Laisserez-vous le destin jouer son rôle ?
 

Partagez | .
 

 As long as you're there

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 81
avatar
« Kim Myung Dae » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: As long as you're there   Lun 4 Nov - 20:56

As long as you're there

Bae Sung Woo & Kim Myung Dae



Quatre ans, jour pour jour. Cette date, Myung Dae ne l’oubliera jamais et pourtant, il aimerait bien que ce soit le cas. Mais il en serait bien incapable, puisqu’elle marquait un grand tournant dans sa vie. Enfin, des événements majeurs et pour le moins tragiques, le jeune homme en avait connu plusieurs. Mais celui-ci avait une connotation un peu particulière, puisqu’il sonnait comme le début de son indépendance. D’une certaine manière, il avait toujours été plus ou moins indépendant par le fait de se retrouver isolé des autres, et d’avoir eu des responsabilités que les enfants de son âge étaient loin de pouvoir encore assumer. Paradoxalement à sa stupidité apparente, il possédait une part de maturité insoupçonnée, surtout lorsque les sujets abordés tournaient autour des maladies, de la mort, de l’enfance ou des Twaos. La plupart du temps, c’était de tristesse dont son visage était empreint, et aussi de nostalgie.

Et ce jour-là, ce voile de tristesse obscurcissait ses traits qui étaient tendus et figés en un masque tracassé. Pour la première fois depuis qu’il était arrivé à Seoul, il sentait à quel point il était seul, en réalité. Comme il l’avait toujours été, à Busan, avant qu’il ne rencontre le vieil Halabeoji, et après être allé rejoindre sa petite fille. Au Ciel. Oui, il avait toujours été seul, et ce jour ne le lui rappelait que trop bien. C’était le jour où l’ancien libraire, ce vieil homme qui l’avait pris sous son aile et quasiment élevé à la place de ses parents, avait quitté ce monde.

Myung Dae soupira. Peut-être bien que la dernière fois qu’il s’était senti aussi seul remontait à cette époque. Parce que, mine de rien, il avait pu compter sur le soutien d’un ami précieux. Un ami qui avait toujours été à ses côtés dans n’importe quelle situation – mais surtout quand il se retrouvait en fâcheuse posture, persécuté par des gamins bagarreurs du quartier. Et cet ami, bon sang, il n’en avait jamais eu de meilleurs. Il n’en avait jamais eu d’autres, pour tout dire. Et il donnerait n’importe quoi pour le revoir, ou au moins le recontacter.

Un pincement sur sa peau le ramena à la réalité. Dans un cri indigné, il secoua sa main endolorie et fusilla le coupable du regard. Ou plutôt la coupable. Car oui, cette chouette qu’il avait trouvée au parc, l’autre jour durant la chasse aux trésors, ne le quittait plus d’une semelle. Elle voletait toujours autour de lui, et le suivait dès qu’il se déplaçait et se rendait quelque part. Le matin, il était obligé de jouer au plus malin – et ce n’était pas chose facile pour lui ! – pour qu’elle reste dans la chambre et ne le suive pas en cours. Déjà que ce n’était pas une mince affaire pour lui de se faire des amis, si l’on s’apercevait qu’une chouette le suivait partout, il ne pourrait plus jamais créer de liens sociaux positifs.

« Pourquoi t’as fait ça, stupide piaf ? » Grommela-t-il sans recevoir de réponse, bien évidemment.

D’un geste de la main, il tenta de la chasser, en vain. Elle revenait toujours, de toute façon, et elle aimait particulièrement se percher sur son épaule. Ce qu’elle fit, d’ailleurs.

« T’es vraiment un pot de colle. »

Myung Dae soupira et décida de lâcher l’affaire. Assis sur les marches, sous le porche du temple bouddhiste, il se laissa doucement tomber en arrière afin de s’allonger, les bras écartés. Naturellement, ses yeux se levèrent en direction du ciel dépourvu de nuages. Le grand dadais laissa ses pensées vagabonder et fit le vide dans sa tête. Ce lieu calme était vraiment l’idéal pour ce genre de choses, et en ce dimanche matin personne ne venait en perturber la tranquillité. Il y avait bien quelques passants qui venaient déposer des bâtons d’encens et prier quelques minutes, mais ils disparaissaient aussi silencieusement qu’ils étaient venus. Des fois, Myung Dae se dit qu’il aimerait bien disparaître, lui aussi. Pour échapper à cette vie misérable dans laquelle il était emprisonné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: As long as you're there   Mar 5 Nov - 20:37

Depuis mon arrivée à Séoul, rares étaient les fois où je profitais du peu de temps libre que j’avais pour me détendre, visiter la ville et ses merveilles qui la composaient. Pourtant, aujourd’hui, j’avais décidé de garder ce temps libre pour autre chose que pour les révisions, les devoirs, et mon petit travail. Et même si cela n’était que pour quelques heures, j’avais bien l’intention de profiter un maximum de ma petite balade.

Si j’avais d’abord opté pour des lieux comme la tour de Namsan, ou le Lotte World, mon envie de calme et de détente avait pris le dessus, et c’est sans hésiter que je choisis alors un temple bouddhiste, où régnaient paix et sérénité.

En marchant à travers ce lieu de recueillement, je me mis soudainement à repenser au passé. La nostalgie et la mélancolie refaisaient soudainement surface, ma ville natale me manquant alors que je me rappelais de la date symbolique de ce jour. La mort du vieux libraire, l’effondrement de Myung Dae, mon meilleur ami d’enfance, à cette annonce, mes nombreuses tentatives de consolation … Mon air s’assombrit un peu plus. Ce n’était pas la meilleure manière de se détendre, que de repenser à tout cela.

Je lâchai un soupir. J’avais oublié à quel point Busan et les nombreuses que j’avais quittées là-bas me manquaient terriblement.

J’allumai un bâton d’encens tout en pensant à cela, et l’odeur qui se dégagea du bâton me détendit un peu.

Des protestations venant du temple attira mon attention. Sur le proche du temple, j’observai ce jeune homme, dos à moi, qui semblait râler après quelqu’un. Et quelle ne fut par ma surprise en découvrant que ce quelqu’un était en fait une chouette. Quel genre de personne avait un tel oiseau en tant qu’animal de compagnie … Quoique le garçon n’avait pas vraiment l’air d’accord avec la présence trop encombrante de l’animal.

Il se laissa tomber en arrière, alors que je scrutais toujours la chouette du regard, avant de le reporter sur le garçon, dont je pouvais enfin admirer le visage.

Mes lèvres s’étirèrent en un immense sourire, alors que je continuai de fixer ce gros bêta allongé négligemment dans un lieu aussi sacré et paisible. J’aurais dû m’en douter : ces grandes jambes, cet animal de compagnie atypique, ces grosses lunettes … Il n’a pas tant changé que cela. Non, en fait, il est toujours le même.

Je m’approchai de lui, alors qu’il semblait toujours aussi perdu dans ses pensées, scrutant le ciel comme s’il y cherchait quelque chose. Je me penchai juste au-dessus de lui, obstruant sûrement sa vue.

« Bonjour, hyung~ ! »

Je me redressai, les mains dans mon dos et toujours le sourire aux lèvres, fier de mon effet de surprise.

Non, il n’avait pas changé tant que cela. Toujours cet air un peu perdu qui le rendait adorable.

« Ça fait longtemps, n'est-ce pas ? Tu t’es fait une amie ? »

Je rigolai en désignant la chouette du menton, qui me lorgnait avec ses grands yeux effrayants. J’approchai doucement ma main, mais la repris bien vite en entendant le petit cri mécontent de l’oiseau.

« Elle est pas commode, dis-donc ! Où l’as-tu trouvée ? »

Je ne pensais pas que les premiers contacts de mon meilleur ami avec la gente féminine se ferait avec … une espèce différente.

Je tendis la main à mon ami, l’aidant à se relever, et cette fois, ce fut à mon tour de lever légèrement la tête pour le regarder.

« J’avais oublié comme tu étais grand, Hyung ! »

Je lui parlais comme si nous nous voyions tous les jours. En fait, j’avais tellement de choses à dire que je ne savais absolument pas par où commencer. Alors autant faire simple :

« Alors, comment vas-tu ? Qu’est-ce qui t’amènes dans notre dangereuse capitale qu’est Séoul ? »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 81
avatar
« Kim Myung Dae » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: As long as you're there   Mar 5 Nov - 21:58

Pendant un instant, Myung Dae avait fermé les yeux pour mieux rêvasser. Il voulait profiter du calme ambiant afin de se ressourcer, et trouver un petit moment de répit dans ce monde de brutes. Cela dit, il n’avait pas eu à subir trop de sévices depuis son arrivée à Seoul, seulement quelques regards dédaigneux dans les couloirs du campus universitaire, dû à son allure plus ou moins négligée. Mais ces regards-là, il les avait toujours attirés, alors il y était habitué depuis très longtemps. C’était comme s’ils faisaient partie de son quotidien, une sorte de passage obligatoire à chaque fois qu’il passait quelque part.

Mais s’il se recueillait en ces lieux, ce n’était pas pour avoir de telles pensées négatives. Alors, il secoua la tête, un peu comme s’il voulait chasser une mouche un peu trop envahissante. Puis, ce fut sa main qui eut comme un soubresaut, à cause d’une vive douleur subitement ressentie. Ca aussi, il commençait à y être habitué : c’était de la faute de cette fichue chouette ! Elle passait son temps à le pincer pour un rien, un peu comme si elle voulait tout le temps attirer son attention. Mais il devait l’ignorer, comme il savait maintenant ignorer les regards méprisants. Alors, il fit comme s’il n’avait rien senti, bien qu’une douleur commençait à s’élancer dans le dos de sa main gauche. Il lâcha un soupir un peu frustré, et tenta de repartir dans ses pensées. Seulement, malgré ses yeux fermés, il eut l’impression que le ciel s’assombrit. De nouveau contrarié, il ouvrit une paupière et découvrit une silhouette à contrejour, dont il n’arriva pas à déterminer les traits à cause de la luminosité.

Cette vision lui donna l’impression qu’un ange était venu le chercher, pour l’emporter loin de ce monde où il n’avait pas sa place. Seulement, c’était un ange avec un langage un peu trop familier.

