Laisserez-vous le destin jouer son rôle ?
 

Partagez | .
 

 "Let's play a new game, ok?" [Sweets]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« Invité » Invité
MessageSujet: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mar 10 Sep - 13:46

Let's play a new game, ok ?

Choi Kyu Jung & Ahn Ryu Jeong


Je souffle, admirant un instant la fumée blanche qui s’échappe d’entre mes lèvres. Je la regarde virevolter, vivant à peine quelques secondes avant de s’évaporer dans l’air frais. Je resserre ma veste autour de moi, trouvant tout à coup que le mur de brique, contre lequel je suis appuyé, glacial. Pourtant, il ne fait pas forcément froid ce matin. Le soleil se lève doucement, mais sûrement, réchauffant la rue vide dans laquelle j’attends patiemment. Ce n’est pas comme si je n’avais pas l’habitude. C’est le même scénario depuis le début de l’année scolaire, à force, on s’y fait.

Je lance un coup d’œil sur ma montre, avant de lorgner la petite maison devant moi. Pas un mouvement, pas un éclat de voix. Je fronce les sourcils, gardant l’étrange impression que ce matin encore, il arrivera avec une excuse pour cacher qu’en réalité il était bien parti pour dormir une bonne partie de la journée. Comme lorsqu’on doit justifier notre retard au lycée, qui est souvent de sa faute. Entre son habilité à mentir, et mon imagination débordante, on s’en sort toujours. Puis en tout honnêteté, je n’imagine pas pouvoir me rendre à l’école sans l’asperge à mes côtés pour me changer les idées. Non pas que je n’aime pas les cours, au contraire. Disons que je préfère amplement errer dans les rues à la recherche d’aventure. C’est d’ailleurs ce que me reproche Jong In, à chaque fois que je ramène un blâme pour avoir passé l’heure à scruter la fenêtre dans l’espoir d’y apercevoir je ne sais quoi qui me sortirai de ma routine agaçante. Et en général, ce qui m’en sort, c’est cet imbécile. Résigné, je sors mon portable de ma poche. Je prends le pari avec moi-même, je vais encore le réveiller.

«   Yah… Choi Kyu Jung, il te faut une invitation de l’empereur de Chine pour sortir de chez toi ? » lance-je alors qu’il a à peine répondu. « Ma propre présence ne te suffit pas ? »

Je lève les yeux au ciel, comptant encore les secondes avant qu’il ne se décide à ouvrir la porte. Je suis sûr de le voir débarquer avec les cheveux en désordre, l’air encore endormi de celui qui pensait faire une grasse mat’, et très probablement encore sa brosse à dent dans la bouche. Cette pensée m’arrache un sourire. On se ressemble tellement lui et moi, qu’on peut très vite être indissociables. Probablement la raison pour laquelle on est inséparables depuis quelques années déjà. Quand ? Le collège ? Avant ? Peut-être qu’on était déjà ensembles dès sa naissance, qui sait. Je ne serai même pas étonné d’apprendre qu’il est mon âme sœur. Juste sous mon nez depuis le début. Mais s’il était twao, je le saurai non ? Ce n’est pas quelque chose que l’on cache si facilement…

Un claquement sec me sort brusquement de mes pensées, me ramenant face à la petite maison. Je cligne des yeux, apercevant son immense silhouette dégringoler l’allée pour me rejoindre. Un dernier regard sur ma montre : dix-huit minutes de retard. Il faut vraiment que je pense à un stratagème pour le faire venir à l’heure un jour. Comme avancer l’heure du rendez-vous d’une heure, ou quelque chose comme ça. Mais en le voyant marcher tranquillement vers moi, je ne peux retenir un petit rire. Il ne changera jamais. Sale gosse. Gardant mon sourire, je sors de mon sac le sachet de papier que j’ai pris soin de ramener avant de venir.

« Ta dose de chocolat. » dis-je en lui lançant le muffin.

Sinon, je l’aurai entendu pendant des heures. Vaut mieux prévenir que guérir, surtout avec Kyu Jung.

♥:
 


Dernière édition par Ahn Ryu Jeong le Ven 27 Sep - 10:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mar 10 Sep - 19:24

Sommeil.
J'ai sommeil, réellement.  J'ai passé une nuit blanche à travailler, alors autant dire que je ne suis pas beau à voir, à genoux au sol, la moitié supérieure de mon corps plier en deux contre mon canapé.
Ça fait trois mois que je vole les dossiers d'affaires de mon inspecteur de père, classés sans suite, pour les étudier.
Détective...Ce mot m'arrache un sourire dans mon état de demi-sommeil. Depuis que je suis parvenu à résoudre une affaire avec plus de brio que mon père, il y a trois mois, je me suis rendu compte que c'était pour moi. J'ai eu le déclic il y a quatre ans, mais là, j'en suis intimement persuadé : je suis fait pour ça.
L'intelligence, c'est la seule chose que j'ai pour moi, alors autant la mettre à profit.

Mais pour l'heure, la seule chose que je vais mettre à profit, c'est ma capacité à m'endormir dans cette position étrange, les bras ballants. La joue collé au canapé, je glisse lentement de demi-sommeil à sommeil profond, jusqu'à ce qu'un son démoniaque ne me fasse sursauter :

« Ah ! »

Je récupère mon téléphone à vive allure et décroche, soufflant un "Hé ?" désarticulé, alors qu'une voix familière me lance d'un ton calme, presque blasé :

« Yah… Choi Kyu Jung, il te faut une invitation de l’empereur de Chine pour sortir de chez toi ? Ma propre présence ne te suffit pas ? »

Une large sourire prend place sur mes lèvres, et je raccroche sans même répondre. Pas la peine : il est là, à peine à quelques mètres de chez moi.
Oh si, ta présence est amplement suffisante, mon ami. Bien plus importante et intéressante que le vieillard qui se fait appeler l'empereur de Chine, crois-moi.
Me redressant, je cherche mes affaires, et arrange un peu mon allure, avant de laisser tomber, laissant mes cheveux en bataille. Le strict minimum, il n'y a pas grand-chose à sauver chez moi, de toute façon. Et il m'a déjà vu dans les pires situations possibles, je ne suis plus à ça près...
Baillant exagérément, je me frotte les paupières. Merde, quelle idée de prendre rendez-vous à une heure pareille...C'est sadique, vraiment.

Je ferme la porte derrière moi, sac sur le dos. En relevant les yeux, il est là. Il m'observe alors que je m'avance vers lui, ce sourire sur le coin de ses lèvres.
Ce sourire qui le rend encore plus beau qu'il ne l'es déjà.
Il est toujours magnifique, cet abruti. Il était beau, mais au contraire des autres garçons, je n'enviais pas cette beauté, dans le sens où je me fichais de l'être autant ou pas. Non, moi...J'avais plutôt envie de me l'accaparer, par moment.
La vie est injuste et moi je suis tordu.
Je n'ai pas le temps de le saluer, que déjà un muffin atterrit dans mes mains.

« Ta dose de chocolat. »

Cet homme est mon dieu. Mon dieu vivant, mais ça, pas question que je ne le lui dise. Aussi, mordant avec entrain dans ce délicieux muffin pour lequel j'aurais donné ma mère, je m'approche près de mon meilleur ami avec un sourire :

« Ta façon de dire bonjour est très agréable, Ryu. Pas très recommandée, mais très agréable. »

S'il continue de me gâter de cette façon, je vais finir diabétique. Mais pas question de m'en plaindre, j'aime beaucoup trop quand il s'occupe de moi. Et tant qu'à faire, je lance, très fier de moi :

« T'as vu, j'ai même pas vingt minutes de retard ! Nouveau record !»
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mar 10 Sep - 23:38

Je souris légèrement attendri alors que je le vois croquer à pleine dent dans son muffin bien mérité. Enfin, tout est relatif. Comment pourrais-je resté énervé face à un visage aussi… Adorable qu’agaçant. Je crois qu’il ne se rend pas bien compte de tout ce que son joli minois pourrait lui apporter, lui qui passe son temps à comparer les autres.
Toujours est-il que lorsqu’il se rapproche de moi, je me sens incapable de résister à l’envie de tendre le bras pour lui ébouriffer davantage les cheveux. Si seulement il n’était pas si haut. Il me dépasse de quoi ? Cinq, six centimètres ? Au-dessus de ça, je coupe les ponts.

« Ta façon de dire bonjour est très agréable, Ryu. Pas très recommandée, mais très agréable. »

Je ris, sachant parfaitement que le jour où j’oublierai de lui ramener son chocolat, j’aurai le droit à une scène mémorable. De toute façon, j’aurai l’impression de faillir à ma mission si je l’oubliai.

« Savoir que je t’attends avec ton gâteau n’est pas une raison pour me faire poireauter. Eh sale gosse ! »

Ce qui a l’avantage de l’amuser puisqu’il me lance, d’un air tout à fait fier de lui :

« T'as vu, j'ai même pas vingt minutes de retard ! Nouveau record !»

Je réprime l’envie soudaine de lui coller mon coude dans les côtes, histoire de lui ôter ce petit rictus satisfait, et lui lance un regard noir. Bien que je le devine tout de même rieur, comme à chaque fois qu’il se pose sur Kyu.

« Mon dieu mais tu as raison ! Bientôt, tu ne le seras plus du tout ! » m’écris-je d’un ton faussement enjoué. « Le jour où tu seras à l’heure, je m’inquiéterais vraiment pour toi Kyun’ah… Ne me fais pas de frayeur pareille, s’il te plait. »

Rien ne vaut un début de journée sans une petite moquerie envers mon cadet. Non, rien. Ou alors, l’entendre rire à gorge déployée. Ça me réchauffe le cœur et me donne automatiquement envie de le suivre dans son éclat, pour partager ce moment avec lui. Je me redresse, lâchant le soutient que m’offrait le mur de brique et m’étire un peu, sans cesser de l’observer. J’ai toujours aimé regarder les gens, essayer d’imaginer à quoi ressemble leur vie, s’ils sont heureux… C’est d’ailleurs une question que je me pose souvent au sujet de Kyu. Il est tellement secret, presque trop réservé en comparaison de moi qui parle pour ne rien dire la plupart du temps. J’ai beau le connaitre sur le bout des doigts, il y a des questions qui restent encore sans réponse.

