Laisserez-vous le destin jouer son rôle ?
 

Partagez | .
 

 Will you listen to me ? (feat Ki Youn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« Invité » Invité
MessageSujet: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Dim 23 Mar - 17:39


    Will you listen to me ? Maeng Ki Youn & Tae He Ran
    Inspecteur Maeng...Inspecteur Maeng. Ce n'était pas la première fois que le nom de ce policier apparaissait dans les dossiers de He Ran. Depuis plus de deux mois, la jeune femme faisait des recherches sur la Caste, et plus particulièrement sur une affaire remontant à quelques années. Ce n'était pas une enquête officielle, à vrai dire, elle le faisait plus à titre personnel qu'autre chose... mais qu'importe ! Lorsqu'on faisait partis de la police, il aurait été idiot de ne pas utiliser les moyens mis à disposition de ses agents. Ainsi, en partant de l’incendie qui avait coûté la vie à ses parents adoptifs, He Ran était remonté à plusieurs autres affaires du même type. Et plusieurs fois, ses yeux s'étaient posé sur le nom de Maeng. Or, ce nom de famille, He Ran semblait l'avoir vu autre part que dans des rapports de police. Il lui fallut deux jours pour se souvenir d'où. La liste des Twaos disponibles au siège de l'Association. Elle se rendit immédiatement au siège de cette dernière pour obtenir les coordonnées de cette personne : Maeng Ki Youn. Twao. Donneuse, elle aussi. Le cerveau de la policière était en ébullition. Si le policier Maeng n'était pas Twao, sa fille l'était. Et s'il avait travaillé par hasard sur toutes ces affaires, peut-être en savait-il plus que ce qu'il avait bien voulu dire dans les rapports. Car les Twaos passaient toujours à la trappe lorsque l'on devait faire un rapport de police. Leur existence devait restée secrète. Mais si l'inspecteur Maeng était décédé aujourd'hui ; sa fille, elle, se souvenait peut-être de quelque chose susceptible d'aider He Ran. Son père lui avait peut-être raconté des choses, révélées des informations importantes... Elle se devait d'essayer et d'aller interroger cette jeune femme.Ci tôt qu'elle eut obtenu son adresse, He Ran prit sa voiture, et se mit en route.  Sur le chemin, l'inspecteur hésita à contacter Maeng Ki Youn par téléphone, pour prévenir de son arrivée et être sur de la trouver chez elle. Mais elle était tellement pressée et enthousiaste à l'idée d'en savoir plus qu'elle préféra appuyer sur l’accélérateur et rejoindre le domicile de la jeune femme au plus vite. 30 minutes plus tard, elle se garait. Quartier Hongdae. Appartement 4135 disait sa fiche. Du haut de ses talons aiguilles - oui, He Ran n'était pas en service – la jeune femme ferma sa portière et se dirigea vers l'entrée de l'immeuble. Elle emprunta l'ascenseur, appuya sur le bouton de l'étage désiré, puis traversa le couloir. Appartement 4135, C'était là... He Ran souffla un peu, et observa les lieux autour d'elle. Il y avait deux autres paliers dans le couloir. Les lieux semblaient propres, sympathiques. Accueillant. Cela lui donna assez de courage pour appuyer sur la sonnette. Elle était nerveuse. Elle ne devrait pourtant pas. Ce n'était pas une situation dangereuse, elle avait eu des aventures beaucoup plus risquées. Mais dès qu'elle s'approchait de près ou de loin à l'affaire concernant ses parents adoptifs, elle perdait tout son sang froid et son courage. Et elle avait l'impression de redevenir cette petite fille fragile ayant perdu la parole pendant de nombreux mois.Le bruit de la serrure se fit entendre et bloqua la respiration d'He Ran. Il y avait quelqu'un. Il y avait quelqu'un ! Elle n'était pas venu pour rien ! He Ran ignorait si cette Ki Youn vivait en collocation avec quelqu'un mais elle espérait bien qu'il s'agisse d'elle et pas de quelqu'un d'autre. Enfin, la porte s'ouvrit lentement, et un visage féminin apparut dans son champ de vision. Pendant un instant, He Ran resta figée, ses yeux détaillant la silhouette qui lui faisait face. Avant finalement, de se reprendre. Elle hésita à brandir son badge de police. Généralement, cela lui donnait les clés pour obtenir tout ce qu'elle voulait. Mais elle n'était pas en service, et elle ne voulait pas effrayer la femme qu'elle voulait interroger... Cruel dilemme. Bon... Tant que cette dernière ne lui demandait pas confirmation de son identité, He Ran allait se contenter de se présenter normalement... sans sa plaque.- Bonjour Madame... Je suis bien chez Maeng Ki Youn ?Attendant la confirmation de la jeune femme, elle s'inclina un peu pour la saluer avant d'ajouter.- Je me présente : Je suis l'inspecteur Tae He Ran. J'aurai voulu vous poser quelques questions... si vous êtes disponible... et si vous le souhaitez bien entendu...Ki Youn pouvait très bien lui fermer la porte au nez, après tout, elle était dans ses droits. Elle n'avait aucune obligation de l'écouter ou de répondre à ses questions. Et He Ran n'avait aucune idée de ce à quoi elle devait s'attendre de la part de cette femme aux cheveux aux couleurs... bizarres. Elle pouvait devenir un allié, comme elle pouvait être un frein à son enquête...


