Laisserez-vous le destin jouer son rôle ?
 

Partagez | .
 

 Que fais tu ? [PV Su Yeon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« Invité » Invité
MessageSujet: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Mer 7 Mai - 11:35

"Le véritable amour d'une mère, c'est d'aider l'enfant à couper le cordon ombilical."


J’arrive enfin à mon appartement après une longue journée de travail. J’ai hâte de retrouver mon lit et mes livres pour avoir enfin un moment de détente. Depuis que je suis arrivé à Séoul, j’ai une vie très speed. Je travaille beaucoup et je sors pas mal. Maintenant que j’ai une vie sociale normale, on pourrait croire que c’est encore plus difficile pour moi de ne pas être fatigué. Mais pas du tout. Plus je travaille, plus je veux voir mes amis. Je ne suis pas quelqu’un qui aime particulièrement faire la fête, et pourtant, j’aime sortir, parler avec les gens, prendre des nouvelles de tout le monde et me tenir au courant des événements importants de la vie de mes amis. Je suis donc sur le pas de la porte, je mets mon courrier dans ma bouche pour pouvoir avec les mains vides afin de fouiller dans mon sac pour trouver mes clefs. Quelle idée de séparer toutes ses clefs pour ne pas toutes les perdre en même temps. Je mets ainsi plus de temps pour les trouver. Et puis, avec un sac aussi grand pour y mettre aussi peu de chose, c’est bête. Je trouve enfin mes clefs, je remets mon sac sur mon dos et j’ouvre d’une main la porte.

Les lumières sont allumés. Ai-je oublié de les éteindre ce matin ? Non c’est impossible. Économe comme je suis, ça m’étonne. Je les éteins alors, jugeant qu’il n’est pas nécessaire de les mettre. Puis, j’entends un bruit. Quelqu’un est déjà dans mon appartement. Je me fais alors discret. Je prends un parapluie qui était rangé dans l’entrée et j’avance doucement. Je suis loin de faire peur, mais on ne sait jamais. Si c’est un cambrioleur, j’aurais au moins tenté de me défendre. Je suis soulagé quand je vois que ce n’est pas quelqu’un de mauvais qui est rentré chez moi. J’y pense d’ailleurs, la porte n’était pas cassé, rien. Elle a donc été ouverte avec une clef. Je suis vraiment perspicace dis donc. Je pousse un soupir de soulagement quand je vois qui est chez moi. Je me pose pleins de questions mais je commence simplement par la saluer. Je me baisse poliment lorsqu’elle se tourne vers moi.

« Bonjour … » dis-je timidement.

Je m’approche alors d’elle en me demandant pourquoi j’étais aussi gêné. Je suis chez moi après tout non ? Comment ça se fait qu’elle soit là, en train de … Cuisiner. Je lève un sourcil, un peu surpris et aussi blasé. J’ai tellement de questions à lui poser que je ne sais pas par où commencer.

« Pourrais-je savoir ce que tu fais ici ? »

Je dépose mon sac sur le canapé avant d’aller dans la cuisine. Heureusement, je n’ai pas beaucoup de chemin à faire entre les deux, vu que je vis dans un studio ridiculement petit. Il me convient parfaitement, mais dès qu’il y a une personne en plus, j’ai l’impression que c’est encore plus étroit. Je suis donc dans la cuisine à côté de Su Yeon. Je sens pleins de bonnes odeurs mais je ne dois pas me laisser prendre par les sentiments.

« Comment ça se fait que tu ais les clefs de mon appartement ? Pourquoi mes classeurs sont sortis ? Dis-moi Su Yeon, depuis quand tu es dans mon appartement ? »

Petit à petit, je vois ce qu’elle a fait dans l’appartement. Tout ce que j’avais prévu de faire ce soir était déjà fait. J’ouvre mes classeurs, je vois que mes comptes sont faits. Je regarde par terre, le sol est propre. Je file donc dans la salle de bain et je soupir de soulagement quand je vois qu’elle n’a pas touché au linge.

« Ca me rassure, tu as tout fait sauf le linge. »

Je la regarde avec mon regard perçant. Je sais que j’ai un regard de tueur à gage, on me le dit souvent, et j’aime m’en servir quand j’en ai véritablement besoin. J’aimerai bien l’intimider un peu, mais j’ai toujours l’impression que c’est peine perdue avec Su Yeon. J’ai l’étrange impression d’être avec ma mère à chaque fois que nous sommes ensemble. C’est quand même incroyable tout ce qu’elle fait pour moi. Jamais je n’ai vu quelqu’un entrer chez un autre pour faire tout son ménage et ses papiers. Je retourne alors dans la cuisine pour voir ce qu’elle était en train de faire à manger avant que je rentre. Inconsciemment, je me demande si tous les ingrédients qu’elle a utilisé son bio. Je sais que je ne devrais pas me poser cette question, que c’est débile, mais bon … J’ai des principes tout de même. Je pose mes mains sur le comptoir pour être face à elle et j’attends qu’elle me dise quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Mer 14 Mai - 14:34

Pour une fois, j’avais fini mon shooting à l’heure. J’étais sortie du studio à 14h30 tapantes. Ça faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivé. Du coup, je n’avais aucun projet pour cet après-midi et me sentais donc un peu esseulée. Je me mis à arpenter les rues sans vraiment de but, juste histoire de marcher et de me promener un peu. Je n’avais même pas mon appareil photo avec moi. Grace m’aurait frappée si elle le savait. Je souris, comme toujours, à la pensée de ma meilleure amie.

A ce moment, je passai devant un magasin bio et pensai immédiatement à Sang Ook… Le jeune homme que j’avais rencontré quelques années plus tôt dans ma ville natale. A ce moment là, je passais près d’un petit étang quand j’entendis plusieurs garçons en train de chahuter un plus jeune qu’eux. Mon sang n’avait alors fait qu’un tour et je me suis précipitée vers eux afin de le défendre.
Il s’est avéré après coup que les plus âgés étaient les frères de ce dernier. Je me suis sentie assez idiote après mon éclat mais le jeune garçon m’avait chaleureusement remercié, surpris d’avoir quelqu’un qui le défende ainsi. Une inconnue de surcroît ! Nous avions passé quelques instants à discuter un petit peu et ne nous étions plus jamais revu… Cet incident m’était complètement sorti de la tête jusqu’à il y a quelques mois…

Nous nous sommes rencontrés à nouveau dans la boutique bio dans laquelle il travaillait à mi-temps. Je ne l’avais pas reconnu de suite mais lui si. Nous avons papoté quelques instants mais comme il y avait du monde dans le magasin, je ne m’étais pas attardée. Nous nous sommes toutefois échangés nos numéros respectifs et promis de nous revoir. Promesse tenue car depuis nous nous voyions assez fréquemment.
Sang Ook me faisait penser à mes petits patients par son côté innocent et mon côté très protecteur ressortait quand j’étais en sa compagnie. Je ne pouvais m’empêcher de le protéger et de prendre soin de lui comme je le faisais pour mes petits bouts. A son grand dam d’ailleurs. Il passait son temps à rouspéter contre ma manie de tout faire pour lui, arguant que si il était venu à Séoul c’était pour être indépendant et non pas pour se retrouver sous la houlette d’une autre maman !
J’avais beau lui promettre de ne plus recommencer mais c’était plus fort que moi. Je ne pouvais m’empêcher de le chouchouter comme un enfant…

Aussi passant devant ce magasin bio, je ne pus m’empêcher d’y entrer pour faire quelques courses à son intention. Une fois les courses faites, je me dirigeai vers son domicile. J’y étais déjà venue quelques fois et j’avais sympathisé avec l’Ahjumma qui gardait l’immeuble. Sans grande difficulté, elle accepta de m’ouvrir la porte de Sang Ook.

Voyant l’état de l’appartement, je poussai un petit soupir. Des lettres dépassaient des classeurs renfermant ses comptes j’imaginais, le sol n’avait pas été lavé et des vêtements étaient lâchés sur un coin du canapé. J’allais vers la cuisine et ouvris son frigo, vide comme je l’avais pensé, et entrepris de ranger les quelques courses que j’avais faites. Je commençais par préparer les ingrédients et mis le plat à mijoter avant de commencer le ménage du petit studio de mon ami. Je commençais par faire la poussière et mettre le linge dans le panier situé dans la salle de bain. Puis j’attaquais le sol et finis par ses comptes. Evidemment, il y en avait quelques unes impayées. Non pas qu’il n’en avait pas les moyens mais cet étourdi avait tout bonnement oublié de vérifier les dates limites de paiement ! Je lui écrivis donc les courriers demandant une dispense de pénalités.

Une fois tout fait, j’eus à peine le temps de retourner vers les fourneaux que j’entendis la porte d’entrée. Zut ! Moi qui pensais tout finir et m’éclipser discrètement avant son retour, c’était raté ! Il me salua poliment et me demanda ce que je faisais chez lui avant de me rejoindre dans la cuisine.


« Comment ça se fait que tu ais les clefs de mon appartement ? Pourquoi mes classeurs sont sortis ? Dis-moi Su Yeon, depuis quand tu es dans mon appartement ? »

J’eus la décence de paraître gênée et lui répondis avec un petit sourire contrit.

« Depuis le début d’après-midi. Je voulais juste passer déposer quelques courses… Mais bon… Une chose en entraînant une autre… »

Sans demander son reste, il fila vers la salle de bain et revint vers moi en me disant.

« Ca me rassure, tu as tout fait sauf le linge. »

Je rigolais en entendant ses paroles. Il avait beau me faire son regard de tueur, ça ne prenait pas avec moi. Quand je regardais Sang Ook, je revoyais le petit garçon frêle qui se faisait chahuter par ses grands frères. Avec cette image, son regard n’avait aucune prise sur moi.

« Je me suis dit que tu préférais peut-être laver tes sous vêtements toi-même ! »lui répondis-je taquine.

Je sus que je fis mouche en voyant une légère coloration sur ses pommettes.

« J’ai également fait tes comptes. D’ailleurs Sang Ook, tu as deux factures en retard ! Je t’ai fait des courriers demandant une remise gracieuse de pénalités de retard, n’oublies pas de les envoyer ! »

Le voyant se pencher sur les casseroles, je lui souris et le rassurai

« Ne t’inquiètes pas. Tout est bio ! Du kimchi Jigae avec du japchae. Et le riz est en train de cuire. Que des choses que tu aimes donc suis-je pardonnée ? »

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Jeu 15 Mai - 12:29

"Le véritable amour d'une mère, c'est d'aider l'enfant à couper le cordon ombilical."


Je n’ai jamais compris pourquoi Su Yeon était comme ça avec moi. J’ai vraiment l’impression d’être un gamin quand je la croise. C’est déstabilisant et ça me blesse dans mon orgueil. Ça serait bien qu’elle me voit comme un homme et non pas comme un enfant. Après tout, je suis un homme, je me débrouille seul depuis que j’ai 17 ans et je n’ai jamais eu besoin des autres pour m’en sortir dans la vie. Alors pourquoi Su Yeon est-elle constamment sur mon dos ? J’aimerais bien lui faire comprendre que je n’ai pas cinq ans, mais à chaque fois que j’essaie, quelque chose de nouveau arrive et toutes mes explications tombent à l’eau. Quand je rentre chez moi alors, et que je la vois dans la cuisine en train de préparer à manger, je me demande si elle comprendra un jour qu’il faut qu’elle arrête de s’immiscer dans ma vie. C’est limite si elle ne m’accompagne pas au travail. C’est vraiment insupportable, voir même invivable parfois.

Je fais alors le tour de l’appartement, stupéfait à chaque fois que je vois quelque chose de nouveau qui a été fait. Elle a TOUT fait. Je vois qu’il y a mes papiers dehors qui ont l’air d’être bien rangé dans les classeurs. Je vois aussi que le sol brille presque. Je ne me souvenais pas d’avoir quitté l’appartement comme ça. J’avais prévu de tout ranger en rentrant, mais tout était déjà fait. Je soupirais alors. Comment peut-elle faire tout ça ? Ca me dérange vraiment. Surtout que je ne lui ai jamais donné les clefs de mon appartement. C’est intime un appartement. Imaginez que j’ai laissé des choses un peu bizarres traîner. La prochaine fois, je ferais ça, ça la fera peut-être partir et elle ne reviendra plus comme ça. Je réfléchis alors à une solution pour qu’elle ne vienne plus s’inviter chez moi à faire la femme de ménage. Je dois peut être laissé des menottes en fourrure sur le canapé, ou alors des fouets pour la faire croire que j’ai des pratiques … étranges. Mais, je n’oserais jamais faire ça. Imaginez une autre personne vienne dans l’appartement aussi et qu’il y a tout ça qui traîne. Ma réputation d’homme sérieux et droit sera fichue alors.

Je lui pose alors pleins de questions, commençant par la plus importante. Comment avait-elle obtenue mes clefs. Je cherche dans ma mémoire le jour où je lui aurais confié, mais rien ne me viens à l’esprit. Je soupire d’agacement. Je ne peux pas m’énerver, ce n’est pas dans mon caractère mais ça ne veut pas dire que je suis désolé du comportement qu’elle a envers moi.