« Bonjour, hyung~ ! »

Il l’appelait « hyung » ? Bah, les anges étaient des messagers de Dieu, alors peut-être qu’il savait tout de lui – son âge, sa date de naissance – et qu’il se trouvait être plus jeune que lui ? Ceci était typiquement le genre de raisonnement farfelu que le cerveau de Myung Dae pouvait produire. Mieux valait qu’il s’abstienne, pour tout dire. Car la véritable identité de cette personne qui venait de l’aborder – et dont il commencer à se remémorer la voix – c’était…

« S-Sung Woo-yah ! »

Bae Sung Woo. Un ange, à sa manière. Finalement, il ne s’était pas trompé tant que ça. Mais… Que faisait-il donc ici ? S’il avait su qu’il le retrouverait un jour à Seoul, il aurait remué la capitale dans tous les sens pour que cela se produise bien plus tôt !  

« Ça fait longtemps, n'est-ce pas ? Tu t’es fait une amie ? (Avant même qu’il puisse le prévenir, la bestiole avait bien fait comprendre à Sung Woo qu’elle ne se familiarisait pas si facilement avec les gens.) Elle est pas commode, dis-donc ! Où l’as-tu trouvée ?

Quoi, ça ? (Il eut une moue vexée en direction de la chouette.) Elle m’suit partout depuis que j’ai fait une chasse aux trésors ! C’est vraiment pas un cadeau ! »

L’idiot de Busan eut un instant de réflexion, le temps de comprendre pourquoi Sung Woo lui présentait soudainement sa main. Puis, il réalisa que c’était pour l’aider à se relever, aide qu’il accepta bien volontiers par la suite.

« J’avais oublié comme tu étais grand, Hyung ! »

Ce n’était pas un reproche, mais la taille de Myung Dae ayant toujours compté parmi ses nombreux complexes, il ne put s’empêcher de baisser la tête d’un air embarrassé. Heureusement, son ami savait toujours comment le mettre à l’aise.

« Alors, comment vas-tu ? Qu’est-ce qui t’amènes dans notre dangereuse capitale qu’est Séoul ?

Moi ça va ! Affirma-t-il en souriant de ce sourire bêta qui lui était propre. Je suis là parce que je veux en finir avec ma maladie. Et on m’a dit qu’à Seoul, y avait plein de gens comme nous. Alors peut-être que je trouverai mon âme sœur et que je guérirai ? »

Ah, il tenait décidément toujours la même rengaine. Mais cette conviction était comme un de ses commandements de vie, c’était même presque ce pour quoi il continuait à vivre. Vivre pour ne pas mourir, tout simplement.

« J’ai pas su tenir ma promesse à Halabeoji… Avoua-t-il en baissant la tête, attristé. Sa librairie, elle est vendue maintenant. A cause de ça, je pouvais plus aider Omma à s’occuper de mon frère et ma sœur, parce que je gagnais plus d’argent. Du coup, j’ai décidé de venir ici pour trouver du travail, et aussi pour aller à l’université ! »

Sa détermination pouvait paraître étonnante, mais pas tant que ça pour quelqu’un qui le connaissait assez bien. Et puis, ce n’était pas non plus comme s’il était une personne mystérieuse impossible à déchiffrer.

« Sung Woo-yah~~ Pourquoi t'es à Seoul, toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: As long as you're there   Mer 6 Nov - 18:19

Son air ahuri en me découvrant le rendait affreusement adorable. J’avais aussi oublié à quel point chacun de ses gestes, même les moins significatifs, étaient adorables.

Si ses sourcils s’étaient d’abord froncés, cherchant à me discerner, il avait fini par ses redresser, criant presque mon prénom.  Quant à son oiseau, il lui jeta un regard dédaigneux, avant de m’expliquer :

« - Elle m’suit partout depuis que j’ai fait une chasse aux trésors ! C’est vraiment pas un cadeau ! »

Je rigolai, ne m’étonnant qu’à peine de cela. Quoique. Myung Dae avait toujours eu une sacrée frayeur des animaux, alors le voir avec une chouette … Mais visiblement, il s’était fait à elle.

Mon meilleur ami sembla légèrement vexé lorsque je lui rappelai sa taille. Je savais qu’il n’aimait pas qu’on le lui dise, complexé comme il était. Il avait reçu tellement de moqueries à cause de cela. Pourtant, j’avais toujours été persuadé que c’était un atout, d’être aussi grand : les autres n’étaient que des jaloux.

Son immense sourire fut contagieux, et son entrain me gonfla de joie, comme il y a quelques années en arrière. Myung Dae avait était le plus vieux de nous deux, et pourtant, malgré les marques de respect que j’utilisais, je l’avais toujours considéré comme un deuxième petit frère, étant sûrement un peu trop protecteur avec lui. Tout le monde se moquait toujours de son air idiot et un peu enfantin, mais j’avais toujours adoré cet air-là. Il était tellement naïf, tellement innocent, qu’il ne semblait pas se rendre compte des problèmes que l’on pouvait rencontrer dans la vie. C’est cette insouciance qui m’avait toujours remonté le moral. Les rares fois où je n’étais pas en forme, Myung Dae me scrutait avec ses grands yeux curieux – d’ailleurs, ces grands yeux me rappelaient ceux de la chouette qui était sur son épaule – poussant ses lunettes avec son doigt pour les remonter sur son nez. J’avais alors toujours peu de me lancer dans de longues explications sans queue ni tête et qui finirait par s’embrouiller. Et puis, je ne voulais pas l’embêter avec ça, pas que j’avais peur qu’il ne comprenne pas. Myung Dae était quelqu’un de très intelligent, bien plus que son air bêta laissait paraître. Bien souvent, je n’avais juste pas envie qu’il se fasse du souci pour moi, surtout que ce n’était pas grand-chose, la plupart du temps. Son innocence suffisait largement à me redonner le sourire. Comme c’était le cas maintenant.

« Moi ça va ! Je suis là parce que je veux en finir avec ma maladie. Et on m’a dit qu’à Seoul, y avait plein de gens comme nous. Alors peut-être que je trouverai mon âme sœur et que je guérirai ? »

Il y était donc toujours aussi accroché, à cet objectif ? Sa détermination le rendait vraiment fort. Et c’était quelque chose dont j’étais vraiment admiratif.

« J’ai pas su tenir ma promesse à Halabeoji… Sa librairie, elle est vendue maintenant. A cause de ça, je pouvais plus aider Omma à s’occuper de mon frère et ma sœur, parce que je gagnais plus d’argent. Du coup, j’ai décidé de venir ici pour trouver du travail, et aussi pour aller à l’université ! »

Je posais ma main sur son bras, alors qu’il semblait attristé à l’idée de décevoir l’ancien libraire …

« - Tu sais, je suis sûr qu’il est fier de toi, quand il te regarde de là-haut. Il en faut, du courage, pour venir vivre ici pour s’occuper de sa famille et vaincre sa maladie ! C’est tout à fait admirable, ce que tu fais-là, hyung. »

Je souris pour le rassurer. Je savais à quel point cela lui tenait à cœur, alors la moindre des choses, c’était de l’encourager et de le féliciter.

« - Sung Woo-yah~~ Pourquoi t'es à Seoul, toi ?
- Je suis venu étudier dans une grande école de médecine ! Il n’y en avait pas d’aussi bien, à Busan. Comme ça je deviendrai un grand chirurgien, et je pourrai sauver des vies. Mais cela fait déjà quelques années que je suis ici, tu sais~ »

Je n’allai pas tout lui dire, évidemment. Je n’en avais parlé à personne. Et Myung Dae serait sûrement la dernière personne à qui j’en parlerai.

« Tu t’en sors, à Séoul ? Tu as de quoi vivre, hein ? Si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis là pour t’aider ! »

Je m’inquiétai des quelles conditions vivaient Myung Dae. S’il était venu ici sans rien, cela allait être dur pour lui, et hors de question de le laisser tomber comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 81
avatar
« Kim Myung Dae » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: As long as you're there   Mer 6 Nov - 20:32

Depuis toujours, la présence de Sung Woo constituait un précieux soutien pour le pauvre enfant perdu qu’était Myung Dae. Le seul fait de l’avoir à ses côtés pouvait lui redonner toutes les forces dont il avait besoin, et toute l’énergie nécessaire pour soulever des montagnes. Car oui, avec lui, il se sentait capable de choses extraordinaires, de choses qu’en temps normal, par ses propres et maigres moyens, il serait incapable d’accomplir. Et par ce simple geste, le simple fait d’avoir posé sa main sur son bras, le grand idiot sentait regonflé à bloc. Cette tristesse, qui l’avait momentanément envahi quelques minutes plus tôt, s’était totalement évaporée.

« Tu sais, je suis sûr qu’il est fier de toi, quand il te regarde de là-haut. Il en faut, du courage, pour venir vivre ici pour s’occuper de sa famille et vaincre sa maladie ! C’est tout à fait admirable, ce que tu fais-là, hyung. »

Son sourire benêt s’agrandit encore, dévoilant sa dentition impeccablement blanche et alignée, ainsi que ses gencives. Le compliment le mit cependant mal à l’aise, si bien qu’il baissa la tête d’un air embarrassé tout en se grattant l’arrière du crâne.

« Dis pas des trucs comme ça, Sunggah… » Minauda-t-il dans un petit rire gêné, en se tortillant sur son grand corps maladroit.

A la question qu’il lui avait posée, Sung Woo répondit qu’il était également là pour des raisons personnelles, notamment pour étudier dans une prestigieuse école de médecine. Il lui parlait également de ses ambitions de devenir un grand chirurgien. C’était vraiment un rêve admirable, un rêve qu’il poursuivait depuis quelques années déjà, si sa mémoire ne lui faisait pas faux bond.

« Oui, je sais que t’es là depuis longtemps ! Parce que du coup, t’étais plus à Busan, et moi je m’ennuyais sans toi. Mais maintenant que t’es là, et que je suis là aussi, ça sera tout comme avant ! »

Myung Dae trépigna d’enthousiasme, semblant ne plus pouvoir tenir en place. Il venait enfin de retrouver son meilleur ami, celui qui avait toujours ou presque été à ses côtés depuis son enfance, ce n’était pas rien !