« Alors, on y va ? » lui demande-je une fois qu’il a fini de dévorer son muffin.

Je ne sais pas où exactement, mais une chose est sûre, on ne va pas rester devant chez lui toute l’éternité. Déjà parce que c’est long, et que ça risque fortement de devenir ennuyant. Que Kyu soit là ou non. C’est machinalement que je prends la direction de la plage, l’asperge sur mes talons. Quoique l’on fasse, on finit toujours par aller se poser les fesses sur le sable alors autant commencer par ça. Au moins le temps de trouver quelque chose à faire en cette journée.

« Commence pas à râler Choi. Ce n’est pas parce que je t’ai demandé de sortir que j’avais quelque chose de précis à faire… » ricane-je en sentant son indignation.

De quoi il se plaint ? Ce n’est pas la première fois que je le fais bouger de son précieux lit sans raison valable. Il devrait avoir l’habitude à force. Ça m’étonne toujours qu’il accepte d’ailleurs. Il ne peut décidemment pas se faire avoir à chaque fois. Si ? Ou alors, il aime vraiment ne rien faire d’autre qu’observer les vagues s’effondrer sur la côte. J’adore ça moi, je pourrai les regarder durant des heures. Ça me laisse rêveur. Mes pensées s’égarent quelque part au milieu de cette étendue de bleue, et pendant quelques instants, j’arrête de penser à ce que je retrouverai en rentrant à la maison, ou à la façon dont je fuirai de nouveau chez Jong In pour y échapper. Aussi… Ca me rappelle que d’ici peu, je serai en train de parcourir les océans à la recherche de cette âme faite pour compléter la mienne.

« Tu devrais juste être content de m’avoir rien que pour toi toute la journée ! Na’mais oh. » marmonne-je en le secouant un peu par le bras, avant de m’en saisir pour qu’on avance au même niveau.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mer 11 Sep - 21:49

Il y avait une chose que Ryu ne sait pas faire : les regards noirs. Il a beau toujours tenter, ils sont toujours empreint d'un certain amusement, vivant comme tout.

« Mon dieu mais tu as raison ! Bientôt, tu ne le seras plus du tout ! » s’écrit-il tout d'un coup, d’un ton faussement enjoué. « Le jour où tu seras à l’heure, je m’inquiéterais vraiment pour toi Kyun’ah… Ne me fais pas de frayeur pareille, s’il te plait. »

Je ne réprime pas un grand éclat de rire. Moi ? A l'heure ? Même si je le voulais, je n'y arriverais pas. Non, je ne lui ferais jamais une telle frayeur. En face de moi, Ryu rit aussi. Son rire était sans doute le plus beau son du monde à mon sens, le plus apaisant. Doux, chaud comme le soleil, et véritablement agréable à l'ouïe. Décidément, je ne pourrais jamais me passer de ce mec.
Cessant de rêver, je souris en entendant ses mots, terminant mon délicieux muffin par la même occasion :

« Alors, on y va ? »

« Hue cocotte ! »


Mais rapidement, nous nous retrouvons encore à la plage. Encore et toujours, j'ai envie de dire, on passe notre temps là-bas, quel que soit le temps et la saison. Mais je ne m'en plains pas : l'endroit est magnifique. Le sable est si fin qu'on a parfois l'impression de marcher sur des draps de soi, et le son des vagues est absolument apaisant. Je sais que Ryu pense la même chose, et c'est risible, parce que nous sommes tous les deux si chiants et indomptables en temps normal. Alors voir deux gus, appréciant le calme de la plage...C'est un peu paradoxal.
Sauf que là, il fait froid, et je grommelle dans ma barbe :

« Quelle idée de sortir par un temps pareil...»


Malheureusement, l'ouïe fine de mon ami perçut ma voix :

« Commence pas à râler Choi. Ce n’est pas parce que je t’ai demandé de sortir que j’avais quelque chose de précis à faire… »

Comme toujours...L'improvisation, de toute façon, c'est notre marque de fabrique.

« Tu devrais juste être content de m’avoir rien que pour toi toute la journée ! Na’mais oh. »

Je le sens m'attraper par le bras, le suivant docilement. Content ? J'étais ravi. Littéralement. Pourquoi penses-tu que je me lèves à chaque fois que tu viens me chercher, malgré mon envie irrépressible de dormir ? J'adore ta compagnie. Je suis incapable de me passer de toi.
Mais aucun de ces mots ne sortit, et je préférais le taquiner pour cacher mes pensées, un peu honteux de me sentir autant accro à la présence de quelqu'un. Un grand sourire se dessina sur mon visage :

« De quoi ? C'est plutôt l'inverse...Avoue-le que t'es incapable de te passer de ma présence. »[/color][/color]


Dernière édition par Choi Kyu Jung le Mer 6 Nov - 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Ven 13 Sep - 23:37

« De quoi ? C'est plutôt l'inverse...Avoue-le que t'es incapable de te passer de ma présence.
- Evidemment, idiot. T’es le seul qui compte.»

Je ne fais pas attention à la possible réaction que ma déclaration peut avoir laissé sur lui, et je continue à jouer avec son bras, innocemment. Ce n’est pas comme s’il n’avait pas l’habitude que mes mots sortent naturellement, avant même que j’ai le temps de les contrôler. Bien sûr, dire à Kyu combien je l’aime n’a jamais été une chose difficile, et encore moins une chose que j’ai cherché à lui cacher.  Sans que ça devienne ambigu… Du moins, pas à mes yeux.

Je lui lance un regard, suivit d’un grand sourire en remarquant l’expression de son visage. Vraiment, parfois, il peut être bien trop adorable pour son propre bien. Il me donnerait presque envie de le dévorer. Littéralement.

« Tu veux peut-être que je te réchauffe ? » murmure-je d’un ton joueur.

Avant d’éclater de rire et de relâcher son bras pour avancer vers la côte. Ah, si seulement il savait. Pour la première fois, je le fuis presque pour éviter que son regard trop habitué aux enquêtes ne me tombe dessus trop longuement. Je suis certain qu’il lui suffirait de quelques minutes à peine pour me soutirer les informations qu’il veut entendre. Je suis déjà surpris qu’il n’ait pas noté les –très- nombreuses fois où mes yeux se sont attardés sur ses lèvres alors qu’il me parlait. Lui qui remarque tout, serait-il un peu à la ramasse sur ce coup ?

Une fois arrivé face à la barrière qui sépare la ville de la plage, je m’arrête et tend les bras vers le ciel. Le vent vient chatouiller mes flancs découverts, me faisant frissonner. Je sens la présence de Kyu dans mon dos, m’indiquant qu’il a cessé de se plaindre et m’a rejoint. Je souffle un peu avant de lui faire face, avec mon sourire en coin.

« T’as déjà embrassé un garçon, pas vrai Kyun’ah ? »

Ok. Dans l’idée, je ne devais pas être aussi direct. Ce n’est même pas ce que je voulais dire, à la base. Un simple « Sinon, on peut aller dans un café pour être au chaud » aurait suffi. Je suppose. Mais comme d’habitude, il faut que ma bouche ne réagisse pas au même rythme que ma tête. Ça donne juste un peu l’envie de s’assommer parfois. Je suis sûr que j’arriverai à demander quelqu’un en mariage, sans même m’en rendre compte.

De nouveau, je tourne les talons, prêt à dévaler la petite dune qui mène sur notre coin de plage favori. Je sais qu’il me suit, je n’ai pas besoin de me retourner pour le deviner. Est-ce que ma question l’a perturbé ? Juste un peu, alors ? Il doit se poser des questions maintenant, c’est sûr. Est-ce qu’il se demande si je me pose des questions sur ma sexualité ? Il n’aurait pas tout à fait tort. Ce n’est simplement pas quelque chose qu’il pourrait comprendre, même si je passais des heures à lui expliquer.

« Et moi, tu as déjà eu envie de m’embrasser ? » Demande-je doucement en m’asseyant sur le sol sableux.

En vue de sa façon de me regarder, il ne devait pas s’attendre à ça en acceptant de me voir aujourd’hui. Moi non plus d’ailleurs, pour être tout à fait honnête. Je ferme les yeux, assimilant lentement ce que je viens de dire à mon meilleur ami tout en me laissant tomber en arrière. Allongé sur le sable froid et humide, je sens mon cœur battre à tout rompre contre mes côtes.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Sam 14 Sep - 0:25

« Evidemment, idiot. T’es le seul qui compte.»

Ces mots tournent en boucle dans ma tête. Lentement, ils s'amusent à danser dans mon esprit, comme si c'était la seule chose qui avait de l'importance. Dire que j'ignore encore que ce sont les premiers d'une longue série de phrases très gênantes.
Pourtant, ce n'est pas la première fois qu'il est aussi direct. Ryu est comme ça : il a tendance à ne pas contrôler ses paroles. C'est aussi ce qui lui a valu des ennuis, mais c'est un trait de caractère qui me plait énormément, chez lui. Cette façon de dire tout ce que l'on pense, sans hypocrisie. Le genre de chose que je voudrais savoir faire avec autant d'aisance que lui.

Je le vois me regarder, avant qu'il ne se remette à sourire. Qu'est-ce qu'il compte me sortir, encore ?

« Tu veux peut-être que je te réchauffe ?

Si je le pouvais, là, je me serais littéralement étouffer avec ma propre salive. Un long frisson me traverse l'échine, alors que je tente de me remettre de son murmure provocant. Il est fort pour provoquer les gens. Surtout lorsqu'il s'agit de moi. Avec son côté séducteur, Ryu peut avoir ce qu'il veut, et ce n'est pas la première fois qu'il use de ses murmures sur moi...Mais ses mots n'ont jamais été plus provocants qu'aujourd'hui. Et moi qui est du genre très joueur, et tout aussi provocant, pour le coup je n'en mène pas large, et je ne sais plus où me mettre, alors qu'il s'éloigne en riant à gorge déployée.
Cet idiot m'allume et se marre.
J'ai envie de l'étrangler de rire de ma faiblesse. Enfin...Ce n'est pas comme s'il se rend compte de l'effet qu'il me fait. Ce n'est pas sa faute...C'est moi qui suis tordu.
Le suivant docilement, je le vois tendre les bras vers le ciel. Son haut se soulève alors légèrement à cause du mouvement, dévoilant un ventre musclé et ferme, alors que le vent fais danser ses vêtements.