Dernière édition par Tae He Ran le Lun 9 Juin - 15:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Dim 23 Mar - 20:37


Maeng Ki Youn
&
Tae He Ran


Will you listen to me ?
Aujourd'hui, journée tranquille sans cours ! Au début cela m'avait ravi, j'avais pu profiter et ne pas mettre de réveil. Enfin j'aurai quand même peut-être dû parce que je ne pense pas que ce soit conseillée de se lever à une heure de l'après midi alors que je devais faire tout le ménage chez moi ! Et il y avait vraiment du boulot. Après m'être étirée longuement, je sortis d'un bond du lit, pris un café, une douche et hop ! Au boulot ! Voyant la quantité de choses que j'allais avoir à ranger, je m'attacher les cheveux. Attention, là ça devient sérieux ! Enfin heureusement que je pense toujours à m'attacher les cheveux vu leur longueur...

Je commençais alors par ramasser tout ce qui pouvait trainer dans mon pièce principale. Le moindre bout de tissu ou de plastique ou autre qui n'était pas à sa place y retourna bien vite ! Je finissais tout juste la vaisselle lorsqu'on sonna à la porte. Bizarre, je n'attendais personne pourtant... Je mis de l'eau à chauffer avant de me diriger vers la porte. Faisant cliqueter la clé dans la serrure, j'ouvris pour me retrouver nez à nez avec une charmante jeune femme qui ne devait pas être beaucoup plus âgée que moi. Juste que là, si on prenait en compte nos tenues vestimentaires, elle était soignée alors que moi ben... Tenue de ménage donc un jogging et un vieux t-shirt, rien de très reluisant moi qui d'habitude était toujours si coquette face aux autres et je n'aimais pas trop ça.

Je peux vous aider ?

La jeune femme face à moi me demanda alors si elle était bien chez Maeng Ki Youn. Voilà qui me surpris quelque peu.

Oui c'est bien moi, que puis-je pour vous ?

La demoiselle s'inclina un peu pour saluer comme il est de coutume chez nous en Corée et se présenta comme l'inspecteur Tae He Ran. Tiens donc, que pouvait me vouloir un inspecteur de police ? Je n'ai jamais porté plainte et je n'ai jamais eu le moindre souci. Je n'avais même pas porté plainte pour l'incident survenu quelques deux mois plus tôt au New York Night et n'en avait parlé à personne d'autre que Chung Hee et Tae Jin mais les garçons avaient quasiment fait serment de ne rien en dire et encore moins d'aller porter plainte en mon nom... Mais cette demoiselle voulais me poser quelques questions. C'était le meilleur moyen de savoir ce qui pouvait l'amener chez moi. M'effaçant, je l'invitais à rentrer avec un sourire. Je l'introduisis alors dans mon espace salon.

Mettez vous à l'aise inspecteur Tae, je prends juste le temps de me changer rapidement pour être plus à l'aise.

Je filais vite mettre un short en jean et un t-shirt et fis un chignon assez lâche avec les cheveux. De retour dans le salon, je demandais à l'inspecteur si elle désirait du thé ou du café, profitant de la cuisine ouverte. J'allais enfin savoir pourquoi un inspecteur venait chez moi, le dernier inspecteur que j'avais connu étant mon père...

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Lun 24 Mar - 10:09



    La femme qui lui avait ouvert la porte était vêtue de façon… détendue. Elle était sans doute occupée à faire le ménage avant qu’He Ran ne débarque. La policière était à la fois un peu mal à l’aise de la déranger ainsi, mais aussi rassurée de savoir qu’elle allait pouvoir s’entretenir avec elle comme elle le désirait. Enfin… si la jeune femme la laissait entrer bien entendu. He Ran vit parfaitement la surprise se refléter dans ses yeux lorsqu’elle indiqua qu’elle était inspecteur de police. Pas de peur, cependant. Ki Youn n’avait donc rien à se reprocher. Elle devait juste se demander pourquoi un flic se présentait à sa porte à une heure aussi farfelue. He Ran lui demanda si elle pouvait lui accorder quelques minutes pour répondre à ses questions, et son hôte s’effaça pour la laisser entrer. He Ran lui sourit à son tour et entra prudemment dans ce qui se révéla être le salon.

    - Mettez-vous à l'aise inspecteur Tae, je prends juste le temps de me changer rapidement pour être plus à l'aise.
    - Je vous en prie, allez-y. Je m’excuse d’être venue à l’improviste…

    En tant que femme, He Ran comprenait parfaitement le besoin de Ki Youn d’aller changer de vêtements pour paraitre plus… présentable ? Bien sûr, la policière n’avait rien contre la tenue de son hôte. Après tout, elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même d'avoir débarqué sans prévenir. Et puis franchement, elle se fichait pas mal de la façon dont Ki Youn pouvait être habillée. Elle n’était pas la Reine d’Angleterre non plus. Ki Youn n’avait pas besoin de se faire « belle » pour elle.

    He Ran profita de l’absence de son hôte pour observer les lieux et essayer de cerner la personnalité de la jeune femme grâce à la décoration ou les photos qui pouvaient être présentes dans la pièce. Elle en aperçut une représentant visiblement la famille Maeng et reconnut l’inspecteur…celui qui l’avait amené jusqu’ici.

    Bientôt, sa cadette revint dans le salon et lui proposa un thé ou un café. He Ran lui sourit gentiment avant de répondre de façon polie :

    - Un café, s’il vous plait. Avec deux sucres.

    Pendant que Ki Youn s’activait dans la cuisine ouverte sur le salon, He Ran aperçut la retenue de cette dernière. Elle devait s'interroger sur la raison de sa visite, sans oser le lui demander directement. Comme il ne s’agissait pas d’une discussion de comptoire, la policière attendit patiemment que Ki Youn revienne auprès d’elle pour prendre enfin la parole.