« Depuis le début d’après-midi. Je voulais juste passer déposer quelques courses… Mais bon… Une chose en entraînant une autre… »

J’ai bien envie de lui crier dessus, mais j’en suis incapable, et en plus, je ne suis pas sûr à cent pourcent que ça marche. Après tout, j’ai beau lui dire d’arrêter de me voir comme un enfant, elle continue à le faire. Je me demande alors si Su Yeon n’est pas sourde ou si elle n’a pas un problème. Elle est vraiment trop têtue cette femme. Je vais avoir beaucoup de mal à la faire changer de point de vu. Peut-être que si un jour je me montre macho et bourrin, elle comprendra que je suis un homme. Seulement, je crois que c’est moi qui aurais un problème alors. Je n’arrive pas à être comme ça. Même en me forçant, j’ai l’air débile quand je le fais. Et je n’ai pas envie d’avoir l’air stupide. Je me dirige ensuite vers la salle de bain pour voir si elle a touché à mes vêtements. Il ne manquerait plus que ça. Si elle voyait mes sous-vêtements, je crois que je serais incapable de la regarder à nouveau en face. C’est vraiment très intime ce genre de chose. Je me frappe le front. Comment peut-elle me faire ça à moi. Si mes imbéciles de frères ne s’en étaient pas pris à moi quelques années plus tôt, je n’en serais pas là aujourd’hui, à me demander comment chasser Su Yeon de mon appartement. Ce n’est pas que je n’aime pas sa compagnie, au contraire, c’est une femme tout à fait charmante. Mais je ne supporte pas son côté mère poule qui s’invite pour laver mon appartement et ranger mon courrier. Le pire dans tout ça, c’est qu’en entendant son rire, je ne peux pas lui en vouloir. Oui, elle sait y faire la Su Yeon.

« Je me suis dit que tu préférais peut-être laver tes sous-vêtements toi-même ! »

Ah, mais comment fait-elle pour avoir l’air si naturelle et décontractée après que je lui ai demandé quelque chose comme ça. J’ai vraiment l’impression qu’elle ne voit pas où est le problème. Il faut vraiment que je lui explique les règles de vie et les bonnes manières je crois. C’est bizarre de dire ça. Les gens en général prennent les enfants de paysans comme des enfants mal éduqué et très terre à terre. Mais mes amis me disent que je suis quelqu’un de plutôt élégant qui a beaucoup de manière. La vie est un mystère. Surtout que je considère mon comportement de normal. Après tout, je ne vais pas parler de façon informelle à mon patron où à quelqu’un que je ne connais pas. Je suis juste poli après tout. Non ?

« J’ai également fait tes comptes. D’ailleurs Sang Ook, tu as deux factures en retard ! Je t’ai fait des courriers demandant une remise gracieuse de pénalités de retard, n’oublies pas de les envoyer ! »
« J’ai prévu de les payer… »

En ce moment, ce n’était pas la joie niveau finance. Je devais travailler encore plus à l’hôtel pour pouvoir payer mes factures. Et malheureusement je n’avais pas encore reçu mon salaire et je ne pouvais donc pas me permettre d’avoir un trop gros découvert si je payais tout de suite mes factures. J’avais l’habitude de faire comme ça, mais Su Yeon avait le don pour s’occuper de mes affaires et non des siennes.

« Ne t’inquiètes pas. Tout est bio ! Du kimchi Jigae avec du japchae. Et le riz est en train de cuire. Que des choses que tu aimes donc suis-je pardonnée ? »
« Me voilà rassuré. J’oublie tout en sachant ça ! » dis-je avec un grand sourire.

Cependant, mon sourire s’estompa aussi rapidement qu’il était apparu. Elle ne comprenait donc pas que j’étais ironique ? Je prends donc une voix douce mais autoritaire à la fois, espérant être enfin compris.

« Ecoute, j’apprécie que tu fasse tout ça pour moi. C’est vraiment gentil. Mais je suis un grand garçon, je sais me débrouiller tout seul. Tu ne peux pas imaginer à quel point ça m’attriste le fait que tu penses que je sois comme un enfant qui a besoin que quelqu’un l’aide à s’y retrouver dans ses factures et lui fasse les courses. »

Je ne sais toujours pas comment lui faire comprendre que je ne suis pas un petit garçon qui se fait chambrer par ses frères.

« J’aimerais que tu comprenne le fait que je sois un adulte responsable. Je sais payer mes factures, faire le ménage et à manger. Je n’ai pas besoin de ton aide. »

Je soupire.

« J’ai l’impression d’être un incapable. Je n’ai plus douze ans Su Yeon. Alors, arrête de faire tout ça ! S’il te plait »

Je ne sais vraiment pas comment lui faire comprendre.

« Et puis, tu ne m’as pas répondu tout à l’heure, comment as-tu eu les clefs de mon appartement, je ne te les ai jamais donné. »

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Sam 17 Mai - 14:06

« Ecoute, j’apprécie que tu fasse tout ça pour moi. C’est vraiment gentil. Mais je suis un grand garçon, je sais me débrouiller tout seul. Tu ne peux pas imaginer à quel point ça m’attriste le fait que tu penses que je sois comme un enfant qui a besoin que quelqu’un l’aide à s’y retrouver dans ses factures et lui fasse les courses. J’aimerais que tu comprennes le fait que je sois un adulte responsable. Je sais payer mes factures, faire le ménage et à manger. Je n’ai pas besoin de ton aide. »

Son laïus me fit comprendre que j’étais peut-être allée un peu trop loin cette fois. J’étais parfaitement d’accord avec lui sur le fait que c’était un adulte responsable. Le problème c’était que quand j’étais avec lui, je n’y arrivais tout simplement pas. Je ne savais pas pourquoi. Pourtant ce n’était pas la première personne que j’avais défendue par le passé…
Il m’arrivait très souvent de le faire. J’attirais les ennuis comme me disait ma maman. Il m’arrivait souvent de revenir écorchée, blessée parce que je m’étais battue. Toujours à défendre la veuve et l’orphelin. Mais c’était plus fort que moi. J’avais horreur de l’injustice. Je pense que si il n’y aurait pas eu Ji Rin et sa maladie, je me serais engagée dans les forces de l’ordre…
Bref, Sang Ook n’était pas le premier que j’ai défendu et pas le dernier… Cela expliquerait sans doute pourquoi je ne l’avais pas reconnu de suite… Mais c’était le seul que j’avais revu depuis… Depuis Ji Rin…

Toute sa vie durant, j’ai protégé Ji Rin autant que j’ai pu. J’avais toujours veillé à ce qu’elle ne manque de rien. Même lorsque nous n’habitions pas ensemble, je passais tous les jours la voir. Même plus que Min Soo, Ji Rin avait toujours été le centre de ma vie. Personne ne pouvait passer devant elle. Même pas mon ex-fiancé. Depuis sa disparition, une partie de moi avait été enterrée avec elle. Mon côté protecteur s’était reporté dans mn travail, ce qui m’avait plus d’une remontrance de la part de mes supérieurs qui me trouvaient trop investie et que donc je manquais de recul. Ce qui n’était pas tout à fait faux…

Repoussant ses pensées, surtout celles concernant Ji Rin qui avaient la fâcheuse tendance à me faire monter les larmes aux yeux, je répondis à Sang Ook.


« Je le sais Sang Ook… murmurai-je. Je sais que tu peux te débrouiller seul. Que tu es un grand garçon. Je suis désolée si je te rends triste… J’espère que tu sais que c’est la dernière chose que je veux… »

Je le regardai, ne sachant pas si il m’avait entendu.

« Et puis, tu ne m’as pas répondu tout à l’heure, comment as-tu eu les clefs de mon appartement, je ne te les ai jamais donné. »

Je soupirai. Je ne pouvais décemment pas mettre la pauvre Ajhumma en porte à faux. C’était de ma faute et uniquement de la mienne.

« Je suis désolée je ne peux pas te le dire. Je pourrais très bien te mentir et te dire que tu avais oublié de fermer à clé mais je n’aime pas mentir, surtout aux personnes que j’aime. Donc je ne te mentirai pas. Je ne te dirai pas non plus comment je suis entrée. J’espère que tu pourras me comprendre… »

Je continuai avec douceur…

« Sang Ook, ne le prends pas mal s’il te plaît… Je ne veux surtout pas te blesser. Je te considère comme un frère… La dernière chose que je veux c’est que tu sois fâché contre moi… »

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Dim 18 Mai - 9:50

"Le véritable amour d'une mère, c'est d'aider l'enfant à couper le cordon ombilical."


Je comprends qu’une mère soit derrière le dos de son enfant, lui faisant le ménage, les courses ou lavant son linge. Je comprends qu’une sœur s’inquiète pour son petit frère, l’aide à faire ses comptes et le conseil. Mais je ne comprends toujours pas pourquoi Su Yeon est là à faire tout ça pour moi. Ok, c’est une très bonne amie, je l’apprécie, mais elle dépasse vraiment les bornes. Je ne sais toujours pas comment lui faire comprendre que je n’ai pas besoin qu’elle fasse tout ça pour moi. J’ai 24 ans et je suis autonome depuis que j’en ai 17. Je ne vois pas pourquoi j’aurais besoin d’elle maintenant alors que je n’avais déjà pas besoin d’aide il y a huit ans. Quand on vient de la campagne, on apprend rapidement à se débrouiller tout seul. Même si vos parents sont toujours là pour vous soutenir et vous aider, en règle générale, ils essaient de vous mettre face à la réalité pour que vous ne soyez pas choqué une fois adulte. Moi en tout cas, c’est comme ça que j’ai vécu. En fait, je crois que c’est un peu malgré moi au final. Vu que j’aidais beaucoup mon père, mais que je restais aussi en retrait à cause de la jalousie de mes frères, je me débrouillais tout seul, à m’occuper de ma parcelle. On dirait que j’étais un pauvre petit garçon quand je dis ça. Alors que pas du tout. Grace à mon travail à la ferme et aux relations que j’entretenais ave mes frères et mes parents, je peux dire que j’ai rapidement apprit à me dépatouiller tout seul. Je suis stupide, pas très cultivé, mais je suis plutôt malin.

« Je le sais Sang Ook…Je sais que tu peux te débrouiller seul. Que tu es un grand garçon. Je suis désolée si je te rends triste… J’espère que tu sais que c’est la dernière chose que je veux… »

Je n’ai pas vraiment l’impression qu’elle me comprenne, mais je suis désolé en tout cas de lui avoir parlé comme ça. Je m’en veux de ne pas être patient envers elle. Je sais qu’elle est gentille avec moi, elle ne doit pas être comme ça avec tout le monde. Peut-être dois-je me montrer plus calme avec elle et la laisser faire après tout. Je ne sais plus quoi penser maintenant. Mon problème, c’est que j’ai tendance à pardonner super rapidement et à dire que les autres ont raisons. Je ne veux pas qu’on ait de dispute ou quelque chose dans le genre, alors je finis juste par lui demander comment elle a eu les clefs de mon appartement. C’est ce qui m’intrigue le plus à vrai dire.

« Je suis désolée je ne peux pas te le dire. Je pourrais très bien te mentir et te dire que tu avais oublié de fermer à clé mais je n’aime pas mentir, surtout aux personnes que j’aime. Donc je ne te mentirai pas. Je ne te dirai pas non plus comment je suis entrée. J’espère que tu pourras me comprendre… »

Je suis un peu surpris. Non pas qu’elle préfère me dire la vérité, au contraire, j’apprécie. Mais c’est l’autre mot. Je sais, ça fait un peu paysan qui a des problèmes à avoir des relations sociales normales si je dis ça mais … Est-ce qu’on aime nos amis ? Il faut que je lise des choses là-dessus. C’est vrai, j’ai des amis que j’apprécie et que je considère comme des membres de ma famille, mais je ne sais pas si je les aime. J’ai l’impression d’être un robot. J’ai déjà du mal à me dire que j’aime mes frères et mes parents. En fait, je crois que j’ai un problème. Je me pose peut être trop de question. C’est vrai, j’aime ma famille, mais ce mot : « aimer » je trouve que ça ne convient pas. Non ? Je ne sais pas … Je décide de passer à côté de mes questionnement débile pour une fois et je vois Su Yeon reprendre la parole d’une voix douce.

« Sang Ook, ne le prends pas mal s’il te plaît… Je ne veux surtout pas te blesser. Je te considère comme un frère… La dernière chose que je veux c’est que tu sois fâché contre moi… »

Je vois de quoi elle veut parler maintenant. Je n’ai jamais eu de sœur, alors je ne sais pas si c’est normal d’agir comme ça entre frères et sœurs. En fait, avec mes frangins, ce n’était pas du tout comme ça. Certes, on s’entraidait au début. Mais les choses se sont gâtés, on a grandi et nos caractères se sont affirmés ce qui est normal. Du coup, surtout chez mes petits frères, c’était les coups bas et non l’entraide qui régnaient. Ce n’est pas vraiment facile tous les jours, mais ça forge un caractère. On apprend à se taire et à ne pas chercher les ennuis.

« Ce n’est pas que je le prends mal Su Yeon. C’est juste que j’ai du mal à comprendre tes motivations. Si au moins tu pouvais m’expliquer pourquoi tu fais tout ça… »

J’ai conscience que je peux la mettre mal à l’aise à cet instant. Je dois juste me taire et faire comme si tout cela ne s’était pas passé. C’est facile à faire pour moi… Je lui tapote le sommet du crâne en lui souriant et je lui dis.

