Laisserez-vous le destin jouer son rôle ?
 

Partagez | .
 

 I don't want your help !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 363
avatar
« Oh Yun Ji » TWAO ☆ Loner
MessageSujet: I don't want your help !   Mar 29 Oct - 20:19

I don’t want your help !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bae Sung Woo & Oh Yun Ji



Dimanche 3 mai 2013, 23h10


« Do, si, la. Non pas la, si ? Do, si, la, si. Ouais ça c’est mieux. »

Les notes de mon piano résonnaient dans mon appartement depuis plusieurs heures. Ou plutôt depuis énormément d’heures. Au moins, ça me changeait de la guitare. Comme souvent, une idée m’était parvenue et ne m’avait pas quitté. J’avais le besoin de poser sur le papier mes notes, mes textes. Peu importe le temps que ça prendra, il fallait que tout ça prenne forme. Même si personne ne voudra de cette chanson, au moins j’aurais écris et tenté de faire passer mon message. Et puis, je n’ai pas vraiment composé toute la journée, j’ai aussi beaucoup déprimé. C’est bien beau d’écrire une chanson, mais ça signifie très souvent, du moins pour ma part, penser, et re-penser, alors quand ce n’est pas quelque chose de joyeux, beaucoup d’heures ça fait long. A chaque fois je me dis qu’après avoir fait ça ira mieux. Mais ça passe rarement, tout dépend avec qui je suis, et comme je suis bien chez moi, seul, ce n’est pas évident.

Je regardais l’horloge, 23h10. Ça va j’ai encore du temps devant moi. Enfin, j’ai encore tout mon temps plutôt. Il faudrait peut être que je fasse une pause, je commence à accumuler les notes de musique, mon cerveau rechigne. Je vais aller manger un peu.

« Aïe ! »

Je n’aurais peut être pas dû me lever, ni bouger, mes mots de tête se sont soudainement accélérés et intensifiés. Et puis il fait vraiment chaud d’un coup. Qu’est ce que j’ai chopé encore comme connerie de maladie ?

« Attends, je connais bien ces symptômes. »

Même très bien. Je m’asseyais pour tenter de reprendre mes esprits … Ce qui est rapidement arrivé. Ma non liberté m’a soudainement rattrapé. Fichu gène. Normal que je me souviens de cette douleur, je la connais particulièrement bien. Je regardais désespérément ce petit ciseau ancré au creux de mon bras, histoire de ma rappelait mon désespoir. Petit j’espérais que ça passerait, je ne voulais pas avoir de charge. Et parfois il m’arrive encore d’avoir cet espoir. Sauf que la réalité reprend le dessus. Qu’est ce que j’ai fait pour mériter ça.

Cela faisait … quasiment 24 heures que je n’avais pas chargé. Il fallait que je rejoigne rapidement celle qui m’a sauvé la vie. Ma mère adoptive, j’espère qu’elle avait réussi à charger avant moi … J’enfile donc rapidement une veste, tentant de ne pas tomber, et de voir clair. La fièvre augmentait et mes maux de tête aussi. Il fallait que je trouve un taxi rapidement, je ne tiendrai pas le trajet à pied. Ma porte enfin fermée à clé, c’est dur de fermer à clé quand on voit flou, je m’avançais vers les escaliers. Aller Yun Ji quelques marches à descendre tu n’es qu’au premier après tout. Fichu ascenseur en panne.

« AIE !! »

Deuxième aïe, beaucoup plus fatal, j’avais loupé quelques marches. Et je n’étais absolument pas en capacité pour me relever. Et puis merde, qu’on me laisse crever, que je me débarrasse de ce gêne et de cette vie. J’aurais bien profité après tout !


Songs of Hate and Love

« L'amour et la haine sont des sentiments qui s'alimentent par eux-mêmes, mais des deux la haine a la vie plus longue. »


Dernière édition par Oh Yun Ji le Sam 9 Nov - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: I don't want your help !   Mer 30 Oct - 0:01

Je reposai le verre d’eau que je venais de boire et me remis au boulot immédiatement. Cette pause était peut-être courte, mais elle m’avait déjà prise trop de temps. Mais au bout de nombreuses heures de travail et de révisions, j’avais tout de même besoin de me changer les idées.