    - Je suis désolée d’être venue sans prévenir. A vrai dire… j’aurai voulu vous poser quelques questions en lien avec votre père, l’inspecteur Maeng.

    Elle marqua une pause pour laisser le temps à Ki Youn d’assimiler ses informations. Pendant ce temps, elle attrapa la tasse tendue par la jeune femme, la remercia et avala une gorgée.

    - Il se trouve que son nom apparait dans plusieurs dossiers sur lesquels je travaille actuellement. Des dossiers un peu particuliers. Mais les rapports sont assez flous car le sujet est plutôt…tabou.

    Voyant que Ki Youn ne comprenait pas où elle voulait en venir - et c’était compréhensible, vu les mots utilisés – He Ran arrêta de tourner autour du pot, et conclut :

    - Pour tout vous dire, je suis spécialisée dans les affaires Twaos. C’est ce qui m’amène chez vous aujourd’hui…

    Après tout, autant le dire franchement. He Ran savait de source sure que Ki Youn était une Twao, cela ne servait donc à rien de le cacher ou de prendre des baguettes.

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Lun 24 Mar - 22:17


Maeng Ki Youn
&
Tae He Ran


Will you listen to me ?
L'inspecteur Tae s'était excusée d'arriver comme ça à l'improviste. Si elle avait appelé ce matin je n'aurai pas répondu donc dans les deux cas je n'aurai pas su sa venue avant qu'elle sonne à ma porte. Elle répondit à ma proposition de thé ou café en demandant un café avec deux sucres. Je lui fis donc ce café et me préparais un thé vert avec du miel. Je mis alors les deux tasses sur un plateau avec des petit gâteau que je m'étais amusée à faire la veille au soir, d'où la quantité de cuisine que j'avais eu à faire. Préparant le tout, je continuais de me demander pourquoi un inspecteur de police voulait me parler. J'arrivais alors avec le plateau. Je m'apprêtais à le poser sur la table basse. Lorsque la jeune femme s'excusa encore d'être venue sans prévenir et m'annonça qu'elle voulait en réalité me parler de mon père. Je faillis en lâcher mon plateau. Voilà plus de dix ans qu'on ne m'avait pas demandé de parler de mon père, encore moins la police qui ne connaissait quasiment pas mon existence. Du moins... Ceux qui sont Twao connaissent mon nom mais aucun ne m'avait jamais vu, mon père y avait veillé personnellement. Je tendis sa tasse à l'inspecteur Tae et m'installait près d'elle avec ma propre tasse.

Cela fait bien longtemps qu'on ne m'avait pas parlé de mon père... A vrai dire depuis son décès même ses collègues les plus proches n'ont jamais essayé de me rencontrer.

La jeune femme m'expliqua alors que le nom de mon père était ressorti dans plusieurs des dossiers qu'elle avait étudié, des dossiers dont le sujet était considéré comme tabou donc qui restait tous flou. Elle du comprendre à mon expression que je ne voyais pas le lien entre ses affaires et moi-même hormis mon père et elle me dit alors que toutes ces affaires étaient au sujet de Twaos. J'eus une réaction de surprise et bu une gorgée de mon thé pour me remettre, histoire d'assimiler cette information. Cette demoiselle s'attendait visiblement à ce que j'ai des informations concernant ces affaires passées. Mais je n'avais que cinq ans lorsqu'il a été tué pendant une intervention... Je ne suis même pas sûre que mon frère lui serait d'une grande aide...

Je suis désolée inspecteur, je ne pense pas pouvoir vous être d'une grande aide... Nous étions une famille unie à l'époque mais cela fait maintenant quinze ans que mon père nous a quitté...

Je lui expliquais alors un peu tout ce qu'il y avait à savoir. Alors que je suis Twao donneur, ma mère était Twao receveur. Mon père essayait de nous protéger au maximum, ne parlant jamais de nous, ne nous présentant à personne mais je n'avais jamais su contre quoi il voulait nous protéger. Mon père était un homme intègre. Il ne rentrait jamais tôt du travail mais s'arrangeait pour rentrer assez tôt pour venir m'embrasser le soir quand même. Enfant, j'avais eu du mal à me passer de ce petit rituel qui rythmait mes semaines, mes mois, mes années. Mon père nous avait quitté beaucoup trop tôt, sans avoir eu le temps de nous dire tout ce qu'il aurait voulu nous dire et avait été forcé de nous laisser sans protection ma mère, mon frère et moi.

Mon frère aurait pu vous donner plus d'informations que moi, il avait déjà douze ans à l'époque, il a sans doute plus de souvenir mais je ne sais pas ce qu'il est devenu et il n'est pas Twao.

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Mer 26 Mar - 17:19

    Il fallait s’en douter, parler de son père décédé ne laissa pas Ki Youn de marbre, et c’était compréhensible. He Ran espérait ne pas s’être montré trop brute de coffrage. Après tout, elle n’avait aucune idée des rapports qu’avait pu avoir la jeune fille avec son père, et s’ils s’étaient bien entendus ou non. D’un autre côté, vu l’âge de Ki Youn au moment du drame, elle doutait que les rapports soient très évolués.


    - Cela fait bien longtemps qu'on ne m'avait pas parlé de mon père... A vrai dire depuis son décès même ses collègues les plus proches n'ont jamais essayé de me rencontrer.
    - Je comprends.

