-être de ses partenaires. Un véritable prince charmant en puissance ! Un prince charmant qui n’avait simplement encore jamais rencontré sa moitié. Na Ya ne put s’empêcher de penser que cela aurait été plus facile s’il avait été twao. Après tout, eux sentaient leur moitié et savait au premier baiser qu’ils étaient destinés à être ensembles. Cela simplifiait grandement les choses, de son point de vue du moins. Enfin ce n’était pas le cas de Dong Hwan qui semblait même ignorer l’existence de ces âmes scindées par les dieux.

« Alors vous serez mes deux chaperons ? J’aimerai bien te voir jalouse, ça doit être marrant à voir. Enfin à part pour ton mari. »
« Chaperons ? Non. Professeurs par contre, oui ! »

Elle se doutait qu’il réagirait. Il fallait bien avouer que l’imaginer jalouse était plutôt compliqué. Elle paraissait tellement calme, capable de gérer toutes les situations d’une main de maître sans faux accord. Mais comme venait de le voir Dong Hwan, ce n’était pas tout à fait le cas. Na Ya n’était pas une psychopathe bien qu’elle ne ressente pas les choses de la même façon que tous les autres, et il lui arrivait de perdre le contrôle et laisser les émotions la submerger. Elle posa le reste de sa pizza dans son assiette et appuya ses coudes sur la table, croisant ses mains.

« Figure-toi que Hyun Joong adore me voir jalouse, » fit-elle en regardant son ami droit dans les yeux. « Il est aussi cinglé que moi, nous nous sommes bien trouvés ! »

Elle laissa son regard se perdre dans le vide, repensant à la dernière fois qu’elle avait perdu le contrôle. Elle ne se souvenait plus trop de ce qui avait déclenché sa jalousie mais se rappelait parfaitement le regard de son mari sur elle, ainsi que la nuit qui avait suivie. Elle cligna des yeux et ramena son attention sur le moment présent.

« Non, c’est surtout désagréable pour moi. Je déteste cette sensation. Je me sens en danger de façon tout à fait irrationnelle. »

Et elle détestait avoir peur. Ils comptaient tellement l’un pour l’autre et l’un sur l’autre qu’elle ne supportait pas de voir qu’une autre personne puisse rêver obtenir son attention.

« Enfin la personne qui déguste le plus reste quand même le malheureux ou la malheureuse qui a osé s’approcher d’un peu trop près de mon mari. Je peux devenir son pire cauchemar si cette personne me pousse trop. Heureusement que je ne suis pas rancunière, d’ailleurs ! »

Elle se servit un verre d’eau, tout sourire, avant de servir Dong Hwan et de reprendre.

« Enfin ne t’inquiète pas de me voir comme ça. Je suis très professionnelle, alors si je dois être ton professeur, je ferais en sorte que ce genre de chose n’arrive pas. Et Hyun Joong en fera de même, même sans que je le lui dise. Il sait à quel point tu comptes pour moi. Mon Dong Hwan est trop important. »

Elle se leva pour venir le serrer dans ses bras, restant dans son dos. Oui, il était important. Ils étaient peu à l’être et elle savait prendre soin d’eux.

« J’ai l’impression qu’on va pouvoir beaucoup se voir dans les prochaines semaines. Entre le foyer, la rencontre de ton colocataire et ça, je vais être une sœur comblée ! »

Après l’insécurité qu’elle avait ressentie plus tôt dans la soirée, elle se sentait enfin bien.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Lun 16 Juin - 11:02

« Notre vie n’est pas conventionnelle et ne l’a jamais été, normal que notre mode de vie ne le soit pas non plus ! Mais ne t’en fais pas, petit frère, tu trouveras ce qui te convient aussi ! »

Je comprenais sans mal ce qu’elle voulait dire. Na Ya et son mari étaient heureux et en soi c’est le plus important, quel que soit leur mode de vie. D’un autre côté, même moi je n’avais pas vraiment une vie normale alors je n’avais aucun droit de juger. Quant à trouver un jour ce qui me convient, je l’espérai. Non pas que je sois désespéré à trouver l’amour, non je voulais juste être capable de tourner la page une bonne fois pour toutes et j’aurai sûrement besoin d’aide pour ça.

