Laisserez-vous le destin jouer son rôle ?
 

Partagez | .
 

 La jalousie est un vilain défaut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 132
avatar
« Park Jae Seop » TWAO ☆ Nymphe
Administrateur
MessageSujet: La jalousie est un vilain défaut   Sam 18 Jan - 15:27

La jalousie est un vilain défaut
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jae Seop, Jin Ki & Jong Hae

Insadong
Le 11 juin 2013, à 16:37.



Je me massais fortement les tempes, essayant de ne pas trop m'énerver après mon cher meilleur ami qui, une fois de plus, se mêlait de ce qui ne le regardait pas. Comme nous avions du temps de libre, monsieur avait décrété qu'il était grand temps que, je cite : « tu sortes de ta chambre avant de t'y enterrer sous tes tonnes de bouquins », et de rajouter « Déjà que tu as le teint parfait pour une mise en bière ». Je ne savais pas qui avait déclaré que les amis étaient toujours là pour se soutenir et se rassurer, mais ce mec s'était complètement planté. Mon meilleur ami passait son temps à me faire des reproches et me pousser à faire des choses que je détestais par dessus tout. Un exemple ? Sortir. Jin Ki pensait que j'avais besoin d'une vie sociale un peu plus développée que le milieu scolaire, l'asso et lui. Perso, tout ça me convenait parfaitement. Après tout, que pouvait-on espérer de plus d'une personne incapable de laisser les autres l'approcher ?

C'était donc sans m'avoir véritablement laissé le choix que Jin Ki m'avait trainé à Insadong pour flâner. Nous étions dans la rue la plus connue du quartier, celle où s'alignaient tout un lot de boutiques de souvenirs et qui grouillait de monde. Parfois, je me demandais si Jin Ki était sadique, s'il aimait me mettre en colère, ou s'il était simplement idiot. Peut-être tout ça à la fois. Cela faisait déjà dix minutes que nous étions là, et je vivais un véritable calvaire à tenter d'éviter le moindre contact avec un passant. Nous étions à présent devant un étalage de bijoux fantaisies et mon meilleur ami s'excitait comme une puce sur un bracelet.

« Non, Jin Ki, pour la énième fois, je ne vais pas offrir un bracelet ou quoi que ce soit d'autre à Jong Hae ! », râlais-je.

Franchement, à quoi pensait-il ? J'avais beau être amoureux de Jong Hae - inutile de le nier à présent -, nous n'étions pas proches pour autant. Du moins, pas assez pour justifier un cadeau, et encore moins un bijou, aussi fantaisiste soit-il. Mais il en fallait plus pour décourager Jin Ki qui m'assommait d'arguments du genre « Mais c'est totalement son style ! » ou « Avec ses poignets fins, je suis sûr que ça lui ira parfaitement. », insistant lourdement avec des « Tu n'aimerais pas voir ça ? » agrémentés de regards équivoques. Vraiment, je détestais mon meilleur ami. C'était loin d'être la première fois qu'il me poussait à me rapprocher de Jong Hae. Pourtant, il savait ce qui me retenait, il savait pourquoi ce n'était pas possible. Nous n'abordions pas véritablement ce sujet-là, même s'il s'était une fois énervé en me balançant que je ne devais pas gâcher ma vie pour une âme soeur que je ne trouverais peut-être jamais. Je savais qu'il n'avait pas totalement tord, mais le sujet était bien plus compliqué : qui accepterait que son petit ami doive embrasser une autre personne au quotidien ? Il fallait bien se rendre à l'évidence.

J'adressais un sourire désolée à la commerçante qui avait assisté à notre petite dispute et attrapais Jin Ki par le bras pour l'éloigner de ce bracelet.

« Jin Ki, tu ne pourrais pas arrêter un peu avec ça ? Tu sais très bien que c'est voué à l'échec. », soupirais-je.

Et il savait parfaitement à quel point j'en souffrais. Je n'avais pas besoin de le dire, et c'était tant mieux : je n'avais pas la force de le faire. C'était dans ces moments-là que ça avait du bon d'avoir Jin Ki comme meilleur ami. Il savait que j'étais fou de Jong Hae, il savait ce qui me retenait, il savait que j'y pensais tous les jours et il savait que j'en souffrais. Tout comme je savais très bien pourquoi il me poussait à prendre des risques. Mais vraiment, cela ne m'aidait pas à aller mieux. Je soupirais. Pourquoi fallait-il que la vie soit si compliquée ?