Ce type est trop tentateur.

« T’as déjà embrassé un garçon, pas vrai Kyun’ah ? »

Encore une question que je me prends dans la tronche sans prévenir. Mais qu'est-ce qu'il lui prend aujourd'hui ? Malgré tout, je réponds en passant une main dans ma nuque :

« Je...Bah oui. Ça m'est arrivé.


De nouveau, il se remet en mouvement et descend les dunes. Je le suis sans attendre, appréciant la sensation du sable sous mes chaussures. Malgré tout, toutes mes pensées sont focalisées sur mon meilleur ami. Pourquoi est-ce qu'il m'a posé cette question ? D'ailleurs...Est-ce qu'il était vraiment hétéro, celui-là ? C'est mon meilleur ami, mais là, je commence à douter. Peut-être que je ne connais ps aussi bien Ryu que je le voudrais. Et la question suivante me le prouva, alors qu'il s’asseoit dans le sable :

« Et moi, tu as déjà eu envie de m’embrasser ? »

Mon coeur.
Je vais avoir une attaque cardiaque d'une minute à l'autre s'il continue de battre aussi vite. Mes yeux s'écarquillent, et je ne bouge pas un muscle alors que je l'observe. L'observant alors qu'il s'allonge dans le sable, je reste debout, les bras ballants à quelques mètres de lui.
Et après de longues minutes d'hésitation, j'inspire doucement, et décide de lui dire la vérité :

«...Oui. Oui, je...J'en ai déjà eu envie. »


Oh oui ! J'ai pensé à l'embrasser plus de fois qu'il n'y a d'étoiles dans le ciel. Et même plus encore. J'ai aussi pensé à sa peau nue, à son souffle brûlant et erratique, sa voix basse et si attirante, le genre de sourire qu'il pouvait avoir dans...Ce "genre" de moment. Tout son être m'attire, mais j'ai toujours eu trop peur de le perdre pour le signifier. Mais maintenant qu'il me pose la question, il m'est impossible de mentir. Surtout que pour en arriver là, il doit déjà se douter de la réponse.
Je reste debout, serrant mon jean entre mes doigts, mes bras collés le long de mon corps. Et s'il avait posé la question pour rire, pour quoi je vais passer ?

Face à son silence, je me mords la lèvre et finit par ajouter plus bas :

« C'est mal ? »

Il est trop important pour que je le perdre maintenant. Il ne me fuira pas en courant dans le sens opposé, je le connais. Mais que risque-t-il de penser ?
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Lun 16 Sep - 13:34

J’ai beau avoir les yeux fermés, je le devine rester près de moi les bras ballants. Il ne dit rien, et je suis certain qu’il est en train de se maltraité l’esprit pour savoir s’il doit me répondre honnêtement ou non. Ce qui en soit, est déjà une réponse. Mon sourire s’agrandit, sûr de ce qu’il va me dire. Mais je lui laisse le temps de le faire par lui-même, c’est bien plus drôle.  

«...Oui. Oui, je...J'en ai déjà eu envie.»

A peine a-t-il prononcé cette simple phrase que j’ouvre grands les yeux, soudainement ébloui par le ciel clair. Lentement, je tourne la tête afin de distinguer un peu l’expression de son visage. Il a le regard légèrement voilé, comme perdu dans des pensées lointaines. Qu’est-ce qu’il est en train d’imaginer ? Un rictus satisfait prend place sur mes lèvres alors que je comprends enfin ce qu’il a déclaré.

Il a donc déjà voulu m’embrasser. Ça ne me surprend pas plus que ça au fond.  La question que je me pose c’est, pourquoi ne l’a-t-il jamais fait ? Si ça n’avait tenu qu’à moi nos lèvres se seraient déjà rencontrées plus d’une fois. Je me serais déjà saisi de son joli minois pour le rapprocher de mon visage, et je l’aurai embrassé avec tendresse, douceur, puis plus tard, avec un soupçon de passion qui lui aurait coupé les jambes. Je lui aurai fait découvrir bien des étoiles. Mais Kyu n’est pas aussi direct et impulsif que je le suis.

« C'est mal ?»

Je me redresse sur mes coudes, penchant la tête pour le regarder lui qui se tient toujours debout. Trop haut, il est vraiment trop haut ce gamin. D’un geste qui ne demande pas de discussion, je tapote le sable à côté de moi et le regarde avec de grands yeux amusés.

« Tu penses que ça l’est ? » souffle-je, accompagné de mon sourire en coin.

Mal, non. Ça ne l’est pas, du moins, je ne pense pas. d’accord, c’est loin d’être courant deux amis garçons qui s’embrassent, comme  ça. Mais d’aussi loin que je me souvienne, je ne crois pas qu’on m’ait déjà dit que j’étais quelqu’un de normal. Ca de plus sur ma liste, quelle importance. Ce n’est pas comme si le regard des autres m’importait énormément.

Je sens la peau froide de Kyu frôler ma main posée sur le sable, et aussitôt je m’en saisis pour enrouler ses doigts avec les miens. Ce n’est pas un geste anodin entre nous, on a souvent été tactiles. Se prendre par la main, par le bras, ou se faire un câlin, c’est quelque chose d’assez naturel. Alors sa réaction, lorsque je caresse sa paume à l’aide mon pouce, me surprend un peu. Voire, me laisse perplexe.
Décidant de jouer un peu, je me penche vers lui, tirant un peu sur son bras pour le rapprocher. Je sens l’odeur du chocolat avalé une vingtaine de minutes plus tôt, et je ne peux m’empêcher de me demander si ses lèvres en ont gardé le goût. Bientôt, nos visages sont tellement proches que nos nez en viennent à se frôler. Je souris doucement, tout en gardant sa main dans la mienne.

« Pourquoi tu ne l’as jamais fait ? » murmure-je. « M’embrasser… »

Je plonge mon regard dans le sien, essayant de deviner ce qu’il pense. Ça n’a jamais été difficile de lire en Kyu, jamais… Mais aujourd’hui, j’ai plutôt envie de l’entendre… Ou de le sentir.

« Kyun'ah ~ »

Aujourd’hui, on va juste laisser tomber les barrières. Au moins un peu. J’ai trop de questions qui se bousculent dans ma tête, une curiosité à peine dissimulée. J’ai beau cherché, je ne vois pas d’autres moyens que de me laisser aller dans les bras de mon meilleur ami… Qui sait… Ce que je pourrais ressentir, ce que je pourrais découvrir…
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Lun 16 Sep - 20:07

Je vois Ryu se redresser légèrement sur les coudes, à ma question. Je continues de l'observer en silence, un peu anxieux. Mais rapidement, il tapote le sable près de lui, m'intimant l'ordre implicite de m'asseoir à ses côtés. Je m’exécute sans poser de question, et le rejoint sur le table, près de lui, et le voit me sourire :

« Tu penses que ça l’est ? » souffle-t-il avec un sourire.

Non. Non, je n'ai jamais pensé que ça l'était...Même si au fond, un doute persiste. Mon ami. Mon meilleur ami, mon frère de coeur, même...Je ne dois pas penser à mon meilleur ami de cette façon, pas vrai ? C'est ce que j'ai toujours cru. Mais l voir réagir de la sorte me fait douter.
Le regard des autres m'importe peu. Si c'était le cas, je ne serais pas en train d'ouvrir un bureau d'enquête illégal à seize ans, dans le dos de mon inspecteur de père, je n'aurais pas des cheveux roses, je n'aurais pas déjà tenté les filles avant de me tourner vers les garçons...Même si mon expérience à ce sujet reste, à l'heure actuelle, assez restreinte.

La main de Ryu me tire de mes pensées. Je l'ai effleurée sans le vouloir et rapidement, ses doigts s'enroulent autour des miens. Ce contact m e réchauffe doucement de l'intérieur, et je serre tendrement ses doigts, désirant prolonger le contact. Nous sommes tous les deux relativement tactiles, alors ce geste ne me surprend pas, même si la situation est un peu ambigüe, en cet instant.
Et sentir le pouce de Ryu qui caresse ma paume me fait tressaillir.
Mais le pire arrive ensuite ; Ryu tire doucement mon bras et je me rapproche malgré moi, même si, au fond, j'ai toujours désiré être aussi proche de lui, physiquement, qu'en cet instant. Nos nez se frôlent et je tressaille légèrement une nouvelle fis, comme parcouru de légers frissons électriques.
Le sourire qui s'étire sur ses lèvres accélère peu à peu mon rythme cardiaque.

« Pourquoi tu ne l’as jamais fait ? » murmure-t-il doucement contre ma peau. « M’embrasser… »

Je ne parviens pas à lui répondre. En cet instant, nos regard se croise, et j'en oublie de réfléchir. Réfléchir, pourtant, c'est la chose que je fais le mieux, que je fais toujours. J'analyse tout ce que je vois : le comportement des personnes, les animaux, les gestes, tout ce que je vois. Mais là, perdu dans le regard de velours de Ryu, j'oublie de penser, et ma respiration se calme, douce. A l'opposé de mon coeur, qui lui, à déjà abandonné la partie.
Stupide coeur.

« Kyun'ah ~ »

C'est terminé. Je le sais déjà, je suis incapable de résister à sa voix. J'étais déjà perdu à la seconde même où il m'a demandé si je voulais l'embrasser ; alors ce murmure, je me sens incapable d'y résister.
Et c'est de façon étrangement calme, au contraire de mes battements de coeur erratiques, que je souffle :

«...Tu veux savoir, Ryu ? »


Soudainement, je mets de la distance entre nos visages en le poussant contre le sable, sans lui faire mal, pour l'allonger contre les fins grains blancs qui recouvrent la plage. Et sans lui laisser le temps d'appréhender la situation, je me retrouve à califourchon sur mon meilleur ami, mes genoux de part et d'autres de sa taille, alors que mon bassin appui sur le sien.
J'effleure sa joue, et mes doigts se perdent dans sa chevelure sombre, alors que je me penche en avant, prenant appui sur ma main libre, posée sur le sable près de sa tête.