Je jetai tout de même un œil à mon portable, mis à l’écart pour ne pas me déconcentrant, vérifiant que je n’avais reçu de messages de la part de l’un de mes clients. Et que je ne leur avais pas posé un lapin en même temps.

Je soupirai presque de soulagement en constatant que personne n’avait besoin de moi, du moins, pour le moment. Je rangeai mon téléphone, veillant à l’entendre quand même s’il sonnait.

Je me rassis devant mes innombrables fiches de révisions et mes nombreux bouquins de sciences, m’y remettant immédiatement.

Passer autant de temps sur des devoirs ne me dérangeait pas. Au contraire, c’était une de mes activités préférées, si bien que je ne voyais même plus le temps passer une fois que je m’y mettais. Apprendre, réciter, revoir … Je l’avais déjà tellement fait depuis que j’étais enfant que, de toute façon, je le faisais maintenant avec énormément de facilité. Comme une habitude, un automatisme. J’avais appris à apprendre depuis bien longtemps, en fait.

Alors, même si la faculté de médecine était un peu plus difficile, cela ne changeait pas tellement par rapport à d’habitude. C’était juste un autre niveau d’études, un peu plus poussé, mais aussi celui qui me mènera directement au métier que je rêve de faire. Alors cela ne me dérangeait encore moins, et à l’inverse, cela ne pouvait que me motiver un peu plus.

J’esquissai un petit sourire, satisfait d’en avoir terminé avec cette partie du chapitre. Je tournai alors la page de mon livre, mais manquai de la déchirer en entendant le vacarme soudain dans le couloir. Je posai une main sur mon cœur, le sentant battre à tout rompre après un tel sursaut.

Le vacarme ne cessa pas : au contraire, il continuait, voire même s’intensifiait. Je jetai un œil à la pendule suspendue au-dessus de mon bureau et fronçai les sourcils. Des gens devaient dormir à cette heure-ci, comment pouvait-on être aussi irrespectueux en faisant un bruit pareil ?

Je tendis l’oreille en n’entendant plus aucun bruit. Tant mieux. Je lâchai un soupir, reprenant là où je m’étais arrêté.

Mais un nouveau bruit vint me déranger, cette fois bien plus fort. Comme si … Comme si quelqu’un dégringolait des escaliers. Ce qui était tout à fait possible, l’ascenseur étant actuellement en panne.

Je me levai précipitamment et ouvrai la porte à la volée, ne prenant même pas le temps de la fermer derrière moi. Ce fut au pas de course que je rejoignis les escaliers, où je découvris que je ne m’étais pas trompé. Allongé sur le sol, je reconnus l’un de mes voisins, que j’avais déjà eu l’occasion de croiser plusieurs fois dans les couloirs, mais sans plus.

Je m’accroupis à côté de lui, inquiet.

« Vous vous êtes fait mal ? »

Le pauvre avait l’air vraiment mal en point. Mais ses douleurs n’étaient pas celui d’un homme qui venait de chuter dans un escalier. Plutôt celui d’un homme malade.

Passant ma main sur son front, je m’étonnai de sa température, incroyablement haute. J’aurai dû m’en douter, vu ses joues écarlates.

« Est-ce que vous êtes malade ? »

En réalité, je pensais à autre chose … Car ses symptômes en avaient tout l’air : un twao qui ne s’était pas chargé depuis un moment. Mais je ne préférais pas faire des hypothèses trop hâtives pour l’instant. Peut-être était-il seulement très malade, et je préférais éviter de faire une gaffe en mentionnant ce gène alors qu’il n’en connaissait peut-être même pas l’existence …
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
avatar
« Oh Yun Ji » TWAO ☆ Loner
MessageSujet: Re: I don't want your help !   Mer 30 Oct - 20:04

Ce sentiment d’inutilité, d’envie de fuir, je ne l’avais pas vécu depuis mes 11 ans. Ce jour précis où ce sentiment était beaucoup trop fort pour moi, où j’avais décidé de tout arrêter et d’être enfin libre, mort quoi. Après tout je n’aurais manqué à personne. Je ne voulais pas qu’on m’aide à cet instant précis, laissez mon destin faire les choses et être en paix. Après tout je suis devenu ce que j’ai voulu, j’ai profité de la vie. Qu’est ce qu’il me reste à faire ? A part m’embrouiller avec des twaos, coucher avec des femmes et faire de la musique. Peut être que le seul regret serait de ne pas avoir réussi à oublier mon passé. Je fermais ainsi les yeux, j’avais entendu quelques bruits non loin de moi, mais je ne voulais pas entendre, j’étais peut être déjà de l’autre côté qui sait. Sauf que quelqu’un avait l’air d’en avoir décidé autrement.