Tout à mes pensées, je ne vis pas la petite fille qui s'approchait en courant. Tout se passa très vite. Je sentis un choc contre ma hanche et un visage percuter ma main nue. Mes yeux s'écarquillèrent sous la surprise alors que déjà l'enfant avait continué son chemin après avoir marmonné de vagues excuses. Pétrifié, je n'osais plus bouger. Mon coeur se mit à battre plus vite dans ma poitrine, paniqué. Ma main me brûlait, cette main sale qui avait touché le visage d'une enfant. Je serrais les dents pour me retenir de hurler. Il fallait que je fasse partir cette saleté, il fallait que je me lave. Tremblant, je me tournais vers Jin Ki, mes yeux l'appelant au secours. Il fallait que je me lave. J'avais atrocement mal, je sentais les microbes qui rongeaient ma peau et s'en délectaient. Il fallait que je me lave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 147
avatar
« Park Jin Ki » NOUVEAU ☆ En attente
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut   Lun 20 Jan - 21:47

Après plus de deux semaines enfermées, j’avais décidé qu’il était temps, en dehors de l’association et le lycée que mon meilleur ami voit un peu plus la lumière du jour, et j’avais envie que pour une fois mon meilleur ami m’accompagne dans les rues de notre charmante ville. Puis de toute façon, on ne peut vaincre une phobie du contact en restant enfermé chez soi. Et j’avais la chance que Jae Seop ne savait pas toujours me dire non. Bon je ne le poussais que très rarement à en arrivait là en même temps. J’avais donc débarqué sans prévenir chez mon meilleur ami et l’avait traîne dehors jusque dans les rues d’Insadong. J’étais au départ venu pour moi, enfin pour So Ra, ma petite cousine, à qui j’avais promis de trouver un petit cadeau pour la félicité de sa sortie d’hôpital.

Ainsi donc, on se baladait dans les rues d’Insadong, flânant plus qu’autre chose d’ailleurs. Mais une fois devant un stand, je ne pus m’empêcher, une fois de plus, de pousser mon meilleur ami à révéler ses sentiments à Jong Hae. Il était fou amoureux de lui, mais à cause de son origine Twao, il ne voulait se rapprocher de lui à cause de son âme-sœur. Quand je disais que ces âmes sœurs à la con nous gâchaient la vie. Qui sait en plus s’il le rencontrera, s’ils s’entendront bien, s’il ne serait pas comme moi, à rejeter cette nature dont nous n’avons rien demandé, ou encore si ça ne serais pas quelqu’un de marié avec des enfants qui ne voudra pas plus de lui qu’un simple échange journalier pour être tranquille. Ou même qui sait si ça ne sera pas un enfant de 8 ans ? Après tout avec ce gène à la noix, on pouvait s’attendre à tout ! Oui, je détestais complètement ce que j’étais, pourquoi payer pour les conneries de nos ancêtres hein ?