« Bon, n’en parlons plus. Tu as fait suffisamment à manger pour deux au moins ? J’ai super faim ! »


Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Ven 23 Mai - 16:14

« Ce n’est pas que je le prends mal Su Yeon. C’est juste que j’ai du mal à comprendre tes motivations. Si au moins tu pouvais m’expliquer pourquoi tu fais tout ça… »

Pourquoi je faisais tout ça ? Que pouvais-je répondre à ça ? Qu’il me faisait penser à ma sœur qui n’était plus ? Que Ji Rin me manquait tellement que je voyais en lui une sorte de substitution ? Je ne pouvais pas…
Il y avait un tel vide dans mon cœur que ça me faisait peur. J’avais peur de ne plus me sentir…utile ? Oui c’était ça… D’aucun me dirait que le métier que j’exerçais devrait me faire sentir ça. Mais bien que ce soit vrai, ce n’était pas suffisant… Ce n’était pas pareil…

Bref, il m’avait vraiment mise mal à l’aise car quoiqu’on se dise, Sang Ook et moi ne nous étions retrouvés que depuis peu. On en n’était pas encore à nous faire ce genre de confidences. Du moins, moi je ne l’étais pas encore. Et je doute de l’être un jour. Depuis tout ce qui m’était arrivé, j’étais devenue très secrète. Très renfermée, me protégeant énormément.

J’étais là à tergiverser quand il s’approcha et me tapota le crâne en souriant et me dit


« Bon, n’en parlons plus. Tu as fait suffisamment à manger pour deux au moins ? J’ai super faim ! »

Je lui souris en retour, soulagée qu’il n’ait pas insisté. J’en avais fait beaucoup oui mais dans l’espoir qu’il se nourrisse correctement au moins quelques temps. En même temps, ça aurait été monotone de manger toujours la même chose.

« J’en ai même fait assez pour 4, lui répondis-je un peu honteuse. Tu me connais… Je n’ai aucun sens des proportions quand il s’agit de nourriture »

Je fis un pas pour aller sortir les couverts mais m’interrompis aussitôt. Encore une fois, j’allais jouer à la maman et faire tout pour lui. Décidément ! Chassez le naturel et il revient au galop ! Au moins cette fois, j’avais pu m’arrêter à temps. Je ne m’étais pas laissé emportée. Sinon cette fois, Sang Ook m’aurait bel et bien foutu à la porte à grands coups de balai ! Il fallait vraiment que je fasse des efforts par rapport à ça…

Je le regardai avec un petit sourire confus.


« Tu veux de l’aide ? Mettre a table ? Ou autre chose ? »

Tout en parlant, j’avais reculé de quelques pas pour bien lui montrer que je lui laissais le champ libre pour décider.

« Sang Ook, merci de ne pas être fâché… » murmurai-je pour m’excuser.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Dim 1 Juin - 19:49

"Le véritable amour d'une mère, c'est d'aider l'enfant à couper le cordon ombilical."



J’ai horreur d’avoir l’impression d’être un petit être fragile qui a besoin des autres pour vivre. Il y a très peu de chose que je ne supporte pas, et ça, ça fait partie des choses que j’ai du mal à accepter. Je sais, ce n’est pas grand-chose, il faut que je laisse couler, mais ça m’énerve quand même un peu. Après tout, j’ai l’impression que Su Yeon ne me verra jamais comme un homme. Normalement, je ne m’inquiéterais pas de l’image qu’on me donne, je passe toujours au-dessus des préjugés. Seulement avec Su Yeon, c’est différent. Je la connais bien maintenant et je crois que ça va être encore plus difficile de la faire changer d’avis. Après tout, elle m’a toujours vu comme un enfant et je crois que ça ne changera pas du jour au lendemain. Je vais avoir du boulot pour lui prouver que je n’ai pas besoin de son aide.

Je tente tout de même de changer de sujet. Je vois bien qu’on va tourner en rond si on continue sur cette lancée. Et puis, je crois que c’est peine perdue. Su Yeon ne me verra jamais comme l’homme que je suis, même si je lui prouve le contraire. Je lui demande alors s’il y a suffisamment à manger pour elle et moi, parce que mon ventre est en train de crier famine. Et je ne vais pas la jeter dehors alors qu’elle a fait tant de chose aujourd’hui pour moi. Je ne suis pas un sauvage après tout. Je regarde ce qui est en train de cuire et ça me fait saliver. J’espère que c’est bon. Bon, d’un côté, ça m’étonnerait que ça ne le soit pas. Elle a pleins de talents Su Yeon, elle sait faire les comptes et le ménage, pourquoi pas à manger …

« J’en ai même fait assez pour 4.Tu me connais… Je n’ai aucun sens des proportions quand il s’agit de nourriture »
« Ne t’inquiètes pas, je ferai honneur à ton repas. Exceptionnellement, je vais manger pour deux ce soir ! »

Je lui souris encore une fois. Je n’ai pas envie qu’elle m’en veuille d’être aussi rabat joie. Je n’ai pas l’habitude de me mettre en colère contre les autres, et heureusement, j’ai réussi à me calmer à temps. En fait, j’essaie de la comprendre et de me mettre à sa place, même si c’est vraiment difficile. Il faut que je relise mes notes sur toutes les fois où nous nous sommes rencontrés Su Yeon et moi-même. Pour voir s’il y a un détail qui me permettrait de découvrir ses ambitions. Je la vois tirer le tiroir dans lequel sont rangés les couverts. Je fronce les sourcils prêt à lui remonter les bretelles, mais elle s’arrête seule.

« Tu veux de l’aide ? Mettre la table ? Ou autre chose ? »
« J’ai juste besoin que tu poses tes fesses sur le canapé et que tu attendes bien sagement que j’ai mis la table.

Je lui montre le salon avec le menton en essayant d’avoir l’air sûr de moi. Ce qui est le cas après tout. Je sors alors des bols que je mets sur la table basse. Mon appartement est vraiment petit, ce qui me permet de ne pas avoir à faire de très longue distance.

« Sang Ook, merci de ne pas être fâché… »

Je la regarde alors et je vois dans son regard qu’elle est soulagée. Je lui lance alors mon plus beau sourire et je lui dis en sortant les couverts.

« Tu me connais maintenant. Je suis incapable de m’énerver. En fait, je suis presque sûr que tu le fais ex… »

BIM, je fais tomber un couteau que je tente de rattraper avec un geste désespéré : j’ai mis mon pied en travers de son chemin pour « amortir » sa chute. Résultat, le couteau va très bien, mais pas mon pied … Je m’assois alors par terre, la douleur étant trop forte pour que je reste debout. Je souffle alors… Je n’arriverais jamais à lui prouver que je suis un homme s’il m’arrive ce genre de chose.

« Saperlipopette »

J’enlevais alors ma chaussette qui se teintait de rouge. Je ne m’étais pas loupé sur ce coup-là.


Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Sam 14 Juin - 1:05

La façon dont il me dit d’aller m’asseoir sur le canapé et de le laisser s’occuper de tout me fit rire. Il essayait de prendre un air assuré et sur lui je trouvais cela tellement mignon ! Lui obéissant, je me mis à l’aise sur son canapé et le regardai mettre la table. Son appartement était assez petit mais on s’y sentait à l’aise… Enfin, je m’y sentais à l’aise. Lui c’était moins sur qu’il le soit quand je suis là… Il devait avoir l’impression que j’envahissais son espace, pensai-je un peu gênée. Je n’avais pas l’intention de m’imposer pour le dîner mais puisqu’il me l’avait proposé, je n’avais aucune raison de refuser. Je n’avais rien de prévu ce soir comme je pensais quitter tard le studio. En fait, son invitation tombait plutôt bien !

Il répondait à mes excuses quand j’entendis… Un juron ? Qui de nos jours disait encore ce genre de mots ? C’était vraiment du Sang Ook tout craché ce genre d’expression ! J’éclatais alors de rire et me dirigeai vers la cuisine pour voir ce qui se passait.


« Quelle bêtise tu as encore fait ? Il va falloir que je te mette à jour sur les jurons actuels San… »

Je m’interrompis en voyant le sang qui coulait et Sang Ook assis par terre. Je me précipitai vers lui. D’un rapide coup d’œil, je balayai la pièce et mon regard se posa sur son pied puis sur le couteau à coté. Je n’eus aucune difficulté à deviner ce qui s’est passé. Mon petit maladroit a encore frappé !

M’agenouillant, je lui dis doucement


« Laisses moi voir Sang Ook… »

Lui prenant la main, je la retirai de son pied afin d’y avoir libre accès. Je pus ainsi examiner sa blessure. Enfin sa coupure. C’était une vilaine coupure mais il fallait que je la nettoie d’abord afin de savoir si il faudrait des points ou pas. Je levai les yeux vers le plan de travail mais les serviettes étaient déjà utilisées. Heureusement, que j’avais du matériel dans mon sac… Je voulais faire les provisions pour la maison… Comme quoi… Mon métier me poursuivait vraiment partout…

« Écoutes moi bien. Serres fort ton pied avec ta main pour arrêter le saignement. Je prends ce qu’il faut dans ton sac pour nettoyer ta plaie d’accord ? »

En allant chercher mon sac, j’eus une pensée émue pour mon pauvre ami… Lui qui se donnait tellement de mal pour essayer de me prouver qu’il était responsable et adulte… Il jouait vraiment de malchance… A chaque fois, quelque chose me rappelait le petit garçon que j’ai rencontré…  J’espère juste qu’il ne souffre pas trop…
Ouvrant mon sac, je pris des compresses, la bouteille d’alcool…  Je nettoierai sa plaie d’abord puis l’emmènerai sur le canapé pour mieux le soigner… Revenue près de lui, je m’assis en lotus et pris le pied de Sang Ook pour le poser sur mes genoux.


« Ça va Sang Ook ? Là je vais nettoyer ta blessure pour mieux regarder la soigner et regarder si il faudra des points ou non d’accord ? »

Le pauvre devait se demander d’où je sortais tout cet attirail…
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Dim 15 Juin - 15:20

"Le véritable amour d'une mère, c'est d'aider l'enfant à couper le cordon ombilical."



J’aimerais tellement arrêter de faire des bêtises à chaque fois que je suis avec Su Yeon. Ça m’arrangerait que ma maladresse me quitte dans ces moment-là. J’ai encore du mal à supporter le fait que Su Yeon me couve autant. C’est étouffant. Et pourtant, je suis tout de même reconnaissant qu’elle fasse tout ça pour m’aider. Même si je pense être suffisamment grand pour faire ce genre de chose seul. Mais que voulez-vous ? Je pense que c’est inutile de toujours lui dire que je suis un grand garçon et que je n’ai pas besoin de son aide. Su Yeon reste sourde. Je ne sais pas si elle comprend quand je lui dis tout ça. Ou alors, elle aime vraiment m’embêter. Oui, je crois qu’il y a un peu de ça.

Je la vois s’assoir sur le canapé, comme je lui ai demandé. Je ne veux pas qu’elle fasse quelque chose d’autre ce soir. J’aimerais qu’elle se repose un peu et qu’elle arrête surtout de faire comme chez elle. Ça ne me dérange pas qu’elle soit à l’aise chez moi, au contraire. Sauf que là, elle l’est un peu trop à mon goût. Bientôt, elle va installer un lit à côté du mien et voir si je ne fais pas d’insomnie. Je suis persuadé qu’un jour, elle pourrait aller aussi loin. Su Yeon m’a déjà prouvé qu’elle pouvait faire beaucoup de chose sans que je lui autorise. Par exemple, rentrer chez  moi sans que je lui aie donné les clefs. Je mets la table en me demandant une fois de plus comment Su Yeon a obtenu la clef de mon appartement. Je commence à me faire des films lorsque je lâche malencontreusement un couteau. Bien sûr, ça ne serait pas marrant s’il était tombé simplement par terre. Non, il fallait qu’il se plante dans mon pied.

Je garde mon sang froid, je ne hurle pas, je jure juste. Je m’assois rapidement par terre pour contempler la blessure. Quand je retire ma chaussette, je remarque qu’il y a pas mal de sang. Je ne peux pas faire attention deux minutes. Ça m’éviterait ce genre de mésaventure.

« Quelle bêtise tu as encore fait ? Il va falloir que je te mette à jour sur les jurons actuels San… »

Même si j’ai mal, je ne peux pas m’empêcher de sourire à ce que vient de me dire Su Yeon.

« Pourquoi ai-je toujours l’impression que tu me parles comme à un enfant ? »

J’avoue que ma bêtise ne va pas beaucoup m’aider pour qu’elle me voie enfin comme un homme. Au contraire. Elle rentre alors dans la cuisine et elle s’agenouille à côté de moi. Je m’en veux parfois d’être aussi maladroit. En fait, je ne le suis pratiquement jamais. C’est juste avec Su Yeon. Sa présence doit me troubler à un tel point que j’en deviens maladroit.