« Tu t’en sors, à Séoul ? Tu as de quoi vivre, hein ? Si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis là pour t’aider ! »

Pourquoi s’inquiétait-il autant ? Certes, l’idiot de Busan n’était pas très débrouillard, mais malgré tout il s’en était très bien sorti depuis qu’il était arrivé à Seoul. Et ça, il devait le lui dire, pour ne pas qu’il se fasse de souci pour lui. Être un boulet n’avait que des désavantages, dont celui de s’attirer les ennuis. Alors il pouvait comprendre que Sung Woo se préoccupe de ce qui peut lui arriver. D’ailleurs, il l’avait toujours fait, même si la plupart du temps il faisait tout pour ne pas le montrer.

« T’en fais pas pour moi, Sung Woo-yah !~ J’avais pas beaucoup d’argent en arrivant, mais y a un gentil monsieur qui m’a aidé à la gare. Je voulais voir où était l’université, alors il m’y a emmené~ Après, quand j’ai voulu entrer pour voir comment c’était, je me suis fait prendre par quelqu’un. Mais lui aussi il est gentil ! Il a bien voulu que je reste dans sa chambre, et je dors chez lui depuis que je suis arrivé, le 5 avril. Normalement, je devrais pas rester chez lui parce que je suis pas un étudiant, mais ça va bientôt s’arranger ! Je dois aller remplir des papiers pour mon inscription parce que comme je viens de loin, j’ai droit à une bourse. Donc je peux payer mon inscription, c’est cool hein !~ »

Rares étaient les fois où Myung Dae parlait autant. Enfin, à un inconnu. Mais comme Sung Woo n’était pas un inconnu, il lui arrivait souvent de devenir une vraie pipelette en sa présence. Il était vrai que ce qu’il disait n’était pas forcément intéressant, mais avec lui, il se fichait bien de paraître stupide. Parce qu’avec lui, il se sentait tout simplement bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: As long as you're there   Mer 6 Nov - 22:37

Les joues de Myung Dae rougirent alors que je le rassurais. Et une fois de plus, je ne pus m’empêcher de le trouver absolument adorable, comme l’époque où l’on passait notre temps ensemble.

« Dis pas des trucs comme ça, Sunggah… »

Il se dandina, gêné, mais toujours le même sourire empreint sur les lèvres. Et après lui avoir expliqué ce que je faisais ici, il répondit :

« Oui, je sais que t’es là depuis longtemps ! Parce que du coup, t’étais plus à Busan, et moi je m’ennuyais sans toi. Mais maintenant que t’es là, et que je suis là aussi, ça sera tout comme avant ! »

Décidément, je n’allais pas m’arrêter de sourire. C’est cette manière de parler un peu enfantine qui lui avait valu beaucoup de moqueries, par le passé – et qui lui en valaient sûrement toujours. Mais cela rejoignait son côté innocent et tout à fait attachant.

Son physique aussi, attirait les critiques des moqueurs. Son air d’intello avec ses grosses lunettes, ses cheveux un peu longs et ses gros pulls suscitaient souvent des réactions moqueuses. Juste parce qu’il ne faisait pas forcément attention à son apparence, il fallait qu’on l’insulte et le traite de noms d’oiseaux, quand cela restait dans la politesse. Mais en réalité, si Myung Dae faisait attention à lui, beaucoup de femmes se retourneraient sûrement pour le reluquer. Je n’en doutais pas une seconde.

Tout comme je ne doutais pas du fait que Myung Dae savait très bien se débrouiller tout seul. Il était peut-être toujours adorable, insouciant comme il l’avait toujours été, il avait tout de même pris en maturité. Il me le prouva lorsque, il m’expliqua avec beaucoup de sérieux qu’il était arrivé là au début du mois d’avril, se faisant d’abord aider par un inconnu dans la gare avant de se faire accueillir chez un étudiant. Je fronçai les sourcils. Cela faisait beaucoup d’inconnus d’un coup. Mais il m’assura qu’il allait bientôt avoir une bourse pour ses études, venant de loin.

Je l’écoutais me raconter tout cela, buvant ses paroles unes à unes. Il était peut-être un peu renfermé sur lui-même lorsqu’il s’agissait de parler aux autres. Mais ce n’était plus le cas quand on commençait à bien le connaître, et il devenait alors un moulin à paroles. Myung Dae était ainsi : quand il était lancé dans un sujet qui le passionnait, il était presque impossible de l’arrêter. Mais aucun de ces sujets ne m’avaient jamais ennuyé. Il avait toujours quelque chose à m’apprendre, à raconter.

« - Au fait, tu m’as parlé de ton âme sœur, tout à l’heure ! Est-ce que tu t’en sors ? Est-ce que tu vas aller la chercher, ou tu espères la rencontrer par hasard peut-être ? »

J’étais curieux de savoir où il en était, avec tout cela. Et surtout, avec les filles. Peut-être avait-il fait une rencontre dont il n’osait pas me parler ?

« Et tu n’as pas rencontré une fille qui te plaisait, en arrivant ici ? Une étudiante, à l’université, par exemple … »

Je souris, voyant déjà apparaître les rougeurs sur les joues de mon ami. Il n’aimait pas non plus que l’on parle des filles, et c’était sûrement dû à son manque d’expérience dans le domaine. Mais comme je l’avais déjà dit, Myung Dae avait grandi, maintenant. C’était un grand garçon. Et puis, s’il voulait rencontrer son âme sœur, il allait bien devoir faire des efforts.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 81
avatar
« Kim Myung Dae » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: As long as you're there   Jeu 7 Nov - 22:16

« Au fait, tu m’as parlé de ton âme sœur, tout à l’heure ! Est-ce que tu t’en sors ? Est-ce que tu vas aller la chercher, ou tu espères la rencontrer par hasard peut-être ? »

Sung Woo venait de soulever une question importante : comment Myung Dae comptait-il exactement trouver son âme sœur ? A vrai dire, il ne s’était jamais interrogé sur la façon dont il s’y prendrait. Sûrement attendait-il que cela se produise un beau jour, dû à un pur à hasard, au petit bonheur la chance. Mais s’il n’avait pas de stratégie, il y aurait moins de probabilité pour que cette rencontre advienne un jour, n’est-ce pas ? Alors, il devait sérieusement réfléchir à cette problématique, et trouver rapidement une solution. Seulement, Myung Dae et la rapidité, ce n’était pas vraiment une équation très équilibrée.

« J’sais pas, finit-il par avouer d’un air songeur. Tu crois que ça se passe comment, d’habitude, quand on rencontre son âme sœur ? Tu penses qu’on le sait comment que c’est elle ? »

C’était vrai, ça : comment saurait-il qu’il a bien rencontré son âme sœur, après tout ? Y avait-il un signe bien distinctif qui lui permettrait de le savoir ?

« Et tu n’as pas rencontré une fille qui te plaisait, en arrivant ici ? Une étudiante, à l’université, par exemple … »

La conversation prit une tournure pour le moins étrange. Du moins, cela l’était du point de vue de Myung Dae. Il n’avait jamais été accoutumé à aborder ce genre de sujet avec d’autres garçons. Ce n’était d’ailleurs pas le type de discussion qu’il aimait avoir avec quelqu’un d’autre. Même si ce quelqu’un d’autre s’avérait être un ami aussi proche et précieux que Sung Woo. Qu’il lui pose des questions sur son âme sœur, passe encore. Mais quelle mouche le piquait pour qu’il lui demande ainsi s’il avait rencontré une… Une fille !

« J-j’ai rencontré une fille, oui, se mit-il à bafouiller. C’est la seule qui a bien voulu me parler quand je suis arrivé à Seoul. Elle aime pas les Twaos mais je crois que moi, elle m’aime bien. Elle s’appelle Ha Neul et elle râle beaucoup, beaucoup ! Mais elle est gentille quand même. Même que son grand père, hé ben c’est le président de ce truc de Twaos, en ville ! Tu sais, là où tu vas pour trouver quelqu’un avec qui charger. »

Une drôle de rencontre, cela dit. Ha Neul, qui ne supportait pas les Twaos pour une raison valable qu’elle ne lui avait pas dévoilée, avait semblé fondre complètement pour ses maladresses et son côté un peu attardé.

« C’est dommage qu’on soit pas compatibles pour charger, toi et moi, releva-t-il en soupirant. Au moins, j’aurais pas à faire ça avec des gens que je connais pas. »

C’était quand même un peu embêtant de devoir appeler des inconnus à l’aide pour procéder à la charge quotidienne. Ca l’était d’autant que son colocataire Jong Hae était complètement étranger à toutes ces histoires de Twaos. Il semblait n’en avoir jamais entendu parler, et sûrement valait-il mieux qu’il n’en sache rien pour le moment. L’autre problème provenait du fait que Myung Dae ne possédait aucun moyen de contacter les autres ou de se faire contacter par les autres. Mais heureusement, il y avait tout de même quelques Donneurs qui traînaient dans les couloirs du campus ou du site universitaire.

« Et toi, Sung Woo-yah ?~ Tu me parles de filles parce que tu en as rencontré une ? Et pareil pour ton âme sœur ? Sauf si tu ne la cherches toujours pas… »

Il n’y avait pas de raison pour que le grand benêt soit le seul à subir un tel interrogatoire, no mais ! Mais son ami serait très certainement beaucoup plus à l’aise que lui. Ce n’était pas le genre de truc qui pouvait le déstabiliser facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: As long as you're there   Jeu 7 Nov - 22:48

Myung Dae réfléchit un moment avant de répondre à ma question sur son âme sœur :

« J’sais pas. Tu crois que ça se passe comment, d’habitude, quand on rencontre son âme sœur ? Tu penses qu’on le sait comment que c’est elle ? »

Ce fut à mon tour d’y réfléchir, essayant de me rappeler ce que mes parents m’avaient déjà dit à propos de cela.