« Chaperons ? Non. Professeurs par contre, oui ! »

Des professeurs ? Je ne pus m’empêcher de sourire à cette réponse, en les imaginant tous les deux m’apprendre diverses choses. D’ailleurs, je me demandais comment ça allait se passer car si on se retrouve en boîte avec de l’alcool, il y a de fortes chances pour que je n’arrive pas vraiment à me maîtriser. Mais s’ils sont là avec moi, ça devrait aller, n’est-ce pas ? Mon amie croisa les mains, les coudes sur la table, avant de continuer :

« Figure-toi que Hyun Joong adore me voir jalouse, » fit-elle en regardant son ami droit dans les yeux. « Il est aussi cinglé que moi, nous nous sommes bien trouvés ! »

J’eus un sourire amusé à ces mots. Le mari qui aime voir sa femme jalouse, pas de doutes, ils devaient s’aimer à un point indéfinissable. Leur relation était vraiment incroyable et ça me faisait du bien de voir des personnes aussi heureuses, ça me montrait que c’était possible.

« Vous êtes trop mignons ! C’est comme si vous étiez fait l’un pour l’autre, de vraies âmes sœurs. »

C’est vrai, depuis que je les connais tous les deux, ils ont toujours été comme ça, toujours autant amoureux. En fait, je crois qu’ils sont un modèle du couple idéal pour moi. J’aimerai vraiment suivre leur exemple. Je posai moi aussi ma part de pizza, observant Na Ya qui sembla pensive l’espace d’un instant.

« Non, c’est surtout désagréable pour moi. Je déteste cette sensation. Je me sens en danger de façon tout à fait irrationnelle. Enfin la personne qui déguste le plus reste quand même le malheureux ou la malheureuse qui a osé s’approcher d’un peu trop près de mon mari. Je peux devenir son pire cauchemar si cette personne me pousse trop. Heureusement que je ne suis pas rancunière, d’ailleurs ! »

Je me mis à rire doucement, essayant d’imaginer le châtiment qu’elle faisait subir à la personne qui avait osé approcher son mari. Pas de doute qu’elle le sentirait bien passer, elle aussi. Na Ya pouvait être très doute et attentionnée mais je ne doutais pas qu’elle puisse se transformer en véritable cauchemar pour ses rivaux. Le pouvoir d’une femme jalouse est vraiment incroyable.

« C’est normal de réagir comme ça. Mais personne te prendra Hyun Joong, il t’aime trop pour se laisser faire et d’ailleurs si ça peut te rassurer, je te promets de ne jamais m’approcher trop de lui. »

Je lui souris et me penchai un peu pour déposer un baiser sur sa joue. J’avais beau ne pas avoir d’orientation sexuelle clairement définie, je savais ce que je devais faire ou ne pas faire pour ma survie. Et s’attaquer à un homme marié est l’une des pires choses qui puissent arriver. La mère de famille nous servit de l’eau et continua :

« Enfin ne t’inquiète pas de me voir comme ça. Je suis très professionnelle, alors si je dois être ton professeur, je ferais en sorte que ce genre de chose n’arrive pas. Et Hyun Joong en fera de même, même sans que je le lui dise. Il sait à quel point tu comptes pour moi. Mon Dong Hwan est trop important.

Ne t’inquiète pas, j’ai entièrement confiance en vous deux. Et puis même s’il arrivait quelque chose, je suis assez grand pour essayer de ne pas faire trop de bêtises. »

Enfin je l’espérais. C’est vrai que de ce côté, il y a du niveau me concernant. Je fais souvent des gaffes mais bon, si je me maîtrise un minimum, ça ira, j’en suis sûr. Mon amie se releva et vint me prendre dans ses bras par derrière. Je me sentais en sécurité dans ses bras, tous mes problèmes s’envolaient les uns après les autres. Elle réussissait à me donner cette sérénité que je n’arrivais pas à trouver lorsque j’étais seul chez moi.

« J’ai l’impression qu’on va pouvoir beaucoup se voir dans les prochaines semaines. Entre le foyer, la rencontre de ton colocataire et ça, je vais être une sœur comblée ! »

Je pris ses mains dans les miennes et les serrai doucement tout en acquiesçant d’un signe de tête.

« Moi aussi, je vais être un frère comblé de voir sa sœur aussi souvent. Ca me fait du bien d’être avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   Sam 28 Juin - 15:05

« Vous êtes trop mignons ! C’est comme si vous étiez fait l’un pour l’autre, de vraies âmes sœurs. »
« Mais nous sommes faits l’un pour l’autre, » répondit-elle le plus naturellement du monde.