« Laisses moi voir Sang Ook… »

Je la laisse faire. Je sais qu’elle travaille dans le domaine médicale, elle sait ce qu’il faut faire. Et même si ça m’ennuie vraiment qu’elle s’occupe encore de moi, je n’ai pas le choix. Après tout, elle sait ce qu’elle fait, et je préfère que ça soit elle qui me soigne, que ce soit moi. Imaginez la plaie s’infecte. Je ne pourrais plus marcher, je pourrais perdre ma jambe et … Bon d’accord, j’abuse un peu. Ce que je sais déjà, c’est que je vais avoir du mal à marcher pendant quelques jours. Ça va être cool au boulot.

« Écoutes moi bien. Serres fort ton pied avec ta main pour arrêter le saignement. Je prends ce qu’il faut dans ton sac pour nettoyer ta plaie d’accord ? »

Je l’écoute attentivement et je fais tout ce qu’elle me dit. Je n’ai pas envie de me faire taper sur les doigts. J’ai suffisamment mal comme ça pour en rajouter une couche. Je sers alors mon pied entre mes mains et je soupire. Ca me fait mal, je grimace. Mais je suis un homme, je dois me montrer fort. Alors, quand Su Yeon revient vers moi, je reprends un visage qui n’exprime pas la douleur cette fois ci. J’essaie de rester le plus neutre possible dans mes expressions. Elle prend alors mon pied qu’elle pose sur elle. Je ne veux pas la salir avec tout ce sang, mais je n’ai pas le choix. Je ne dis rien pourtant. Je suis un peu tendu. J’ai encore un peu de mal avec les contacts physiques.

« Ça va Sang Ook ? Là je vais nettoyer ta blessure pour mieux regarder la soigner et regarder si il faudra des points ou non d’accord ? »

QUOI ? Il faut des points ? Oh non ! Je n’aime pas les hôpitaux. Je ne veux pas de points. C’est bon, je commence à paniquer.

« Alors ? Alors ? Il faut des points ? Dis moi que non ? Je ne veux pas aller à l’hôpital ! »

Moi qui voulais éviter d’avoir l’air d’un gosse en présence de Su Yeon, voilà maintenant que je me comportais comme tel. En même temps, comment faire pour rester zen quand on vous dit ça. Je croise les doigts alors pour que la plaie ne soit pas profonde.

« Dis, avec tout ce que tu as dans ton sac de Mary Poppins, tu pourrais me recoudre toi si il y en a besoin ? »

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Lun 16 Juin - 0:07

La tête qu’il fit à ma dernière phrase m’aurait fait presque rire si je ne le voyais pas aussi effrayé. A l’évocation des points, du sang et autres termes de ce genre, beaucoup de personnes paniquaient. Beaucoup d’hommes paniquaient. Et apparemment Sang Ook faisait partie de cette catégorie. Je trouvais sa réaction plutôt attendrissante.

« Là je vais nettoyer ta plaie. L’alcool risque de te piquer un peu mais je vais essayer d’y aller le plus doucement possible ok ? »

Prenant du coton, je mis un peu d’alcool dessus et commençai à nettoyer la blessure de mon ami. Même en y allant avec douceur et en soufflant doucement dessus, Sang Ook tressaillit plus d’une fois. Mais aucun son ne sortait de sa bouche. Il endurait le tout avec beaucoup de stoïcisme je devais l’admettre.
Une fois que j’eus fini de nettoyer, il ne put s’empêcher de me demander paniqué si il devait aller à l’hôpital. Je rigolai devant son impatience. Je n’eus pas le temps de lui répondre qu’il reprit


« Dis, avec tout ce que tu as dans ton sac de Mary Poppins, tu pourrais me recoudre toi si il y en a besoin ? »

Je levai les yeux vers lui amusée. Mary Poppins ? J’aimais bien ! En même temps, il avait de la chance. Parce que généralement, je n’avais pas autant de choses dans mon sac… Je ne voulais pas qu’il croit que je vole l’hôpital ou quoi…

« Oui, j’ai de quoi te recoudre dans mon sac mais heureusement pour toi que la blessure n’est pas aussi méchante qu’elle y paraît. Un bon bandage et ça sera bon. »

Posant son pied, je me levai et l’aidai à se relever.

« Viens, je vais t’installer sur le canapé. Ça sera plus facile de te bander le pied. »

Je lui avais enroulé le pied dans un bandage de fortune en attendant de pouvoir en faire un meilleur. Passant son bras autour de mes épaules, nous nous dirigeâmes vers la place que j’occupais quelques instants plus tôt. Je mis le pied blessé en hauteur sur un tabouret et me mis à la tâche. Je lui fis un bandage serré mais sans pourtant qu’il soit trop serré afin de ne pas lui couper la circulation du pied et l’empêcher d’avoir trop mal.
Je devais avoir le chic d’attirer les personnes blessées vers moi car je ne comptais plus le nombre de « patients » que j’ai eu en dehors de l’hôpital… Mais bon, j’avais l’habitude de dire que mon métier était une vocation et non simplement un métier. Et donc une vocation c’est à n’importe quelle heure non ?


Une fois que j’eus fini mes soins, je me levai et allai vers la cuisine pour me laver les mains. Non sans lui avoir lancé un « Tu ne bouges surtout pas ! » avant pour éviter toute velléité de sa part de faire comme si cet incident n’avait pas eu lieu et ainsi de se refaire mal. J’en profitai pour nettoyer le bazar de la cuisine. Là, il ne pouvait rien dire vu qu’il était cloué sur le canapé un peu handicapé. Il ne pourra pas me reprocher d’envahir son espace… Je revins de la cuisine avec ce qu’il fallait pour finir de mettre la table.

« Tu te sens mieux Sang Ook ?  Le bandage ne te fait pas trop mal ? »

Tout en parlant, j’avais mis la table. Me rapprochant de lui, je lui ébouriffai les cheveux, un brin taquine.

« Tu as toujours faim j’espère ? Parce que moi oui ! »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Lun 16 Juin - 11:37

"Le véritable amour d'une mère, c'est d'aider l'enfant à couper le cordon ombilical."



Je n’ai pas du tout envie d’aller à l’hôpital, alors si Su Yeon peut m’éviter ça, ça serait pas mal. Je n’aime pas tellement ce genre d’endroit. Ce n’est pas une phobie, mais, qui aime aller à l’hôpital ? En plus, les soins sont de plus en plus chers et si le médecin m’arrête, juste pour une petite plaie, je vais perdre beaucoup d’argent. Je sais que c’est bête ce que je dis, mais je ne peux pas m’arrêter de travailler pour si peu. De toute façon, si j’ai un arrêt, je ne le donnerais pas à mes patrons, j’ai trop besoin d’argent pour me mettre en congé. Quand on a besoin de payer son loyer et manger, on oublie tous nos soucis qui sont, il faut bien l’avouer, ridicule. Je ne suis pas du genre à travailler pour l’argent, je fais ça surtout pour mon équilibre aussi bien psychique que physique. Je ne pense que l’homme a besoin de travailler pour se sentir bien dans sa peau et pour être heureux.

Bref, on s’éloigne du sujet-là. Je regarde Su Yeon pour éviter de regarder la blessure et tourner de l’eau. Je ne suis pas une chochotte d’habitude, mais quand il y a trop de sang et que je n’ai pas mangé depuis quelques heures, je peux avoir des petits moments d’absence et faire des crises d’hypoglycémie.

« Là je vais nettoyer ta plaie. L’alcool risque de te piquer un peu mais je vais essayer d’y aller le plus doucement possible ok ? »
« Tu parles exactement comme ma mère. »

Je lui lance un sourire puis je grimace un peu au contact du coton imbibé d’alcool sur ma blessure. J’ai déjà eu pire comme blessure. Quand on vit dans la campagne et qu’on court à droite et à gauche, je peux vous dire qu’on est plus solide que Rambo après. Cependant, il faut bien avouer que ça picote un peu et que ce n’est pas agréable du tout cette sensation. Je lui demande après si je dois me faire recoudre, si elle ne pouvait pas le faire ici. Je ne veux pas payer d’autres médecins juste pour une petite coupure comme ça. Ça se refermera tout seul de toute façon, de façon naturelle.

« Oui, j’ai de quoi te recoudre dans mon sac mais heureusement pour toi que la blessure n’est pas aussi méchante qu’elle y paraît. Un bon bandage et ça sera bon. »

Me voilà enfin rassurer. Je ne vais pas y aller à l’hôpital. En même temps, je m’attendais à quoi ? A une amputation ? J’abuse parfois un peu et je me fais souvent trop de film. Je devrais me calmer et penser raisonnablement la prochaine fois. J’éviterais ainsi de ressembler de trop à un enfant de cinq ans qui a peur des piqures. Je me lève alors grâce à son aide. Je ne sais pas comment je me suis débrouiller, mais j’ai réussi à me faire une coupure qui m’empêche de poser le pied par terre normalement et sans que je me fasse mal.

« Viens, je vais t’installer sur le canapé. Ça sera plus facile de te bander le pied. »

Je m’assois alors sur le canapé et elle pose mon pieds sur un tabouret te commence à me faire le bandage. Je ne bouge pas, j’attends juste qu’elle termine. Ça se voit qu’elle a l’habitude de faire ce genre de chose. D’un côté, ça me rassure qu’elle ait été présente à ce moment-là pour m’aider et me soigner. Je pense qui si j’avais été seul, j’aurais juste passé le pied sous l’eau froide, en attendant que la blessure s’arrête de saigner. Et après ça, j’aurais mis un simple pansement. Une fois qu’elle eut terminé de faire le bandage, je lui lançais un large sourire.

« Merci beaucoup ! »

Il faut que je fasse quelque chose pour elle maintenant. La prochaine fois que je la verrai, je lui achèterai un bouquet de fleur pour la remercier. C’est vraiment gentil de sa part de s’être occupé de moi comme ça. Une autre personne aurait juste rigolé et m’aurait laissé seul. Je m’apprêtais à me lever pour terminer de mettre la table quand Su Yeon me devança. Elle me disait alors de rester assit. Elle était tellement ferme dans sa voix que je n’osais pas bouger. Je pense que le jour où elle aura des enfants, elle n’aura aucun mal à se faire obéir au doigt et à l’œil. Je ne manque pas de lui dire alors qu’elle revient de la cuisine.

« Le jour où tu auras des enfants, crois-moi, tu n’auras aucun problème avec eux. »

Je me redresse alors en lui prenant les couverts des mains pour les poser sur la table. Je n’ai pas rien faire. J’ai l’impression d’être un assisté et c’est horrible comme sentiment. J’aime tout faire quand quelqu’un vient chez moi, et là, je ne peux pas… En même temps, si je bouge rien que le petit doigt, je risque de me faire enguirlandé par Su Yeon.

« Tu te sens mieux Sang Ook ? Le bandage ne te fait pas trop mal ? »
« Ne t’inquiètes pas, je vais très bien ! Demain, ça aura cicatrisé et ça ira mieux. »

Je lui faisais alors un clin d’œil puis, elle m’ébouriffait les cheveux. J’ai vraiment l’impression qu’elle me prend pour un enfant.

« Tu as toujours faim j’espère ? Parce que moi oui ! »
« Je suis affamé. En plus, l’odeur me donne vraiment envie de goûter. »

Je prenais alors les bols pour nous servir tous les deux, en commençant évidemment par Su Yeon. Une fois le service terminé, je lui servais un verre d’eau. Chez moi, pas d’alcool, j’espère que ça ne la dérange pas. De toute façon, c’est mieux ainsi. Je lui souhaite bon appétit et je commence à manger.

« C’est délicieux ! »

Je mangeais, encore et encore. En fait, je n’arrivais plus à m’arrêter tellement c’était bon. Je faisais en sorte de ne pas m’en mettre partout pour ne pas avoir l’air une fois de plus pour un enfant. Parfois, j’aimerais être un homme distingué pour retirer cette étiquette de campagnard qui me suit. Je n’aime pas manger dans le silence, alors je prends la parole.

« Alors maman, comme ça va ? Le travail, ça se passe bien ? »

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Lun 16 Juin - 14:49

Je le laissai nous servir. Je n’allais pas recommencer à le maternai surtout pas après ce qui venait de se passer. Si je devais le soigner et en plus faire tout pour lui, je pariai que mon ami allait me faire une scène. Et puis, c’était agréable de se faire servir par un homme aussi mignon. Je le trouvai très mignon mais cela s’arrêtait là. On n’avait pas ce genre de relation. D’ailleurs, je le trouvais tellement innocent que j’avais du mal à le voir séduire. Oh pas qu’il soit idiot ou quoi. Non, Sang Ook serait plus du genre à être un peu maladroit en séduction j’imaginai. Il semblait parfois un peu perdu… Cela devait plaire à beaucoup. Je le trouvais attendrissant. Il était mon petit Sang Ook. Je ne pus m’empêcher de sourire amusée en pensant à sa réaction si je devais l’appeler ainsi. Il ne trouverait surement pas cela très amusant, lui qui se donnait tellement de mal à me prouver qu’il était un homme.
En bon hôte, Sang Ook remplit d’abord mon bol puis le sien. Je le remerciai et nous commençâmes à manger.


« C’est délicieux ! »

Je pouffai et lui fis un grand sourire.

« Qu’est ce que tu crois ? J’ai plus d’une corde à mon arc ! En tout cas, contente que tu aimes ! », lui répondis-je avec un petit clin d’œil.