Je lui montrais donc un bracelet et même si je ne m’y connaissais pas et que j’en avais limite pas la plus grande des convictions moi-même j’essayais de montrer combien ce bracelet irait bien à Jong Hae. Ce dernier d’ailleurs, il ne m’appréciait pas vraiment, surement parce qu’il aimait à son tour Jae Seop et que moi en tant que meilleur ami, j’étais proche de lui. Enfin, quand il comprendra que j’essayais au contraire de pousser mon meilleur ami dans ses bras, peut-être sera-t-il plus reconnaissant. « Non, Jin Ki, pour la énième fois, je ne vais pas offrir un bracelet ou quoi que ce soit d'autre à Jong Hae !» râlais mon ami, me tirant de ma réflexion. Alors j’essayais de le convaincre encore, avec des phrases du genre : « Ca le mettra encore plus en valeur ». Mais le but pour moi n’était pas forcement qu’il achète ce bracelet mais plutôt qu’il aille enfin se rapprocher de celui qui faisait battre son cœur et qu’il envoie boulet son âme-sœur une bonne fois pour toute. Pourquoi ce gâcher la vie à les attendre alors qu’on ne sait même pas de quoi est fait demain. « Jin Ki, tu ne pourrais pas arrêter un peu avec ça ? Tu sais très bien que c'est voué à l'échec. » Rajouta-t-il en m’attirant au loin du stand. Je soupirais à mon tour. « Ce n’est pas voué à l’échec Seopie ! C’est d’attendre comme un idiot ton âme-sœur qui est voué à l’échec. Tu ne sais même pas sur qui tu as tombé, si tu vas être capable d’en tomber amoureux, s’il ne sera pas 20 ans plus vieux ou plus jeune. Arrête de crois à des âneries et profite de la vie présente. » Répliquais sans y mettre une once d’agressivité en posant ma main sur son épaule. Je ne comprenais pas pourquoi il se laissait ainsi souffrir à ce rôle qu’on lui avait donné alors qu’il pouvait tout simplement refuser de jouer le jeu. Il serait encore bon de voir si sa relation avec Jong Hae allait mener à quelque chose aussi. Mais s’il n’essayait pas il ne le saurait jamais.

Etant perdu dans mes pensées je ne faisais plus attention à ce qui se passait autour de nous. Ainsi donc je ne vis pas la petite demoiselle percuter mon meilleur ami. Je faisais pourtant toujours attention quand nous étions dans des rues bondées justement pour pouvoir éviter ça. Je connaissais la phobie de mon meilleur ami et les réactions qu’il pouvait avoir et en connaissait même la dure origine. J’étais d’ailleurs un des rares à tout savoir, et à pouvoir le toucher sans qu’il commence à paniquer. Sauf que cette fois-ci ma négligence eut un prix. Sortant de mes pensées, je vis la fillette se décoller de mon meilleur ami et continuer son chemin et vit rapidement mon meilleur ami me lançait un regard qui voulait tout dire. Je regardais vite faire autour de moi, mais il n’y avait que des petits stands de rues là où nous étions. Pas le temps d’aller courir à gauche ou à droite, je pris la main de Jae Seop et la plaqua sur ma poitrine avant de le serrer fort, mais pas trop non plus, contre moi. Je voulais qu’il fasse comme les autres fois où c’était arrivé en ma présence, et qu’il ne pense qu’à moi, qu’à son contact avec moi. Sa main était contre moi, et il ne risquait rien. Je rapprochais également mes lèvres de ses oreilles et lui chuchotait quelques mots réconfortants, il fallait qu’il se concentre sur ma voix, sur moi, sur notre contact, qu’il fasse comme-ci on était seul. « Seopie, je suis là, c’est moi, il n’y a rien sur ta main. Calme-toi. Je suis là, je ne te laisserais pas. » Répondis-je en cherchant désespérément du regard une solution au cas où ça ne suffise pas à le calmer.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

눈 마주친 그 순간이 끝이라더라

© Lady sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut   Mar 21 Jan - 0:27

    - Rappelles-moi pourquoi je suis ici déjà ?
    - Parce que tu es mon petit frère adoré et que tu as gentiment accepté de me tenir compagnie pour faire les boutiques.
    - Je déteste ça Soo Hae, tu le sais très bien…
    - Je sais… Mais il faut que tu sortes un peu plus. Tu es pâle comme un linge et tu n’es presque pas sortie depuis ton dernier traitement à l’hôpital.


    Jong Hae poussa un soupire et ne put contredire sa demi-sœur. Depuis le dernier check up, Jong Hae était resté dans sa chambre d’étudiant et n’avait presque pas mis le nez dehors. Les fortes chaleurs de l’été n’arrangeaient rien à son état déjà maladif. Il ne supportait pas les hautes températures et préféraient donc resté bien au frais chez lui que dehors en plein cagnard. Hors, ils étaient déjà au moins de juin, et la période estivale n’allait pas tarder à arriver.

    Une moue apparut sur le visage de l’étudiant alors qu’il suivait Soo Hae dans le bus. Il s’assit à côté d’elle, s’installant contre la fenêtre, et remit correctement son masque sur le visage d’un geste automatique.

    - Fais pas cette tête… Tu vas voir, ça va bien se passer.