A quelques centimètres de son visage, je laisse enfin échapper ces mots qui me sont, je le sais, fatal :

«...Parce que je savais que si nos lèvres se touchaient, je serais incapable de m'arrêter ensuite. »


Mais aujourd'hui, en cet instant, je suis prêt à prendre le risque. Parce que Ryu m'a cherché...Il doit s'attendre à me trouver. Et c'est de cette façon qu'enfin, je me permets d'effleurer ses lèvres tentatrices qui me font tant envie depuis tout ce temps.

Chaudes. Chaudes, brûlantes même, les lèvres de Ryu sont à l'image même de sa personnalité fougueuse et impulsive, sans contraintes, sans contrôles ni barrière. Et même si, en ce moment, je suis à quatre patte au-dessus de lui, et je le surplombe, j'ai l'impression que je n'en mène pas large, dans ce baiser. Nous savions tous les deux que le maître du jeu, ce n'était pas moi. Même si j'avais plus d'expériences avec les hommes que lui, c'est parce que c'est Ryu, que je ne suis plus très sûr de la démarche à adopter.
Aussi, je me laisse aller. La seule chose dont je suis sûr, c'est que j'aime ces lèvres, et que j'ai bien l'intention de savourer l'instant présent pour les goûter un peu plus.
Ce pourquoi, après cette première initiative, j'ose enfin happer sa lèvre inférieure avec mes dents, tout doucement, , sans chercher à lui faire mal, pour le faire réagir.
Il ne tient plus qu'à lui de me repousser, à présent.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Lun 16 Sep - 22:56

Etrangement, c’est calme qu’il me répond dans un souffle. Un souffle qui manque de me perdre alors que son odeur sucrée emplie mes poumons. Je ne m’en suis jamais rendu compte jusqu’à maintenant, mais j’aime la légère saveur que me laisse son parfum.

«...Tu veux savoir, Ryu ? »

J’ai tout juste le temps de cligner des yeux sous la stupeur que je me retrouve brusquement poussé contre le sable humide. Ma tête se pose doucement sur les grains alors que je regarde étonné mon cadet me grimper dessus. Je sens ses genoux venir enserrer ma taille alors que son torse vient se poser légèrement sur le mien, laissant nos bassins se rencontrer sans douceur. Je me mords la lèvre, manquant de peu de lâcher un gémissement de surprise. Ses doigts viennent se perdre dans mes mèches emmêlées alors qu’il se penche davantage.

Très vite, je sens mon cœur s’emballer. Battant à vive allure contre mes côtes.

«...Parce que je savais que si nos lèvres se touchaient, je serais incapable de m'arrêter ensuite. »

J’ouvre la bouche pour répliquer, mais je suis incapable de prononcer le moindre mot alors que ses lèvres rondes se posent sur ma bouche, me coupant le souffle.

Je suis dans l’incapacité totale de penser. Nos morceaux de chairs qui se rencontrent, d’abord hésitants dans un léger frôlement. Un goût de chocolat, comme je le pensais. Ça a quelque chose de rassurant. C’est inattendu, tellement c’est agréable. Cette douceur, cette chaleur que je n’ai pas trouvée dans un baiser depuis bien longtemps maintenant. Est-ce que c’est parce que c’est Kyu, que je lui fais confiance plus que n’importe qui ? Ou bien, parce qu’il embrasse tellement bien que je ne suis plus sûr de comment je m’appelle ?
Pourtant, passé la surprise, je ne veux pas resté en arrière. Je redresse la tête, appuyant un peu plus ses lèvres contre les miennes, puis je lève une main pour la poser contre sa nuque. Je le sens me retenir, lui qui se tient toujours à quatre pattes au-dessus de moi. Il me domine et pourtant, j’ai l’impression que l’on est sur une marche égale. Ce n’est qu’un « lèvre contre lèvre », rien de bien passionné, ce qui me frustre grandement. Je me retiens à peine de ne pas passer ma langue contre la pulpe chaude de sa bouche afin d’approfondir l’échange.

Mais il semble comprendre mon envie, puisqu’il vient se saisir de ma lèvre entre ses dents pour se mettre à la suçoter doucement. Je crois qu’il tient mon cœur entre ses mains, là, tout de suite. Il pourrait bien décider de le faire imploser, ça me ferait probablement le même effet.

« Ne t’arrête pas Kyun’ah… » marmonne-je contre ses lèvres.

Ma prise sur sa nuque s’affermit alors que je le ramène vivement contre moi. Cette fois, c’est à moi d’initier le baiser. J’attrape ses lèvres entre les miennes, jouant de ma langue dans l’espoir de le voir me frayer un passage dans la chaleur de sa bouche. Enfin, nos muscles se rencontrent dans une de ces danses enflammées. Ma main se perd dans ses cheveux colorés, les agrippant pour le forcer à être plus proche encore. Si ce n’est possible. Je sens son corps se poser complètement contre le mien, m’envahissant de sa chaleur.

J’embrasse un garçon. Pourtant, ça ne me fait juste l’effet d’embrasser Kyu Jung. Mon Kyu Jung, mon meilleur ami depuis des années déjà. Et… Waouh. Ça me plait. A croire que je ne pourrai jamais me passer du contact entre nos deux bouches.

« Je t’interdit de même penser à t’écarter de moi, Choi. » dis-je avec n sourire alors qu’on s’éloigne d’un petit centimètre pour reprendre un semblant de respiration.

J’en veux encore. Et encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Lun 16 Sep - 23:42

« Ne t’arrête pas Kyun’ah… »

Je sens ma respiration s'accélérer légèrement à ses mots, et souffle à mi-voix, sans le quitter des yeux :

« J'en avais pas l'intention...»


Je sens une chaleur inconnue enflammait mon bas-ventre à mesure que ses murmures s'ancrent dans mon esprit. Je le savais, c'était une mauvaise idée. Ce baiser n'aurait jamais dû avoir lieu.
Parce qu'à présent, j'ai envie de tout goûter.
Sa prise contre ma nuque se raffermit et bien vite, je me retrouve totalement allongé sur lui. Lentement, sa langue se joint à la partie et se glisse entre mes lèvres, et je le laisse faire avec grand plaisir. J'ajoute la mienne dans le ballet endiablé de notre baiser, et retint un faible soupir de plaisir au contact brûlant des deux muscles humides. Sa main dans ma chevelure me force à me sentir plus proche de lui encore, et je ne vais certainement pas m'en plaindre.
Étais-je réellement allongé sur mon meilleur ami, en train de l'embrasser avec une passion à en faire fondre les icerbergs ? Si Ryu m'avait dit ça ce matin, je lui aurais ri au nez. A présent, je me sens incapable de me détacher de lui.
Pourtant, pendant quelques secondes qui me paraissent interminables, nos lèvres se détachent, le temps de répondre aux besoins de nos coeurs essoufflés.

« Je t’interdit de même penser à t’écarter de moi, Choi. »

Nos visages sont si proches que mes lèvres effleurent celles de Ryu, alors que je lui réponds à voix basse, un demi-sourire habillant le coin de mes lèvres :

« Je m'en voudrais de partir en te laissant dans un tel état. »


Est-ce qu'il se rendait seulement compte à quel point il était érotique ? Cet imbécile...Allongé sous moi, avec un sourire si provocant, il est un véritable appel au viol. Cette expression assurée qu'il affiche me donne l'impression que rien ne peut le faire plier. Rien.
Et c'est exactement ce qui me donne envie d'essayer.
Je sens que mon ventre me brûle, alors que mon alarme interne me hurle de tout stopper. C'est une mauvaise idée, me dit-elle, et ma raison se range de son côté. Mais l'une comme l'autre, je les envoies rejoindre les enfers, parce qu'en cet instant, je suis incapable de me raisonner. Mon bassin lui-même se colle au sien, alors qu'une envie presque indécente s'empare de mon esprit, imposant à ce dernier des visions de mon meilleur ami totalement nu dans un lit. En train de me sourire, comme il sait si bien le faire.
Si provocant.
Ryu Jeong...Il est mon meilleur ami, et pourtant, il y a une facette de lui que je ne connais pas. Une facette que je pensais réservée à ses petites amies, un facette qui me resterait, je croyais, toujours inconnue. Cette putain de facette dont j'ai tant rêvé, à chaque fois que mon regard se pose sur lui, sans jamais oser le toucher autrement que ce que la société m'autorisait.
Cette facette interdite pour moi, "le meilleur ami".
Mais aujourd'hui, Ryu me donne une chance de l'apercevoir. De la vivre. Il n'est pas question que je laisse filer cette unique chance, et mes doigts se glissent dans les siens, possessifs, alors que mon front se pose contre le sien :

« Hey Ryu ~ »


Mon front quitte le sien, se glissant légèrement en arrière. Je souffle un air chaud contre son oreille, happant le lobe entre mes lèvres :

« Je suis censé tout connaître de mon meilleur ami...Pas vrai ? Alors...Apprends-moi. Livres-moi tout tes secrets...Ceux de ton coeur. Ceux de ton corps...»


Incontrôlable, mon visage descend légèrement, se frayant un chemin dans son cou, que je parsème de baisers brûlants, alors que je me retiens de justesse de marquer sa peau blanche avec mes dents.
Sa peau est délicieuse :

« Apprends moi à te connaitre...Entièrement. »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mar 17 Sep - 11:36

« Je m'en voudrais de partir en te laissant dans un tel état. »

Je souris, sachant parfaitement de quel « état » il parle. J’imagine très bien mes lèvres qui doivent être aussi rouges et gonflées que les siennes… Désirables… Tentatrices…  Je penche la tête, essayant de retrouver ne serait-ce qu’un peu de mes capacités mentales.

« Viens alors ~ » soupire-je, impatient de le sentir de nouveau.

Il n’a plus l’air aussi hésitant, j’ai plutôt l’impression qu’il a laissé tomber le côté ‘raison’ de la situation. Ceci n’est qu’une pensée renforcée par la pression de son bassin contre le mien. Je lâche un soupir de contentement, ce qui jusqu’à maintenant m’était même inconnu. Je veux dire, bien sûr que j’ai déjà eu des relations, je suis Ahn Ryu Jeong tout de même. Bizarre ne veut pas dire que je ne suis pas capable d’attirer les filles. Mais ce que me fait découvrir Kyun’ah sous ses lèvres, c’est différent. Ca a une tout autre dimension du plaisir… Alors que nos lèvres se frôlent dans un mouvement frustrant, je lui souris encore. De cette façon qui l’agace et lui fait perdre ses moyens. Je le connais tellement… Par cœur…

« Arrête de réfléchir Kyun’ah… » murmure-je en le sentant partir dans des idées trop lointaines.