« Vous vous êtes fait mal ? »

Ma tête allait exploser à cause du martèlement, et mon corps allait brûler face à cette température. Et voilà que quelqu’un me demandait si je m’étais fait mal. Oui, c’est vrai que j’ai dû me faire mal dans les escaliers, mais le besoin de charge avait pris le dessus. Je me décidais à ouvrir les yeux, histoire de voir quel dernier visage j’allais voir avant de crever. Un de mes voisins il me semble, je vois un peu flou pour le discerner précisément, mais je crois que c’était le cas.

« Est-ce que vous êtes malade ? »

J’esquissais un sourire, qui me valu une autre douleur. Tentant d’aligner des mots, j’essayais de lui répondre :

« Non, je vais très bien, ça ne se voit pas ? Laissez moi, vous n’êtes pas toubib et même un médecin serait incapable de m’aider. Laissez-moi crever en paix. Je me rechargerai là-haut, ou sous terre tiens. »

Un simple humain n’aurait pas compris mes allusions aux twaos. Mais moi ça me faisais marrer. Je vais finir comme ma mère, morte à cause de cette connerie, même si complètement différemment. J’espère que mon père se sentira heureux et débarrasser de son fils indigne. Et j’irai rejoindre ma mère, si le bon Dieu existe. En parlant de mère … je repensais à mon autre mère. Celle à qui je dois la vie. Peut être qu’elle serait triste, de s’être donné autant de peine pour me sauver et me voir baisser les bras comme ça.

« Est-ce que … Est-ce que vous pouvez m’emmener chez quelqu’un, il faut que je vois cette personne précise, sinon je resterai dans cet état s’il vous plait. »

Dernier espoir. Trop tardif. Il me fallait une charge, tout de suite, je ne tiendrai pas le trajet. Mais bon c’est beaucoup plus romantique de mourir moins loin d’elle, comme ça elle aura su que j’ai tenté de me battre jusqu’au bout, enfin presque.


Songs of Hate and Love

« L'amour et la haine sont des sentiments qui s'alimentent par eux-mêmes, mais des deux la haine a la vie plus longue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: I don't want your help !   Jeu 31 Oct - 0:23

Le jeune homme était peut-être très mal au point, mais cela ne l’avait pas empêché de me répondre d’un ton sarcastique et avec un petit sourire qui nécessita toute ses forces :

« - Non, je vais très bien, ça ne se voit pas ? Laissez-moi, vous n’êtes pas toubib et même un médecin serait incapable de m’aider. Laissez-moi crever en paix. Je me rechargerai là-haut, ou sous terre tiens. »

Je ne dis rien. C’est vrai que cela paraissait évident qu’il était mal au point. Ça crevait les yeux, même. Et comme il le disait si bien, même un médecin dans ce cas n’aurait rien pu faire. A moins qu’il ne soit un twao. Parce que ça dernière allusion confirmait bien mes soupçons, à présent. Seulement, s’il était receveur lui aussi, je ne serais pas non plus d’une grande utilité.

Il semblait déjà prêt à mourir. Pire, on aurait qu’il n’attendait que ça, que la mort vienne le prendre pour en finir définitivement avec la vie.

« Est-ce que … Est-ce que vous pouvez m’emmener chez quelqu’un, il faut que je vois cette personne précise, sinon je resterai dans cet état s’il vous plait.
- Vous n’aurez pas le temps d’atteindre votre ami twao. Vous serez mort avant d’y arriver. »

Autant lui faire comprendre directement que j’étais le seul en mesure de l’aider.