    Jong Hae lui lança un regard blasé mais ne répondit rien. Il savait qu’il n’avait jamais le dernier mot avec Soo Hae. Et de toute manière, il était trop tard pour reculer à présent : Le bus était déjà partis. Dans quelques minutes, l’étudiant allait vivre l’enfer de tout homme présent sur cette terre : accompagner une fille pour faire du shopping. Ajoutez à cela le fait que Jong Hae détestait ce genre d’endroit, et vous aurez une idée assez précise de la motivation qui l’habitait. D’autant que les rues commerçantes et les transports en commun étaient de véritables nids à microbes… Mais bon, ça c’était une excuse bidon qu’il lançait dès que sa demi-sœur le forçait à sortir dans un lieu qu’il ne voulait pas. Le fait est lui même était véridique. Il n’y avait pas pire comme endroit pour quelqu’un dans sa condition. Mais Jong Hae n’était pas non plus au point de passer sa vie dans une chambre stérile uniquement pour éviter le danger… Il voulait vivre un minimum tout de même.

    **

    Une demi-heure plus tard, Jong Hae se retrouvait au milieu de la foule, trois sacs dans chaque main, et sa demi-sœur disparue. Il avait beau regarder autour de lui, il ne la voyait nul part et commençait même à s’inquiéter. Ses yeux sombres scannèrent encore une fois la foule et il put l’apercevoir enfin devant une boutique de bijoux. Un soupire soulagé lui échappa et il la rejoignit en quelques foulées.

    - Noona !! Tu pourrais m’attendre quand même. J’ai cru que je t’avais perdu.

    Soo Hae lui adressa un sourire nullement touchée par ses reproches, avant de lui désigner une paire de boucle d’oreille.

    - Elles ne sont pas trop jolies ?
    - Si si… sauf que tu en as déjà une paire comme celle-là. Et qu’on a pas les moyens de faire des folies de ce genre…


    Soo Hae se tourna vers lui, le visage soudain grave. Jong Hae s’en voulut aussitôt. Il connaissait assez sa grande sœur pour savoir qu’elle ne ferait pas d’excès si elle avait conscience de ses difficultés financières. La jeune femme semblait trimé avec son boulot de détective privée. Le jeune homme la soupçonnait même de faire un travail en plus sans le lui dire, ne serait-ce que pour lui payer ses études. Et il s’en voulait. Il s’en voulait de la mettre dans cette situation. Il s’en voulait de profiter d’elle ainsi, même s’il ne cessait de lui dire de ne pas regarder sur lui. Elle le faisait un point c’est tout.

    Alors pourquoi jouer les rabats joies aujourd’hui, alors que son aînée semblait enfin se détendre un peu et prendre soin d’elle ?

    Lui lançant un sourire désolé par dessous son masque, Jong Hae jeta un coup d’œil dans la vitrine avant de lui dire :

    - Pourquoi tu n’irais pas voir ça de plus près ? Je vais t’attendre plus loin avec les affaires, d’accord ?

    Soo Hae lui ébouriffa les cheveux, le remercia et disparut ensuite dans la bijouterie. Jong Hae la suivit des yeux pendant quelques instants, puis poussa un petit soupire triste. Parfois, il détestait vraiment sa vie… Si les choses avaient été différentes, sa famille n’aurait pas autant souffert… Et lui non plus.

    Un coup dans son bras le ramena sur terre et l’empêcha de démoraliser en public, en plein milieu de la foule. Jetant un coup d’œil à la personne qui l’avait bousculé, il aperçut une petite fille courant dans le sens inverse mais n’y prêtât pas plus attention. Il se mit plutôt en quête d’un banc dans les environs, afin de s’y asseoir en attendant sa sœur. Il avança un peu, ses yeux étaient attentifs au moindre détails… Jusqu’à ce qu’ils se posent sur une scène pour le moins… inattendue… et vraiment pas agréable pour le jeune homme.