« - Tu sais, mes parents sont des âmes sœurs. Ils l’ont su parce que quelque chose était différent, oui. Il paraît que les charges ne sont pas de simples transferts d’énergie, entre deux âmes sœurs. Comme s’il y avait plus de sentiments, en fait. Un petit truc en plus durant la charge, tu vois ? Mais ils n’ont jamais voulu m’en dire plus. Pour que j’aie la surprise. C’est que cela doit être facile de différencier son âme sœur des autres twaos en chargeant, alors … »

J’y songeai aussi, me demandant ce que cela faisait de faire une charge avec son âme sœur.

« Peut-être que cela à un goût, une charge avec son âme sœur ! »

Je souris en relevant les yeux vers Myung Dae, imaginant quel goût cela pouvait avoir. Cela devait être quelque chose d’exceptionnel, non ?

Je ne m’étais pas trompé : mon ami sembla complètement désorienté par mon changement brutal de conversation. Mais je pense surtout que c’était le sujet des filles qui le rendaient aussi timide et gêné. D’ailleurs, il bredouilla un peu au moment de répondre :

« J-j’ai rencontré une fille, oui. C’est la seule qui a bien voulu me parler quand je suis arrivé à Seoul. Elle aime pas les Twaos mais je crois que moi, elle m’aime bien. Elle s’appelle Ha Neul et elle râle beaucoup, beaucoup ! Mais elle est gentille quand même. Même que son grand père, hé ben c’est le président de ce truc de Twaos, en ville ! Tu sais, là où tu vas pour trouver quelqu’un avec qui charger. »

Une fille qui n’aimait pas les twaos mais qui aimait bien Myung Dae ? Je la comprenais. Il était impossible de ne pas s’attendrir à son air adorable.

Je me souvins du vieil homme de l’association des twaos, qui m’avait accueilli les bras grands ouverts. Mais je ne me souvenais pas d’avoir vu une jeune fille avec lui. En tout cas, elle devait être tout aussi gentille que lui.

Mon ami afficha une mine déçue.

« C’est dommage qu’on soit pas compatibles pour charger, toi et moi. Au moins, j’aurais pas à faire ça avec des gens que je connais pas.

- On ne le choisit pas ça, mais c’est dommage, oui … Mais au moins, tu fais de nouvelles rencontres, c’est plutôt bien ça, non ? Regarde, ici, à Séoul … Je suis content que tu te sois fait des amis, Myung hyung ! »

Mais Myung Dae exigea d’en savoir plus, lui aussi.

« Et toi, Sung Woo-yah ?~ Tu me parles de filles parce que tu en as rencontré une ? Et pareil pour ton âme sœur ? Sauf si tu ne la cherches toujours pas… »

Je restai pris au dépourvu, ne m’y attendant pas vraiment. En fait, je ne voulais pas vraiment en parler, surtout avec le « métier » que j’exerçai. Ma mine avait dû s’assombrir un peu car il me regardait de la même façon qu’auparavant, ces grands yeux scrutant avec attention mon visage. Alors, comme avant, je souris, cherchant à paraître assuré.

« - Oh tu sais, je n’ai pas vraiment le temps pour ce genre de choses. J’ai beaucoup de travail, avec mes études, et c’est fatigant aussi. Mais un jour, j’espère quand même rencontrer mon âme sœur ! »

Mon regard se posa sur sa chouette, qui le suivait toujours de près quand elle n’était pas sur son épaule. J’en avais presque oublié sa présence, mais elle allait peut-être m’aidait à changer de sujet.

« Au fait, tu lui as donné un petit nom, à celle-là ? » demandai-je en la montrant du menton.

Elle émit un petit cri, comme si elle n’était pas satisfaite de la manière que j’avais pour la désigner. Elle n’était décidément vraiment pas commode …
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 81
avatar
« Kim Myung Dae » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: As long as you're there   Ven 8 Nov - 21:27

Myung Dae écouta attentivement l’hypothèse de son ami. Personnellement, il n’avait absolument aucune idée de la façon dont on pouvait reconnaître son âme sœur. S’il le savait, peut-être aurait-il une plus grande chance de trouver la sienne, grâce à ça. Et puis, comme Sung Woo venait de le rappeler, il était lui-même issu d’un mariage entre deux âmes sœurs. Pas comme lui, dont les parents étaient de simples humains qui n’avaient jamais désiré d’enfant. Il était un accident, mais ses petits frère et sœur étaient, eux, le malheureux résultat de trop nombreux abus sexuels de leur paternel. Ca, Myung Dae n’était tout de même pas assez stupide pour ne pas le deviner, surtout pas à la manière dont ils étaient traités depuis leur naissance. C’était lui qui, en digne et brave grand frère dévoué, s’était le plus souvent occupé d’eux.

« Un truc en plus… Répéta-t-il d’un air songeur, fronçant les sourcils sous la préoccupation. Je me demande c’que ça peut être.

Peut-être que cela à un goût, une charge avec son âme sœur ! »

La supposition fit gentiment rire le grand benêt, qui s’imagina par la suite le goût que pouvait bien avoir son âme sœur. Peut-être à la fraise ? Ou bien au chocolat ? A moins que ça n’ait un goût un peu plus salé, ou quelque chose d’indéfinissable ? Peut-être même que le goût change selon les baisers ? Il lui semblait se rappeler du goût d’un des baisers qu’il avait échangés avec sa cousine, étant petit. Ramen, si ses souvenirs étaient bons. Mais ça, c’était parce que sa cousine en avait justement mangé au repas. Et si, en fin de compte, le goût était totalement infect ou ne lui convenait pas ? Après tout, ça pouvait être comme les parfums ou l’odeur de certaines personnes. Parfois, c’était assez incommodant. En y pensant, ce serait vraiment pas de chance, si son âme sœur n’avait pas un goût plaisant. Il serait obligé de charger avec elle tous les jours, et de supporter son goût horrible par la même occasion ! Quelle horreur.

Par la suite, la discussion dériva sur la gente féminine. Après l’avoir interrogé au sujet d’éventuelles rencontres qu’il aurait pu faire, ce fut au tour de Sung Woo de répondre à cette question.

« Oh tu sais, je n’ai pas vraiment le temps pour ce genre de choses. J’ai beaucoup de travail, avec mes études, et c’est fatigant aussi. Mais un jour, j’espère quand même rencontrer mon âme sœur !

Et si ton âme sœur elle est parmi les gens que tu connais maintenant et que tu la perds de vue après, comment tu sauras que c’était elle ? »

Ce genre de choses constituait l’une des principales craintes de Myung Dae. Il alimentait une véritable peur de passer un jour à côté de son âme sœur, et de passer par la même occasion à côté de sa chance de guérir.

Après avoir énoncé ces paroles, Sung Woo avait posé son regard sur la chouette, et en avait profité pour demander d’une manière déplaisante pour la bestiole s’il lui avait attribué un nom. Pour tout dire, il n’y avait pas encore réfléchi, sûrement parce qu’il ne la considérait toujours pas comme son animal de compagnie, mais plutôt comme une enquiquineuse qui squattait depuis qu’il l’avait rencontrée.

« Elle a pas d’nom. Tu veux qu’on lui en trouve un ? »

Sans même attendre de réponse, il se mit directement à réfléchir. Pourtant, d’ordinaire, il était plutôt long à la détente. Mais là, c’était comme si cette histoire de nom était devenu un impératif à régler dans l’immédiat, après quoi il serait enfin débarrassé. Et puis, peut-être qu’elle attendait que ça, la chouette. Ou olppaemi, comme on disait en coréen. Olppaemi…

« Emi la chouette ? » Proposa-t-il à tout hasard.

Et contre toute attente, cette fois-ci la bestiole ne se mit pas à le pincer ou à l’attaquer sauvagement comme elle en avait l’habitude. Au contraire, elle émit une sorte de hululement un peu joyeux, qui paraissait traduire son approbation.

« Elle va plus jamais vouloir me quitter, maintenant ! Bougonna-t-il en croisant les bras d’un air boudeur. Ma plus longue relation aura été avec une chouette, c’est trop débile ! »

En vrai, Myung Dae aimerait bien savoir ce que c’était, une relation avec une fille. Mais il ne voulait pas fonder de famille, parce qu’il avait trop peur d’offrir à ses enfants une vie aussi misérable que la sienne. Et puis, il ne voulait pas non plus leur transmettre son gène de Twao ainsi que sa maladie. De toute façon, comme avec les animaux, il ne savait pas comment s’y prendre avec les enfants qui n’étaient pas ses petits frère et sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: As long as you're there   Sam 9 Nov - 19:12

Myung Dae émit soudainement une hypothèse à laquelle je n’avais jamais pensé, simplement parce que chercher mon âme sœur n’était pas un de mes objectifs premiers, et ne l’avait encore jamais été. Pourtant, cela me fit réfléchir plus que cela ne l’aurait dû.

« - Et si ton âme sœur elle est parmi les gens que tu connais maintenant et que tu la perds de vue après, comment tu sauras que c’était elle ? »

Les yeux dans le vide, je songeais à ces mots. Je l’avais bien dit que Myung Dae était plus intelligent qu’il ne le laissait croire. Sinon, comment aurait-il réfléchi à ce genre de choses ? Un idiot n’y penserait même pas. D’ailleurs, à ce moment-là, j’étais idiot. J’avais l’impression que j’avais encore plein de choses à apprendre, et surtout, à apprendre de Myung Dae. Il semblait tellement effrayé à l’énonce de cette possibilité … Cela l’obsédait-il à ce point ?

Lorsque je détournai le sujet, mon ami d’enfance se pencha intensément sur la question. Et rien ne le perturbait. Il ne remarqua même pas lorsque sa chouette émit un petit cri à la vue d’un rongeur. Mais il sembla réellement fier lorsqu’il finit par trouver un nom.

« Emi la chouette ? »

Je réfléchis un instant … Olppaemi, Emi … Je ris en comprenant le jeu de mots, et leva mes deux pouces en l’air.

« - C’est une excellente idée ! »

Emi avait l’air d’approuver cette idée aussi car elle hulula de satisfaction à l’entente de ce nom.

« Elle va plus jamais vouloir me quitter, maintenant ! Ma plus longue relation aura été avec une chouette, c’est trop débile ! »

Ces râlements m’arrachèrent un sourire, alors que je le regardais bouder en croisant les bras.

