Laisserez-vous le destin jouer son rôle ?
 

Partagez | .
 

 I'm not a monster. I'm just ahead of the curve.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« Invité » Invité
MessageSujet: I'm not a monster. I'm just ahead of the curve.   Lun 20 Jan - 10:53

I'm not a monster. I'm just ahead of the curve.

Oh Yun Ji & Choi Kyu Jung




- 16 mai 2013, 11h00 -


Les mains dans les poches, adossé au mur, je laissais mon regard passer d'une personne à une autre, à chaque fois que quelqu'un passait devant moi. Il n'y avait pas tant de monde que ça à l'extérieur, aujourd'hui. Tous au boulot, sans doute. C'était vers midi qu'il y aurait foule, ce pourquoi il ne faudrait pas trop traîner...Pour ce que nous avions prévu, Yun Ji et moi. Nous nous étions vus la veille, pour que je lui précisément pourquoi je l'avais harcelé si longtemps, et quels étaient les enjeux, à prévu. Sur les trois choix que je lui avais proposé, nous nous étions mis d'accord pour une solution intermédiaire. Plus radicale...Et bien plus illégal, aussi.

Étrangement, ça lui avait plut. Quelque part, je me disais que nous avions plus de choses en commun que ce que je croyais. J'avais même réussi à le trouver sympathique, et lui-même avait dit avoir hâte de me revoir. La perspective de cette journée le mettait de bonne humeur, ce que je pouvais comprendre. Quelqu'un avait sali son honneur et sa passion. Quand on savait quel genre de caractère avait le compositeur, normal qu'il tienne à se venger sans passer par la partie barbante du tribunal et des médias... Et puis, son choix me plaisait aussi. Au fond, l'abruti qui m'avait engagé pour enquêter sur Yun Ji s'était bien foutu de moi, aussi.

Aussi, j'attendais patiemment que ce dernier arrive. Relevant les yeux, quelques minutes plus tard, je vis Yun Ji marcher vers moi. Il avait beau dire qu'il voulait rester dans l'ombre et être discret, j'étais obligé de constater qu'en cet instant, il se démarquait bien de la foule, parce qu'il avait un charisme unique. Mais je n'avais pas eu le temps de le remarquer auparavant, trop occupé à m'étouffer dans ma jalousie. Idiot que j'étais.

« Pile à l'heure. »

Au moins, il était ponctuel. J'avais eus peur un instant qu'il ne me vois pas de loin, puisque j'avais abandonné ma chevelure rose pour teindre mes cheveux en gris clair. C'était toujours aussi étrange, mais bien moins voyant, au moins. Je me décollais de mon mur alors qu'il s'approchait de moi, et désignait une voiture d'un mouvement de tête. Heureusement, il resta discret dans sa façon de regarder, alors que j'ajoutais :

« Ils sont là-dedans. Dès qu'ils en sortent, on y va. »

Je lançai un nouveau coup d'oeil à la voiture, alors que nos deux hommes y discutaient. Le premier, Park Chun Yeon était plutôt élancé, même si en cet instant, il était assis. Il avait cet espèce de look habituel qu'on retrouvait chez beaucoup d'artistes un peu K-POP/J-POP, avec des cheveux mi-long décolorés et des bijoux partout. C'était l'artiste, le guitariste solo, celui qui se prenait pour le rival de Yun Ji, et qui en était jaloux. Plus potelé et petit, avec des lunettes de vue, Lee Hyun Mee, assis à ses côtés. C'était son manager, celui qui avait fait appel à mes services pour voler les partitions de Yun Ji afin qu'il fasse de son artiste une star mondialement connue. Je me remémorais rapidement tout ce que je savais d'eux, tout ce que j'avais appris en enquêtant sur leurs personnes, et enfin, tout ce que nous nous étions dis la veille, Yun Ji et moi.
Rapidement, ils finirent par sortir de la voiture, après une longue discussion. Sans attendre, je m'approchais avec mon coéquipier du jour, afin de ne pas les laisser filer. Ce serait trop dommage.

« Mr. Lee ? »

Un sourire étire mes lèvres, alors que le petit homme sursaute, visiblement très surpris de me voir. Clignant des yeux, il s'éponge rapidement le front avec une petite serviette, tout en psoant sa main libre sur son coeur, sans doute affolé :

« Mr. Choi ! Vous m'avez fait une de ces... » Il s'arrête, totalement figé, alors que son regard bloque sur un point derrière moi « ...Peur... »

Il venait de croiser le regard de Yun Ji.