Il lui semblait presque impossible de tenir sa tête droite. Son souffle haletant, les gouttes de sueur qui perlaient sur son front, son visage complètement rougi par le manque ou le trop-plein d’énergie lui donnaient un air de fou. Mais il était préférable que je ne fasse pas de charge ici. Il suffirait que quelqu’un sorte au même moment, alerté par le bruit, pour qu’il nous voie.

Sans hésiter plus longtemps, je passai mon bras derrière ses épaules et mon autre bras sous ses genoux.

« J’ai l’impression que vous n’avez pas l’air motivé pour que je vous aide. Mais j’insiste. Laissez-moi vous accueillir chez moi. »

Une pointe d’humour dans un moment aussi grave était peut-être un peu déplace. Mais dans l’état second où il était, je n’étais même pas sûr qu’il ait la force de se concentrer sur mes mots.

Je ne savais pas si c’était lui qui était un peu lourd, ou moi qui avais perdu de la masse musculaire – j’optai plus pour la deuxième option … Il n’empêche que j’eus plus de mal que prévu à le ramener dans mon appartement. Mais je fus néanmoins content de n’avoir pas fermé la porte d’entrée derrière moi en sortant précipitamment.

Une fois rentré à l’intérieur, je fermai la porte à l’aide de mon pied et posai le plus doucement possible mon invité sur le canapé.

Quelque chose me disait que ce gars-là ne devait pas apprécier les charges avec les hommes. Une intuition, mon petit doigt peut-être … Peu importe. Si je le laissais dans cet état, je ne lui donnais pas plus de dix minutes à vivre.

« Désolé … » soufflai-je en me penchant sur lui.

L’échange ne dura que quelques secondes, mais je sentis le courant d’énergie immédiatement en touchant ses lèvres. Je n’avais fait qu’une charge aujourd’hui, mais apparemment, j’avais aussi besoin d’une deuxième. Peut-être avais-je étudié trop longtemps sans m’en rendre compte, encore une fois …

Je me tournai vers le jeune homme, qui avait l’air d’aller déjà beaucoup mieux :

« Vous commencez déjà à reprendre des couleurs … Vous avez eu de la chance, je suis receveur, et vous donneur … »

Je ne savais pas vraiment quoi dire d’autre. Alors, après un petit moment de silence, je me levai pour rejoindre la cuisine :

« Vous devez avoir soif, non ? Je vous sers un verre d’eau ? »

Je ne devais peut-être pas avoir le voisin le plus bavard en face de moi non plus … Surtout après une rencontre aussi soudaine.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
avatar
« Oh Yun Ji » TWAO ☆ Loner
MessageSujet: Re: I don't want your help !   Ven 1 Nov - 22:23

Ma demande avait été entendue, mais pas comme je le voudrais :

« Vous n’aurez pas le temps d’atteindre votre ami twao. Vous serez mort avant d’y arriver. »

Je sais bien que je n’attendrais personne à temps mais tant pis. Un simple s’il vous plait, suppliant ne pouvait même plus sortir de ma bouche. C’est bien la première fois que je me montre aussi faible face à quelqu’un. Faites que je me réveille vite, ou que je meurs vite.
Un éclair de bon sens venait d’arriver, et de me faire ouvrir les yeux, il avait bien parlé de twao ? Je n’ai pas halluciné. Enfin c’est possible. Mais, il a bien dit twao. Merde, merde, merde me dites pas qu’il en est un ou je ne sais quoi.
Il passa rapidement un bras autour de mes épaules et son autre bras au dessous de mes genoux. Mais qu’est ce qu’il fout ? Il allait m’emmener oui ou non ?

« J’ai l’impression que vous n’avez pas l’air motivé pour que je vous aide. Mais j’insiste. Laissez-moi vous accueillir chez moi. »

Pas motivé ? Exact. Chez lui ?  Non, non il n’avait pas compris ce que je lui ai demandé. Qu’il me lâche. J’avais qu’une seule envie c’est de partir, en courant chez ma mère adoptive. Et vite. Sauf que mon corps ne me suivait pas, ma tête non plus. Plus rien ne fonctionnait. Et comme il a dû s’en douter je n’étais absolument pas en position pour refuser son aide.
Il avait dû mal à me porter, mais je ne pouvais pas l’aider, et je ne voulais pas non plus. Mais il réussit enfin, ou du moins j’ai juste senti que l’on me posait quelque part, je ne suis plus en état de capter quoi que ce soit d’autre. J’entendis simplement un « Désolé … » proche de moi. A peine le temps de réagir que je ressenti une charge, la charge. Une charge de twao et receveur. Putain de merde, qu’il dégage et me laisse crever, je ne veux pas de son aide, je ne veux pas de l’aide d’un twao.