« - Hé ! Ta plus longue relation est avec moi, hyung ! »

Je savais qu’il parlait d’une relation avec des filles, mais je n’avais pu m’empêcher de le corriger, un brin taquin.

« Cette chouette est juste plus intelligente que les autres filles. Elle sait ce que tu vaux, elle ~ ! C’est pour ça qu’elle reste avec toi, d’ailleurs ! »

Myung Dae ne recevait pas souvent des compliments … Et c’était d’ailleurs pour cette raison que je l’en couvrais chaque fois que j’avais l’occasion. Même s’il lui arrivait de ne pas apprécier.

« - Tu sais, pour en revenir à ta question de tout à l’heure, si ton âme sœur est une de tes connaissances et que tu la perds de vue, je pense que tu finiras forcément par la retrouver. On finit toujours pas retrouver l’une de ses anciennes connaissances, même involontairement, non ? »

Je n’étais pas tout à faire sûr de ce que j’avançais … Peut-être même essayais-je de m’en persuader moi-même … Mais quelque part, ce n’était pas totalement faux, si ?

« Dans ton cas, hyung, tu as vraiment l’air déterminé pour la trouver, ton âme sœur, alors peu importe s’il s’agit d’une connaissance, même quelqu’un que tu as perdu de vue, ou bien même une inconnue, je pense que tu finiras par la trouver, et j’espère que tu seras avec elle … D’ailleurs, comment tu feras si c’est un homme ? »

A ma connaissance, Myung Dae n’était pas gay. Mais comment réagirait-il s’il était confronté à homme en tant qu’âme sœur ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 81
avatar
« Kim Myung Dae » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: As long as you're there   Sam 9 Nov - 21:59

Quand Myung Dae proposa à tout hasard un surnom pour sa chouette, Sung Woo sembla tout à fait emballé par sa proposition. Pour une fois que quelqu’un trouvait qu’une de ses idées n’était pas si mauvaise ! D’autant que même la concernée semblait appréciée l’appellation qui lui avait été attribuée, comme pouvaient en témoigner ces hululements apparemment joyeux. C’était bien la première fois qu’elle manifestait un peu d’affection à son égard ! D’habitude, ce n’était que des coups de becs furieux et des piaillements stridents.

Lorsqu’il s’était plaint implicitement de ne jamais avoir eu de relation aussi durable que celle qu’il avait avec Emi, son ami s’était mis à rire en déclarant que c’était lui, sa relation la plus longue. Bien sûr, il n’avait pas tort d’un côté, même s’il n’était pas exactement le genre qui plaisait bien à l’idiot de Busan. Pas assez féminin à son goût. Puis, Sung Woo se lançait dans des explications un peu bancales, comme quoi la chouette connaissait la valeur de Myung Dae, et que c’était la raison pour laquelle elle le suivait partout depuis leur drôle de rencontre dans le parc. N’était pas habitué à recevoir des compliments, le grand dadais baissa une nouvelle fois la tête sous l’embarras que lui causaient toutes ces éloges.

« Tu sais, pour en revenir à ta question de tout à l’heure, si ton âme sœur est une de tes connaissances et que tu la perds de vue, je pense que tu finiras forcément par la retrouver. On finit toujours pas retrouver l’une de ses anciennes connaissances, même involontairement, non ? »

Le jeune imbécile prit un instant pour réfléchir. A la base, c’était lui qui avait posé cette question, et voilà qu’elle se retournait contre lui ! Mais ce raisonnement qu’il lui exposait paraissait assez invraisemblable. On ne retrouvait pas toujours les personnes qu’on avait perdu de vue, n’est-ce pas ? Myung Dae secoua la tête, pas vraiment d’accord avec cette hypothèse.

« Si la personne est morte, c’est pas possible… »

Sa propre phrase l’interpela, et l’inquiétude s’empara soudainement de lui.

« Et si mon âme sœur était morte ?? Si à cause de ça je ne pourrais jamais guérir ? »

Sung Woo avait également soulevé une autre problématique, une éventualité à laquelle l’idiot du village ne s’était pas préparé.

« Dans ton cas, hyung, tu as vraiment l’air déterminé pour la trouver, ton âme sœur, alors peu importe s’il s’agit d’une connaissance, même quelqu’un que tu as perdu de vue, ou bien même une inconnue, je pense que tu finiras par la trouver, et j’espère que tu seras avec elle … D’ailleurs, comment tu feras si c’est un homme ?

Tu crois que ça peut être un homme… ? »

Si c’était le cas, il serait obligé d’embrasser un garçon tous les jours pour procéder à la charge ? C’était inenvisageable, enfin !

« Moi j’espère pas que ce sera un homme ! Reprit-il en fronçant les sourcils d’un air soucieux. Et j’espère pas non plus que ce sera quelqu’un de beaucoup plus vieux que moi, comme une mamie. Mais on n’est pas obligés de vivre avec son âme sœur, si ? »

C’était vrai, après tout : rien ne l’obligeait à vivre le restant de ses jours avec son âme sœur, dès qu’il l’aurait trouvée. Peut-être même qu’il ou elle ne voudrait pas de lui…

« Oh ! Réalisa-t-il soudainement. Mais, et si mon âme sœur veut pas de moi ? »

Décidément, beaucoup de questions s’enchaînaient dans le pauvre petit esprit de Myung Dae. Parler de son âme sœur ravivait toutes ses inquiétudes. Il avait peur de ne jamais guérir de sa maladie à cause de ça. Mais est-ce que ça faisait de lui quelqu’un d’égoïste, qui poursuivait sa quête dans l’unique objectif de sauver sa peau ?

« En fait, ça me fait peur tout ça… Ca te fait pas peur, à toi ? Comment tu vois ta rencontre avec ton âme sœur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: As long as you're there   Dim 10 Nov - 20:38

Plus la conversation avançait, plus Myung Dae semblait perturbé par ce sujet, renchérissant toujours par une nouvelle hypothèse, une nouvelle question qui le dérangeait.

« Si la personne est morte, c’est pas possible… »

Il sembla s’inquiéter soudainement de ce qu’il venait de dire, car il se tourna vers moi d’un air effrayé.

« Et si mon âme sœur était morte ?? Si à cause de ça je ne pourrais jamais guérir ?

- Pourquoi parles-tu de malheur, hyung ? Il n’y a pas de raison pour que cela arrive ! »

D’ailleurs, il s’inquiéta tout autant lorsque je soulevai la problématique d’avoir une âme sœur du même sexe que lui.

- Tu crois que ça peut être un homme… ? Moi j’espère pas que ce sera un homme ! (Myung Dae fronça les sourcils, soucieux) Et j’espère pas non plus que ce sera quelqu’un de beaucoup plus vieux que moi, comme une mamie. Mais on n’est pas obligés de vivre avec son âme sœur, si ? »

Je ris devant tant d’inquiétudes. Décidément, j’avais là un ami vraiment adorable !

« - Détends-toi, hyung~ ! C’est sûr qu’il y a plein de possibilités et on peut s’attendre à tout, mais tu verras bien le moment venu … Faut pas t’inquiéter pour ça ! »

Il ne s’arrêta pas pour autant de poser des questions, cherchant toujours à en savoir plus sur sa future âme sœur.

« - Oh ! Mais, et si mon âme sœur veut pas de moi ?

- Pourquoi ne voudrait-t-elle pas d’un homme aussi adorable que toi, Myung hyung ? »

Je le taquinai volontairement, sachant déjà qu’il allait une nouvelle fois rougir de gêne, pour mon plus grand amusement.

« - En fait, ça me fait peur tout ça… Ca te fait pas peur, à toi ? Comment tu vois ta rencontre avec ton âme sœur ? »

Myung Dae venait de me poser une question à laquelle il m’arrivait de réfléchir. Je n’avais pas spécialement voulu la chercher, pour l’instant, simplement par manque de temps. Mais en grandissant, et vieillissant, j’y pensais de plus en plus souvent. Evidemment que j’aimerais fonder une famille avec mon âme sœur … Mais encore fallait-il la trouver. Comment pourrais-je y parvenir, si je ne la cherchais pas ? Et que se passerait-il si … Je me surpris à penser comme Myung Dae, lui qui s’inquiétait tellement à l’idée de voir que son âme sœur n’étais plus de ce monde, ou qui ne voulait pas de lui …

« J’aimerais bien qu’elle soit parfaite … Enfin, comme tout le monde, j’imagine, mais j’aimerais bien qu’elle soit intelligente et drôle surtout, pour que l’on ait toujours quelque chose à dire ... Pour la première rencontre, si elle me donne une bonne impression dès le début, c’est un bon point, non ? Qu’est-ce que tu en penses ? »

J’avais une vision très idyllique de mon âme sœur, en effet, mais la plupart des gens qui y croyaient devaient avoir cette vision, non ?

« Et toi, tu la vois comment ton âme sœur ? »

J’étais curieux de savoir comme lui, la voyait. Lui qui n’aimait pas parler des filles …
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 81
avatar
« Kim Myung Dae » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: As long as you're there   Mer 13 Nov - 12:02

L’air de rien, Myung Dae était un grand angoissé. Avec tout ce qu’il avait vécu depuis son enfance, un rien lui faisait peur. Surtout lorsque cela concernait son futur, ce qu’il allait devenir. Sa condition de bouseux de Busan, son manque de culture, son allure dégingandée et son esprit balourd le vouaient à un destin tout tracé : un avenir difficile et brumeux, sans possibilité de s’élever dans la société. Et ça, il le redoutait plus que tout. Secrètement, il rêvait de pouvoir un jour être autre chose que ce qu’il avait toujours été. Autre chose qu’un perdant et un moins que rien. Il aimerait réussir quelque chose dans sa vie, et c’était en partie pour cela qu’il voulait absolument trouver son âme sœur. C’était parce qu’il plaçait tous ses espoirs en cette rencontre, il estimait que tout changerait une fois qu’il l’aurait trouvée. Alors, même si Sung Woo le taquinait gentiment en lui affirmant qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter, que son âme sœur serait une jolie et gentille jeune fille qui l’accepterait tel qu’il est, il ne pouvait s’empêcher d’imaginer les pires scénarios catastrophes.