Jamais je n'avais vu un homme changer de couleur aussi vite. Ce pauvre type était pâle comme un mot, et ça faisait bien une minute qu'il n'osait même plus cligner des yeux. C'était une chose, de pourrir la réputation d'un homme. Mais se retrouver en face de ce dernier, c'était bien plus effrayant, n'est-ce pas ? Et d'ailleurs, il y avait de quoi. Le compositeur me paraissait bien en colère, la veille. Alors maintenant, il lui ne faudrait peu pour qu'il se lâche pour de bon. Mais ça lui rapporterait bien trop d'ennuis...D'où la raison de ma présence.

« Q-Q-Qu'est-ce qu'il fait là, lui ?! »

Cette fois, c'était le guitariste, Park Chun Yeon, qui réagissait à la vue de Yun Ji. Il le haïssait, depuis longtemps, à cause de la jalousie qui le bouffait. Mais sa réaction, son bégaiement, et son mouvement de recul prouvait une nouvelle fois sa lâcheté ; il avait autant la trouille de son manager. Décidément, mon nouvel "ami" faisait son petit effet. Je laissais ce dernier répondre le premier, par ailleurs, avant d'ajouter à mon tour :

« On a pleins de choses à se dire tous les quatre...En privé. Si vous voulez bien vous donnez la peine... »

Je désignais lentement la ruelle juste en face, totalement déserte, et cachée de la vue de la foule et de la rue principale. Ce serait bien mieux, pour "discuter". Voyant qu'ils n'avaient pas vraiment le choix, les deux hommes s’avancèrent prudemment, se jetant des regards inquiets tout en tentant, à priori, d'évaluer les possibilités de fuite, à force de regarder à gauche à droite. Mais en sentant la présence de Yun Ji dans leur dos, ils se raidirent, préférant ne pas jouer au plus malin. Une fois seuls dans la ruelle, les deux hommes coincés de part et d'autres par Yun Ji et moi, ils paniquèrent un peu plus en nous regardant. Ce serait bien qu'ils commencent par s'excuser, pour commencer. Et faire ce que le compositeur leur demande.
Mais ça ne semblait pas être dans leurs plans, puisque le manager Lee s'égosilla, tournant sur lui-même pour nous regarder tour à tour :

« A...A quoi vous jouez ? C'EST DU BLUFF ! On a rien à vous dire ! »

Claquant ma langue contre mon palais avec agacement, je donnais un coup sec à l'arrière de son genou, avec mon pied, histoire qu'il la ferme. Il perdit l'équilibre comme prévu, et tomba genou à terre devant Yun Ji. Relevant les yeux vers ce dernier, il dû se sentir encore plus petit, mais se figea totalement alors que je collais le canon de mon revolver à l'arrière de son crâne :

« Pour commencer...Pas la peine d'hurler, on est pas sourds. » Il valait mieux éviter d'alerter toute la ville avec ses cris. « Tu es sûr que tu n'as rien à dire au monsieur devant toi ? C'est déconseillé de jouer avec sa patience. »

Le guitariste, lui, resta le dos collé au mur, les yeux écarquillés devant le spectacle qui s'offrait à lui. Tant mieux. Qu'ils comprennent qu'on était pas venu pour jouer. Le manager, lui, eut l'air d'avoir perdu sa langue à l'instant même où il avait sentit le métal froid contre son crâne dégarni. Eh oui. Là...Il comprenait que j'avais sa vie entre mes doigts.

Même si je n'étais pas un tueur, lui, il ne le savait pas.

Contre toute attente, il eut une réaction exclusive. Comme si, pendant un instant, il avait oublier la terreur que Yun Ji lui inspirait, il s'agrippa à la jambe de ce dernier comme un noyé à sa bouée, tout en le suppliant :

« O-O-Oh Yun Ji ! Je...on a pas eut des moments faciles tous les deux, c'est vrai, mais...Mais il faut que tu me crois ! Je suis innocent ! J'ignore ce qu'il t'a raconté mais il te ment ! »

J'arquais un sourcil, tout en gardant l'arme pointé vers son crâne. Est-ce qu'il parlait de moi, là ? A priori oui, puisque tout en continuant de se cramponner à Yun Ji, il me désigna du doigt :