« Vous commencez déjà à reprendre des couleurs … Vous avez eu de la chance, je suis receveur, et vous donneur … »

Sans blague. Mais il avait raison, j’allais mieux, ce n’était pas encore ça, mais ça n’allait pas tarder à aller suffisamment bien pour me casser d’ici.

« Vous devez avoir soif, non ? Je vous sers un verre d’eau ? »

« Lâchez-moi. Je ne voulais pas de votre aide. Ou du moins pas comme ça. Et surtout pas de la part d’un twao. Vous auriez dû me laisser crever. J’aurais préféré que d’embrasser un homme, et un twao en plus ! »

J’étais hors de moi déjà qu’un homme m’embrasse, mais alors un twao. Non, non ce n’était pas possible. Fallait que je tombe sur lui ce n’est pas possible. Si ça se trouve je n’ai que des voisins twaos, manquerait plus que ça. Sauf que je n’étais absolument pas encore en capacité de me lever, ma tentative avait échoué. Et en plus d’avoir échoué, les douleurs que ma fièvre avait cachées sont apparues, celles de ma chute dans les escaliers. Je m’étais bien fait mal finalement. Merde j’étais condamné à rester là. Je tentais désespérément de regarder mon genou, je crois que je m’étais bien écorché. Et mon bras sur lequel j’avais tenté de me rattraper me faisait terriblement mal.
Je soupirais, je venais de lui dire clairement les choses, choses auxquelles je ne m’excuserai pas, et en plus il fallait que je lui demande de l’aide. Quel con.

« Est-ce que vous auriez juste en pansement, ou quelque chose du genre. Et quelque chose sur laquelle m’appuyer, histoire que je vous laisse tranquille ? »

Et que j’oublie ce moment surtout. Je laissais un petit blanc avant d’ajouter :

« S’il vous plait. »
Autant être poli.


Songs of Hate and Love

« L'amour et la haine sont des sentiments qui s'alimentent par eux-mêmes, mais des deux la haine a la vie plus longue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: I don't want your help !   Mar 5 Nov - 22:21

J’avais vu juste. Ce mec était le genre de personnes qui n’appréciait pas qu’on lui vienne en aide.

« Lâchez-moi. Je ne voulais pas de votre aide. Ou du moins pas comme ça. Et surtout pas de la part d’un twao. Vous auriez dû me laisser crever. J’aurais préféré que d’embrasser un homme, et un twao en plus ! »

Et en plus de cela, il détestait ce qu’il était. Je devais avouer qu’embrasser un homme ne m’enchantait pas des masses non plus, mais cela ne me dérangeait absolument pas lorsqu’il s’agissait des charges. Ce n’était pas un baiser, juste un transfert d’énergie destiné à notre survie, rien de plus.

Il était clairement énervé, mais sembla se réveiller de ses douleurs, comme si sa crise passée, il se rendait compte des autres douleurs qu’il endurait. Peut-être ces blessures étaient les conséquences de cette chute qu’il avait faite dans les escaliers, à moins qu’elle ne date d’avant …

Il soupira, grimaçant presque en me demandant à contre cœur :

« Est-ce que vous auriez juste en pansement, ou quelque chose du genre. Et quelque chose sur laquelle m’appuyer, histoire que je vous laisse tranquille ? »

Il voulait crever, et voilà pourtant qu’il me demandait de quoi se soigner. Même si je doute qu’il meure de blessures aussi petites, mais quelqu’un qui s’en contrefichait de sa vie ne ferait même pas ce geste de se soigner et de préserver son corps.

« S’il vous plait. »

Je réprimai une envie de sourire face à cette demande enfantine. On aurait dit un petit garçon à qui on venait de faire une remontrance pour son manque de politesse. Ce voisin était peut-être étrange et mystérieux, mais il restait quand même adorable.