Nous continuâmes de manger un peu en silence quand il reprit la parole. Il ne devait pas aimer le silence…

« Alors maman, comme ça va ? Le travail, ça se passe bien ? »

Je lui tirai la langue en l’entendant m’appeler « Maman » et lui sorti un « Hey ! » de circonstance. Certains de mes petits patients m’appelaient comme ça parfois. Ils étaient là depuis tellement longtemps qu’ils se raccrochaient à toutes les personnes qui étaient un tant soit peu présentes pour eux. En dehors d’eux, personne… D’ailleurs, je doutai d’en être une un jour… Pour moi, les enfants étaient ce qu’il y avait de plus précieux sur cette Terre et ils méritaient le meilleur. A savoir une famille aimante, deux parents pour veiller sur eux… Et ça, c’était une chose que je ne pourrai jamais offrir.
J’avais beau avoir été élevée par une mère célibataire et merveilleusement heureuse. Je savais que Ji Rin, elle, en avait souffert. Ma petite sœur se reprochait le départ de son père. J’avais beau lui répété que ce n’était pas vrai, que si il était parti c’était à cause de lui, de sa lâcheté et de son irresponsabilité, elle ne me croyait qu’à moitié. J’aurai dû savoir à l’époque que les hommes n’étaient pas dignes de confiance en couple mais j’ai dû en faire l’amère expérience pour y croire vraiment… En tout cas, ma petite Ji Rin en avait souffert. Je la voyais qui regardait avec envie les enfants qui avaient la « chance » d’avoir encore leur père avec eux. Et ce regard, je ne voulais pas le voir dans les yeux des miens… Mon regard s’assombrit en pensant à tous mes rêves de petite fille qu’on m’avait volé. Qui n’avait jamais rêvé d’avoir sa propre famille ? D’avoir des enfants à aimer, protéger, chérir ?

Levant les yeux, je croisai le regard interrogateur de mon compagnon. Repoussant mes idées noires, je lui souris.


« Ben écoutes, comme toujours. J’adore mon travail ! Je l’adore même tellement que je le fais parfois en dehors de l’hôpital, lui dis-je en le taquinant. Tu sais que j’adore les enfants donc que demander de plus ? »

Je lui avais déjà parlé de mon travail auprès des enfants. Mais il n’avait aucune idée des activités que j’avais à côté. Après tout, ça ne faisait pas si longtemps que ça que nous nous étions retrouvés ! D’ailleurs, il y avait beaucoup de choses que j’ignorai encore de Sang Ook. Je savais qu’il avait plusieurs petits boulots et qu’il adorait la nature. Ah oui et que c’était un adorable jeune homme ! Mais c’était à peu près tout.

« Mais ce n’est pas mon travail à l’hôpital qui me prend le plus de temps en ce moment. Comme j’ai fait beaucoup d’heures sup’, mon emploi du temps est assez léger en ce moment. Du coup, j’en profite pour passer un peu plus de temps dans les studios… »

C’est vrai que mon agenda de photoshoot était bien rempli cer derniers temps. C’était en grande partie grâce au talent de ma Grace chérie qui m’avait refait mon book lors de notre séjour à Busan. Non je n’avais pas à me plaindre en ce moment… J’adorais jouer au mannequin.

« Et toi ? Comment va la vie ? »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Mar 17 Juin - 9:40

"Le véritable amour d'une mère, c'est d'aider l'enfant à couper le cordon ombilical."



Su Yeon a pris l’habitude de me materner. Pour un homme, c’est plutôt difficile à supporter. En règle générale, on aime se montrer fort et prouver qu’on a besoin de personne. Seulement, à chaque fois que je la croise où que je suis avec elle, il y a quelque chose qui se passe qui fait que je fais toujours des maladresses. Ça doit être écrit quelque part. Notre histoire à tous les deux doit certainement se passer comme ça. Autrement, je serais beaucoup plus habile et je ne ferais pas autant de bêtises à chaque fois que nous passons du temps ensemble. N’est-ce pas ? Moi qui crois à la destinée, je suis persuadé que c’est écrit. Je ne dis rien sur mes pensées à Su Yeon, elle va me prendre pour un fou. Je suis déjà considéré comme étant un marginal, autant ne pas appuyer sur cet aspect-là de ma personnalité. Je connais Su Yeon depuis un long moment maintenant et je peux dire que pendant toutes ses années, je ne me souviens pas d’un jour où elle ne m’a pas materné. La première fois qu’elle m’a aidé, c’était quand je rentrais de l’école. Après être descendu du bus avec mes frères, on se dirigeait vers la ferme de nos parents. L’un de mes frères n’arrêtait pas de me faire des réflexions et on s’est mis à se disputer. Enfin, je n’arrive jamais à me mettre en colère, donc c’était une dispute à sens unique –si, c’est possible.

Je nous sers alors à manger, en commençant évidemment par Su Yeon. J’ai appris les bonnes manières. Je crois que dans ma famille, on casse un peu le cliché du paysan qui manque de manière. On a été élevé plutôt strictement de ce côté-là. On vient d’une famille très traditionnelle et toutes les habitudes que j’ai prises lorsque j’étais petit sont toujours présentes aujourd’hui. Je commence à manger et je dis à Su Yeon que son repas est délicieux. C’était vraiment bon, et ça faisait du bien de manger quelque chose d’aussi délicieux. Je ne suis pas un as de la cuisine, et c’est plutôt difficile de trouver des produits bios de bonne qualité aujourd’hui. Même dans l’épicerie bio dans laquelle je travaille ne propose pas de très bon produit. Du coup, je me fais toujours la même chose. Et ce n’est pas vraiment appétissant.

« Qu’est ce que tu crois ? J’ai plus d’une corde à mon arc ! En tout cas, contente que tu aimes ! »

Elle ajoute à sa phrase un clin d’œil ce qui me fait sourire.

« Je n’ai jamais douté de ton talent de cuisinière. N’importe quel homme rêverait de se marier avec toi. »

Je lui fais à mon tour un clin d’œil. Je me demande encore pourquoi Su Yeon n’est pas en couple, ou même marié. Elle est vraiment gentille et n’importe qu’elle homme tomberait rapidement sous son charme. Je me demande alors pourquoi elle est encore célibataire. Je suis trop curieux, je lui poserais donc la question plus tard.

Je n’aime pas manger dans le silence, c’est pour ça que j’allume toujours la radio quand je suis seul. Comme il n’y a pas de télé chez moi – je suis un anti technologie, je ne sais même pas me servir d’un lecteur cd, je me suis acheté une radio pour suivre les informations. Même si je préfère de loin lire le journal pour ce genre de chose. Seulement, ses derniers temps, on lit plus de chose sur les célébrités que les informations plus importantes.

Je ne sais pas pourquoi, mais quand j’ai demandé à Su Yeon comment elle allait, son visage s’est soudainement assombrit. J’ai peut-être dit une bêtise. Je ne sais pas. Je ne la connais pas suffisamment pour réussir à la déchiffrer aussi bien que je peux déchiffrer certaine personne. A force d’observer les gens, j’ai reçu comme un don pour comprendre leur comportement. Avec mon bouquin, j’arrive à me faire une idée de ce que les gens peuvent penser à certain moment. Je suis très observateur et aussi plutôt curieux, ce qui me permet peut être de mieux cerner les personnes. Par exemple, avec le détective privé qui cherche mon frère. J’ai tout de suite compris ce qu’elle me voulait. Et malheureusement pour elle, je ne lâcherais pas le morceau. Mon frère est la personne la plus importante dans ma vie. C’est lui qui m’a ouvert les yeux sur la vie qu’on menait à la ferme. Et c’est grâce à son départ que je suis parti à Séoul. Aujourd’hui, je suis plus heureux que jamais. Même si je ne peux pas voir ma famille aussi souvent que je le souhaiterais.

« Ben écoutes, comme toujours. J’adore mon travail ! Je l’adore même tellement que je le fais parfois en dehors de l’hôpital. Tu sais que j’adore les enfants donc que demander de plus ? »
« Tu sais, c’est rare les gens aussi passionné que toi par leur métier. Heureusement qu’il y a des personnes comme toi pour s’occuper des enfants malades. »

Je ne dis pas ça par gentillesse, mais vraiment parce que je le pense sincèrement. Je ne suis pas du genre à brosser les gens dans le sens du poil. Au contraire, quand je n’aime pas quelqu’un, je crois que ça se sent tout de suite. Même si en règle générale, je suis sympa avec tout le monde. J’ai tendance à penser que tout le monde à bon fond. Je peux paraître parfois naïf mais c’est ma façon de voir le monde.

« Mais ce n’est pas mon travail à l’hôpital qui me prend le plus de temps en ce moment. Comme j’ai fait beaucoup d’heures sup’, mon emploi du temps est assez léger en ce moment. Du coup, j’en profite pour passer un peu plus de temps dans les studios… »

Au studio ? Qu’est-ce qu’elle voulait me dire par là ? Je suis tellement curieux que je lui pose directement la question.

« Les studios ? Tu veux dire quoi par-là ? »

J’ai parfois l’impression de ne pas écouter suffisamment les gens. Est-ce que j’ai oublié quelque chose d’important ? Est-ce qu’elle m’a déjà parlé de ça ? Je ne sais pas, et je suis un peu perdu, je dois l’avouer.

« Et toi ? Comment va la vie ? »
« Pas grand-chose tu sais. J’ai trouvé un nouveau job qui paie plutôt bien. Donc du coup, je fais les ménages dans un hôtel de luxe en même temps que la vente dans l’épicerie bio. Tu sais que j’aime travailler, alors il me faut des choses qui bougent. »

Je n’ai pas beaucoup de chose à lui raconter. Je n’ai pas une vie vraiment passionnante en fait pour les autres. Je reprends alors.

« Ah, et en ce moment, je vais à l’université en tant qu’intervenant. Je parle de l’agriculture avec des étudiants, et c’est vraiment passionnant. »

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Lun 23 Juin - 23:02

Il me fit sourire avec sa question sur les studios. Il faisait une drôle de tête comme si il se demandait si il n’avait pas oublié quelque chose me concernant. Il était vraiment très chou mon petit Sang Ook. C’était en partie pour ça que je l’aimais autant. Il était vraiment attentionné même si il ne le montrait pas toujours. D’aucun le qualifierait de froid mais pas moi. Je le considérais vraiment comme un charmant jeune homme avec une éducation irréprochable et qui était parfois très maladroit en ma présence. A croire que malgré ses paroles et sa volonté manifeste de se conduire en homme avec moi, son inconscient prenait le dessus et me laissait le dorloter. Je secouais la tête. Voilà que je divaguais complètement. Il était juste un adorable maladroit.

Lorsqu’il me raconta sa vie, je lui fis un petit sourire entendu. On était semblable sur ce point lui et moi. Nous adorions être occupé et travailler. Moi car je ne voulais pas trop réfléchir à ma vie et que donc un tourbillon d’activités me convenait parfaitement. Quand on était occupé, il n’y avait pas de place pour des cogitations inutiles. Et lui, il avait été dans le milieu agricole. Dans ce milieu, le travail était une valeur essentielle et toute l’éducation tournait autour de cette notion qu’était le travail. Nous avions plus en commun que ce qu’on pourrait croire.
Entendant la suite, je lui fis un franc sourire. Il avait trois activités tout comme moi ! C’était vraiment une drôle de coïncidence !  Je ne pus m’empêcher de rire à cette pensée. Je me repris vite. Je ne voulais pas qu’il croie que je me moquais de lui. C’était même tout le contraire ! J’étais en admiration devant tant de bonne volonté et de courage. Ce que je voyais chez lui n’était pas la même chose que pour moi. Ce que je faisais c’était une fuite en avant alors que lui c’était tout le contraire. Et rien que pour ça je lui tirai mon chapeau très bas.


« Oh ne crois pas que je me moque de toi Sang Ook, lui dis-je en remarquant son regard posé sur moi, un peu interrogateur. C’est juste qu’on se ressemble sur le plan du travail. »

Je lui souris et pris quelques bouchées avant de continuer. Je n’avais pas remarqué à quel point j’avais faim avant de passer à table. J’avais la chance de bouger beaucoup et donc garder la ligne ne me demandait que peu d’efforts. Je me savais chanceuse et j’évitais de crier ça sous tous les toits. Les gens étaient de nature jalouse donc il ne valait mieux pas attirer trop l’attention sur soi…

Le regardant de nouveau, je repris


« Pour en revenir à l’histoire des studios, je fais aussi du mannequin à l’occasion. Ça m’amuse beaucoup. Je peux dire sans prétention que j’ai beau petit calendrier de shooting de prévu. Et ce qui me faisait sourire c’était que tout comme toi, j’ai trois activités dans ma vie. En plus des deux premières, je fais du bénévolat dans un centre pour jeunes qui s’appelle Les Amandiers. »

Je le laissai digérer tout ça un instant. Ça faisait quand même beaucoup d’un coup. J’étais bavarde mais pas à ce point… La seule personne avec qui je parlais autant Grace. Mais elle c’était différent… C’était Grace tout simplement…

« Et sinon, tu es professeur à l’université ? Tu crois que je pourrais assister à un de tes cours un de ces jours ? »

Je n’étais pas très au fait de la différence entre intervenant et professeur. N’ayant jamais mis les pieds dans une université – les cours d’infirmières se faisaient dans des écoles – je ne savais pas que ce n’était pas la même chose. Je voulais juste voir mon ami enseigner et transmettre sa passion. Il devait vraiment être différent en cours… Peut-être que je changerai ma façon de le voir après une de ses conférences…
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Mar 24 Juin - 21:45

"Le véritable amour d'une mère, c'est d'aider l'enfant à couper le cordon ombilical."