« Il a tout manigancé ! C'est un détective, tu sais ? Un menteur professionnel ! Il te manipule ! Je n'ai aucun intérêt à te faire du mal, moi...C'est lui qui essaie d'acheter ta compassion ! Il veut que tu me fasses du mal pour te mettre en mauvaise posture ! Ne te laisse pas avoir ! »

Je levais légèrement les yeux au ciel. Pensait-il sérieusement être crédible ? Yun Ji ne se laisserait pas avoir si facilement...Pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
avatar
« Oh Yun Ji » TWAO ☆ Loner
MessageSujet: Re: I'm not a monster. I'm just ahead of the curve.   Ven 24 Jan - 14:11

Aujourd’hui, je marchais en direction du quartier des affaires. Je n’aimais pas réellement trainer là. Les gens de cette ville travaillent trop. Mais il faut croire que le quartier n’était pas si bondé que ça aujourd’hui, tant mieux. Et puis, il valait mieux que peu de personnes me voit aussi joyeux et souriant, c’était rare, vraiment trop rare. Et en y réfléchissant bien, je suis vraiment quelqu’un d’étrange. Parce que oui, je suis heureux quand je sais que je vais me venger et faire souffrir un minimum quelqu’un. Et ça, je l’avoue ça me plaisait.

Je n’aurais jamais cru qu’hier, manger dans ce petit restaurant, et surtout accepter à ma table la personne que je détestais le plus au monde pendant un certain temps. Je n’aimais pas les petits fouineurs dans son genre, mais il faut croire que celui-là ne m’avait pas l’air si débile que les autres. Il savait ce qui était juste, et n’avait pas peur de menacer quelqu’un. Je ne sais pas si c’était censé me rassurer, mais je trouvais ça cool, en général les petits fouineurs ne font que fouiner et ne savent pas regarder les gens en face quand un problème se pose.

Tandis que je m’égarais, comme d’habitude dans mes pensées, je relevais la tête et vit Kyu Jung adossé à un mur. Enfin, je crois. Il avait l’air d’avoir abandonné ses cheveux rose si discret contre du gris. Bon après tout ce n’est pas plus mal. Je m’avançais vers lui, en m’assurant que c’était bien lui, toujours aussi joyeux.

« Pile à l'heure. »

« Je ne raterais pour rien au monde une seule petite minute de mon, enfin notre, petit divertissement de la journée. »

Il désigna d’un mouvement de tête une voiture noire, que je regardais le plus discrètement possible.

« Ils sont là-dedans. Dès qu'ils en sortent, on y va. »

« Mais avec plaisir. »

Ils finirent par sortir de la voiture, enfin. Park Chun Yeon, c’était lui. Je ne l’avais encore jamais rencontré, et jamais entendu parler de lui à vrai dire avant que Kyu Jung m’en parle, bien qu’apparemment Chun Yeon en savait long sur moi. En tout cas, physiquement, je ne voyais pas en quoi nous pouvions avoir concurrence, on était plutôt les opposés. A ses côtés, j’imaginais son manager. Mouais, il ne m’a pas l’air d’être très courageux.
Kyu Jung s’avança et adressa la parole au manager, il avait raison, manquerait plus qu’ils filent :

« Mr. Lee ? »

Il avait l’air surpris de voir Kyu Jung, et s’empara d’une petite serviette pour s’éponger le front, tout en posa la main sur son cœur. C’est ce que je disais, il ne m’a pas l’air du tout d’être bien courageux.

« Mr. Choi ! Vous m'avez fait une de ces... » Il s'arrêta sec, et me fixa du regard « [color=#cc9933] ...Peur... »

Je lui adressais mon plus beau des sourires. Et il devenue soudainement très, très, trop pâle. Je ne pensais pas faire un tel effet à quelqu’un. C’est charmant.

« Q-Q-Qu'est-ce qu'il fait là, lui ?! », c’était le fameux guitariste, tout aussi effrayé que son manager. Qu’est ce que j’aime cette journée.

« Tu dois être Chun Yeon ? Je suis enchantée. Enfin, disons plutôt « Salut ! » puisque tu as l’air de bien me connaitre, alors que moi non, mais bon. Et ce doit être ton manager, vous devriez reprendre des couleurs, vous êtes TELLEMENT pâle. »

L’amertume était revenue et prenait la place de ma joie précédente. J’aime être ironique et amer dans mes phrases.