« - Je vais aller chercher ça. Où vous êtes-vous fait mal ? »

Je posai cette question tout en fouillant dans l’un des placards de la cuisine où j’entreposais tous mes médicaments, et ne tardai pas à mettre la main sur la boîte de pansements. En revanche, il était moins sûr que je possède une paire de béquilles. Celles qui m’avaient servies lorsque je m’étais blessé au genou devaient être encore dans ma maison à Busan …

« Je n’ai que ça, mais pour ce qui est de quelque chose pour vous soutenir, je peux toujours vous aider pour vous rendre jusque chez vous. »

Je lui tendis la boîte de pansements. Je doutais fortement qu’il accepte que je l’aide une nouvelle fois pour mettre ses pansements. Surtout que je ne savais même pas où il avait mal.

Je repris le verre d’eau que j’avais, à la base, rempli pour lui pour en boire une gorgée.

« Je vous ai peut-être fait du tort en vous sauvant la vie. Mais ça aurait aussi été le cas si je vous avais laissé là. Je n’allais quand même pas vous regarder mourir … »

Cela paraissait évident, et pourtant, j’espérais ne pas avoir dit un mot de trop, ce monsieur semblant visiblement déjà irrité par mon intervention. Je ne voulais évidemment par en rajouter une couche, mais il me paraissait nécessaire de justifier ce que j’avais fait.

« Vous pouvez vous déplacer ? »

Je pointai sa jambe du doigt. Il ne m’avait pas demandé de quoi s’appuyer dessus pour rien, après tout.

« Si au bout de quelques jours, vous avez toujours mal, il faudra aller voir un docteur. »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
avatar
« Oh Yun Ji » TWAO ☆ Loner
MessageSujet: Re: I don't want your help !   Jeu 7 Nov - 10:59

« Je vais aller chercher ça. Où vous êtes-vous fait mal ? »

« Et bien un peu partout, surtout au genou droit et au bras, j’ai vraiment dû me fouler quelque chose étant donné que je me suis rattrapé sur celui-ci … »

Il fouillait dans son placard, qui avait l’air plein de tout un tas de truc pour se soigner, soit il était vraiment maladroit, soit il était infirmier ou un truc du genre. Ou alors c’était moi qui n’avais pas assez de quoi me soigner …

« Je n’ai que ça, mais pour ce qui est de quelque chose pour vous soutenir, je peux toujours vous aider pour vous rendre jusque chez vous. »

Il me tendait une boîte de pansement. Je la pris volontiers et tenta de remonter mon pantalon. Tout en ignorant la fin de sa phrase. Ah, oui en effet je me suis bien amoché. Une plaie mi-saignante, mi-violette s’offrait à moi. Hum, je doute qu’un pansement m’aiderait. Je grimaçais tout en touchant l’endroit bleuté.

« Je vous ai peut-être fait du tort en vous sauvant la vie. Mais ça aurait aussi été le cas si je vous avais laissé là. Je n’allais quand même pas vous regarder mourir … »

« Je sais, merci. »

Je sais bien mais, c’était un twao, et puis. Non je n’ai aucune excuse de réagir comme ça. Mais je ne changerai pas d’avis.

« Vous pouvez vous déplacer ? »

Je ne tentais même pas de me lever, je savais que je pourrai très difficilement me lever.

« Est-ce que vous auriez un désinfectant, ou une crème pour les coups, ou quelque chose du genre avant de mettre un pansement s’il vous plait ? Parce que je me suis bien plus fait mal que prévu comme vous pouvez le voir. Et à mon avis j’ai d’autres maux que je découvrirai en tentant de bouger. »

« Si au bout de quelques jours, vous avez toujours mal, il faudra aller voir un docteur. »

« Sans blague. »

Je captais après avoir parlé ma réponse sèche. Et en me rappelant ce qu’il avait fait pour m’aider, je ne devais pas lui parler comme ça, je suis con mais pas irrespectueux.

« Désolé. Je pense que je vais y aller très rapidement et ne pas attendre quelques jours pour tout vous dire … »

Je sentais ma tête tourner, au moins là j’étais sûr que ce n’était pas dû aux charges. J’essayais de concentrer mon regard quelque part, mais ça ne passait pas, ça s’aggravait. Pourtant je ne m’étais pas cogné la tête dans les escaliers, si ?