J’apprécie vraiment Su Yeon. C’est une personne avec qui je parle facilement et avec qui je me sens à l’aise. Seulement, je ne supporte pas cette sale manie qu’elle a de me dorloter comme si j’étais un enfant. J’aimerais tant qu’elle me voit comme un homme. Encore une fois, je crois que ce n’est pas une tâche aisée. Je commence à la comprendre et elle est vraiment têtue quand elle s’y met. J’y arriverai un jour. Seulement, je ne sais pas quand. J’ai des doutes en fait. Je crois qu’elle n’ouvrira jamais les yeux, et même quand on aura 80 ans, si on survit jusque là –je croise les doigts- elle me verra comme le petit garçon qu’elle a défendu autrefois.

On commence alors à parler de ce qu’on fait dans la vie. Une discussion banale, mais qui est rassurante et apaisante. Ça me permet d’oublier la douleur de ma mortelle blessure. Bon d’accord, de mon égratignure. Je ne suis pas du genre douillé, mais il faut avouer que se planter un couteau dans le pied, ce n’est pas … le pied. Je lève la tête alors pour regarder Su Yeon. Je ne comprends pas vraiment de quoi elle veut me parler quand elle me parle de studio. Je pense qu’elle y reviendra plus tard, ou alors, elle m’en parlera quand elle en aura envie. Je ne vais pas non plus la forcer. Là n’est pas mon but. Je lui raconte à mon tour que j’ai trouvé un nouveau job qui me permet de boucler mes fins de mois. J’aime tellement travailler qu’en avoir encore un ne m’embêterais pas plus que ça. J’ai besoin d’avoir quelque chose à faire. Je me sens inutile autrement. J’ai l’impression de ne pas avoir ma place à Séoul si je ne travaillais pas. Et il est hors de question que je retourne à la ferme familiale. Je n’ai pas envie de subir les humeurs de mes frères et le harcèlement de mes parents qui sont encore à la recherche de mon frère aîné. A cette pensée, je grimace un peu avant de me rendre compte que je devais avoir l’air d’un parfait idiot.

« Oh ne crois pas que je me moque de toi Sang Ook […] C’est juste qu’on se ressemble sur le plan du travail. »

Je hausse alors les sourcils pour essayer de sonder son esprit. Sans grand succès. Je ne sais pas vraiment de quoi elle parle. Mais si j’ai bien compris tout à l’heure, elle a un nouveau travail en plus de son métier à l’hôpital. J’ai toujours admiré Su Yeon pour son travail. Je trouve ça important ce qu’elle fait, et heureusement qu’il y a des personnes comme elle. C’est rassurant de savoir qu’on peut compter sur Su Yeon. Et j’en sais quelque chose. Elle est toujours là pour moi, même quand je m’y attends le moins.

« Pour en revenir à l’histoire des studios, je fais aussi du mannequin à l’occasion. Ça m’amuse beaucoup. Je peux dire sans prétention que j’ai beau petit calendrier de shooting de prévu. Et ce qui me faisait sourire c’était que tout comme toi, j’ai trois activités dans ma vie. En plus des deux premières, je fais du bénévolat dans un centre pour jeunes qui s’appelle Les Amandiers. »

Je suis plutôt surpris en apprenant ça. Pas pour le bénévolat, mais pour le mannequinat. Je n’ai jamais pensé que Su Yeon pourrait faire ce genre de travail. Elle est très belle, et elle a un corps sublime, je présume. Mais je ne la vois tout simplement pas dans cet univers. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs. J’ai du mal à l’imaginer en train de poser.

« Tu fais du mannequinat depuis longtemps ? Comment ça se fait que tu sois tombée là dedans ? »

Je trouve ça plutôt cool en y repensant. Ca prouve que Su Yeon est une belle femme. Et puis, si elle s’amuse en faisant ce qu’elle aime, pourquoi pas ? Je me suis toujours posé des questions sur ce métier. En fait, j’ai une mauvaise image du mannequinat à cause de ce qu’on peut lire dans les revues scientifiques. Il paraîtrait qu’un grand nombre de mannequin souffre de malnutrition. Et aussi, il y a beaucoup de mannequin qui tombe dans la drogue. Je ne veux pas que ce genre de chose arrive à Su Yeon. Cependant, je ne dis rien, je ne veux pas être trop paternaliste avec elle …

« Et, c’est super pour le bénévolat ! Tu fais quoi là-bas ? J’aimerais tellement participer à ce genre de chose également. »

J’ai entendu parler d’association pour les Twaos, et je pense sincèrement aider les personnes qui leur viennent en aide. Je sais très bien que c’est difficile de vivre en ayant ce gêne et que les Twaos ne sont pas forcément accepté par la société qui a peur d’eux. Je ne dis rien de cela à Su Yeon. Elle n’est pas au courant de leur existence et vaut mieux pour moi de ne rien dire.

« Et sinon, tu es professeur à l’université ? Tu crois que je pourrais assister à un de tes cours un de ces jours ? »

Je lui souris avant de répondre. Sa question me fait rire. Et en même temps, ça me gêne presque.

« Non, je ne suis pas professeur. Comment dire … Je passe dans certaine classe pour donner des renseignements sur la vie agricole. Je leur explique ce qu’on fait réellement sur le terrain. Car les étudiants ont parfois tendance à idéaliser la vie à la ferme. Ou au contraire, à la voir sous un mauvais angle. Et, je leur donne des conseils aussi sur la culture de certain … Bref, ce n’est pas intéressant. »

Je vais l’ennuyer si je continue à parler de tout ça. Et je n’ai pas envie qu’elle me prenne pour un coincé chiant.

« Et si tu veux, tu peux venir quand tu veux. Par contre, je préfère te prévenir, tu risques de mourir d’ennuie. Je suis loin d’être un bon pédagogue et je suis plutôt barbant. »

Je lui souris une fois de plus et je reprends une bouchée de son plat si délicieux. Je relève ensuite la tête, je m’essuie la bouche avec une serviette et je lui dis.

« Si tu viens à l’un de mes cours, laisse-moi venir alors à un shooting photo. Ce monde m’intrigue vraiment. Je me suis toujours demandé comment ça se passait. »

Je ne vais pas lui dire que c’est surtout pour voir si mes soupçons sont confirmés ou non. Je préfère être sûr que les gens là-bas n’aient pas de mauvaises intentions envers Su Yeon. Elle est plus fragile qu’il n’y paraît.

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Jeu 3 Juil - 0:00

A la demande de mon ami, je lui racontai comment j’ai débuté en tant que mannequin. C‘était peu de temps après mon emménagement à Séoul et j’étais dans une boîte de nuit à danser. J’y avais fait une rencontre intéressante ce soir là. Tandis que je dansais, un jeune homme est venu danser près de moi et nous avions  commencé à danser ensemble une salsa endiablée. Cette danse très sensuelle et sexy était aussi une de mes danses préférées mais ce que je ne savais pas c’était que le jeune homme était venu avec son ami qui était photographe de mode. Apparemment, il avait aimé ce côté sexy de ma personnalité et m’avait proposé de faire quelques essais pour le photoshoot qu’il était en train de préparer. Il m’avait prévenu que c’était pour une grande marque de lingerie fine et qu’il comprendrait que je n’accepte pas de me dénuder pour des photos bien que ses photos n’avaient rien de vulgaire. Je pouvais toujours essayer et si je n’aimais pas les photos, il les détruirait. Je me laissai tentée et ayant vraiment adoré jouer les apprentis mannequins, j’avais accepté un autre photoshoot et de fil en aiguille, je me suis retrouvée avec un deuxième métier. Un métier que j’adorais mais qui était à l’opposé du premier.

Je lui racontai également en quoi consistait mon travail au centre pour jeunes. A part la paperasserie, j’y étais surtout pour accompagner les jeunes de là bas. Les aider pour leurs devoirs, écouter leurs problèmes, leur tenir compagnie. Je me sentais m’animer en racontant les petites anecdotes des Amandiers. J’adorais vraiment y travailler. J’en arrivai même parfois à me demander qui aidait qui en réalité.


« Désolée je parle beaucoup ! Mais tu peux venir y faire un tour aussi là-bas quand tu veux. », lui dis-je avec un grand sourire.

J’étais sure que Sang Ook s’y plairait beaucoup. Il y avait une certaine candeur en lui et le contact avec mes ptits loups pouvaient le bousculer un peu mais je lui faisais assez confiance. Il saurait imposer son autorité au centre.


« Oh non ! Je suis sûre du contraire ! Je suis sûre que tu dois être un très bon pédagogue. Quand on parle des choses qui nous passionnent, on le transmet forcément. Et toi, ça se sent que tu adores la nature. On a ça en commun même si je ne suis pas douée avec les plantes ! »

J’étais sincère en lui disant ça. Je n’étais pas aussi proche de la nature que lui pouvait l’être mais ayant grandi à la campagne, j’avais appris à respecter la nature et tout ce qui nous entourait. Malheureusement, je n’avais pas assez de temps et assez d’espace pour avoir mon petit coin jardin. Mais ce n’était pas plus mal car malgré tous mes efforts et à ma grande honte, je n’avais pas la main verte. Aussi, j’avais renoncé à avoir des plantes chez moi. Je ne voulais pas assassiner plus de plantes que je l’avais déjà fait.
Pour étayer mes dires, je lui racontais quelques uns de mes déboires avec nos amies les plantes. Je dus l’amuser énormément car je l’entendis rire à plusieurs reprises. Ce à quoi je lui répondis par un tirage de langue en bonne et due forme.


« Ecoutes, dis moi quand tu es libre et on s’arrange pour que tu puisses assister à un de mes photoshoots ! J’en ai quelques uns de sage là. Faut en profiter ! Parce que j’imagine que ça te dérangerait de me voir en petite tenue hein ? »

Je ne pouvais m’empêcher de le taquiner. Je le connaissais assez pour savoir que jamais il n’accepterait de venir au studio pour une séance de lingerie. Et d’ailleurs, jamais je ne l’aurais fait venir sur ce genre de shooting. C’était mon ami et je me voyais très mal me dénuder devant lui. Ça aurait été trop bizarre même pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Mer 9 Juil - 11:59

"Le véritable amour d'une mère, c'est d'aider l'enfant à couper le cordon ombilical."



Je suis d'une nature plutôt curieuse, et je me demande comment ça se fait que Su Yeon soit tombé dans le mannequinat alors que rien ne l'y prédestiné. Je ne dis pas qu'elle n'est pas jolie, au contraire, elle a un visage et un corps qu'un grand nombres de femmes doivent jalouser. Seulement, je me demande comme une jeune femme comme elle s'est retrouver là dedans. Je ne la vois pas vraiment poser devant un appareil photo en fait. Je la vois seulement soigner et s'occuper des gens. Je trouve que ce métier est un peu trop sombre et comporte beaucoup de facette qui ne sont pas encore connu de tous. A force de lire des articles là dessus, sur la maigreur dans le domaine du mannequinat qui tue un grand nombre de jeune femmes et de jeunes hommes, j'avoue que je n'ai pas une bonne image de ce métier. Quand je vois certains mannequins, j'ai qu'une envie, leur donner à manger. Alors, je ne sais pas vraiment ce que je dois penser vis à vis de Su Yeon. D'un côté je suis content qu'elle s'épanouisse dans ce milieu. Mais d'un autre côté, je m'inquiète un peu, ne connaissant que les mauvais côté de ce métier qui a l'air si sombre.

Elle m'explique qu'un homme l'avait repéré dans une boîte de nuit. Ca m'intrigue un peu cette histoire et ça ne m'aide pas à mettre mes idées au claire à vrai dire. Je me demande si ce mec n'était pas un gros pervers qui veut juste se servir d'elle. Ces derniers temps, j'ai tendance à beaucoup voir les choses d'un mauvais oeil. Probablement à cause de tous ses détectives privés que ma famille à engagé pour faire revenir mon frère sur le territoire coréen. Du coup, je commence un peu à me méfier de tout, alors que j'ai tendance plutôt au contraire habituellement. Enfin, tout homme est amené à changer, et heureusement.

Su Yeon me raconte ensuite ce qu'elle fait au centre pour les jeunes. Je trouve que c'est une activité plutôt intéressante et qui est toujours enrichissante, surtout pour le bénévole. On ne peut qu'apprendre des autres et surtout ceux qui sont dans le besoin ou qui on besoin d'aide. Si j'avais un peu plus de temps, je pense que je participerais aussi à des activités bénévole. Mais depuis que je travaille à l'hôtel, j'ai de moins en moins de temps pour moi malheureusement.

« Désolée je parle beaucoup ! Mais tu peux venir y faire un tour aussi là-bas quand tu veux. »
"Ca serait avec plaisir ! Et ne t'inquiète surtout pas, tu ne parle pas beaucoup. Si tu ne parlais pas, ça serait embarrassant tu ne crois pas."