Je fronce les sourcils, voyant qu’il ne repose pas sa délicieuse bouche contre la mienne. Au contraire, il vient lier nos doigts de nouveau, les serrant comme s’il avait soudainement peur que je me lève et m’en aille, le laissant seul sur la plage. Idiot. Comme si j’avais fait tout ça pour fuir la seconde qui suit. Je sens son front se poser lentement sur mon crâne, me faisant grogner d’envie de retrouver ses lèvres.

« Hey Ryu ~ »

Je sursaute légèrement, surpris d’entendre sa voix devenue rauque et grave si près de mon oreille.  Des frissons incontrôlés se développent le long de mon échine. Est-ce qu’un gamin peut devenir aussi sensuel ? Non pas que je le vois réellement comme tel hein. Je sais bien que Kyu Jung est plus mature que n’importe quel garçon de son âge… Mais il faudrait peut-être que je revois mes attentes quant à « sa jeune expérience ».

« Je suis censé tout connaître de mon meilleur ami...Pas vrai ? Alors...Apprends-moi. Livre-moi tout tes secrets...Ceux de ton coeur. Ceux de ton corps...»

L’envie de lui souffler qu’il n’a qu’à prendre ce qu’il veut me serre la gorge, mais je me retrouve incapable de prononcer le moindre mot alors que ses lèvres descendent courageusement le long de mon cou. Je resserre ma poigne dans son cou, pour lui intimer de ne surtout pas arrêter de parsemer ma peau de ses baisers brûlants. Cet abruti… Il a bien conscience de l’effet qu’il me fait, pas vrai ?

« Apprends moi à te connaitre...Entièrement. »

Je ferme les yeux, un seul instant. Juste le temps de reprendre ma respiration, qui s’est de nouveau coupée sous les attentions de mon cadet, puis je les rouvre, les plongeant dans son regard embrasé. Il veut me connaitre ? Soit. Un sourire en coin et un coup de hanche bien placé plus tard, j’ai inversé les rôles. Je me retrouve à califourchon sur son bassin, les mains posées à plat sur son torse, et je le regarde, l’air fier.

Je l’ai toujours trouvé beau. Il a un joli visage, sur lequel on pourrait s’arrêter durant des heures rien que pour l’observer. Des traits fins, une peau pâle, des lèvres attirantes. Oui, Choi Kyu Jung est beau, et je ne me lasse jamais de lui reprocher.
Mais là, à cet instant. Il n’est pas seulement beau. Ses cheveux sont tout éparpillés sur le sable, des grains mouillés les collants en de grosses mèches ébouriffés, ses lèvres rosées sont désormais plus rouges que le sang et gonflées de m’avoir embrassé, il a un petit air perdu, surement parce qu’il n’a pas compris comment je suis arrivé sur lui, mais ses yeux étincellent d’un désir qui me fait frémir.

Je me penche doucement, frôlant nos torses chauds. Je peux presque  sentir son cœur battre contre ma paume, et ça m’arrache un rictus satisfait. Il veut me connaitre, au moins autant que je veux savoir ce qu’est une relation avec une personne de mon sexe. C’est parfait.

« Apprends-moi ce qu’est l’amour avec un garçon, et je te laisse faire ce que tu veux Kyun’ah… » chuchote-je au moment où nos nez se frôlent.

Je n’attends pas son consentement, trop pressé de retrouver la douceur de ses lèvres. Je l’embrasse, montrant bien que cette fois, c’est moi qui mène la danse endiablée que se livre nos langues. Mes deux mains vont se loger dans sa nuque pour le maintenir contre moi. Je caresse sa peau du bout des doigts, tout en me demandant si je pourrais m’arrêter un jour. Lentement, presque inconsciemment, mes hanches se mettent à bouger d’elles-mêmes, guettant la moindre de ses réactions alors que je dévore ses lèvres.

Etrangement, assis sur lui, je ne me pose plus vraiment de question. Les questions stupides, voire futiles, comme « et si on nous voyait ? », ou « tout est clair entre nous, pas vrai ? ». Je veux juste continuer, encore et encore, sans avoir à me soucier des conséquences que cette décision pourrait avoir par la suite. Ni jusqu’où tout ça pourrait aller. Tant que je suis dans ses bras. Je veux juste découvrir ce qu’il a à me montrer, autant que je suis prêt à le laisser me connaître complètement…
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mar 17 Sep - 13:01

«Viens alors ~»

Impatient. Il est aussi impatient que moi et ce constat me fait sourire. Ryu, si tu savais à quel point je t'adore. Même lorsque tu souris de cette façon qui me déplait tant, qui me fait perdre tout mes moyens....Comme maintenant.
Ce sourire me rends fou et il le sait.


« Arrête de réfléchir Kyun’ah… »

Réfléchir ? J'ai oublié ce que c'est, de réfléchir, depuis que j'ai goûté aux lèvres de Ryu. Je n'ai plus envie de réfléchir, ou de penser à autre chose que lui. Lui et lui seul. Je souris légèrement en l'entendant grogner, en manque de mes baisers. J'adore le voir grogner de mécontentement. A la fois viril et sauvage...Ça me plait.
Sa poigne se resserre lentement autour de mon cou, me forçant à poursuivre mes baisers fiévreux contre le sien. Comme si j'avais l'intention d'arrêter.
Cependant, alors que j'attends une réponse de sa part, je me sens basculer, brusquement. Mes paupières s'écarquillent lorsque je me rends compte qu'il est assis sur moi, ses mains sur mon torse. Cet idiot est fier en plus, mais je suis incapable de lui en vouloir...Parce qu'en cet instant, je le désire encore plus. Ses cheveux sombres sont légèrement ébouriffés, à force de rouler dans le sable, sans compter le vent sur la plage qui les décoiffent, lui offrant une allure plus sauvage que d'habitude. Son regard brillant et droit me fait presque suffoquer de désir pour sa personne. Je ne l'ai jamais trouver plus érotique qu'en cet instant, et jamais, ô grand jamais je n'ai autant voulu quelqu'un d'autre que lui. Comment nous en étions arriver-là ? Je ne sais plus, et honnêtement, je m'en fiche.

« Apprends-moi ce qu’est l’amour avec un garçon, et je te laisse faire ce que tu veux Kyun’ah… »

Ses mots me font vibrer plus que de raison. Pas uniquement à cause de sa demande à proprement parler, si séduisante, mais aussi ce qu'elle représente pour moi.
Il a confiance en moi.
Ryu est prêt à se donner à moi pour apprendre, parce qu'il me fait confiance. Et sans doute parce que je lui plais autant qu'il me plait aussi. Pourtant, sans que je ne le contrôle, ce constat me fait doucement rougir.
Il faut juste que je fasse attention de ne pas tomber amoureux de lui. J'aime notre relation telle qu'elle est, parce qu'elle est basée sur une confiance inébranlable, et cette capacité de se comprendre sans même ouvrir la bouche. Pas besoin de devenir amant, amoureux ou que sais-je. Je suis déjà actuellement très heureux et chéris cette relation plus que n'importe quoi au monde.
Peu importe les conséquences de ce que nous nous apprêtions à faire. Je sais parfaitement que ça ne changera rien entre nous...A par nous rapprocher un peu plus, peut-être. Je le sais parfaitement, dans quelques années, nous serons encore en train de rire ensemble. Et c'est tout ce qui m'importe aujourd'hui.
En plus du fait de découvrir la chaleur de son corps, là, tout de suite. Et apparemment, Ryu semble d'accord avec moi, à sa façon de me dévorer les lèvres. Il initie le baiser, cette fois, et c'est loin de me déplaire. Je réponds à ses baisers avec autant de passion que lui, jusqu'à sentir ses hanches se mouvoir contre les miennes, m'arrachant des frissons de plaisir aussi délicieux que frustrants, si bien que je ne peux retenir un soupir s'échapper durant le baiser :

« Ah... »

Il est en train de me tuer à petit feu. Réellement. Mon corps me brûle, et mon bas-ventre n'a jamais était plus douloureux qu'en cet instant. Peut-être sent-il que ses attentions sont en train de me..."réveiller" plus bas. Et mon corps est plus fort que ma raison, ce moment-précis, je n'ai plus envie de lutter contre le désir qui me ronge.
Nous sommes trop jeunes pour nous poser sérieusement, de toute façon, alors profitons de l'instant présent...Et donnons à son meilleur ami ce qu'il désire.
Je presse un peu plus mes lèvres contre le siennes, me redressant légèrement sur les coudes. Ce contact, j'ai l'impression que plus jamais je  n'arriverais à m'en passer, et ça a l'air pareil pour lui,  sa façon d'appuyer contre ma nuque. L'une de mes mains se balade, glissant lentement sur la cuisse de Ryu, remontant dangereusement. Cette caresse lui plait, ou le frustre peut-être, je le sens tressaillir doucement sous ma paume. Je m'arrête une fois arrivé en haut, et mon pouce s'amuse à faire pression en quelques légers mouvements circulaires, très lents, contre l'intérieur de sa cuisse, proche de l'entrejambe.
Je veux le provoquer. A tout prix.

« Ryu~ »

Alors que ma main poursuit ses attentions presque obscènes sur le corps de mon meilleur ami, un sourire innocent étire doucement mes lèvres, pendant que je murmure :

« Ryu...Le sable n'est pas confortable. »


Je n'ai pas l'intention de faire ça ici, bien que l'impatience me vrille les tripes. Il faut que ce soit bien. Parfait, même. Qu'il prenne son pied avec moi plus qu'avec n'importe qui d'autre, c'est tout ce qui m'importe. Pour ça, il faut changer d'endroit. La plage est trop impersonnelle, trop froide, trop....Dérangeante.
J'avais envie de lui tout de suite. Mais pas ici.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mar 17 Sep - 22:57

« Ah... »

J’aime ce son. Je le devine déjà comme étant le premier d’une longue série, et ça ne fait que réchauffer mon corps un peu plus. Qui se plaignait du froid quelques minutes plus tôt ? Parce qu’honnêtement, je ne crois pas avoir eu aussi chaud ces derniers temps.