Lorsqu’il avait exposé toutes ses peurs à son ami, il avait même réussi à le faire douter, lui, Sung Woo, qui semblait ne jamais avoir peur de rien. Lui qui semblait si brave et si sûr de lui, de ce qu’il entreprenait. Ce doute avait un instant voilé son regard, Myung Dae ne pouvait pas s’y tromper.

« J’aimerais bien qu’elle soit parfaite … Enfin, comme tout le monde, j’imagine, mais j’aimerais bien qu’elle soit intelligente et drôle surtout, pour que l’on ait toujours quelque chose à dire ... Pour la première rencontre, si elle me donne une bonne impression dès le début, c’est un bon point, non ? Qu’est-ce que tu en penses ? »

Après une petite pause, il reprit :

« Et toi, tu la vois comment ton âme sœur ? »

Comment il la voyait ? A vrai dire, le portrait que son ami de Busan venait de dresser, c’était typiquement celui que tout le monde se figurait dans sa tête, n’est-ce pas ? Alors, quand il l’avait écouté, il avait très bien pu imaginer ce qu’il voulait dire. Parce que cette fille « parfaite », elle l’était selon ses critères de perfection à lui. Ce n’était pas forcément le même genre de fille dont pouvait rêver Sung Woo, mais elle était parfaite à sa manière. Une fille gentille et mignonne, qui saurait l’accepter comme il est, sans se moquer de lui. Quelqu’un qui aura la patience de le supporter et de lui apprendre tout ce qu’elle connaissait sur le monde, la vie en dehors des quartiers pauvres de Busan.

« Elle serait… Tout mon contraire, se résolut-il enfin à répondre. Ce serait une fille très chic, très distinguée. Elle serait mignonne et toute petite. Moi je suis grand, mais je suis pas très rassurant. Alors faudrait qu’elle ait du caractère pour se défendre toute seule. Mais pas trop non plus, parce que si elle cherche souvent la bagarre, bah moi je pourrais pas la protéger.  Et c’est ce qu’on attend du garçon, non ? De protéger la fille ? »

C’était exactement le genre de stéréotype qu’il avait tant vu et revu, au fil de toutes ces histoires qu’il avait lues au cours de sa vie. Il s’était ainsi créé son genre idéal, bercé par son imagination et l’idéalisation fournie par la fiction. Bien sûr, il s’était lui-même pris en compte avec tous les défauts et les inconvénients qui étaient livrés avec.

« Y a des fois où j’aimerais bien savoir ce que c’est, d’être amoureux et de sortir avec une fille. Mais j’ai peur de pas savoir bien m’y prendre… Sung Woo-yah~ Tu es déjà sorti avec une fille, toi ? Tu me l’aurais dit, n’est-ce pas ? »

Son ami ne lui aurait pas caché ce genre de choses, pas vrai ? Il ne lui cachait jamais rien… Alors, il n’y avait pas de raison pour que Myung Dae. Si ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: As long as you're there   Jeu 14 Nov - 22:37

Myung Dae réfléchit un petit moment avant de répondre, même s’il semblait avoir déjà une idée de la façon dont il voyait son âme sœur.

« Elle serait… Tout mon contraire. Ce serait une fille très chic, très distinguée. Elle serait mignonne et toute petite. Moi je suis grand, mais je suis pas très rassurant. Alors faudrait qu’elle ait du caractère pour se défendre toute seule. Mais pas trop non plus, parce que si elle cherche souvent la bagarre, bah moi je pourrais pas la protéger. Et c’est ce qu’on attend du garçon, non ? De protéger la fille ? »

Je ne répondis rien, ne cherchant pas à le contredire. Car même si je n’étais pas tout à fait d’accord avec lui, je savais qu’il ne m’écouterait pas. Je lui ai répété des centaines de fois ce que je pensais de lui, et qu’il était beaucoup trop dur avec lui-même. Mais ce n’est pas pour autant qu’il arrêtait de le faire. Il savait ce que j’en pensais. Je ne dis donc rien, mais je ne pus m’empêcher de li faire comprendre que je n’étais pas d’accord. Le regard ancré dans le sien et les sourcils froncés, je finis par lâcher un soupir.

Je ne pus me résoudre à le laisser croire cela.

« - Un homme aussi, a besoin d’une femme pour se protéger. Pas forcément pour se battre pour toi, mais pour te consoler quand tu es triste. Un homme est fort, mais il a le droit d’avoir des faiblesses aussi, des fois. Tu as le droit d’avoir des faiblesses, hyung. Tu es déjà très fort, mais tu es humain, tu es comme tous les autres êtres humains sur cette Terre. Avec des forces et des faiblesses. »

Ça aussi, j’aimais le lui rappeler. J’avais souvent l’impression qu’il se sentait différent de tout le monde. Quelqu’un que l’on mettait à part justement parce qu’il était différent. C’était les conséquences des nombreuses moqueries qu’il avait reçues jusque-là. Mais ce n’était pas parce qu’une majorité décidait de lui dire des méchancetés que ces dernières étaient forcément vraies. Au contraire.

« - Y a des fois où j’aimerais bien savoir ce que c’est, d’être amoureux et de sortir avec une fille. Mais j’ai peur de pas savoir bien m’y prendre… Sung Woo-yah~ Tu es déjà sorti avec une fille, toi ? Tu me l’aurais dit, n’est-ce pas ? »

Mon sang se glaça légèrement, alors que je ne pus m’empêcher de penser à … ce que je faisais. Je toussai de gêne, et me raclai la gorge, mal à l’aise.

«- Eh bien … Tu sais qu’il y a eu cette fille dont j’étais amoureux au collège, mais les études me prennent trop de temps pour que je voie des filles, tu sais … Mais j’ai déjà eu l’occasion d’en draguer quelques-unes, oui. D’ailleurs, elles aiment souvent les hommes de grande taille, tu sais ! »

Je le taquinai une nouvelle fois, espérant me détendre un petit peu après ce léger malaise. Je réfléchis un instant, cherchant les mots pour tenter de le rassurer.

« C’est pas bien compliqué. Tu as juste besoin de suivre ton instinct, mais il ne faut pas insister non plus, sinon la fille risque d’être ennuyée, et elle n’appréciera pas beaucoup. Mais si elle sourit et rigole beaucoup, je pense que c’est qu’elle t’aime bien ! Et elles aiment bien quand on les complimente en général, aussi ! »

Je lui donnai tous les conseils qui me passaient par la tête et que j’avais pu retenir au cours de quelques séances de drague, même si elles n’étaient pas si nombreuses que ça. Peut-être que cela allait le détendre un peu, de cette façon ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 81
avatar
« Kim Myung Dae » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: As long as you're there   Sam 16 Nov - 12:10

Tout en dressant le portrait de son âme sœur selon son point de vue, Myung Dae n’avait pas pu s’empêcher de se rabaisser. C’était une habitude devenue tellement automatique qu’il ne s’en rendait même plus compte, à vrai dire. Seul le regard sévère et grave que lui lançait Sung Woo le rappelait à l’ordre. Et c’était justement ce qui arrivait. Cela faisait des années qu’il n’avait plus croisé ce regard, et pourtant il se souvenait encore très bien de sa signification. Ce fut pour quoi il s’interrompit immédiatement en baissant timidement la tête. Il entendit le soupir exaspéré de son ami, avant que celui-ci ne commence ses remontrances :

« Un homme aussi, a besoin d’une femme pour se protéger. Pas forcément pour se battre pour toi, mais pour te consoler quand tu es triste. Un homme est fort, mais il a le droit d’avoir des faiblesses aussi, des fois. Tu as le droit d’avoir des faiblesses, hyung. Tu es déjà très fort, mais tu es humain, tu es comme tous les autres êtres humains sur cette Terre. Avec des forces et des faiblesses. »

Lui qui s’attendait à se faire sermonner comme il y avait souvent eu le droit, il fut plutôt étonné voire surpris d’entendre un tel discours. C’était un peu comme si Sung Woo venait de le décharger de tout ce poids qu’il supportait – ou plutôt qu’il subissait – depuis longtemps. Depuis son enfance, Myung Dae avait dû faire face à sa maladie, et à ses gènes de Twao. Il avait aussi dû endosser la responsabilité de grand frère attentionné pour s’occuper de ses petits frère et sœur, de respectivement dix et quinze ans ses cadets. Pour cela, puisque sa mère avait trouvé un job aux horaires peu convenables, il avait dû arrêter l’école. Puis, il avait dû affronter la mort de son père, celle de sa Donneuse et aussi meilleure amie, ainsi que celle de son mentor et pilier peu de temps après. De cette mort résulta une responsabilité encore plus lourde : celle de gérer seul une boutique. Une boutique qu’il connaissait, certes, mais dont il ne s’était jamais occupé seul.

Et, bien sûr, il avait dû subir les moqueries de ses pairs tout au long de sa vie. Et pour cela, il avait dû se montrer fort, même si les apparences laissaient penser qu’il n’était qu’un oisillon fragile qui peinait à quitter son nid.

Seulement, raviver tous ces souvenirs ne lui était pas du tout agréable, si bien qu’il se renfrogna avant de demander à son camarade s’il était déjà sorti avec une fille. A ce moment-là, ce fut Sung Woo qui parut dans l’embarras. Myung Dae ne pensait pas qu’aborder ce sujet s’avèrerait un problème pour son ami, lui qui paraissait si décontracté en temps normal, devant la gente féminine. Pourtant, le plus jeune sembla se détendre par la suite, expliquant alors que ses études lui prenaient trop de temps, mais qu’il avait quand même eu l’occasion de draguer quelques filles. Il ajouta même que les hommes de grande taille avaient plus de succès, mais si c’était vraiment le cas, alors l’idiot de Busan aurait vu des filles venir l’aborder. Enfin, c’était ce qu’il supposait. Les seules qui s’étaient jamais approchées de lui ne lui adressaient en général pas des mots doux.