Je lui lançais alors un clin d'oeil en continuant de manger avec appétit. C'était tellement bon qu'il n'allait pas y avoir de restes.

« Oh non ! Je suis sûre du contraire ! Je suis sûre que tu dois être un très bon pédagogue. Quand on parle des choses qui nous passionnent, on le transmet forcément. Et toi, ça se sent que tu adores la nature. On a ça en commun même si je ne suis pas douée avec les plantes ! »
"J'aimerais que tout le monde pense comme toi. J'ai l'impression de toujours les ennuyer. Mais c'est pas grave, je le fais pour ceux qui écoutent. Et puis, comme tu dis, quand on parle de ce qui nous passionne, on arrive à être plus à l'aise. Cependant, j'ai plus l'impression de raconter ma vie que de leur donner des conseils, ce qui est un peu gênant à vrai dire. "

Je lui souriais en portant mon verre d'eau à mes lèvres. Je prenais alors une gorgée d'eau en repensant à notre rencontre. On a tout les deux grandis dans un environnement nous permettant de côtoyer la nature. Je pense que c'est pour ça qu'on la respecte autant et qu'on l'apprécie à sa juste valeur. Su Yeon me racontait alors plusieurs expérience avec les plantes qui me faisaient rire. Elle n'avait pas l'air vraiment doué. Contrairement à elle, je me passionnais à entretenir des fleurs et des plantes dans mon appartement. Vu que je n'avais pas de télévision ou ce genre de chose encombrante, je pouvais mettre autant de plante que je le souhaitais - ou presque.

« Ecoutes, dis moi quand tu es libre et on s’arrange pour que tu puisses assister à un de mes photoshoots ! J’en ai quelques uns de sage là. Faut en profiter ! Parce que j’imagine que ça te dérangerait de me voir en petite tenue hein ? »

Je la regarde alors avec des yeux ronds, et je ne peux pas m'empêcher de rougir. Su Yeon a tendance à aimer me voir dans des situations embarrassantes, il n'y a pas d'autre raison sinon.

"Je dois avouer que ça me gênerait énormément de venir à un de ces photoshoot là. Donne moi les dates et j'essaierai de poser une après midi, j'ai bien le droit à un peu de temps libre, mon patron acceptera certainement."

Lui dis-je en souriant, mais en gardant toujours cette image d'elle en sous vêtement qui me mettait de plus en plus mal à l'aise. Je repris mes esprits tant bien que mal en lui demandant.

"En ce qui concerne mes conférences, tu viens quand tu veux. En général, je vais à l'université le vendredi matin. Si tu peux te libérer un jour, ça me fera plaisir de te voir assise devant moi. Ca me rassurera en fait."
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Sam 9 Aoû - 19:49

J’éclatai de rire en voyant la tête que faisait Sang Ook à ma proposition. C’était vraiment amusant de le taquiner et surtout assez facile. Je le taquinais assez souvent pour savoir comment le faire tourner en bourrique. Je devais avouer que j’adorais ça. Même si jamais mais au grand jamais, je ne l’aurais laissé assister à un shooting de lingerie, ça valait le coup de le lui avoir proposé rien que pour voir sa tête de choqué. J’avais même cru à un moment que ses yeux allaient lui sortir de la tête.
De toute façon, je ne pourrais pas le laisser venir à ce genre de séance photos. Certains de mes amis oui mais avec Sang Ook, ce n’était pas pareil. Si ça aurait Grace ou Gareth, je n’aurais pas hésité. Mais Sang Ook… On s’était connu d’avant et puis il était tellement…respectueux et old school. Ça m’aurait vraiment fait bizarre de le voir me regarder à demi-nue. Même si ces séances n’avaient rien de vulgaire, l’idée même de me dénuder devant lui était trop bizarre.


« Oh mais je plaisante ! Ne t’inquiètes pas ! Ton honneur est sauf, lui répondis-je en riant. Et puis ça serait bizarre nan ? En tout cas, moi ça me ferait bizarre que tu sois là. Mais rien que pour voir ta tête, ça valait le coup de te le proposer ! »

Je ne pus m’empêcher de lui faire un petit clin d’œil avant de poursuivre.

« Je dois encore les confirmer. Une fois que ce sera fait, je t’envoie les dates. Tu me diras quand et je préviendrai la sécurité pour qu’ils te fassent un badge. Qui sait. Ça te donnera peut-être envie de commencer une carrière de mannequin ! Je suis sûre que tu es très photogénique ! »

Je le regardai tout en parlant. Sang Ook était réellement quelqu’un de séduisant. Il avait un petit côté mystérieux et dur, sévère même. Pourtant, il se dégageait de lui une aura de douceur et de candeur. Ce mélange pouvait déstabiliser au premier abord mais on se sentait vite attiré par lui. C’était une personne qui me mettait en confiance et qui me rassurait. Quand j’étais avec lui, je me sentais en sécurité et c’était rare pour moi de ressentir ce genre de chose en présence de quelqu’un. Et ce même si je passais mon temps à le materner. C’était assez paradoxal ce que je ressentais envers lui. Un mélange d’homme et d’enfant, je pensais que c’était l’image que j’avais de lui.
Pourtant, il n’avait jamais été question d’autre chose que d’amitié entre nous. Peut-être était-ce le fait qu’on se soit connu étant jeunes et dans des circonstances assez particulières ou bien parce qu’il n’y avait pas d’attirance entre nous tout simplement. Je n’étais peut-être pas son type de femme et moi, j’étais bien trop occupée à me tenir aussi loin de l’amour que possible que je ne l’avais jamais vu sous cet angle. Quoiqu’il en soit, nous étions bons amis et cette situation nous convenait parfaitement. En tout cas, elle me convenait à moi.


« Le vendredi matin ? Je pourrais sûrement me libérer. Soit cette semaine soit la semaine prochaine. Mais je ne te dirais pas ! Comme ça tu auras une bonne surprise en arrivant dans l’amphi. C’est bien dans des amphi que tu fais tes conférences hein ? Ou je me trompe encore ? »

Je n’y connaissais vraiment rien à tout ça. De ce que je savais, les cours à l’université se déroulaient dans des amphithéâtres et tout le monde pouvait y assister. Mais peut-être que je me trompais…
Je le regardai un peu interrogative. Mais le voyant manger de bon cœur, je ne pus m’empêcher de sourire un peu attendrie. Il était vraiment adorable comme garçon et j’étais heureuse qu’on soit amis.


« Je suis contente de voir que ce que j’ai préparé te plaît. La prochaine fois, c’est toi qui fais la cuisine ! »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Mar 19 Aoû - 12:02

"Le véritable amour d'une mère, c'est d'aider l'enfant à couper le cordon ombilical."



Le rire de Su Yeon me faisait sourire. Elle se moquait de moi, et ça m’amusait un peu. Après tout, c’est vrai que je peux avoir des réactions bizarres parfois. Et mes idées folles n’arrangent pas les choses. En même temps, c’est super gênant d’imaginer Su Yeon en sous vêtement. C’est une femme et je la respecte, alors avoir cette image d’elle dans ma tête à moitié dénudé serait vraiment déplacé. Elle est comme une grande sœur pour moi alors c’est trop bizarre.

« Oh mais je plaisante ! Ne t’inquiètes pas ! Ton honneur est sauf.Et puis ça serait bizarre nan ? En tout cas, moi ça me ferait bizarre que tu sois là. Mais rien que pour voir ta tête, ça valait le coup de te le proposer ! »

Je riais de bon cœur à mon tour. Je trouve que l’idée qu’elle a eue était surprenante, et savoir qu’elle plaisantait me rassurait vraiment. En fait, je n’ai jamais considéré Su Yeon comme étant une femme. Je sais, c’est bizarre dit comme ça, mais je vais expliquer. Pour moi, elle est comme une sœur. Je ne dis pas qu’elle n’est pas attirante, loin de là. C’est même une femme vraiment belle et sexy. Mais on se connaît trop pour que je la considère autrement.

« Je dois encore les confirmer. Une fois que ce sera fait, je t’envoie les dates. Tu me diras quand et je préviendrai la sécurité pour qu’ils te fassent un badge. Qui sait. Ça te donnera peut-être envie de commencer une carrière de mannequin ! Je suis sûre que tu es très photogénique ! »

Je hoche la tête pour lui dire que j’ai bien compris ce qu’elle venait de me dire. C’est vraiment sécurisé les shooting photos. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait une sécurité à passer. Mais maintenant que j’y pense, ça ne m’étonne pas plus que ça. Il faut protéger les artistes car souvent, ça peut être des personnes très connu. Je me demande alors si Su Yeon va devenir connu en posant pour des magasines. En Corée, les mannequins sont aussi connu que les idoles paraît-il.

Je lui souris quand elle me dit que ça pourrait me donner envie de devenir mannequin.

« Je ne te ferais pas de concurrence alors, promis. »

Je lui faisais un clin d’œil. Je ne serais jamais mannequin, c’est sûr et certain. Pour deux raisons simple : je déteste être pris en photo est la première. La deuxième, c’est que je fais peur. J’ai un regard de tueur à gage. Et si je ne souris pas, on me prend pour un malade mentale. Alors qu’en principe, sur certain shooting, ils demandent bien au mannequin de ne pas sourire. Bref…

Je lui dis alors que les cours que je donnais étaient le vendredi matin. J’espère qu’elle peut venir me voir. Il y aura au moins une personne qui m’écoutera ce jour là. Mais en même temps, je vais avoir une pression d’enfer si elle vient me voir. Elle va me juger et voir que je suis un gros boulet en tant que « professeur ». En plus, pour quelqu’un qui n’est pas passionné par l’agriculture, ça risque d’être barbant. Mais comme je connais bien Su Yeon, je sais qu’elle va faire semblant d’apprécier. Elle me couve tellement cette femme. D’un côté, ça ne me dérangerait pas plus que ça si elle me mentait en fait. Ca prouverait encore une fois qu’elle tient à moi et ça me réchauffe le cœur.  

« Le vendredi matin ? Je pourrais sûrement me libérer. Soit cette semaine soit la semaine prochaine. Mais je ne te dirais pas ! Comme ça tu auras une bonne surprise en arrivant dans l’amphi. C’est bien dans des amphi que tu fais tes conférences hein ? Ou je me trompe encore ? »

Une nouvelle fois, je ne peux pas m’empêcher de sourire. Elle me connait tellement bien en fait.

« C’est bien dans un amphi. C’est le 3 il me semble. Si ça change, je t’enverrai un message, même si je ne suis pas doué avec un téléphone. De toute façon, tu reconnaîtra ma salle facilement, c’est celle où tout les étudiants dorment. »

Je continuais alors de manger avec beaucoup d’appétit. Tout ce qu’avait fait Su Yeon était délicieux. Je commençais peu à peu à oublier la raison pour laquelle elle était venue chez moi et le fait qu’elle soit rentrée par effraction.

« Je suis contente de voir que ce que j’ai préparé te plaît. La prochaine fois, c’est toi qui fais la cuisine ! »

Je terminais alors mon bol et je déposais mes baguettes sur la table. Je croisais ensuite les doigts et je plongeais mon regard dans celui de Su Yeon, en adoptant un air sérieux.

« Tu n’as donc pas peur d’être empoisonné. »

Je reculais alors pour me caler contre le canapé. En fait, je fais plutôt bien à manger. Quand on est seul et qu’on n’a pas le choix, on fait beaucoup d’effort pour faire de la bonne nourriture. En même temps, je suis un homme, et j’ai besoin de beaucoup manger.

« Non, sérieusement, je viendrai chez toi un jour, en rentrant aussi en douce, et je te cuisinerai  ton repas favoris ! C’est quoi d’ailleurs ? »

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Sam 6 Sep - 17:34

Je passais vraiment un bon moment en compagnie de Sang Ook même si ce n’était pas du tout prémédité. Moi qui pensais venir mettre les aliments au frigo et lui cuisiner ce que je voulais puis partir… Je ne m’attendais pas du tout à me retrouver en train de déjeuner en sa compagnie. Ni à être invitée à l’un de ses cours d’ailleurs. Mais tout cela me faisait extrêmement plaisir pour la simple et bonne raison que cela prouvait que mon ami ne m’en voulait plus. Enfin plus trop.
En lui proposant de venir à l’un de mes photoshoots, je pensai à Jong Hae. A lui aussi, je lui avais proposé de venir assister à l’un d’entre eux. Peut-être que je devrais les inviter en même temps ? Mais cette idée à peine arrivée dans ma tête que je l’en chassai aussitôt. Les deux jeunes hommes ne se connaissaient pas et cela risquait de les mettre mal à l’aise aussi bien l’un que l’autre. D’autant plus que Jong Hae risquait de se renfermer sur lui-même et ça je ne le voulais pas du tout. J’avais plusieurs photoshoots sages de prévu donc cela ne devrait pas poser de problèmes. Je ne pus m’empêcher de sourire en voyant la tête des filles en me voyant en compagnie de deux charmants jeunes hommes. Cela n’allait pas arranger ma relation avec certaines mais à vrai dire je n’en avais cure. Je n’étais pas là pour me faire des amis et surtout je n’allais pas m’amuser à devenir quelqu’un que je n’étais pas juste pour entrer dans le moule. J’avais des amis mecs oui et si cela dérangeait certaines et bien c’était leur problème et pas le mien.