    En effet, à quelques mètres de là, Jae Seop lui tournait le dos. Mais il n’était pas seul. Encore une fois, Jin Ki était avec lui. Et ils étaient dans les bras l’un de l’autre. Ni plus, ni moins. Devant cette scène, Jong Hae sentit son cœur se serrer, et sa mâchoire se contracter. Il n’avait jamais aimé Jin Ki. Ce type ne lui avait jamais rien fait, mais il était beaucoup trop proche de Jae Seop. Trop proche pour n’être qu’un ami. Trop proche pour que leur complicité soit sans ambiguïtés. Une voix intérieure lui avait souvent soufflé qu’il devenait parano et se faisait des idées. Que la jalousie lui faisait croire n’importe quoi. Mais cette voix avait eu tord. La preuve aujourd’hui.

    Le jeune homme était à présent bêtement debout, immobile au milieu de la foule, les bras chargés de petits sacs, et le regard fixé vers le couple devant lui. Il souffrait. Encore une fois, il souffrait de son amour pour Jae Seop. Il souffrait d’aimer un garçon, il souffrait d’aimer quelqu’un d’inaccessible. Il souffrait d’aimer quelqu’un alors qu’il n’avait pas le droit… La jalousie… Ce sentiment peu glorieux… Il s’était encore une fois emparée de lui sans qu’il ne puisse rien y faire. Et il n’avait qu’une envie. Faire demi tour et fuir les lieux pour aller noyer son chagrin dans sa chambre universitaire.

    Malheureusement pour lui, Jin Ki se redressa à ce moment et croisa son regard. Mer…credi ! Il l’avait vu. Impossible de le rater à une telle distance, surtout que Jong Hae ne passait pas vraiment inaperçu avec sa carrure un peu frêle, ses longues jambes, ses cheveux sombres et son masque sur le visage. A cet instant, alors qu’ils s’observaient l’un l’autre, le jeune malade crut même apercevoir une lueur de défis dans les yeux de Jin Ki… à moins qu’il ne se trompe… Dans tous les cas, il ne pouvait plus reculer et faire comme s’il ne les avait pas vu. Il n’avait pas le choix… Il allait devoir les saluer. Au moins les saluer. Même si ça lui arrachait la bouche d’aller les voir alors qu’ils semblaient si… occupés à faire des choses plus agréables.

    Il avança de quelques pas, nullement motivé, mais se reprit très vite quand Jae Seop se tourna légèrement, lui donnant ainsi la possibilité de voir son visage. Il sentit son cœur s’affoler comme à chaque fois, et son ventre se serrer. Et Jong Hae se dit que finalement, il avait bien fait de venir… Ne serait-ce que pour apercevoir le visage de celui qui le rendait complètement dingue.

    - Salut… Je… je ne m’attendais pas à te croiser ici.

    Dit-il, ignorant superbement Jin Ki qui se trouvait pourtant juste à côté d’eux. Il avait beau se trouver puéril, il n’arrivait pas à faire des efforts en sa présence. Surtout pas après la petite étreinte dont il avait été témoin… Cela faisait un moment qu’il n’avait pas croisé Jae Seop. Etait-ce une bonne chose, il ne savait pas vraiment. Les papillons dans son ventre lui disait que non. Son cœur douloureux lui disait que oui.

    A présent qu’il était plus près de lui, cependant, Jong Hae put observer son visage et la couleur pâle qu’il arborait. Il fronçant immédiatement les sourcils, et se pencha vers lui pour s’enquérir :

    - Est-ce que ça va ? Tu es tout blanc…

    Pour les questions débiles, on repassera...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 132
avatar
« Park Jae Seop » TWAO ☆ Nymphe
Administrateur
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut   Lun 17 Fév - 9:15

Respire Jae Seop, respire. Ce n'est rien. Comment pouvais-je me convaincre d'une telle chose alors que je savais pertinemment que ma main était infestée de je ne savais quels microbes présents sur le visage de cette fillette ? Mon coeur battait à toute vitesse dans ma poitrine alors que j'étais en proie à une crise de panique sévère. Je lançais un regard désespéré à mon meilleur ami qui comprit aussitôt et saisit ma main pour la plaquer contre son torse. Surpris, j'essayais de me débattre à ce contact avant de me rappeler que c'était Jin Ki, que je ne craignais rien. Je ne saurais expliquer pourquoi, mais je n'avais pas l'impression de me salir en le touchant.