« C’est pas bien compliqué. Tu as juste besoin de suivre ton instinct, mais il ne faut pas insister non plus, sinon la fille risque d’être ennuyée, et elle n’appréciera pas beaucoup. Mais si elle sourit et rigole beaucoup, je pense que c’est qu’elle t’aime bien ! Et elles aiment bien quand on les complimente en général, aussi ! »

Complimenter les filles, le grand dadais ne savait pas faire. Lui qui n’arrivait déjà pas à leur parler normalement, qu’en serait-il s’il devait les couvrir d’éloges ! Non, c’était tout simplement impossible, inenvisageable. Du moins, pour le moment.

« Je crois pas être prêt pour ça… » Avoua-t-il dans une petite moue embarrassée.

Changer de sujet. Il fallait qu’il trouve autre chose, car cette conversation ne lui convenait plus vraiment. Mais de quoi pouvait-il bien parler, alors ? Myung Dae prit le temps de réfléchir, et finit par demander la première chose qui lui passa par la tête.

« Dis, Sung Woo-yah… Si tu étudies à l’université, tu as une chambre sur le campus ? On pourra se voir plus souvent, alors ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: As long as you're there   Dim 17 Nov - 21:41

D’abord gêné et embarrassé, Myung Dae s’étonna en entendant mon discours. Il est vrai qu’en temps normal, j’avais plus pour habitude de lui faire des remontrances lorsqu’il se dévalorisait ainsi. Mais là, j’essayais au contraire de le soutenir, de le rassurer. Et cela semblait marcher.

Il m’écouta attentivement le conseiller sur la manière de draguer les filles et leur plaire, mais il esquissa une moue qui ressemblait plus à une grimace.

« Je crois pas être prêt pour ça… »

J’hochai la tête, comprenant parfaitement où il voulait en venir. Ce n’était vraiment pas évident de parler aux filles, surtout pour quelqu’un d’aussi timide que Myung Dae. Malgré tout, il allait bien devoir essayer un jour ou l’autre, s’il voulait trouver son âme sœur. Mais il savait très bien que je serais là, s’il en avait besoin, ce jour-là.

Je ne dis rien, je n’avais sûrement aucune chance de le faire changer d’avis.

Myung Dae sembla soudainement se torturer la tête à la recherche de quelque chose, et je le regardai faire, amusé mais aussi curieux. Il sembla enfin trouver quoi dire.

« Dis, Sung Woo-yah… Si tu étudies à l’université, tu as une chambre sur le campus ? On pourra se voir plus souvent, alors ! »

A chaque nouveau sujet qu’il relançait, mon meilleur ami abordait indirectement un sujet beaucoup trop sensible et grave pour que j’en parle à quiconque. Est-ce qu’il savait et cherchait-il à me le faire avouer ? … Non. Je savais toujours quand il me mentait. Et puis de quelle manière aurait-il pu l’apprendre ? Peut-être est-ce que je devenais un peu trop paranoïaque … Peu importait. Je devais faire comme si de rien n’était. Et répondre le plus naturellement possible.

« - Je n’ai pas de chambre à l’université, mais j’ai mon propre appartement. Comme ça je peux bosser tranquillement chez moi. Mais si tu veux tu pourras passer me voir, un jour ! »

Je réfléchis un moment, avant de me rendre compte que je ne savais même pas où il habitait … Enfin maintenant, si : il vivait sur le campus de l’université, apparemment. Mais quelle université ? Je ne lui avais même pas demandé. Et surtout, dans quel domaine ? Est-ce qu’il étudiait les livres, ces livres qu’il adorait tant, ou est-ce qu’il s’était tourné vers quelque chose de complètement différent ?

« Au fait, Myung hyung, tu es dans quelle université ? Et tu étudies quoi là-bas ? »

Je repensai à ce sujet qu’il avait abordé, et ajoutai alors :

« Je pourrai aussi passer te voir dans ta chambre universitaire, aussi … »

A vrai dire, je n’avais aucune idée de si pouvais venir dans cet université comme cela, sans autorisation. Et encore moins si je pouvais accéder jusqu’au chambre, vu que j’avais toujours été dans mon appartement.

« Et un jour on aura peut-être l’occasion d’aller manger un truc ensemble, ou aller boire quelque chose entre deux cours, qu’est-ce que tu en dis ? »


Excuse-moi Omma, c'est un peu court éè :
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 81
avatar
« Kim Myung Dae » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: As long as you're there   Dim 17 Nov - 23:25

Sans vraiment pouvoir en expliquer la raison, Myung Dae avait l’étrange impression que ses questions dérangeaient Sung Woo, en quelque part. Il y avait quelque chose sur son visage qui laissait transparaître un certain malaise. Ses traits se tendaient, bien qu’imperceptiblement. Et même si le grand dadais avait une vue pour le moins médiocre, il était tout de même assez fin observateur pour deviner que quelque chose n’allait pas. Seulement, il ne savait pas quoi. En revanche, ce qu’il savait parfaitement, c’était que son ami n’allait pas lâcher le morceau aussi facilement. Il le connaissait trop bien pour ça. Alors, il se contenta de froncer légèrement les sourcils, soucieux, sans rien ajouter. De toute façon, il n’était pas assez subtil et délicat pour l’interroger sans maladresse ni brusquerie.

« Je n’ai pas de chambre à l’université, mais j’ai mon propre appartement. Comme ça je peux bosser tranquillement chez moi. Mais si tu veux tu pourras passer me voir, un jour ! »

Son propre appartement ? Il devait être tranquille, alors, tout seul chez lui. Au moins, il avait le loisir de vivre à son propre rythme sans se préoccuper des horaires d’un colocataire et de voisins qui passaient leur temps à aller et venir dans les couloirs. Après, il était vrai que Sung Woo n’avait pas non plus affirmé qu’il vivait seul chez lui. Quoi que, il n’aurait pas employé le terme « mon propre appartement » si ce n’était pas le cas, n’est-ce pas ? Quoi qu’il en soit, si occuper seul un appartement comprenait ses avantages, ç’avait aussi son lot d’inconvénients. Myung Dae aimait beaucoup la compagnie de Jong Hae. Il était comme un bol d’air frais, un être en toute innocence avec qui il partageait de nombreuses choses, de nombreux points communs, et qui n’avait jamais entendu parler des Twaos. Ce simple fait lui permettait, en sa présence, d’oublier un instant ce qu’il était. Enfin, cela dépendait des circonstances, car sa condition d’humain lui rappelait à certains moments qu’ils étaient différents. C’était assez compliqué, en fin de compte.

L’idiot de Busan sourit de toutes ses dents lorsque son ami l’invita à passer le voir chez lui, un de ces jours. Leurs retrouvailles signifiaient qu’ils allaient enfin pouvoir partager d’autres moments ensemble, comme ç’avait été le cas autrefois, avant que Sung Woo ne déménage. Il n’y eut pas besoin de le lui répéter une seconde fois pour qu’il accepte volontiers cette invitation.

« Au fait, Myung hyung, tu es dans quelle université ? Et tu étudies quoi là-bas ?

Je suis pas encore inscrit… Admit-il avec une petite moue déçue. Mais je vais voir une dame la semaine prochaine, pour qu’elle me dise si je peux aller en cours ou pas. On m’a dit que y avait des cours sur les archives et tout ce qui est livres, à la fac de lettres ! J’aimerais bien retourner à l’école pour étudier ça… »

Après quoi, son ami sembla repenser à la discussion qu’ils avaient eue un peu plus tôt, car il proposa par la suite :

« Je pourrai aussi passer te voir dans ta chambre universitaire, aussi … »

Que ce soit lui qui lui rende visite ? Pourquoi pas, après tout ! Enfin, le « problème » venait de son colocataire : Jong Hae n’accepterait peut-être pas que Myung Dae invite des gens dans sa chambre, lui qui avait déjà ramené une chouette… Toutefois, il pouvait se justifier en expliquant que c’était l’animal qui ne voulait plus le lâcher d’une semelle, mais ce n’était pas non plus comme s’il avait usé de tous les moyens pour s’en débarrasser une bonne fois pour toutes.

« Faudra voir avec Jong Hae-yah… Et puis avec Emi aussi, parce qu’elle est pas gentille avec les gens qui veulent rentrer dans la chambre. »

La bestiole émit un cri en reconnaissant son nom, et Myung Dae fit mine de lui donner un petit coup pour l’intimer de se taire. Si elle comprenait ce qu’il disait, pourquoi faisait-elle la fière au lieu de s’excuser et de se comporter gentiment, hein ? Puis, son attention se reporta sur son ami lorsque celui-ci demanda :

« Et un jour on aura peut-être l’occasion d’aller manger un truc ensemble, ou aller boire quelque chose entre deux cours, qu’est-ce que tu en dis ?

Je veux ! S’exclama-t-il, les yeux pétillants. Mais… Comment on va faire pour se prévenir ? On s’écrira une lettre ? »

Puisque ce grand benêt ne possédait pas de portable ni d’ordinateur – et puis, même si c’était le cas, il ne savait pas s’en servir – il allait être plutôt difficile de le joindre. A la limite, Jong Hae pourrait éventuellement lui prêter le sien, mais il ne voulait pas le déranger pour des choses aussi futiles, lui qui s’incrustait déjà chez lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: As long as you're there   Lun 18 Nov - 23:26

La moue déçue qu’il afficha m’attendrit une nouvelle fois. Chacun de ses gestes étaient vraiment adorables, au point que je me demandais comme des filles pouvaient ne pas le trouver charmant et mignon.

Il m’apprit alors qu’il n’était pas encore inscrit dans son université, mais qu’il le saurait dès la semaine prochaine. Et j’avais vu juste : les cours de lettres étaient bien ceux qui l’intéressaient. Enfin ce n’était pas tout à fait la même chose, cela concernait les archives. Les cours dont tout le monde se moque, et donc très peu fréquenté. A vrai dire, seul les étudiants que l’on qualifiait de « rats de bibliothèque » étaient inscrits dans ce domaine-là. Pourtant, j’étais à peu près sûr qu’en se penchant un peu plus sur ces cours, cela pourrait être intéressant. Et puis, chacun ses goûts, après tout.

S’il avait montré un réel enthousiasme à l’idée de venir me voir à l’appartement, il sembla réfléchir un instant lorsque je lui proposai d’aller chez lui.