Dong Hwan ne pouvait pas comprendre le sens réel de cette phrase. Na Ya et lui n’avaient jamais abordé le sujet des twaos. Elle ne savait trop ce qu’il savait à ce sujet, mais jamais elle n’avait eu besoin d’en parler avec Dong Hwan. Sa nature twao n’avait jamais été un problème, aussi n’éprouvait-elle pas le besoin d’en parler, pas même avec ses amis les plus chers. C’était un fait comme un autre.  

La réflexion de Na Ya sur sa jalousie fit rire l’infirmier. Un doux sourire étira les traits fins de la juriste. Son mari et elles s’amusaient fréquemment de leurs petites crises de jalousie. Après coup, ils se rendaient bien compte du ridicule de leurs réactions. Ils étaient tout l’un pour l’autre. Impossible pour eux de s’éloigner trop longtemps sans se sentir mal. Et pourtant, ils ne pouvaient réprimer cette jalousie ridicule.  

« C’est normal de réagir comme ça. Mais personne te prendra Hyun Joong, il t’aime trop pour se laisser faire et d’ailleurs si ça peut te rassurer, je te promets de ne jamais m’approcher trop de lui. »

Na Ya éclata d’un rire sonore qu’elle interrompit brusquement en se rappelant de Hye Sun qui dormait dans sa chambre. Elle tendit l’oreille vers le babyphone et ne réagit que lorsqu’elle fut sûre que sa fille dormait toujours. Il déposa un baiser sur sa joue et Na Ya se sentit de nouveau rassurée.

« Tu vois Dong Hwan, tu fais partie des seules personnes qui pourraient me blesser en s’approchant de Hyun Joong, parce que je serais incapable de me venger et de te faire du mal. Je t’aime trop pour ça. »

Son expression n’avait rien de triste ni de fataliste, elle était excessivement douce et détonnait avec ce qu’elle venait de dire. Na Ya n’avait pas peur d’être blessée. Elle l’avait déjà tellement été qu’elle savait accepter cette idée, bien qu’elle lui déplaise fortement. Si elle devait l’être encore, elle le serait, inutile de s’angoisser inutilement. D’autant plus que Don Hwan était bien la dernière personne qui risquait de lui faire du mal.

« Ne t’inquiète pas, j’ai entièrement confiance en vous deux. Et puis même s’il arrivait quelque chose, je suis assez grand pour essayer de ne pas faire trop de bêtises. »

L’essentiel, c’était qu’il y croit. Toutefois, Na Ya ne put s’empêcher de le taquiner un peu.

« Je ne suis pas sûre que ton nouveau colocataire soit d’accord avec cette dernière phrase, Donggie-chéri. »

L’étreinte qu’ils s’offrirent par la suite, initiée par la jeune mère, aurait pu être mal interprétée. D’un point de vue extérieur, on aurait pu croire qu’ils étaient plus que des amis. Mais il n’y avait ici personne pour les juger, et Na Ya se fichait bien de ce que les autres pouvaient penser. Elle profita de ce câlin improvisé, laissant toutes ses angoisses glisser hors d’elle.

« Moi aussi, je vais être un frère comblé de voir sa sœur aussi souvent. Ca me fait du bien d’être avec toi. »

Elle soupira de bien être et resserra son emprise sur Dong Hwan.

« J’en suis heureuse, » murmura-t-elle.

Un nouveau soupir et elle s’éloigna, certes à contrecœur, de Dong Hwan. Elle bailla discrètement. Les émotions fortes comme celles-là n’étaient pas ce qu’elle préférait.

« Je reviens, je vais vérifier que la fièvre de ma princesse est bien tombée. Prends ce que tu veux pour le dessert dans le frigo, fais comme chez toi, je reviens vite. »

Elle s’éloigna et rejoignit la chambre de sa fille d’un pas léger. Délicatement, elle posa le dos de sa main sur son front et son air soucieux se détendit en sentant la température normale de Hye Sun. Tout doucement, elle embrassa sa fille et rejoignit Dong Hwan, l’air bien plus serein.

« Bien, tu veux faire quoi ? Je suis toute à toi ! Enfin… Jusqu’à ce que je m’endorme. »

Elle adressa un sourire doux à son ami. Elle avait envie de se blottir contre lui et de discuter jusqu’à ce que le sommeil vienne les cueillir. Dormir avec lui ne lui posait pas de problèmes, pas plus que cela n’en poserait à Hyun Joong.
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »
MessageSujet: Re: Lullaby ~ Lee Dong Hwan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lullaby ~ Lee Dong Hwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Fusion :: Hongdae
홍대
 :: Appartements
-