    Normal. Les flics avaient beau être solidaires entre eux, comme une famille, ils savaient respecter le deuil des familles lorsque la situation le nécessitait. Par respect pour la femme et les enfants, les autres policiers venaient aux obsèques, se cotisaient parfois pour payer les funérailles, mais ne dépassaient jamais la limite au point de fourrer leur nez dans les affaires de la famille endeuillée.

    He Ran décida d’entrer dans le vif du sujet assez rapidement, n’hésitant pas à parler des Twaos pour que Ki Youn comprenne immédiatement l’enjeu de sa visite. La surprise apparut sur les traits de la jeune femme, qui sembla réfléchir un instant. Pendant ce laps de temps, l’espoir était présent chez He Ran qui attendait impatiemment une réponse, sa main crispée sur l’anse de sa tasse de café. Mais son enthousiasme s’effondra bien vite quand Ki Youn reprit la parole :


    - Je suis désolée inspecteur, je ne pense pas pouvoir vous être d'une grande aide... Nous étions une famille unie à l'époque mais cela fait maintenant quinze ans que mon père nous a quitté...

    5 ans… c’était trop jeune pour se souvenir de quoique ce soit. He Ran eut du mal à cacher sa déception, mais écouta attentivement les explications de la jeune fille. Ki Youn était Twao donneur, et sa mère receveur. Comme He Ran et Sung Ki, qui avaient été par conséquent partenaires de charge pendant toute leur enfance. Mais le policier Maeng avait toujours tout fait pour les protéger. En écoutant Ki Youn, He Ran se dit que l’inspecteur n’aurait surement rien dit à sa femme, même s’il s’était retrouvé sur une affaire Twao. Il savait que les flics mettaient leur famille en danger en les impliquant d’une quelconque façon.


    - Mon frère aurait pu vous donner plus d'informations que moi, il avait déjà douze ans à l'époque, il a sans doute plus de souvenir mais je ne sais pas ce qu'il est devenu et il n'est pas Twao.

    Si He Ran avait l’espoir que le frère ait plus de souvenirs, s’il n’était pas Twao lui-même, elle doutait que l’inspecteur lui ait raconté quoique ce soit. Buvant une gorgée de café, la policière finit par dire :

    - Vous savez… même si votre père ne parlait pas directement des affaires sur lesquels il travaillait… il aurait pu un jour … je ne sais pas, être différent. Etrange, après avoir vu quelqu’un… ou quelque chose…

    Mais Ki Youn n’avait que 5 ans à l’époque. Comment pourrait-elle se souvenir ? He Ran eut un petit soupire. Elle tournait en rond dans cette affaire. Comment allait-elle réussir à faire la lumière dans ses histoires s’il ne restait plus aucun témoin ? D’après ses recherches, la mère de Ki Youn était décédée également, la mettant ainsi dans une impasse…

    - Je m’excuse d’insister mais… savez-vous quelque chose à propos de la Caste par hasard ? En tant que Twao, vous en avez peut-être entendu parler ?

    Faute d’en savoir plus sur cette affaire, peut-être obtiendrait-elle quelques informations plus générales sur cette secte qu’elle combattait depuis quelques années.

    - La moindre petite info, ou le moindre petit indice pourrait m'être utile, vous savez. Alors si vous savez quoique ce soit, même si cela vous parait inintéressant ou inutile, dites le quand même. Je saurai faire la part des choses.


Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Jeu 27 Mar - 13:53


Maeng Ki Youn
&
Tae He Ran


Will you listen to me ?
je sirotais mon café, me demandant si mon père n'avait pas pu dire quelque chose ou si ma mère n'avait pas pu dire quelque chose avant son décès. Je savais bien que ma mère avait fini par se suicider à cause de mon père. Mais elle aurait pu se remettre, comme mon frère et moi. L'inspecteur me demanda alors si mon père n'avait pas été bizarre, s'il n'avait pas agit de façon étrange à une période. Je fis une petite moue, fameuse moue que je fais dès que je réfléchis. Je secouais doucement la tête avec un regard navré pour la policière face à moi. Elle insista alors, toujours très poliment, en me demandant si je savais quelque chose à propos de la Caste. J'en avais effectivement entendu parler mais jusqu'à maintenant, ni moi ni ceux de mon entourage n'avaient été victime de cette organisation.

L'inspecteur me précisa alors que le moindre petit élément dont le pourrait me souvenir était important. La moindre petite info pourrait lui convenir, elle serait capable de l'utiliser à bon escient. Il y avait peut-être quelque chose mais je n'en étais pas sûre... Quelque chose de totalement insignifiant qui pourtant m'avait marqué.

Il est possible que... J'ai peut-être une information concernant ma mère.

Je commençais alors à tout lui raconter. Déjà avant le décès de mon père, ma mère semblait avoir toujours peur. Etant tout juste enfant ne n'y avait jamais porté attention, je n'avais jamais fais le lien entre le comportement hyper protecteur de mon père et le sentiment de stress immense présent chez ma mère. Une fois que mon père était mort, ma mère était devenue encore plus méfiante. Elle regardait sans cesse derrière elle lorsque nous devions sortir. Elle ne me laissait jamais seule. Je n'avais jamais fais le rapprochement. J'avais toujours pensé que si ma mère ne m'emmenait que moi, c'était uniquement parce qu'elle jugeait que mon frère était assez grand pour se prendre en charge lui-même alors que j'étais encore trop jeune pour rester seule à la maison. Ma mère et son anxiété... Le pire était quand nous devions nous rendre à l'association Twao. Car oui, comme je l'expliquais à l'inspecteur Tae, bien que ma mère se soit désignée dès le départ comme mon receveur, elle n'en avait pas moins pris ses précautions et avait fait tout son possible pour me trouver un autre receveur, pour le cas où elle viendrait à décéder.