Je le sens se redresser doucement, comme pour presser davantage nos lèvres. Je tressaille, sentant qu’il a également dégagé l’une de ses mains pour la poser sur ma cuisse. Même sa paume parvient à laisser une trace brulante au travers de mon jean, alors qu’elle se déplace en remontant. Sa caresse m’arrache des sursauts au cœur, si bien que je suis obligé de me détacher de ses lèvres pour reprendre un semblant de respiration. Le fourbe. Je suis certain qu’il le fait consciemment, en sachant l’effet qu’il a sur moi. Son pouce s’amuse à me titiller légèrement sur l’intérieur de ma cuisse, me forçant à amplifier mes mouvements de hanches afin de le sentir davantage.

« C’est de la provocation ça, Choi. » parvins-je difficilement à articuler.

Il me rappelle à l’ordre, murmurant mon prénom d’une voix qui me donne soudainement l’envie de l’entendre hurler de plaisir. Pourtant, parti comme il est, c’est plutôt moi qui vais bientôt me retrouver à gémir plus que de raison sous ses attentions. Je suis certain qu’il en est conscient, vu son sourire faussement innocent qui s’étire sur ses désirables lèvres. Un de ceux qui me donne envie de lui ôter en un coup de langue.  

« Ryu...Le sable n'est pas confortable. »

Je retombe doucement sur terre, ayant l’impression de tout juste réaliser où je me trouve. C’est-à-dire, sur mon meilleur ami, qui lui-même est allongé sur un coin éloigné d’une plage publique. Je m’arrête un instant d’explorer sa nuque de mes lèvres et me redresse. Ce qui est assez difficile sachant l’état dans lequel je me retrouve – par sa faute - . Sa phrase, accompagnée de son regard qui en dit long, m’indique qu’effectivement il y a bien une suite prévue. Une seconde, j’hésite, les doigts resserrés sur les siens, toujours proches de mon entre-jambe qui commence sérieusement à se réveillé. Est-ce que j’avais prévu d’aller aussi loin dans les bras de mon cadet ? Probablement pas. L’embrasser, oui. Je voulais essayer, je voulais gouter, savoir l’effet qu’il me ferait. Est-ce que je savais que j’allais m’y perdre complètement ? Pas vraiment. Mais il est trop tard pour faire marche arrière. Quitte à le faire, autant aller jusqu’au bout.

Je me penche, m’agrippant à son col pour le relever de sorte à ce que l’on soit torse contre torse. Nos nez se touchent, nos regards se croisent, et un rictus moqueur prend forme sur mes lèvres. A le voir ainsi, je pourrai presque croire qu’il pourrait me suivre jusqu’au bout du monde si je lui demandais. Mon Kyun’ah.

« Chez toi ou chez moi ? » lance-je avant de me relever, libérant ses hanches.

Une fois debout sur mes jambes tremblantes d’anticipation et d’impatience, je m’époussette un peu, histoire de. Je ne sais pas ce que j’espère, je suis sûr qu’il suffit de me regarder pour comprendre que je suis dans un état de frustration assez élevé. Je n’aurai jamais le courage d’attendre jusqu’à la maison de Jong In, où il est évident que nous allons nous retrouver. Remarquant que mon cadet n’a pas bougé, je lui lance un coup d’œil en coin. Il est bien resté les fesses posées sur le sol. J’arque un sourcil, lui tendant une main salvatrice.

« Eh bien mon grand~ Ce n’est pas comme ça que je vais pouvoir m’occuper de ton derrière. »

Pourtant, une fois qu’il est debout et face à moi, je me sens soudainement prêt à lui laisser la place qu’il veut. Il me domine bien d’une dizaine de centimètres, et honnêtement, je ne résiste pas à l’envie de tendre la main pour attraper sa nuque. Je l’embrasse presque férocement, mordant un peu sa lèvre au passage, n’ayant pas besoin de mot pour lui montrer que plus vite on arrivera à la maison, mieux ce sera. Je pense qu’il a compris.

« Je suis sûr que Jong In sera content de nous voir débarquer tiens. » lance-je en poussant mon compagnon vers la ville.

Nous voir, je sais pas. Nous entendre, peut-être pas…
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mar 17 Sep - 23:50

« C’est de la provocation ça, Choi.»

Un demi-sourire étire mes lèvres. De la provocation ? Ryu connait si bien ce mot...Il passe son temps à le développer avec moi.
Mais rapidement, je vois son regard changer, comme s'il se rendait compte de quelque chose. Sa raison venait-elle de reprendre le dessus ? Je ne le forcerais jamais à quoi que ce soit, mais là, j'admets que mon corps -tout comme le sien, qui indique qu'il est très probablement dans le même état que moi- ne serait pas d'accord avec une éventuelle rétraction.
Rapidement, il se penche en agrippant mon col pour que l'on soit torse contre torse. Ce contact fait son petit effet, n'arrangeant décidément pas l'état gênant dans lequel je me trouvais. Et pourtant, à aucun moment je ne quittais son regard, plus beau encore que n'importe quoi d'autre sur cette terre.
S'il me demande, là, maintenant, de lui ramener le ciel, je le lui décroche pour l'accrocher sur l'un des murs de sa chambre.
Ce type me rend vraiment fou.

« Chez toi ou chez moi ? »

Qu'est-ce que je disais déjà ? Ah oui : il me rend fou.

« Chez moi, c'est compliqué...»


Il serait évident qu'on ne serait pas tranquille, et je suis prêt à parier qu'il a déjà compris que nous finirions chez lui. Il se redresse, et pendant un instant, je décroche, et le regarde. Son allure athlétique se dresse devant moi, élégante, et terriblement désirable.
Ahn Ryu Jeong...Te rends-tu seulement compte à quel point tu es séduisant ?
Il s'époussette le pantalon, se débarrassant des grains de sable coriaces, alors que je me perds dans ma contemplation. Il ne fait rien, et pourtant, je le trouve on ne peut plus appétissant. Rapidement, il me remarque, et arque un sourcil avant de tendre sa main, que je devine délicieusement chaude :

« Eh bien mon grand~ Ce n’est pas comme ça que je vais pouvoir m’occuper de ton derrière. »

Je saisis sa main avec un sourire, afin de me relever. Oui, je suis bien prêt à me laisser faire, avec lui. En fait, je suis prêt à expérimenter les deux sens, s'il m'en laisse l'occasion. Mais pour l'heure, il m'empêche de lui répondre en m'embrassant férocement, et je ne tarde pas à le rejoindre dans ce ballet endiablé. J'ai très bien réceptionné le message ~ moi aussi, j'ai hâte de rentrer.
Alors qu'il me pousse vers la ville, je marche tout en entendant ses mots :

« Je suis sûr que Jong In sera content de nous voir débarquer tiens. »

Arf, je l'avais oublié celui-là....Pour une fois, j'espère sincèrement qu'il est absent, parce que je risque de ne pas pleinement être satisfait. Nous serions obligés de retenir nos cris...Pour une première fois commune, ce serait bien dommage. Même si, au fond, retenir nos gémissements de plaisir pourrait être tout aussi intéressant...
Je ne suis d'ailleurs jamais aller jusqu'au bout avec un homme mais les préliminaires, je les ais expérimentés, alors ça ne m’inquiète pas trop.
Ah mais...Est-ce qu'il a du lubrifiant, chez lui ? Bon, sans doute en reste-t-il depuis sa dernière nuit de folie avec une copine. Mais là encore, je pense à Jong In, qui est sans doute à la maison.
Alors que j'avance en bougonnant, les mots de Ryu me reviennent en tête, et j'effleure le bas de son dos, alors que mon corps se penche en avant pour souffler à son oreille :

« Au fait, Ryun’ah


Je m'amuse à reprendre ses petites mimiques de vocabulaire tout en murmurant :

« Je te laisserais t'occuper de mes fesses uniquement si tu tiens encore debout...Après ce que je t'aurais fait subir. »


J'accentue mes derniers mots en donnant une légère tape sur son fessier avec un sourire. Au moins, il était prévenu. Je m'amuse un instant de sa réaction, tout en trouvant le chemin étonnamment long. Il habite si loin que ça, Ryu ? Dans mes souvenirs, sa maison était plus proche...Mais dans mes souvenirs, je n'ais jamais été aussi impatient de m'y rendre, malgré la pointe d'anxiété délicieuse qui me tiraille.
J'inspire profondément lorsqu'enfin, nous nous retrouvons devant chez lui. Tout me semble différent, parce qu'aujourd'hui, tout serait différent.
Je me rends compte que je fais beaucoup moins le malin, maintenant que l'instant fatidique approche. Et je ne le cache pas, parce que de tute façon, je ne peux rien cacher à mon meilleur ami, même quand j'essaie. Le suivant à l'intérieur, je retire mes chaussures, tout en relevant les yeux, guettant une éventuelle présence :

« Il est là, Jong In ? »


Je ne cache pas la note d'espoir dans ma voix. S'il n'est pas là, je me sens bien capable de plaquer Ryu contre le premier mur qui croise ma route, là, tout de suite.
Faites qu'il ne soit pas là.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mer 18 Sep - 18:36

« Au fait, Ryun’ah.»

J’avoue avoir du mal à me concentrer sur ce qu’il a à me dire, avec sa main posée délicatement dans le bas de mon dos et son souffle chaud qui vient me chatouiller le lobe de l’oreille. Surtout en utilisant ce surnom mielleux, qui ne me laisse rien présager de bon. S’il continue comme ça, je ne vais pas pouvoir attendre d’être arrivé et je vais devoir me débrouiller pour coincer son corps d’asperge dans un coin de ruelle. Loin d’être romantique pour une première fois, pas vrai ? Mais il ne fait rien pour attiser mon envie qui se fait de plus en plus pressante. Sale gosse.

« Je te laisserais t'occuper de mes fesses uniquement si tu tiens encore debout...Après ce que je t'aurais fait subir. »

Je reste la bouche ouverte, ne sachant pas exactement si ces mots me font craindre la chose, ou si justement, ils me rendent plus impatient. Je finis par me reprendre en sentant ses doigts contre mes fesses. Je me retourne, juste assez pour planter mon regard dans le sien avec un sourire qui en dit long.