« On a pleins de choses à se dire tous les quatre...En privé. Si vous voulez bien vous donnez la peine... » reprit Kyu Jung.

Il désignait d’un mouvement de main une rue non loin d’ici. Ruelle déserte et cachée. Parfait. Les deux hommes suivirent le mouvement, en même temps ils n’avaient pas vraiment le choix, tandis que je fermais la marche. Ils étaient inquiets. Et j’aimais sentir cette inquiétude.

« A...A quoi vous jouez ? C'EST DU BLUFF ! On a rien à vous dire ! »

Ce manager est beaucoup plus intéressant que prévu. A peine le temps de répondre que Kyu Jung fit en sorte qu’il perdit l’équilibre et atterrit genoux à terre, en face de moi. Bien joué. Il me fixait tandis que Kyu Jung rapprocha son arme vers l’arrière de la tête du manager, qui se figea, instantanément. Re-bien joué. J’aimais définitivement plus que prévu ce garçon.

« Pour commencer...Pas la peine d'hurler, on est pas sourds. Tu es sûr que tu n'as rien à dire au monsieur devant toi ? C'est déconseillé de jouer avec sa patience. »

Je le fixais d’un regard noir et attendis, patiemment. Et ajouta sèchement un « J’attends. »

Tandis que Chun Yeon était tout aussi figé, collé au mur. En même temps, il n’avait pas intérêt à s’enfuir.
Son manager s’agrippa soudainement à ma jambe, complètement paniqué :

« O-O-Oh Yun Ji ! Je...on a pas eut des moments faciles tous les deux, c'est vrai, mais...Mais il faut que tu me crois ! Je suis innocent ! J'ignore ce qu'il t'a raconté mais il te ment ! » il continua son monologue en montrant Kyu Jung du doigt « Il a tout manigancé ! C'est un détective, tu sais ? Un menteur professionnel ! Il te manipule ! Je n'ai aucun intérêt à te faire du mal, moi...C'est lui qui essaie d'acheter ta compassion ! Il veut que tu me fasses du mal pour te mettre en mauvaise posture ! Ne te laisse pas avoir ! »

Je ne prenais même pas la peine de tourner la tête en direction de Kyu Jung. Certes ce n’était pas le premier homme en qui j’avais confiance. Mais je savais pertinemment que ce petit con de duo manager/guitariste, eux étaient les dernières personnes que je croirais.
Je m’accroupis, de façon à me trouver en face à face. Je le fixais, intensément. Quelques minutes s’écoulèrent, et je le voyais de plus en plus figé. Il essayait en plus de se foutre de ma gueule. Je levais un premier doigt et pris la parole :

« Premièrement, des moments difficiles avec toi, je ne me souviens même pas t’avoir croisé. »

Manquerait plus que j’ai passé des moments agréables ou non avec ce con. Je continuais en levant un second doigt :

« Deuxièmement, si tu crois que je vais croire un homme qui, lui, veut faire chier son monde, c’est que tu me prends vraiment pour le dernier des cons. Et je n'aime pas vraiment ça. »

A ce moment là ma voix était posée, il fallait qu’il m’entendre clairement. Je levais enfin un dernier doigt :

« Dernièrement, je ne vois absolument pas dans quel intérêt Kyu Jung achèterai ma compassion comme tu le dis si bien. » j’ajoutais ironiquement « Oui, oui c’est vrai que tu n’as AUCUN intérêt à me faire du mal. »

Je me relevais un peu et fini mes paroles :

« Et en parlant de menteur professionnel, tu es sûr que tu ne parles pas de vous deux ? Non ? Vraiment ? Tu veux que je te remette les idées en place ? »

Il ne répondit pas, et à vrai dire, c’était très calme, tétanisé les pauvres petits. Je réfléchissais rapidement, voir quelqu’un sortir d’une ruelle sombre avec un œil au beurre noir serait louche. Je vais me contenter d’une bonne baffe que je ne tardai pas à donner, et d’un coup de poing dans le ventre.
Je m’adressais enfin à Kyu Jung et ajouta :

« Je suis désolé, fallait que ça sorte. »

Je m’avançais vers le guitariste, qui tenta de faire un pas en arrière, en vain.