Poussant ma réflexion plus loin, le confiait alors mes doutes à l'inspecteur. Et si mon père avait parlé de la Caste à ma mère, cela aurait expliqué son comportement, parfois à la limite de la névrose mais également son principe de ne jamais me laisser seule. Je me mis également à pense que si ma mère avait tenu le coup jusqu'au départ de mon frère ce n'était pas sans raison... Il avait du y avoir quelque chose. Un événement qui l'avait troublé, au point qu'elle avait préféré la mort à un combat pour sa survie. Car au plus profond de moi, je savais qu'elle se remettait du décès de mon père, nous nous en remettions tous et il y a deux ans, même si le souvenir de Papa était encore très présent, Kyung Hei et moi étions remis de cette mort prématurée.

Inspecteur, est ce que vous pensez que ma mère aurait pu se suicider pour échapper à la Caste ? On m'en a vaguement parlé, ce qui fait que je reste toujours très méfiante lorsque je dois rejoindre mon receveur. Ma mère se remettait du décès de mon père, je le sais. Mais le départ de mon frère a déclenché son suicide et il était le seul non Twao de la famille une fois mon père mort...

Cela me semblait effectivement tout à fait logique. Malheureusement, il était peut-être trop tard pour que je sache si ma mère avait reçu des menaces de la part de l'organisation anti-Twao...

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Lun 31 Mar - 11:01


    Malgré ses questions de plus en plus précises, et insistantes, Ki Youn ne semblait pas avoir de réponses. Elle ne pouvait pas l’aider. He Ran était démoralisée, bien qu’elle cherche à ne pas le montrer. Il fallait qu’elle reste neutre dans cette affaire, qu’elle prenait au final beaucoup trop à cœur. Elle se mordit toutefois la lèvre, réfléchissant encore à ce qu’elle pourrait faire ou demander en dernier recours. Tant qu’elle était là, il fallait en profiter pour « rentabiliser » sa visite chez Ki Youn.

    - Il est possible que... J'ai peut-être une information concernant ma mère.

    La voix de Ki Youn ramena He Ran sur terre. L’espoir s’empara un instant de son cœur, alors qu’elle se penchait spontanément vers la jeune fille, dans l’attente de ses explications. Elle essayait de ne pas être trop lourde, ni assistante. Mais la patience n’était malheureusement pas une de ces qualités.

    - Oui ?

    Ki Youn se mit alors à lui expliquait que sa mère semblait effrayée les mois succédant le décès de l’inspecteur Maeng. Stressée. Et qu’elle avait été surprotectrice avec elle, beaucoup plus qu’avec son frère, qui n’était pas Twao. Cela ne pouvait être anodin, pensa He Ran alors qu’elle hochait la tête et continuait d’écouter. Mme Maeng avait même poussé ses démarches au point de s’arranger pour trouver un partenaire pour sa fille. Sentait-elle la fin approché ? Avait-elle déjà dans l’idée de se suicider ? Ne s’agissait-il pas d’un geste spontané et désespéré ?

    Et si l’inspecteur avait parlé de la Caste à sa femme ? C’est ce que se demandait Ki Youn. He Ran, cependant, orientait son explication dans une autre direction. La mère s’était-elle vraiment suicidée ? Certes, elle avait été touchée par la mort de sa mari, n’importe quelle veuve l’aurait été, et He Ran comprenait très bien le désespoir d’une femme ayant perdu l’homme qu’elle aime. Mais en connaissant la Caste, et en sachant sa fille en danger, Mme Maeng aurait-elle vraiment abandonné cette dernière en se suicidant ? Cela paraissait tout de même improbable… personne n’abandonnait son enfant en la sachant en danger… C’était un comportement lâche, d’une certaine manière.

    - Inspecteur, est ce que vous pensez que ma mère aurait pu se suicider pour échapper à la Caste ? On m'en a vaguement parlé, ce qui fait que je reste toujours très méfiante lorsque je dois rejoindre mon receveur. Ma mère se remettait du décès de mon père, je le sais. Mais le départ de mon frère a déclenché son suicide et il était le seul non Twao de la famille une fois mon père mort...

    - Hum…

    He Ran hésitait à lui dire ce qu’elle pensait réellement. Elle ne voulait pas braquer la jeune femme, ni se la mettre à dos en faisant des suppositions qui n’étaient peut-être pas vraies. Mais d’une certaine façon… si sa supposition était vraie, elle se devait de l’en tenir informée n’est-ce pas. La policière prit une profonde inspiration, liant ses mains sur ses genoux alors qu’elle osait enfin :

    -A vrai dire… vos explications me poussent à me poser une autre question. Etes-vous sur que votre mère se soit vraiment suicidée ?

    Percevant l’émotion de Ki Youn à cette question, et ne voulant pas la mettre en colère, He Ran s’empressa d’expliquer.

    - Je peux parler en connaissance de cause lorsque je dis que les apparences sont trompeuses. Mes parents…

    He Ran marqua une pause et déglutit difficilement. Même après toutes ces années, il était difficile pour elle d’évoquer ses parents adoptifs. Leur disparition avait causé un manque dans le cœur de la jeune femme, et elle n’avait toujours pas réussi à le combler.

    - Mes parents sont morts dans un incendie… dans le salon de thé qu’ils dirigeaient tous les deux. Pendant des années, mon frère, ma sœur et moi avons pensé à un simple accident… Avant de découvrir beaucoup plus tard que la Caste avait tout orchestré. La Caste a assassiné mes parents… et a fait passer ça pour un accident domestique.