« Est-ce que … est-ce que vous auriez du sucre s’il vous plait ? »

Je faisais que de lui demander des trucs, décidément j’étais vraiment un beau salaud, je ne sais même pas pourquoi il répond à mes demandes quand même, quelqu’un de trop gentil, ou alors je n’allais pas tarder à avoir le retour de balle. Il faut que je me concentre sur ma respiration et que je ne pense pas à autre chose, ma tête tournait, je me laissais avoir en fermant les yeux. Pensant que ça passerait, sauf que ma conscience partait petit à petit. Reste éveillé, reste éveillé.


Songs of Hate and Love

« L'amour et la haine sont des sentiments qui s'alimentent par eux-mêmes, mais des deux la haine a la vie plus longue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: I don't want your help !   Jeu 7 Nov - 22:20

Mon voisin me cita ces différentes blessures, du moins celles qui le faisaient souffrir : le genou droit et le bras. Apparemment il s’était rattrapé sur ce dernier, d’où sa blessure. Et c’était tout à fait probable, en effet.

En revanche, il ignora totalement mon invitation de le raccompagner chez lui. Et cela ne m’étonnait qu’à peine. En plus, je ne savais même pas où il habitait. A vrai dire, je ne connais pas non plus son nom, alors que cela faisait déjà plusieurs années que je vivais ici. Disons que je n’avais pas vraiment pris le temps de rencontrer et de faire connaissance avec mes voisins et voisines.

« Je vous ai peut-être fait du tort en vous sauvant la vie. Mais ça aurait aussi été le cas si je vous avais laissé là. Je n’allais quand même pas vous regarder mourir …

- Je sais, merci. »

Je lâchai un petit soupir, que j’espérais discret. Il n’était vraiment pas commode. Je doute qu’il ait apprécié si j’étais vraiment venu pour me présenter joyeusement en tant que nouveau voisin, en m’installant ici. Enfin, peu importe.

« Est-ce que vous auriez un désinfectant, ou une crème pour les coups, ou quelque chose du genre avant de mettre un pansement s’il vous plait ? Parce que je me suis bien plus fait mal que prévu comme vous pouvez le voir. Et à mon avis j’ai d’autres maux que je découvrirai en tentant de bouger. »

Heureusement que j’avais une armoire à pharmacie bien remplie. Je lui répondis furtivement d’un « bien sûr » avant de retourner fouiller, et finit par trouver de quoi faire avec ses blessures.

Je le prévins alors de la nécessité d’aller voir un docteur si sa douleur persistait, ce à quoi il répondit une nouvelle fois froidement, et le ton plein de sarcasmes. Je ne relevai pas, et fis comme si je n’avais rien entendu.

« Désolé. Je pense que je vais y aller très rapidement et ne pas attendre quelques jours pour tout vous dire … »

Je ne dis rien. Je ne pouvais pas l’obliger à rester ici, de toute façon. Mais je doute qu’il réussisse à bien tenir sur ses deux pieds, une fois debout.

Son visage devint tout d’un coup livide, presque fantomatique.

« - Tout va bien ? m’inquiétai-je.

- Est-ce que … est-ce que vous auriez du sucre s’il vous plait ?

- Oh … Oui, bien sûr. »

Je me précipitai dans la cuisine, ouvrant un placard et me penchant pour attraper un sucre en morceau et retournai vers lui pour le lui tendre.

Je réfléchis un moment, songeur, décidant de la meilleure chose à faire. Il n’était pas vraiment dans une bonne soirée, enchainant un trop-plein d’énergie, une chute dans les escaliers puis une hypoglycémie. Et sans oublier le fait qu’il aurait préféré crever plutôt que de faire sa charge avec un twao, et qui plus est, un homme.

« Je vais vous raccompagner chez vous. Vous avez besoin de vous reposer. »

Je ne lui laissai pas le temps de protester, passant mon bras dans son dos et le forçant à mettre son bras autour de mes épaules. Je n’allais pas le porter comme tout à l’heure, mais simplement le soutenir, tout en marchant. S’il avait accepté tout à l’heure en situation de crise, je doutais fortement qu’il se laisse faire cette fois si je le portais de cette façon. Déjà que je craignais sa réaction alors que je ne faisais que le soutenir.