« Tu ne crois tout de même pas que je vais te laisser t’approcher de mon délicieux postérieur sans avoir eu le droit au tien avant, pas vrai Kyun’ah ? »  dis-je en laissant mon regard descendre le long de son corps.

Tel est pris qui croyait prendre. Ce proverbe ne m’a jamais semblé aussi juste qu’en ce moment. Tout comme la route jusqu’à la maison de mon tuteur me semble interminable. Est-ce que j’habite vraiment aussi loin, ou c’est mon esprit qui me joue des tours ? On est à dix minutes de la plage, et j’ai l’impression de marcher depuis des heures déjà.

« Et les rues s’allongent ou c’est moi ? »

Je râle, alors que je peux apercevoir la porte à quelques mètres. C’est de sa faute aussi… S’il ne me semblait pas soudainement important de sentir son corps pressé contre le mien, je ne serais probablement pas aussi intenable. Qui sait ce que je serais capable de faire si j’étais sûr qu’aucun regard ne tomberait sur nous, là, au milieu de cette rue. Non pas que cela m’importe énormément. J’ai l’habitude que les gens parlent de moi, à commencer par mes parents qui pensent qu’être twao me rend également idiot, donc incapable de les comprendre lorsqu’ils s’acharnent dans mon dos. Mais je refuse que quiconque s’en prenne à Kyu Jung. Par ma faute, encore moins.

Je me dépêche donc de sortir mes clefs, qui résonnent entre mes mains tremblantes. Je ne pense plus, du moins plus qu’à l’instant où je pourrai de nouveau sentir ses lèvres contre ma peau. Je pousse la porte, lâchant au passage un soupir de soulagement en ne voyant pas les chaussures de mon ainé à leur place. Théoriquement, il est absent. Reste à savoir pour combien de temps.

Je me tourne vers Kyu, notant aussitôt l’air crispé qu’il aborde. J’arque un sourcil, surpris. Est-ce qu’il a peur soudainement ? Mon entrain – qui dix secondes plus tôt me hurlait de lui arracher ses vêtements, là dans l’entrée – se calme légèrement en remarquant ses joues roses et ses lèvres pincées. Il peut dire ce qu’il veut, il reste la personne que je connais le mieux. Je m’approche de lui doucement, plongeant mon regard dans le sien en essayant d’être rassurant. Il sait bien que je ne le forcerais jamais à faire quoique ce soit, n’est-ce pas ? Je pose une de mes mains contre sa joue et l’amène lentement jusqu’à moi, venant picorer ses lèvres du bout des miennes.

« - Il est là, Jong In ?
On va vite le savoir en tout cas. » réponds-je avec un petit sourire, avant de prendre sa main pour l’emmener vers ma chambre.

Pourtant, je n’ai pas le temps d’atteindre la porte que déjà mon dos la rencontre brusquement. Je cligne des yeux, sentant des lèvres s’échouer contre ma nuque et m’arrachant un gémissement à peine audible. Eh bien, où est passé le petit garçon craintif que je pensais voir il y a un instant ? Il a soudainement bien grandit hein. Je dégage mes mains et vais les enfouir dans ses cheveux, ramenant son visage vers le mien. Ses lèvres, je ne veux que ses lèvres. Comme une toute nouvelle obsession dont on ne peut se passer. Et alors que j’essaie de le dévorer, un bras passé autour de ses épaules, je tente tant bien que mal d’ouvrir le battant qui nous retient hors de la chambre. Agacé, j’inverse encore une fois les rôles, le plaquant d’un coup de hanche contre la porte. Puis laissant mes lèvres aller grignoter sa clavicule, je parviens enfin à atteindre la poignée. C’est après avoir laissé une marque rougeâtre que je m’écarte, le poussant sans peine à l’intérieur.

« Aller Kyu, avoue-le. Tu ne t’attendais pas à ça en te levant ce matin. » murmure-je en lui enlevant sa veste trop lourde et trop gênante. « Ou alors tu me connais vraiment bien… Mieux que moi-même. »

Tu parles trop Ahn Ryu Jeong. Ce n’est pas dans ces moments-là que tu dois devenir bavard. Tout ce que j’ai à faire, c’est me saisir de ses lèvres et le plaquer sur mon lit, avant de lui faire découvrir de toutes nouvelles étoiles au nom encore inconnu. Avant qu'il ne pense à le faire, ce qui voudrait dire qu'il à aussi dans l'idée de prendre le dessus. Naïf va.  

« Sois mignon, et obéit à ton ainé, d’accord Kyun’ah ? » souffle-je en m’occupant de la boucle de sa ceinture avec un sourire espiègle.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mer 18 Sep - 19:52

« - Il est là, Jong In ?
On va vite le savoir en tout cas. »

Je le sens me prendre la main pour m'amener dans sa chambre. Ce chemin, je l'ai fait maintes et maintes fois depuis que je connais Ryu, mais jamais il ne m'a parut si brûlant. Je n'attends pas une seconde pour coller mon meilleur ami contre cette porte, plongeant mes lèvres dans son cou. Le gémissement qui s'échappe de ses lèvres me fait oublier toute notion, mon esprit rempli de lui, et de mon envie de m'unir à lui.
Je sens que Ryu glisse ses mains dans ma chevelure, alors qu'il possède une nouvelle fois mes lèvres. J'adore ce contact, réellement. Je deviens addict de ses baisers, comme une drogue dont on ne peut se passer.
Je le sens en train de tenter d'ouvrir la porte sans y parvenir, et souffle un son de surprise alors qu'il inverse nos positions. Un sourire étire mes lèvres en sentant la marque rouge contre ma clavicule, et enfin cette porte nous autorise à entrer.

« Aller Kyu, avoue-le. Tu ne t’attendais pas à ça en te levant ce matin. » murmure-t-il alors qu'il me retire ma veste d'un geste expert, me faisant frissonner au passage. « Ou alors tu me connais vraiment bien… Mieux que moi-même. »

Je murmure à mon tour, souriant doucement :

« Non....Non, je ne m'y attendais pas. Si j'avais su, j'aurais mis mon réveil. »
Je ne peux m'empêcher de plaisanter, même dans un moment pareil. Sans doute était-ce pour calmer mon impatience et mon angoisse.
Cependant, lui-même est bien bavard, d'un coup. Ryu n'a jamais été quelqu'un de particulièrement silencieux, mais là...Peut-être est-il aussi stressé que moi ?

« Sois mignon, et obéit à ton ainé, d’accord Kyun’ah ? »

Son sourire fait apparaitre le mien à mon tour. Je déglutis malgré tout, alors qu'il ouvre peu à peu la boucle de ma ceinture, me faisant comprendre que tout ceci est bien réel. Sérieusement ? Je peux le laisser faire ce qu'il veut, là maintenant, tant sa voix est envoûtante. Mais il se trouve...Que je suis aussi taquin que lui :

« Dans tes rêves mon joli. »

Je me redresse souplement en bandant les muscles de mes abdominaux, me retrouvant alors en position assise, sous lui. Sourire aux lèvres, je souffle un air chaud contre son cou alors que mes mains se débarrasse de ce haut trop encombrant à mon goût. Mes dents s'enfoncent doucement dans la chair de ma lèvre inférieure, alors que mes yeux parcourent sa peau nue, enfin dévoilée sous mes yeux. Ce n'était pas la première fois que je voyais Ryu torse nu, et pourtant...Je le trouve beaucoup plus...Sensuel que d'habitude.
Trop sensuel.


« Ryu...»


Cette fois...Il n'y avais plus de place pour le jeu dans ma voix. Je le désirais...Réellement. Et je vois dans son regard qu'il le sens. Je suis sérieux, Ryu...Mais jamais, jamais je ne me retiens de sourire. Il parait...Que le rire et le sexe, c'est délicieux. Ensemble.
Je suis prêt à tester ça avec toi, my best friend~
Doucement, mes mains se chargent à mon tour de sa ceinture à lui, que je laisse lentement glisser sur le sol, sans le quitter des yeux. Il est toujours assis en face de moi, à demi-dévêtu, et je souffle en un murmure à peine audible :

« Jolie vue...»


Mes mains glissent à ses hanches, se débarrassant peu à peu de ses derniers vêtements, le plus lentement possible. Qu'est-ce qu'il a dit déjà, tout à l'heure ? Ce n'était pas « Tu ne crois tout de même pas que je vais te laisser t’approcher de mon délicieux postérieur sans avoir eu le droit au tien avant, pas vrai Kyun’ah ? »  ? Pourtant, je suis plus habillé que lui jusque là, est-ce la preuve qu'il est prêt à se laisser faire ? En attendant...J'ai bien l'intention de prendre mon temps.
De faire durer ce plaisir jusqu'à ce qu'il en redemande.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mer 25 Sep - 16:44

« Dans tes rêves mon joli. »

J’hausse un sourcil, notant à peine le joli sourire en coin qui a pris place sur ses lèvres avant qu’il ne se redresse. Nos nez se touchent presque, sensation frustrante alors qu’inévitablement, je louche sur ses lèvres.

C’est tout de même dingue. Est-ce que je me suis levé de ce même lit ce matin, en me disant que je m’y retrouverai assis sur les jambes tremblantes de mon meilleur ami ? Surement pas. Du moins, pas consciemment. Pour être honnête – comme j’ai tendance à trop l’être d’ailleurs – cela fait plusieurs jours, voire semaines, que cette idée me trotte dans la tête. Depuis qu’elle est partie en fait. M’abandonnant pour retrouver sa précieuse âme sœur de l’autre côté de la frontière. Tout est devenu plus réel alors. Les histoires que Jong In me raconte depuis mon enfance ont pris leur sens, et mon envie d’être à mon tour entier s’est révélée de plus en plus forte au fil du temps. Devenant une véritable obsession, à tel point qu’entre mon tuteur et moi, les discussions tournent souvent autour de ce sujet. Epineux, sujet. Pourtant, sa déclaration lors de l’une d’elle, me reste au travers de la gorge. «Et si ce n’était pas une fille, Kyu Jeong ? Est-ce que tu l’aimerais quand même ? ». Je suis resté muet face à sa question. Pourquoi mon âme sœur ne serait-elle pas une fille ? Non pas que ça m’importe en réalité. Je ne me suis jamais posé la question de « est-ce que je suis gay ? » puisque je ne suis sortie qu’avec des filles pour le moment, ou « est-ce que j’aimerai embrasser un garçon ? » puisque je n’ai jamais touché d’autres lèvres que celles d’une fille, mais... Il y a Kyun’ah. Kyu Jung, ce sale gosse au caractère quelque peu pourri, mais qui reste tout de même le seul garçon pour qui j’ai ressenti de l’attirance jusqu’à maintenant. Alors oui, je me dis… Pourquoi pas ?