    He Ran regarda Ki Youn dans les yeux, espérant ne pas montrer toute sa faiblesse et son désespoir, préférant se montrer sure d’elle et déterminée. Elle conclut :

    - Les apparences sont trompeuses. La Caste aurait pu s’en prendre à votre mère et maquiller cela en suicide. Je me plais à croire que votre mère ne vous aurait pas laissé seule si elle vous savait en danger et qu’elle connaissait la Caste…

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Jeu 10 Avr - 15:58


Maeng Ki Youn
&
Tae He Ran


Will you listen to me ?
Je commençais à avoir peur de ce qu'allait me dire l'inspecteur Tae. Elle avait été attentive à mon histoire mais elle semblait quelque peut troublée et pensive suite à ces révélations. Comme si quelque chose ne tournait pas rond pour elle. La jeune femme finie par me demander si j'étais sûre que ma mère s'était suicidée. Lentement, ma main vint se plaquer sur ma bouche. Je n'étais effectivement pas certaine du suicide de ma mère. J'étais trop jeune pour le comprendre, pour moi ma mère m'avait simplement abandonné mais en préparant à l'avance son abandon. C'était illogique ! Si sa mort était un accident, elle ne ce serait pas acharnée à tout prévoir si ? L'inspecteur me raconta alors une part de son histoire.

L'inspecteur Tae avait perdu ses deux parents dans un incendie. De prime abord, cela peut passer pour un banal accident. Un incendie domestique qui ce serait propagé et rien de plus. Des morts certes mais rien de volontaire. Pourtant, aux dires de la jeune femme, ce n'était pas un accident, c'était l'oeuvre de la Caste. Elle pensait donc, en toute connaissance de cause, que la Caste avait assassiné ma mère et avait maquillé cela en suicide. Et si elle avait raison ? Mais comment, dans ce cas, ma mère aurait-elle pu prévoir sa mort ? Après son décès j'avais un receveur, j'avais une vie toute tracée devant moi, du moins jusqu'à mes dix-huit ans. Comment tout cela pouvait être possible...

Mais inspecteur, comment ma mère aurait-elle pu savoir que la Caste avait prévu de la tué ? Car tout été prévu pour son... Départ. J'avais un donneur, j'avais une vie toute tracée jusqu'à ma majorité. C'est juste impossible de tout prévoir ! Et puis j'ai vu le corps de ma mère se balancer au bout de cette corde...

Je ne savais pas ce qui avait été dit sur ma mère... L'hypothèse du meurtre avait toujours été écarté il me semble, rien n'étant suspect. La pièce était bien rangée, personne n'était venu nous voir ce jour là. Après je dois bien avouer que j'étais trop jeune pour tout comprendre et mon frère avait déjà quitté le domicile familiale. Il était le plus observateur de nous deux. La jeune femme commençait à semer le doute dans mon esprit. Je ne connais rien du mode de fonctionnement de la Caste, je m'arrange pour ne pas m'en faire remarquer et jusqu'à maintenant j'ai plutôt bien réussi ! Mais... et si dans leur mode de fonctionnement il y avait des signes avant coureurs du meurtre à venir.. ? Mais je n'avais pas le droit de mener l'enquête... Si nous avions été en meilleurs termes j'aurai peut-être pu demander à mon frère de trouver des informations mais il refuse de me voir. Ma seule solution était donc de négocier tout ça avec l'inspecteur Tae.

Inspecteur, est ce que vous pensez qu'il est possible d'avoir accès au dossier de l'enquête sur le suicide de ma mère ? Puisque vous m'avez dit que mon père et d'autres policiers travaillaient sur les affaires concernant les Twaos, il me semble alors inconcevable qu'aucune enquête n'ait été mené concernant le suicide de ma mère. Et... J'ai besoin de savoir ce qui lui ait vraiment arrivé...

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Ven 2 Mai - 18:58

    He Ran se doutait que ce n’était pas une conversation facile pour Ki Youn et que ce sujet pouvait être plutôt tabou et douloureux. Pour autant, si les suppositions d’He Ran se révélait être justes, Ki Youn méritait de savoir la vérité sur le sort de sa mère, n’est-ce pas ? Aussi préférait-elle lui faire part de ses doutes.

    L’inspecteur vit très vite la surprise et le choc se peindre sur le visage de la jeune femme alors que cette dernière posait une main sur sa bouche. Ses yeux se perdirent dans le vide, comme si elle se mettait à réfléchir aux paroles d’He Ran et à la possibilité qu’elle dise vraie. Pour appuyer ses dires, He Ran donna l’exemple de ses propres parents adoptifs, espérant que cela donne plus de poids à ses arguments. Finalement, Ki Youn, après de longues minutes, reprit la parole :

    - Mais inspecteur, comment ma mère aurait-elle pu savoir que la Caste avait prévu de la tuer ? Car tout été prévu pour son... Départ. J'avais un donneur, j'avais une vie toute tracée jusqu'à ma majorité. C'est juste impossible de tout prévoir ! Et puis j'ai vu le corps de ma mère se balancer au bout de cette corde...

    - La menace de la Caste est bien réelle. Son influence se fait facilement sentir, et votre mère aurait pu prévoir son assassinat sans pour autant en deviner la date ou l’échéance. Elle aurait pu donc tout préparer au cas où…


    He Ran marqua une pause pour ne pas trop donner d’informations choquantes à la jeune femme assise en face d’elle. Jouant avec sa tasse, elle hésitait toujours sur les mots à utiliser. Elle ne se trouvait pas douée pour ce genre de choses, et pourtant, cela faisait partis de son travail. Elle avait eu des cours pour cela. Des cours de psychologie, des cours de langage. Mais c’était une chose de voir le théorique, et ça en était une autre de le mettre en pratique.