« Très cher jeune guitariste. Sache que si tu as un problème avec ton talent, ce n’est pas la peine d’aller en piquer chez les autres, ou de faire chier les autres avec ça. Bosse, vend tes CD puisqu’à mon humble avis, le pognon compte beaucoup plus que ce que tu peux faire, et surtout laisse moi tranquille veux-tu ? Je ne te connais pas. Et je n’ai aucune envie de me comparer à ce genre de personne. »

Je levais la main droite calmement vers sa joue et il tenta de détourner sa tête, sauf que je finis mon mouvement par deux petites tapes gentilles sur sa joue.

« Merci d’avance. Ah et tu veux un autographe, ou ça ira ? Sinon je peux t’en faire un comme à ton manager là, il n'y a aucun problème. »


Songs of Hate and Love

« L'amour et la haine sont des sentiments qui s'alimentent par eux-mêmes, mais des deux la haine a la vie plus longue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: I'm not a monster. I'm just ahead of the curve.   Dim 30 Mar - 21:07

« O-O-Oh Yun Ji ! Je...on a pas eut des moments faciles tous les deux, c'est vrai, mais...Mais il faut que tu me crois ! Je suis innocent ! J'ignore ce qu'il t'a raconté mais il te ment ! » il continua son monologue en montrant Kyu Jung du doigt « Il a tout manigancé ! C'est un détective, tu sais ? Un menteur professionnel ! Il te manipule ! Je n'ai aucun intérêt à te faire du mal, moi...C'est lui qui essaie d'acheter ta compassion ! Il veut que tu me fasses du mal pour te mettre en mauvaise posture ! Ne te laisse pas avoir ! »

Pour être honnête, je ne savais pas comment Yun Ji allait réagir. Après tout, nous étions loin d'être les meilleurs amis du monde, et au fond, l'autre abruti n'avait pas tort. J'étais un menteur professionnel, et je passais mon temps à me faire passer pour ce que je n'étais pas. Surtout avec le boulot. J'ai menti plusieurs fois à Yun Ji, aussi. Alors, il aurait eut toutes les raisons de croire le manager Lee.
Et pourtant. A ma grande surprise, il n'eut même pas un regard dans ma direction, et répliqua sans même ciller, accroupit devant le duo d'imbéciles en levant un premier doigt :

« Premièrement, des moments difficiles avec toi, je ne me souviens même pas t’avoir croisé. »

Un point pour lui.

« Deuxièmement, si tu crois que je vais croire un homme qui, lui, veut faire chier son monde, c’est que tu me prends vraiment pour le dernier des cons. Et je n'aime pas vraiment ça. »

Ce type commençait sérieusement à me plaire. Voilà le genre de caractère que j'ai tendance à apprécier. Au moins, il ne fait pas dans la dentelle, et je luttais pour ne pas afficher un sourire amusé devant les visages déconfit des deux hommes.

« Dernièrement, je ne vois absolument pas dans quel intérêt Kyu Jung achèterai ma compassion comme tu le dis si bien. Oui, oui c’est vrai que tu n’as AUCUN intérêt à me faire du mal. »

Le pire, c'est qu'il a totalement raison. Moi qu'il l'avait prit pour un type dénué de sens logique, par le passé. En fin de compte, il m'étonne. Je le vois se redresser, parfaitement calme, tout en lâchant d'un air méprisant :

« Et en parlant de menteur professionnel, tu es sûr que tu ne parles pas de vous deux ? Non ? Vraiment ? Tu veux que je te remette les idées en place ? »

Je préférais ne pas intervenir pour l'instant. Yun Ji avait des choses à dire, ce qui se comprenait, ce pourquoi je me contentais de les observer, tout en surveillant les alentours. Évitons les embrouilles, ça valait mieux pour nous. Cependant, un bruit retint mon attention, et vit Yun Ji coller son poing dans l'estomac du manager. Vu l'expression de ce dernier, notre cher compositeur n'y était pas allé de main morte. L'autre se plia en deux, crachant presque ses poumons tant il avait des difficulté à respirer, et se posa à genoux pour reprendre son souffle. Étonnamment, Yun Ji releva les yeux vers moi, à cet instant :

« Je suis désolé, fallait que ça sorte.
- Ne t'excuse pas et fais comme tu le sens. »

Il en avait bien le droit, vu ce que ces deux idiots lui avaient fait subir.
Yun Ji se détourna de moi, son attention étant alors totalement tourné vers le guitariste. Ce dernier eut un geste de recul, mais ne parvint pas à échapper à son "rival". La peur se lisait clairement dans ses yeux. Eh bien, mon grand, tu aurais dû y penser avant...