« Faudra voir avec Jong Hae-yah… Et puis avec Emi aussi, parce qu’elle est pas gentille avec les gens qui veulent rentrer dans la chambre. »

L’animal répondit par un cri, s’habituant déjà à son nom. Elle avait visiblement déjà adopté son maître, et ne semblait pas vouloir le quitter de sitôt. Elle était même très protectrice et possessive avec lui, pour qu’elle refuse de voir des gens rentrer dans leur chambre.

« - T’en fais pas, elle a l’air de bien m’aimer (je tendis la main vers l’oiseau, qui émit un cri de protestation. Je reculai rapidement mes doigts, soudainement plus très confiant). Hum … Jong Hae, c’est ton colocataire ? Celui qui t’a accueilli à ton arrivée ? »

Ce garçon-là devait être quelqu’un de bien, s’il l’avait recueilli et s’il s’était bien occupé de lui.

Myung Dae s’inquiéta de la manière dont nous allions nous prévenir, le jour où aurait envie de se voir pour aller manger. Et je me rappelai alors que mon ami et la technologie ne faisait pas bon ménage. C’était quelque chose que j’allais devoir arranger un jour, d’ailleurs.

Je réfléchis un moment à la question, alors que j’écartai immédiatement l’option de la lettre, qui mettrait beaucoup trop de temps à arriver à destination.

« Eh bien … quand tu auras ton emploi du temps, on pourra se mettre d’accord sur une journée, un midi où nous n’avons pas cours tous les deux pour manger ensemble, qu’est-ce que tu en dis ? »

Cette solution n’était pas la meilleure non plus, il suffisait qu’un cours soit déplacé ou qu’il y ait quoi que ce soit pour que le rendez-vous soit annulé, sans que l’autre ne le sache.

« Il faudrait que tu achètes un téléphone portable, hyung ! Je sais que tu n’aimes pas bien ce genre de gadgets, mais c’est très utile ! Et tu n’es pas obligé de prendre ceux qui sont hyper perfectionnés … Juste un qui fait des appels et envoie des messages suffit ! Et si tu veux, je pourrai t’apprendre à t’en servir ! Tu verras, ce n’est pas si compliqué~. »

J’avais toujours dit qu’un jour, je lui apprendrai. Et bien le moment était venu, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 81
avatar
« Kim Myung Dae » TWAO ☆ Avoider
MessageSujet: Re: As long as you're there   Mar 19 Nov - 22:01

Lorsque Myung Dae avait déclaré que sa chouette n’était pas des plus commodes, Sung Woo n’avait pas semblé vouloir le croire. Pour lui prouver le contraire, il avait même osé approcher sa main de l’animal, qui avait démenti ses propos en émettant un cri visiblement pas très satisfait. Qu’elle n’était pas agréable, cette bestiole ! Pourquoi avait-il fallu qu’elle s’incruste dans la vie de ce pauvre petit gars de Busan, lui qui ne demandait qu’à être tranquille ?

Enfin, maintenant que son ami avait compris qu’il ne fallait pas prendre à la légère cette chouette des plus caractérielle, il reprit la conversation en demandant :

« Hum … Jong Hae, c’est ton colocataire ? Celui qui t’a accueilli à ton arrivée ?

Oui, c’est lui ! Répondit-il tout joyeusement à l’évocation de son camarade de chambrée. En fait, au départ il était pas vraiment d’accord… C’est une loooongue histoire ! Quand je suis arrivé à Seoul, je voulais voir l’université, alors le monsieur qui m’a aidé à la gare m’y a amené. Mais on pouvait voir que l’extérieur à cause des grilles, alors quand monsieur Ji Hwa est parti, j’ai voulu rentrer pour voir à l’intérieur. Y avait personne dans les couloirs, alors je me suis promené pour voir comme c’était. Sauf que j’ai entendu du bruit alors j’ai eu peur, surtout que j’ai vu quelqu’un sortir d’une chambre. Et puis on m’a crié dessus en me demandant ce que je faisais là, et comme j’avais peur, je me suis mis à courir. Mais tu sais que je cours pas vite… Du coup, Jong Hae il m’a rattrapé, et j’ai du tout lui expliquer pourquoi j’étais là. Après j’sais pas, il a bien voulu que je reste, finalement. Et comme je lui ai dit que j’allais m’inscrire aux cours et que j’allais pouvoir payer la chambre, ben il veut bien que je sois son colocataire. Voilà~ ! »

Il prit une grande inspiration pour reprendre son souffle. Myung Dae n’avait pas l’habitude de parler beaucoup, mais quand il s’agissait d’un sujet qui le passionnait et que son interlocuteur était un ami très proche, il avait la langue qui se déliait. Ses yeux pétillaient, aussi, derrière les verres un peu sales de ses grosses lunettes. Il était un peu comme les enfants, qui aimaient raconter une anecdote inutile mais qui leur tenait à cœur.

En attendant, Sung Woo cherchait une solution pour qu’ils puissent se contacter sans avoir à s’envoyer de courrier par voie postale.

« Eh bien … quand tu auras ton emploi du temps, on pourra se mettre d’accord sur une journée, un midi où nous n’avons pas cours tous les deux pour manger ensemble, qu’est-ce que tu en dis ?

Oui~ ! Ou alors on pourrait se voir un soir ? Comme ça, on est sûr d’être libres tous les deux. »

Cependant, ce fut également l’occasion pour son ami d’enfance de rabâcher un sujet qui fâche. Ce n’était pas que Myung Dae ne supportait pas tout ce qui était informatique ou électronique : le problème venait plutôt du fait qu’il n’y ait jamais été accoutumé, à l’inverse de la majorité des jeunes de sa génération. Sa famille ne possédait pas de télévision, alors ils allaient au bar du quartier lorsqu’il y avait un match important, ou des journaux télévisés à ne pas rater. Des films aussi, parfois, mais ç’avait été très rare que ses parents l’autorisent à veiller tard et à rester dans un lieu aussi mal famé. Ensuite, ils avaient un téléphone, certes, mais un vieux modèle à cadran et dont le combiné était relié par un fil à la base. Le genre avec une sonnerie bien rustique qui faisait sursauter à chaque fois qu’elle retentissait.

« Il faudrait que tu achètes un téléphone portable, hyung ! Je sais que tu n’aimes pas bien ce genre de gadgets, mais c’est très utile ! Et tu n’es pas obligé de prendre ceux qui sont hyper perfectionnés … Juste un qui fait des appels et envoie des messages suffit ! Et si tu veux, je pourrai t’apprendre à t’en servir ! Tu verras, ce n’est pas si compliqué~.

J-je veux bien mais… J’ai pas assez d’argent, avoua-t-il en baissant le nez. Mais quand j’aurai ma bourse et que j’aurai un boulot, je verrai pour m’occuper de ça, promis~ ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: As long as you're there   Ven 13 Déc - 23:28

J’écoutais Myung Dae me raconter tout le périple de son arrivée à Séoul et de sa rencontre avec son colocataire. Cela paraissait compliqué, surtout que le débit de parole de mon meilleur ami était plus qu’impressionnant. Je m’en amusais, comme autrefois, lorsqu’il s’égayait en racontant une de ses aventures, les yeux pétillants de joie et de bonne humeur.

Il venait de finir son récit, reprenant son souffle en inspirant une grande bouffée d’air. Ça avait dû être compliqué pour lui, en arrivant. Séoul était quand même bien plus grand que notre ville natale, Busan, alors s’y retrouver tout seul était parfois un peu casse-tête. Mais je savais que Myung Dae s’en était bien sorti. Il était débrouillard et dégourdi, bien plus que son air ahuri et un peu perdu le laissait penser.

« -Oui~ ! Ou alors on pourrait se voir un soir ? Comme ça, on est sûr d’être libres tous les deux. »

Myung Dae avait l’air aussi enthousiaste que moi à l’idée de pouvoir se voir plus souvent, comme les vieux bons amis que nous étions. Seulement, je n’osais pas lui dire que j’occupais souvent mes soirées à d’autres … « activités ». Activités dont je me serais volontiers passé. Mais je ne pouvais pas lui en parler, évidemment. Je ne dis donc rien, espérant que le jour où nous retrouverons, je n’aurais pas de clients pour m’appeler pendant notre sortie entre amis.

En parlant d’appel, mon ami avait baissé la tête lorsque je mentionnais l’utilité et le côté pratique d’un téléphone portable. Sa réponse m’attrista un peu. Lui aussi semblait avoir des difficultés financières. Tout ce que j’espérais, c’est qu’il ne s’adonne jamais au même boulot que le mien. Connaissait-il seulement l’existence de ce genre de métier ? Je ne l’espérais pas. Je ne le voulais pas, et en aucun cas je ne l’admettrai.

Alors que j'allais enfin répondre à sa proposition, mon portable se mit soudainement à sonner dans ma poche, et je m'empressai de le consulter. Mon réveil me rappelait à l’ordre : mon moment de détente était terminé, et je devais maintenant rentrer pour reprendre le travail.

J’éteignis rapidement la sonnerie et offrit un sourire contrit à mon ami. A vrai dire, je ne voulais pas le quitter maintenant. Si j’avais pu, j’aurais passé le reste de la journée avec lui pour discuter, rigoler, rattraper le temps perdu, en quelques sortes. Mais j’avais aussi des études, et beaucoup de choses encore à apprendre et à étudier.

« Myungie hyung, j’ai du boulot qui m’attend … Je dois retourner travailler mes cours », lui expliquai-je, pas très motivé.

Je le pris dans mes bras, même si je savais que ce grand nigaud n’était pas un adepte des contacts physiques.

« On se revoit le plus vite possible, hein ? Prends bien soin de toi, en attendant ! »

Je lui donnai une petite tape amicale sur l’épaule, avant de lui faire un dernier sourire et de tourner les talons. Je me retournai pour lui faire un signe de la main, et mon regard tomba sur l’animal qui le suivait depuis un bon moment déjà, et je ne pus m’empêcher d’ajouter :

« Et occupe-toi bien de cette enquiquineuse ! »


Fin

Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »
MessageSujet: Re: As long as you're there   

Revenir en haut Aller en bas
 

As long as you're there

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Fusion :: Insadong & Myeongdong
인사동 & 명동
 :: Lieux de recueillement
-