    - Hum… Quant au corps de votre maman… Un suicide peut être facilement mis en scène, vous savez… Sans rentrer dans les détails… S’ils avaient étranglés votre mère par exemple, ils ne leur auraient pas été difficiles de le masquer avec les lésions causées par la corde autour de son cou…


    La jeune femme s’arrêta là pour ne pas imposer d’images plus horribles que celles qui devaient déjà être présentes dans l’esprit de Ki Youn.

    - Inspecteur, est ce que vous pensez qu'il est possible d'avoir accès au dossier de l'enquête sur le suicide de ma mère ? Puisque vous m'avez dit que mon père et d'autres policiers travaillaient sur les affaires concernant les Twaos, il me semble alors inconcevable qu'aucune enquête n'ait été mené concernant le suicide de ma mère. Et... J'ai besoin de savoir ce qui lui ait vraiment arrivé...


    He Ran hocha la tête, comprenant le raisonnement de cette femme dont l’âge s’approchait tant du sien. La policière était venu ici aujourd’hui à cause de l’inspecteur Maeng. Pas une seule fois, elle ne s’était interrogée sur la mort de sa femme des années plus loin. Ce n’est qu’au fil de la conversation avec Ki Youn que d’autres questions étaient apparues. Même si Ki Youn n’avait pas fait la demande pour consulter le dossier de sa mère, He Ran aurait eu le réflexe d’aller le lire par elle, ci-tôt le domicile de la jeune femme quitté.

    - Si je ne trouve rien de confidentiel dans le dossier de votre mère, je vous ferai parvenir des copies de son dossier. C’est la moindre des choses…


    He Ran avait finis de jouer avec sa tête. Elle réfléchissait aux éventuelles questions qu’elle pourrait encore poser à Ki Youn mais rien ne lui venait à l’esprit. Tant qu’elles n’en sauraient pas plus sur la mort de Madame Maeng, l’enquête sur l’inspecteur était destinée à rester au point mort.

    - Je vous dirai également si j’en apprends plus sur votre mère ou sur les affaires de votre père concernant les Twaos…si cela vous intéresse bien entendu.


    Quittant petit à petit sa carapace de flic, He Ran se détendit légèrement. Elle voyait que Ki Youn avait l’air toujours aussi chamboulée. Elle se pencha donc en avant, et lui adressa un sourire qui se voulait doux :

    - Je suis désolée d’avoir débarqué ainsi avec mes questions… j’aurai du vous téléphoner avant au lieu de vous prendre de court, d’autant que le sujet ne doit pas être facile pour vous…


Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Jeu 8 Mai - 20:48


Maeng Ki Youn
&
Tae He Ran


Will you listen to me ?
L'inspecteur m'avait expliqué que la Caste avait ses méthodes bien a elle et que ma mère aurait très bien pu savoir qu'ils allaient la tuer sans pou autant avoir une date limite, ce qui l'avait poussé à tout préparer au cas où elle devrait me laisser seule. Elle m'expliqua aussi qu'une pendaison pouvait être une façon de camoufler une strangulation. C'est vrai que je n'y avais jamais pensé... Enfin c'était un peu logique, je fais des études d'art et non des études de médecine. J'aurai peut-être du mais je crois que je n'aurai pas supporter ce métier. L'inspecteur m'annonça alors que si dans le dossier de ma mère se trouvaient des éléments non confidentiel, elle me le ferai parvenir. Je devrais peut-être essayer de renouer avec mon frère pour voir ce dossier dans le détail, sachant qu'il a fait des études de droit il doit s'y connaître largement plus que moi en dossier d'enquête.

La jeune femme me proposa alors autre chose. Elle était prête à me faire part de ses découvertes concernant les affaires sur lesquelles mon père avait travaillé. Elle s'excusa ensuite avec un doux sourire d'avoir débarqué de la sorte chez moi. Certes, sa venue m'avait quelque peu perturbé, j'avais d'abord pensé que Tae Jin était allé voir la police à cause de mon agression avant de me rendre compte que c'était juste idiot puisque cela faisait déjà un moment que j'avais été une victime. Je fis une petite moue, en pleine réflexion. Et si la mort de mon père n'était pas un accident non plus ? La venue de l'inspecteur avait soulevé beaucoup de questions. Ma mère aurait été assassiné, j'en étais désormais presque sûre. Mais qu'en était-il de mon père ? Et Pourquoi mon frère me repoussait-il autant ?

Inspecteur, pensez vous que mon père aurait pu être commanditée de la même façon ? Et si mon père avait découvert quelque chose qui avait dérangé et que ça l'avait tué au final?

Toutes ces questions se bousculaient dans ma tête et faisaient en plus revenir à mon esprit que mon frère m'a en quelques sortes abandonné. Mais je ne connais rien des circonstances de cet abandon. Depuis quelques temps, je me demandais pourquoi la mort de nos parents ne nous avait pas rapproché et l'avait rendu aussi mauvais envers moi...
[/color]

Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Lun 26 Mai - 10:26

    He Ran se sentait tellement coupable de venir chambouler la jeune femme avec ses questions et ses remises en question. Elle avait conscience que ses théories devaient choquer et blesser Ki Youn. C’était comme si on lui révélait que toute son enfance était basée sur le mensonge. Pour autant, en tant que flic – mais aussi parce qu’elle savait pas expérience qu’il valait mieux connaitre la vérité que rester dans l’ombre – He Ran se sentait obligée de lui en faire part.