« Très cher jeune guitariste. Sache que si tu as un problème avec ton talent, ce n’est pas la peine d’aller en piquer chez les autres, ou de faire chier les autres avec ça. Bosse, vend tes CD puisqu’à mon humble avis, le pognon compte beaucoup plus que ce que tu peux faire, et surtout laisse moi tranquille veux-tu ? Je ne te connais pas. Et je n’ai aucune envie de me comparer à ce genre de personne. »

En le voyant lever la main, j'étais persuadé qu'il le frapperait. Il en aurait eu toutes les raisons, d'ailleurs. Mais c'est le contraire qui se produisit :

« Merci d’avance. Ah et tu veux un autographe, ou ça ira ? Sinon je peux t’en faire un comme à ton manager là, il n'y a aucun problème. »

Le guitariste, Park Chun Yeon, devint plus blanc qu'un linge devant la réplique de Yun Ji. Ses mots, accompagnés de deux petites tapes sur ses joues, suffirent pour que le jeune artistes ait les jambes coupés. Assis sur le sol, tremblant de tous ses membres, il secoua vivement la tête :

« Je-je-je...Promis. Plus jamais je ne...N'entraverais ton chemin. Je suis sincèrement désolé. »

J'arquais un sourcil, tout en observant le garçon contre le mur. Apparemment, il avait l'air sincèrement terrifié. Pas seulement de Yun Ji, mais surtout des représailles dont ce dernier était capable. Ce n'était pas plus mal, le compositeur aurait donc définitivement la paix, désormais. D'ailleurs, aucun de nous deux ne fit un geste pour retenir les deux hommes, alors qu'ils fuyaient à toutes jambes en se soutenant l'un l'autre. Il n'oserait plus s'en prendre à Yun Ji à présent, et nous le savions tous les deux. Et justement, rangeant mon arme, je me tournais vers ce dernier pour annoncer :

« Bon...Eh bien, maintenant que c'est fait, et que tout est réglé je pense que tu n'auras plus de problème. Je ne vais pas t'embêter plus longtemps, alors. »

Pas que je le haïssais. En fait, je commençais presque à le trouver plutôt sympathique. Finalement, non avait même pas mal de points communs maintenant que j'y pensais, c'est juste que nous avions démarré de mauvais pied - et c'était en grande partie de ma faute, je le reconnaissais. Et justement, maintenant qu'on commençait à s'entendre, je n'allais pas lui imposer de trop ma présence. Et puis, j'avais fait ce que j'avais à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
avatar
« Oh Yun Ji » TWAO ☆ Loner
MessageSujet: Re: I'm not a monster. I'm just ahead of the curve.   Lun 21 Avr - 12:45

Ma petite vengeance prenait fin. Elle avait été beaucoup plus jouissive que prévue. A vrai dire, j’aime bien faire peur aux gens comme ça, je ne suis pas certain que c’est une bonne chose, mais bon ils l’avaient cherché. Ils m’avaient cherché et m’avaient trouvé. Tandis que je voyais les deux hommes partir en courant, tremblant et toujours autant terrifiés je repensais aux dernières phrases de ce foutu guitariste « Je-je-je...Promis. Plus jamais je ne...N'entraverais ton chemin. Je suis sincèrement désolé. ». Et oui, j’espère que moi non plus je ne le recroiserais pas. Mais je pense que je suivrais de loin sa musique par curiosité et histoire de voir s’il a vraiment un talent, planqué au fin fond de sa connerie.

Je tournais la tête vers Kyu Jung qui rangeait son arme et s’apprêtait à partir :

« Bon...Eh bien, maintenant que c'est fait, et que tout est réglé je pense que tu n'auras plus de problème. Je ne vais pas t'embêter plus longtemps, alors. »

Et là c’était le moment de me décider, officiellement et rapidement. Est-ce que ce détective était assez efficace ? Oui. Est-ce qu’il accepterait de m’aider ? Peut être. Mais surtout, est ce que c’était une personne en qui je pouvais avoir confiance ? Je n’en sais rien. Je ne fais jamais confiance à personne, surtout quand il s’agit de parler de mes vieux démons passés. Aller Yun Ji décide toi. Même si la question de la confiance pouvait finir par se régler, il y en avait une autre qui subsistait : est ce que j’étais prêt à savoir toute la vérité ? Peut être.