« Seopie, je suis là, c’est moi, il n’y a rien sur ta main. Calme-toi. Je suis là, je ne te laisserais pas. »

Je ne comprenais pas la moitié de ses mots, trop paniqué, mais j'en saisissais le sens. Prenant sur moi, j'essayais de me concentrer sur la présence de Jin Ki à mes côtés, sur sa voix. Mes yeux me piquaient et je savais qu'ils étaient remplis de larmes que je contenais. Petit à petit, je sentais mon coeur se calmer et arrivais de nouveau à respirer bien que mon souffle soit saccadé.

« Mon... sac... »

Ma voix était cassée et pleine de larmes mais Jin Ki comprit aussitôt et fouilla mon sac à dos pour trouver ce qu'il me fallait : mon désinfectant. Je lui tendis ma main tremblante pour qu'il en mette dessus et frottais vigoureusement, me sentant déjà mieux alors que ma main devenait rouge du traitement que je lui infligeais. Et tandis que je me calmais doucement, je me laissais aller dans les bras de Jin Ki, cachant ma tête dans le creux de son cou le temps de ravaler mes larmes et de me redonner une contenance. Mon instant de répit fut de courte durée alors que je sentais mon meilleur ami s'agiter sous moi et je me tournais légèrement pour voir ce qui avait bien pu attirer son attention. Mes yeux s'écarquillèrent légèrement en apercevant Jong Hae et je m'empressais de me détacher de Jin Ki. J'avais beau refuser tenter quoi que ce soit avec celui dont j'étais amoureux, je ne voulais pas non plus qu'il se fasse de fausses idées. Ah, quel idiot j'étais.

« Salut… Je… je ne m’attendais pas à te croiser ici. »

J'adressais un petit sourire à Jong Hae.

« Salut Jong Hae... »

Quelle éloquence, tu en ferais rougir Shakespeare Park Jae Seop ! Sérieusement... Je jetais un coup d'oeil à mon meilleur ami, me rappelant qu'il était là (la vue de Jong Hae avait tendance à tout effacer dans mon pauvre cerveau).

« Oh, je te présente Park Jin Ki, mon meilleur ami. Je ne sais pas si tu le connais. Jin Ki, voici Choi Jong Hae, mon... camarade de classe. »

Pourquoi avais-je hésité ? Qu'aurais-je pu dire d'autre ? « Mon grand amour que je me refuse à aimer » ? Pathétique Jae Seop, vraiment.

« Est-ce que ça va ? Tu es tout blanc… »

J'écarquillais les yeux, surpris, alors que je réalisais que Jong Hae s'était rapproché et que son regard me scrutait. Je me sentis rougir légèrement et me dis que ce ne devait pas être très discret si j'étais pâle. Avec son arrivée, j'en avais complètement oublié ma crise de panique. Néanmoins, il était certain que mon visage ne devait pas avoir repris de ses couleurs aussi rapidement. Sauf peut-être maintenant pour le coup... Je toussais un peu et détournais le regard, gêné.

« Oui, ça va... J'ai juste fait un petit malaise parce que je n'ai pas déjeuné ce midi... Mais ça va mieux ! »

Je ne voulais pas inquiéter Jong Hae, mais je savais que sans excuse valable, il ne lâcherait pas l'affaire. Affichant un sourire que j'espérais convainquant, je continuais tout en jetant un coup d'oeil à Jin Ki pour qu'il m'appuie :

« Justement, Jin Ki était en train d'insister pour qu'on aille manger une glace quelque part. »

J'ouvris la bouche pour ajouter quelque chose mais hésitais. Était-ce judicieux d'inviter Jong Hae ? J'en avais terriblement envie, mais d'un autre côté... je ne voulais pas me donner de faux espoirs pour un amour que je savais impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut   

Revenir en haut Aller en bas
 

La jalousie est un vilain défaut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La curiosité est un vilain défaut [Nicolas de Ruzé]
» La sagesse est un vilain Défaut [LIBRE]
» La curiosité est-elle un vilain défaut ?
» La curiosité est un vilain défaut (Zelda)
» La curiosité est un vilain défaut chère filleule [Fae]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Fusion :: Insadong & Myeongdong
인사동 & 명동
 :: Rues commerçantes
-