« C’est bien dans un amphi. C’est le 3 il me semble. Si ça change, je t’enverrai un message, même si je ne suis pas doué avec un téléphone. De toute façon, tu reconnaîtra ma salle facilement, c’est celle où tout les étudiants dorment. »

J’éclatais de rire à cette tirade. Sang Ook semblait ne pas avoir conscience de son charisme. Bien qu’un peu timide, il se transformait quand il parlait de quelque chose qui le passionnait. Et sa passion, il arrivait très bien à le transmettre. En tout cas, il y arrivait parfaitement avec moi !

« T’inquiètes pas. Tu auras au moins une personne d’extrêmement attentive ce jour là ! », lui répondis-je avec un petit clin d’œil.

Nous continuâmes à manger de bon cœur et bientôt Sang Ook finit son bol. Il croisa alors les doigts en me regardant. Il avait pris son air sérieux ce qui m’inquiéta légèrement. Mais quand j’entendis ce qu’il me dit, je ne pus m’empêcher de pouffer. Comment faisait-il pour dire ce genre de chose avec autant de sérieux ? me demandai-je. A sa place, à peine la phrase formulée que j’aurais éclatée de rire.


« Je suis une aventurière l’aurais-tu oublié mon cher ami ? Mais maintenant que tu m’as dis ça, je vais garder de l’antidote toujours sur moi au cas où », lui dis-je taquine.

Il avait beau me dire ça, j’étais sure du contraire. Quand on vit seul, on n’était obligé de se débrouiller un minimum en cuisine. D’autant plus quand on est, comme Sang Ook, un fervent adepte de produits bio.


« Non, sérieusement, je viendrai chez toi un jour, en rentrant aussi en douce, et je te cuisinerai  ton repas favoris ! C’est quoi d’ailleurs ? »

Une fois de plus, j’éclatais de rire. Il avait le chic de me remettre les choses en place mon ami.

« Moi ? Je mange de tout ! Tu as donc oublié que tu avais en face de toi un vrai estomac sur pattes ? Et viens quand tu veux, je suis sûre que tu escalades très bien les fenêtres ! »

Je le regardais taquine. Ça me ferait vraiment plaisir qu’il vienne à la maison une fois. J’étais déjà venue plusieurs fois ici mais lui n’avait jamais vu mon appartement…

« Je suis sérieuse Sang Ook. Je serais vraiment contente si tu venais à la maison. Même sans faire la cuisine ! »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Lun 6 Oct - 17:05

"Le véritable amour d'une mère, c'est d'aider l'enfant à couper le cordon ombilical."


Même si je n’aime pas vraiment qu’on vienne chez moi à l’improviste et surtout en rentrant par effraction, je suis bien content de ne pas passer ma soirée seule. Ses derniers temps, j’ai tendance à rester dans mon coin et à bosser comme un forcené. Je sais que je ne pourrais pas vivre sans travail, mais j’ai aussi besoin de voir des gens. De plus, je n’ai pas vraiment envie de vivre comme un ermite et me couper du monde. Même si je suis fatigué et que je suis au bord de l’épuisement, ça me fait du bien de parler à quelqu’un et de partager un bon repas avec une amie.

De plus, on apprend toujours des nouvelles choses quand on parle avec les gens. Tous le monde à une vie différente et des sensations différentes des autres ce qui est vraiment intéressant. C’est pour cela que je note tout ce que j’entends ou vois dans un livre. C’est pour essayer de comprendre les autres. Ainsi, j’arrive à mieux cerner les gens près de moi. Je sais que ça peut paraître bizarre, mais ça m’aide aussi à me rappeler qui m’a dit quoi. Et au moins, je sais que je n’aurais pas de problème de mémoire comme ça. Avec Su Yeon, la conversation tournait vers nos jobs respectifs. J’apprends alors qu’elle est aussi mannequin. Ca doit être épuisant pour elle aussi de cumuler plusieurs choses à la fois. Je ne sais pas non plus comment elle fait pour avoir l’air aussi en forme que ça. Mais je suis admiratif, vraiment. J’ai l’impression d’être un fainéant à côté d’elle. Pourtant, je travaille beaucoup moi aussi. Seulement, nous ne faisons pas les choses dans le même but. Je crois que je ne travaille pas par passion, mais bel et bien par obligation et parce qu’il faut payer les factures à la fin du mois. Seulement, j’aime aussi tout ce que je fais. Je dois passer pour un malade, mais j’aime nettoyer les chambres de l’hôtel dans lequel je travail, j’aime que les choses soient propre et bien faite. J’aime conseiller les gens qui ne s’y connaissent peut être pas dans les produits bio au magasin dans lequel je travaille. J’aime aussi donner des cours aux étudiants, garder des enfants ou encore donner des cours de langue à des étrangers. Oui, tout ça, ça m’apporte beaucoup. Et pourtant, je ne suis pas passionné par tout ça.

« T’inquiètes pas. Tu auras au moins une personne d’extrêmement attentive ce jour là ! »

Sa remarque me donnait le sourire. Comme elle le dit, il y aura au moins une personne qui sera attentive. Si seulement il y en avait plusieurs. Je serais vraiment heureux si un jour, on venait me voir pour me poser des questions. J’ai parfois l’impression de parler dans le vent. Et si on me pose des questions, je pense que je serais peut être plus actif et plus pédagogue. Enfin, je me comprends quand je dis ça. Je commence petit à petit à fatiguer et ça commence à être de plus en plus flou dans ma tête.

« Je suis une aventurière l’aurais-tu oublié mon cher ami ? Mais maintenant que tu m’as dis ça, je vais garder de l’antidote toujours sur moi au cas où »
« Au moins, tu pourras raconter l’anecdote du jour où tu as faillit mourir empoisonné par la nourriture de Yoon Sang Ook. Tu auras de quoi être fière. »

Je souriais encore. Sa présence était vraiment agréable et je pense que ma soirée est bien plus sympa grâce à elle. Si elle n’avait pas été là, j’aurais mangé tout seul une soupe de légume et je me serais couché tôt, comme d’habitude. Là, je parle avec une personne que j’apprécie beaucoup, j’en apprends plus sur elle et sur sa personnalité et ça me plait. J’aime les gens, j’aime apprendre à les connaître. Surtout que je connais Su Yeon depuis des années. Aujourd’hui, je peux confirmer que c’est une femme exceptionnelle et très gentille. Un peu envahissante, mais ça fait aussi son charme.


« Moi ? Je mange de tout ! Tu as donc oublié que tu avais en face de toi un vrai estomac sur pattes ? Et viens quand tu veux, je suis sûre que tu escalades très bien les fenêtres ! »
« Oh, et bien, je te ferais un repas surprise alors. C’est ce que je sais faire de mieux. Je pars d’une recette toute simple et en quelques minutes, ça ressemble à tout sauf à la recette de départ. On aura la surprise tous les deux. »

Je lui souriais une fois de plus et je me penchais sur mon bol pour le terminer enfin. J’étais bien rempli et je savais déjà que j’allais passer une très bonne nuit. Parce que je dors beaucoup mieux quand j’ai mangé en grande quantité et de la bonne nourriture. C’est tellement rare en même temps …

« Tu ne te moquerais pas un peu de moi là ? Je ne suis pas … tu sais, le super héros en rouge là, l’araigné … Bref, je ne suis pas cette personne, mais juste pour t’embêter et pour te montrer que je suis fort aussi, j’escaladerai la façade de ton immeuble et je rentrerai par la fenêtre. Bon … par contre, il faut que tu laisses la fenêtre ouverte, je n’ai pas envie de me casser quelque chose en la brisant. »

Je rigolais alors, puis je pris une gorgée d’eau tout en gardant un œil sur Su Yeon.

« Je suis sérieuse Sang Ook. Je serais vraiment contente si tu venais à la maison. Même sans faire la cuisine ! »
« Je te promets alors que je viendrai chez toi. »

Je suis le genre de personne qui a du mal à envoyer des messages aux autres pour sortir ou pour des dîners. Déjà, je n’aime pas les téléphones, je suis un anti technologie et je ne comprends rien à toutes ses touches inutiles. Seulement, je peux perdre rapidement contact avec les gens que j’apprécie si je ne fais pas un peu d’effort pour appeler les uns ou les autres. Alors je me motive, je surpasse ma peur des technologies et j’appelle mes amis. Il me faut juste un peu de courage.

Je soupirais alors en me tapant un peu sur le ventre et je dis.

« Eh bien, j’ai bien mangé ! Merci beaucoup pour ce délicieux repas. »

Je me levais alors, oubliant la douleur qui courait encore dans mon pieds blessés et je prenais les bols vide pour les mettre dans l’évier.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   Mar 14 Oct - 21:06

J’écoutais mon ami me parler avec plaisir. Il n’était pas réfractaire à l’idée de passer à la maison et cela me fit plaisir. Sang Ook arrivait même à plaisanter sur le fait qu’il risquait de m’empoisonner avec sa nourriture. Je ris de bon cœur à ses blagues sur un possible empoisonnement même si je savais pertinemment que ce ne serait pas le cas. Sang Ook n’était pas du genre à venir sans avoir révisé avant, il aimait les choses bien faites tout comme moi.
J’avais de la chance d’être retombée sur lui par hasard à Séoul. C’était la seule personne de mon passé qui n’était pas au courant de mon passé. Dit comme ça, ça pouvait paraître bizarre mais c’était vrai. Sang Ook faisait parti de mon passé avant Min Soo… On ne s’était rencontrés qu’une fois mais il fallait croire que cela nous avait marqué autant l’un que l’autre. Et la relation d’hier se reflétait sur celle d’aujourd’hui. Du moins pour moi. J’avais toujours tendance à vouloir le protéger ce qui visiblement embêtait mon ami.


« Je te prends au mot ! Et je saurai te le rappeler hein ! Fais attention à ce que je ne t’harcèle pas ! »

Je ne pus m’empêcher d’éclater à cette boutade. Je n’étais pas du genre à harceler les gens mais c’est vrai que je serais capable de débouler dans sa boutique pour l’enlever. Enfin façon de parler.

« Tu parles de Spider-Man ? L’homme araignée ? Mais… Sang Ook… Quand tu viendras à la maison, je te ferais un cours sur tout ça ! C’est pas possible que tu ne connaisses pas les classiques ! En plus Avengers 2 a été tourné en Corée ! Je t’emmènerai le voir ! Et tu sauras qui est qui dans le film ! Foi de Su Yeon ! »

Je ne pouvais m’empêcher de le taquiner mais je savais qu’il était plutôt de bonne composition et qu’il ne se vexait pas facilement. Et puis c’était tellement marrant de le voir comme ça. Sang Ook me surprendrait toujours. Ne pas connaître Spider Man… En même temps, mon ami semblait tout droit sorti d’un autre temps. Comme si il s’était trompé de siècle. Pourtant je devais reconnaître que cela faisait parti de son charme. Je ne voudrais pas mon ami autrement je devais bien l’avouer.
Souriant à ses remerciements, je lui répondis avec un petit clin d’œil.


« Je t’en prie. C’est un plaisir. Et puis, je suis contente que tu ne m’en veuilles plus…trop ! »

Le voyant se lever pour débarrasser, je me levai précipitamment pour l’aider. Il semblait avoir oublié qu’il s’était blessé au pied. A ce rythme là, il ne serait pas étonnant que sa blessure se rouvre… Je soupirai un petit peu. Quelle tête de linotte que ce Sang Ook.
Je me dirigeai dans la cuisine vers mon ami.


« Sang Ook ! Je vais finir par te frapper ! Tu veux que ta blessure s’aggrave ou quoi ?! »

Consciente que mon ton pouvait paraître un peu autoritaire, je me radoucis avant de continuer

« Pour cette fois, laisses moi faire d’accord ? Promis les prochaines fois, tu feras ce que tu voudras. Mais là tu es blessé et je ne voudrais pas que ta blessure se rouvre et s’infecte… Tu comprends ? »

Le prenant par la main, je le forçai à revenir dans son salon et l’assis à la place qu’il occupait quelques minutes plus tôt. Je savais que ça n’allait pas lui plaire mais je préfère ça que de le voir blessé encore plus.
Lui souriant doucement, je lui dis

« Reposes ton pied ! Ordre de l’infirmière en chef ! »

Taquine, je lui ébouriffai les cheveux et finis de débarrasser la table.  Puis, une fois dans la cuisine, je fis rapidement la vaisselle. Ce n’était pas très long puisque nous n’étions que deux.
Retournant dans le salon, je m’assis à côté de lui et lui demanda


« Je n’ai pas fait de dessert mais je peux te préparer un thé ou un café si tu veux. Je ne connais pas très bien tes habitudes… »

HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »
MessageSujet: Re: Que fais tu ? [PV Su Yeon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Que fais tu ? [PV Su Yeon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Fais tes preuves... (PV Pix et Illu')
» Fais-moi peur [PV Julian Rollwers]
» Et puis merde, j'me fais chier moi ! {Free. Profites-en !
» "Vas-y, fais moi plaisir..." Clint Eastwood

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Fusion :: The beginning :: Brushed papers :: Anciens RPs-