« Merci en tout cas, c’était bien amusant. Mais … j’ai quelque chose à te demander avant que tu partes … »

Oui pour tout. Il fallait que je découvre tout ça, c’est le moment. Je crois. Je m’approchais de lui, de façon à regarder au fin fond de ses yeux. Il fallait qu’il comprenne que je ne rigolais plus et que j’avais besoin d’avoir un minimum de confiance.

« Je ne sais pas vraiment ce que tu as réussi à trouver sur moi pendant tes recherches. Mais j’ai besoin de ton aide … et de ta confiance. »

J’avoue que ça m’écorchait la bouche de demander de l’aide. Je pris quelques secondes avant de continuer :

« J’ai besoin que tu retrouves mon père. »

Le mot « père » aussi m’écorchait la bouche. Je me demande quand est ce que j’ai prononcé ce mot à haute voix pour la dernière fois … Il y a longtemps, très longtemps certainement. Je continuais à le regarder fixement.

« Mon connard de père m’a abandonné le jour de mes 11 ans. Je crois qu’il est temps que je lui fasse face, vivant ou mort. Et comme c’est ton boulot … »

Oui, après tout, c’était son boulot, il n’avait pas le droit de divulguer quoi que ce soit à d’autres personnes, enfin normalement. Enfin, il pourrait se faire du pognon à sortir des trucs pareil aux journalistes. Mais je ne pense pas que ça soit son but. Du moins, j'espère pas pour lui.


Songs of Hate and Love

« L'amour et la haine sont des sentiments qui s'alimentent par eux-mêmes, mais des deux la haine a la vie plus longue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: I'm not a monster. I'm just ahead of the curve.   Mar 3 Juin - 0:20

Je m'étirais légèrement, prêt à partir avec ce vague sentiment d'avoir accompli une bonne cation, aujourd'hui. Alors qu'au contraire, j'avais une nouvelle fois enfreint toutes les règles pour m'occuper d'un abruti et de son manager, au côtés d'un compositeur célèbre. pour un peu, je pourrais presque culpabiliser d'avoir la sensation de l'avoir entraîné sur la voie du mal. Mais c'est Oh Yun Ji, après tout. Les vices, il savait ce que c'était bien avant de me rencontrer.

« Merci en tout cas, c’était bien amusant. Mais … j’ai quelque chose à te demander avant que tu partes … »

Je ne pensais vraiment pas entendre une nouvelle fois des remerciements de la part de Oh Yun Ji. Et ce fut pire, lorsque la fin de sa phrase atteignit mes oreilles. Il avait besoin de moi ? Il voulait...Me demander quelque chose ? Alors là. Si on m'avait annoncé ça il y a quelques semaines, j'aurais ri au nez de la personne en question.
Sauf qu'actuellement, l'expression de Yun Ji ne me donnait pas envie de rire. Il était si sérieux, si dur, les traits de son beau visage totalement tendus par une colère presque indescriptible. Son regard droit et pénétrant me déstabilisa pendant une seconde. C'était bien la première fois qu'il affichait un tel regard face à moi.

« Je ne sais pas vraiment ce que tu as réussi à trouver sur moi pendant tes recherches. Mais j’ai besoin de ton aide … et de ta confiance. »

Je souffle, répondant à mi-voix, encore un peu troublé par un tel changement d'attitude :

« Rien de très personnel, si ça peut te rassurer...
- J’ai besoin que tu retrouves mon père. »

Oh.
Son père.
D'aussi loin que je me souviennes, c'était la première fois que Yun Ji mentionnait un membre de sa famille. Ce qui était somme toute assez logique, puisque nous n'étions pas amis, et que ce n'était pas un sujet toujours facile à lancer au détour d'une conversation. Mais la flamme qui animait les yeux de mon homologue me laissait vraiment perplexe, en cet instant.
Il reprit rapidement.

« Mon connard de père m’a abandonné le jour de mes 11 ans. Je crois qu’il est temps que je lui fasse face, vivant ou mort. Et comme c’est ton boulot … »

Je gardais le silence, me retenant de cligner des yeux sous la surprise. Eh bien. Si je m'attendais à ça ? Pas vraiment. Autant pour l'amour passionnel que ressentait Yun Ji pour son paternel, que pour la demande qu'il était en train de me faire. Non, je ne m'y attendais pas. Ce que je connaissais de Yun Ji, c'était avant tout qu'il était du genre distant, méfiant et secret. A l'instant, il venait de me révéler un sentiment qu'il avait sans doute rejeter pendant bien longtemps, sans ciller. Onze ans...C'était affreusement jeune. Et il avait osé le dire, sans même me quitter des yeux.
Était-ce la preuve qu'il était complètement désespéré, et qu'il était prêt à me faire confiance ?
Hors de question de refuser.