Sortant dans le couloir de l’immeuble, je scrutai les différentes portes, cherchant celle qui pourrait être l’entrée du blessé.

« Lequel est votre appartement ? … Je ne connais même pas votre nom en fait. »

Il allait sûrement râler, mais je gardai mon regard fixé sur lui, attendant impatiemment une réponse, et décidant de ne pas le quitter du regard tant qu’il ne m’aurait pas dit.

« Vous ne devez pas connaître mon nom, non plus. Je suis Bae Sung Woo. Je viens de Busan. »

A mon avis, il s’en fichait complètement. Mais peut-être qu’il ne fera pas attention à la douleur de cette façon, plus occupé à se demander ce que ça pouvait lui faire que je venais de Busan.

Il finit par m’indiquer son appartement, et je l’emmenai alors jusque là.

« Vous pourrez faire le reste du chemin tout seul ? »

Je ne savais pas pourquoi, mais j’avais le pressentiment de connaître déjà la réponse …
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
avatar
« Oh Yun Ji » TWAO ☆ Loner
MessageSujet: Re: I don't want your help !   Sam 9 Nov - 15:26

Après avoir désinfecté et passé de quoi atténuer la douleur, et surtout après avoir ingurgité du sucre, il était temps que je parte d’ici. Le sucre m’avait quelque peu aidé, mais rien de bien flagrant, me principal étant que je n’avais plus la tête qui tourne et que je voyais assez nettement. Je regardais donc ce jeune homme plus en détail, oui je crois bien l’avoir croisé quelques fois … Bon histoire de tenter de calmer ma fierté, disons que j’ai embrassé un mec plutôt beau. Qu’est ce qui me prends, ça change rien il a quand même touché mes lèvres ! Je frottais furtivement mes lèvres à cette idée et l’entendit me parler :

« Je vais vous raccompagner chez vous. Vous avez besoin de vous reposer. »

A peine le temps de riposter qu’il passa son bras dans mon dos et passa mon bras sur ses épaules, bon de toute façon je n’aurais pas pu rentrer chez moi seul, je décidais donc de me laisser. Bordel que j’avais mal partout, ça m’étonnerait qu’avec une bonne nuit ça ira mieux. Fais chier.

« Lequel est votre appartement ? … Je ne connais même pas votre nom en fait. »

« Le 12. Je suis Oh Yun Ji. En… »

Non je n’étais pas enchanté, cette rencontre était tellement étrange que je me stoppais net en vue de ce mot. Peut être qu’en d’autre circonstance je l’aurais prononcé, mais bon là non.

« Vous ne devez pas connaître mon nom, non plus. Je suis Bae Sung Woo. Je viens de Busan. »

« Busan ? Je n’ai jamais été là-bas … Il parait que cette ville inspire de nombreux artistes. »

Je n’attendais aucune réponse, et je n’avais aucune envie de débuter une conversation avec lui, enfin surtout vu mon état. Ma fierté en avait pris un coup. Peut être qu’un jour si on se recroise … ou pas. Il m’emmena jusque devant ma porte et ajouta :

« Vous pourrez faire le reste du chemin tout seul ? »

« Oui, ça ira. »

Il me lâcha donc et m’appuyer sur la poignée de ma porte. Et maintenant je suis censé le remercier ?

« Merci beaucoup. Bonne fin de soirée et désolé de vous avoir dérangé. »

Voilà, ça fera l’affaire. J’attendais son départ avant de rentrer chez moi, histoire de m’assurer qu’il ne continue pas à me voir dans cet état et de m’assurer que personne ne nous avait vus. A peine la porte ouverte que je perdis l’équilibre et me rattrapa de justesse sur mon canapé. Bon je vais juste prendre mon portable et m’affaler dans mon lit, je serais incapable de me changer. En espérant que demain matin tout ira mieux, et que j’aurais oublié cette histoire …

Fin


Songs of Hate and Love

« L'amour et la haine sont des sentiments qui s'alimentent par eux-mêmes, mais des deux la haine a la vie plus longue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »
MessageSujet: Re: I don't want your help !   

Revenir en haut Aller en bas
 

I don't want your help !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Fusion :: Hongdae
홍대
 :: Appartements
-