    Devant elle, Ki Youn était perdu dans ses pensées. La policière respecta son silence, lui laissa le temps de digérer toutes ces informations. Quand enfin elle reprit la parole, He Ran se redressa, concentrée, attentive.

    - Inspecteur, pensez-vous que mon père aurait pu être commanditée de la même façon ? Et si mon père avait découvert quelque chose qui avait dérangé et que ça l'avait tué au final?

    A vrai dire, He Ran y avait déjà songé. C’était même presque plus évident que le cas de la maman. Cependant, en tant que policier, il lui semblait normal qu’une enquête ait été faite sur la mort de ce dernier pour vérifier les causes de la mort et les éventuelles pistes criminelles. Encore une fois, c’était une piste à suivre et à étudier.

    - Je l’ignore mais j’irai voir son dossier. Et j’essaierai de parler à quelques-uns de ces anciens collègues. La plupart doivent être à la retraite, mais j’irai leur rendre visite.

    He Ran était motivée et déterminée. Elle était prête à prendre sur son temps de repos pour continuer cette piste.

    - Quoiqu’il en soit, je suis désolée d’avoir remué tout cela. Mais soyez sure que je vous tiendrai au courant dès que j’en saurai plus.

    Fouillant dans la manche de sa veste, la policière en sortit une carte de visite à son nom avec ses coordonnées. Elle chercha ensuite un stylo dans son sac, et y rajouta son numéro personnel. Après quoi, elle tendit le tout à Ki Youn.

    - N’hésitez pas à me contacter si vous vous souvenez de quoique ce soit d’autre…

    Elle se leva, n’ayant plus aucune raison de rester plus longtemps. Cependant, alors que la jeune femme la raccompagnait à sa porte, elle se crut obligée d’ajouter :

    - Surtout… faites attention. Je ne veux pas vous faire peur ou jouer les paranos, mais de nombreux Twao ont subis des attaques récemment. Et nombreuses sont les menaces qui trainent… Surveillez vos arrières.

    Malgré ses paroles, He Ran lui adressa un sourire qui se voulait rassurant. Elle inclina également la tête, pour montrer son respect et le fait que Ki Youn pouvait compter sur elle en cas de besoin. Elle avait beau être une femme, elle avait beau être jeune, elle n'en restait pas moins une policière douée et qui faisait bien son travail.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   Lun 9 Juin - 14:59


Maeng Ki Youn
&
Tae He Ran


Will you listen to me ?

Je pensais avoir fais part de toutes mes craintes à l'inspecteur. Ma mère aurait finalement assassiné et il devenait de plus en plus logique que la mort de mon père ne soit pas un simple accident non plus. La jeune femme m'expliqua alors qu'elle avait effectivement pensé à l'hypothèse du meurtre concernant mon père et qu'elle envisageait de consulter le dossier mais également de rendre visite à ses anciens collègues. Je me rendis alors compte que je n'en connaissais aucun. Mon père avait toujours été prudent à la limite de la paranoïa. Il n'avait jamais ramené ses collègues à la maison et nous n'avions jamais été invité chez l'un deux. L'inspecteur Tae s'excusa une fois de plus de sa visite improvisée et pour avoir remué tout ces souvenirs, me promettant de m'en dire plus au fur à mesure que son enquête avancerait. Je lui adressais alors un léger sourire.

Vous savez, je préfère savoir ce qui s'est vraiment passé. Votre visite m'a permis de voir qu'il y a des zones d'ombres dans l'enquête sur la mort de mes parents et maintenant que je suis en âge de comprendre, je demande juste à avoir la vérité.

La jeune femme me tendit alors une carte avec des numéros de téléphone, me conseillant de ne pas hésiter à la joindre si la moindre information me revenait. La voyant se lever, j'en fis de même. Je pense que cela voulait dire que notre entrevue était terminée. Je la raccompagnais alors à la porte. Je crois qu'une fois qu'elle serait partie, j'appellerai une amie pour discuter et surtout pour me changer les idées ! Alors que j'ouvrais ma porte et que l'inspecteur sortait, elle se retourna pourtant vers moi, me conseillant d'être prudente. Apparemment, les attaques contre les Twao et les menaces se multipliaient en ce moment. Comme si les risques que je prenais avec mon travail ne suffisait pas, il fallait en plus que je risque ma vie en étant Twao ! La jeune femme m'adressa tout de même un sourire qui se voulait rassurant. Je sentis alors que je pouvais lui faire confiance et que si j'avais le moindre souci qui mettrait ma vie en danger, je pourrais la joindre sans problème. Cette femme avait quelque chose de rassurant.

Ne vous en faites pas, être barmaid dans une boîte de nuit ça pousse à savoir se défendre ! Et puis j'ai quelques connaissances qui sauront me protéger et m'éviter de devenir parano !

Je lui adressais alors un dernier sourire avant de totalement clore cette entrevue. J'avais vraiment devoir trouver un moyen pour me changer les idées maintenant ! Mais je commençais à avoir envie de mener ma propre enquête...
[/color]


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »
MessageSujet: Re: Will you listen to me ? (feat Ki Youn)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Will you listen to me ? (feat Ki Youn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 07. [Pavillon Woods] Listen to me when I say...
» and he said “listen, listen, i’m not afraid to go if it’s with you, i was born to live for you”, 04.03 - 03:11
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Fusion :: The beginning :: Brushed papers :: Anciens RPs-