« Je le retrouverais, et je te le jetterais à tes pieds. »

Même si pour cela, il fallait que je retourne toute la Corée. En espérant qu'il n'ait pas quitté le pays, tout de même....
De toute façon, il faudrait que Yun Ji me donne quelques informations supplémentaires plus tard. Néanmoins, un sourire intérieur se fait ressentir, au fond de moi. Qui aurait cru que le type que j'espionnais, il y a des semaines de cela au bar, deviendrait mon client ? Et sans doute mon client le plus compréhensif, qui plus est. La plupart râlait devant a façon de faire :

« J'espère simplement que tu n'auras rien à redire sur mes méthodes. »

Bien que j'en doutais fortement, puisqu'il venait d'y participer, à l'instant même. Ceci dit, il avait eut la preuve en live que c'était particulièrement efficace, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
avatar
« Oh Yun Ji » TWAO ☆ Loner
MessageSujet: Re: I'm not a monster. I'm just ahead of the curve.   Lun 9 Juin - 12:42

Comme je m’y attendais, il était surpris. A vrai dire, je l’étais aussi. Je n’aurais jamais cru demander à quelqu’un une chose pareille un jour. Surtout à un mec qui, à la base, ne me voulait pas que du bien. Je me demandais même si je n’allais pas changer d’avis, demain. C’était un sujet sensible, et je ne sais toujours pas si je suis capable de tourner la page.

« Je le retrouverais, et je te le jetterais à tes pieds. »

Sa phrase me dessina un petit sourire. J’aimais bien cette idée. Et c’était exactement ce que je souhaitais. Rien que l’imaginer à mes pieds me donnaient une entière satisfaction.

« J'espère simplement que tu n'auras rien à redire sur mes méthodes. »

« Tes méthodes sont très biens. Et tu peux utiliser tout ce qui tu veux contre lui. Du moment que tu me le ramènes et que tu le mettes face à ses responsabilités. Et puis je crois que ce n’est pas moi qui rechignerai contre tes méthodes particulières ... »

Je regardais autour de moi, et je n’étais pas certain que rester dans une petite ruelle sombre comme celle-ci serait très bien vu si je ne sais qui arriverait. Pour le moment j’avais surtout envie de rentrer chez moi et de me reposer de cette après-midi mouvementée.

« Nous parlerons plus tard de tout ça. Je voulais m’assurer que tu sois bien d’accord. Et puis de toute façon, ce n’est pas vraiment ni le lieu, ni le moment de parler plus en détail de choses si personnelles. Je crains encore que quelqu’un ne débarque. Je t’envoie les informations dans quelques temps. Merci, et à la prochaine. »

Je ponctuais ma phrase d’un léger signe de tête et sorti en premier d’ici. Comme prévu, la foule avait commencé à arriver avec l’heure du midi. L’avantage de Séoul, c’est que l’on pouvait manger n’importe où, n’importe quoi, pour n’importe quel prix, et à n’importe quelle heure. Ce que je jugeais utile pour un mec comme moi qui ne sortait jamais aux bonnes heures. De toute façon, je n’avais pas faim, repenser à mon passé m’avait coupé tout appétit, il fallait que je rentre chez moi, me calmer avec la musique pour ne pas trop penser, comme d’habitude.
Je tournais la tête derrière moi, pour apercevoir Kyu Jung qui sortait à son tour de la ruelle, comme si ne rien n’était. En même temps la discrétion c’était son boulot, mais il était vraiment bon acteur. A moins que ça ne soit normal de menacer tout le monde avec un flingue comme ça pour lui …

Fin


Songs of Hate and Love

« L'amour et la haine sont des sentiments qui s'alimentent par eux-mêmes, mais des deux la haine a la vie plus longue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »
MessageSujet: Re: I'm not a monster. I'm just ahead of the curve.   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm not a monster. I'm just ahead of the curve.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Monster Mercenary Card
» Monster truck en chariot de guerre
» Nos beau Accessoire du monster Combo
» Monster Hunter Orage
» Monster Combo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Fusion :: Gangnam
강남
 :: Quartier des affaires
-