« Ryu...»

Sa voix douce, presque gémissante me rappelle à l’ordre. Est-ce que je me suis perdu dans mes pensées depuis longtemps ? Je cligne des yeux, remarquant soudainement que Kyu a profité de mon absence mentale pour m’ôter mon tee-shirt.

« Profiteur~ » souffle-je en levant mes yeux vers les siens.

Je suis frappé par l’étincelle que j’y trouve, ne sachant pourtant pas comment l’interpréter. C’est un parfait tourbillon de sentiment. Joie, désir, crainte, déterminé. Je lui souris, et pendant un instant, on reste ainsi, sans bouger. Mes bras passés autour de sa nuque, le regard plongé dans ses jolies pupilles brunes. J’ai confiance, au final, c’est juste… Comme un nouveau jeu auquel nous jouons ensemble. Et rien de plus.

Puis il fait un mouvement à peine perceptible, desserrant ma ceinture qui retombe sur le sol dans un bruit clinquant.

« Jolie vue...
- Enjoy. C’est la seule que tu auras avant que je ne m’occupe sérieusement de toi.»

Je le laisse faire, profitant de chacune de ses caresses alors qu’il me débarrasse des derniers tissus qui me retiennent de la nudité. Il prend son temps, le fourbe. Ses mains tombent lentement sur mes hanches, flattant ma peau avant de remonter le long de mes flancs. Si je ne me retenais pas, je le plaquerais sur le matelas, et lui ferait subir la même torture. Aussi douce soit-elle.

« Combien… T’en as déshabiller… Comme ça ? » demande-je avec peine alors que ses doigts s’approchent dangereusement de la dernière partie recouverte.

Juste pour savoir. Juste pour connaitre le nombre de ses conquêtes, avant que je ne fasse intrusion dans son lit. Ou plutôt qu’il le fasse dans le mien.

Puis décidant avoir assez attendu, je m’accroche à ses épaules et le pousse, retombant sur lui. Sans lui laisser le temps de répliquer, ou de se plaindre, je lie nos lèvres. Récupérant mon souffle, je redescends le long de son cou, l’embrassant, le léchant, et le suçotant légèrement. Quitte à laisser une marque, il ne devrait pas s’en plaindre. Que tout le monde sache qu’il est mien, après tout. Pourquoi voudrais-je partager l’une des personnes les plus importantes de ma vie ?

Et bientôt, il se retrouve aussi nu que le premier jour, sous moi. Je n’aurais jamais cru aimer cette vue autant que je le fais en ce moment, me délectant amplement de sa peau blanche, et des légères marques laisser par mes ongles. Je sens son souffle qui s’écrase contre ma chair alors que je m’amuse de chaque réaction que ma bouche cause sur son corps. Je souris, appuyant sur les points sensibles que j’ai le plaisir de découvrir, descendant encore et encore. J’ai envie de prendre soin de lui, mieux que je ne le fais habituellement avec mes partenaires. Non pas que j’en ai eu énormément, non plus.

« Kyun’ah… Jouons~ » murmure-je avec un dernier éclat de malice avant de prendre les choses en main.

Hors de question de laisser les rôles s'inverser. On a assez attendu pour pouvoir enfin passer aux choses sérieuses...
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Mer 25 Sep - 18:57

Je vois Ryu louchait sur mes lèvres, plusieurs fois de suite. Pas du tout gêné, j'esquisse un sourire, appréciant son regard sur moi. J'aime qu'il me regarde...Surtout lorsque le désir transparait de ses pupilles.
Et pourtant, un instant, son regard se perd dans le vague. A quoi pense-t-il ? Il a un air si concentré que pendant un instant, je prends peur, ayant l'impression qu'il était loin de moi. Dans un endroit que je ne pouvais pas atteindre. Heureusement, cette sensation cesse quand il se souvient que je suis là, sous lui.

« Profiteur~ »

Je souris doucement en l'observant. Depuis le temps que j'ai envie de lui, normal que j'en profite.Il garde les mains autour de mon cou pendant quelques minutes, et nous nous observons en silence.

« Jolie vue...
- Enjoy. C’est la seule que tu auras avant que je ne m’occupe sérieusement de toi.»

Je ne retins pas un léger rire. Sa répartie légendaire, je ne m'en lasserais jamais. Poursuivant mes caresses il finit entièrement nu, et je m'arrête un instant en entendant sa question :

« Combien… T’en as déshabiller… Comme ça ? »

Embrassant son cou, je suce lentement sa peau entre mes lèvres pour le marquer, tout en soufflant un air chaud contre celui-ci :

« Hm...Deux filles...Celles qui m'ont fait basculer dans l'autre bord...»


Mes mains flattent ses cuisses, alors que je murmure en le regardant :

« Mais chez les garçons...Tu es le premier. »


C'était la vérité. J'étais attiré par les hommes, mais je n'étais jamais allé jusqu'au bout avec l'un d'entre eux. En seize années de vie, je n'avais expérimenté que les filles...Et savoir que Ryu Jeong est mon premier garçon me rendait véritablement heureux.
J'espère simplement que ça ne l'effrayait pas, lui.
Cependant, il me pousse, et je me retrouve allongé sous lui. Je l'observe sans comprendre, jusqu'à recevoir un baiser fougueux, auquel je réponds avec plaisir. Je reprends mon souffle alors qu'il descend le long de mon cou, et respire plus vite, le souffle court à cause du désir et de l'excitation qui s'empare de moi.
Je sens qu'il me laisse des marques à son tour et j'adore ça. La sensation brûlante que laisse ses lèvres sur ma peau...Rapidement, je finis tout aussi nu que lui. Intimidé ? Je l'étais, évidemment, mais pas question de le montrer. Je garde ainsi un sourire assuré tout du long, le laissant contempler mon corps un peu trop grand pour mon âge. Je ne retins pas un gémissement alors qu'il griffe ma peau, la marquant encore et encore, me remplissant de désir pour lui, alors que je gémis mon plaisir sous ses gestes experts. Il descend trop bas...Beaucoup trop...
Pourquoi est-il si doué ?

« Kyun’ah… Jouons~ »

Son regard malicieux et son sourire décidé me trouble au plus haut point. C'est dangereux...Très dangereux.
Je sens, tout comme lui, que nous arrivons véritablement aux choses sérieuses. Ma respiration s'accélère un peu plus, alors que je comprends qu'il est sérieux. Je tente d'inverser nos positions, une fois encore, mais mon meilleur ami bande tous ses muscles, restant au-dessus de moi, m'empêchant de nous faire rouler. Je n'oublies pas qu'il est plus âgé que moi, mais une telle force...
Bien que la mienne soit fortement diminuée par le plaisir qu'il m'offre.

« R...Ryu... »


Mes joues s'empourprent, alors que je déglutis. Vraiment...Ce serait vraiment moi ?
Peu importe. C'était Ryu, après tout...Il peut bien me faire ce qu'il veut. Je me mords la lèvre, terriblement émoustillé, et un peu gêné je dois dire, et glisse une main dans la chevelure de mon meilleur ami. Cependant, je ne peux m'empêcher de le provoquer. Il me doit bien ça, si je dois me laisser dominer :


« Dis moi...Tu sais comment faire au moins ? »


Je lui tire doucement la langue, bien que je dois être écarlate de gêne et de plaisir, alors que mes jambes enlaçent doucement sa taille pour lui faciliter la tâche. Ma voix se fait plus basse :


« Viens...Ryu.»


Je ferme les yeux alors que mes lèvres se posent sur les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Jeu 26 Sep - 22:37

Gardant à l’esprit que, comme moi, il s’agit de sa première fois, j’essaie tant bien que mal de me montrer rassurant. Il tente vainement d’inverser les rôles encore une fois, mais je suis bien décidé à le garder dos au matelas. Je le maintiens, planquant mon corps contre le sien tout en me délectant de sa chaleur. Comme si j’avais besoin de ça pour me réchauffer. Je l’ai senti se tendre sous mes doigts, alors que pendant une infime seconde, de la peur s’est lu sur son visage. Ah ça, tu peux me regarder avec ce sourire que tu veux sûr, je sais lire en toi mieux que dans un livre dont les pages s’étaleraient devant moi.

« R...Ryu... »

Je caresse sa joue, souriant, avant d’embrasser chaque parcelle de son visage avec douceur.

« Tu peux encore dire non, me pousser, m’insulter… » dis-je près de ses lèvres. « Kyun’ah. Je ne te forcerais jamais, tu sais ? On est deux. »

Mais en le voyant mordre ses lèvres, je devine qu’il n’en fera rien. Au contraire, il vient même glisser une de ses mains dans mes cheveux, tirant légèrement dessus en nous rapprochant. Je ne dis rien de plus, le laissant prendre son temps. Après tout, c’est nouveau pour moi aussi.

« Dis moi...Tu sais comment faire au moins ? »

Je lève les yeux au ciel, amusé par sa remarque, tout en étant apeuré par l’idée de lui faire mal. Ce qui est la dernière chose que je souhaite. D’un coup, j’attrape ses hanches et les lève vers moi, collant nos bassins entre eux. Un gémissement échappe la barrière de mes lèvres, alors que je me concentre pour lui répondre.

« Tu crois pouvoir attendre que je lise le mode d’emploi peut-être ? »

Je ne sais pas d’où je puise la force de faire de l’humour, alors qu’honnêtement, je n’ai qu’une envie… Qui vient me serrer l’estomac alors que sa voix se perd dans des sons plus qu’érotiques lorsque je le prépare patiemment à m’accueillir en lui. Je ne suis pas particulièrement sensible à la musique, je crois bien n’avoir jamais entendu plus belle mélodie que celle-ci. Je sens chaque atome de mon corps s’enflammer un peu plus alors que je tente tant bien que mal de me retenir, et de ne pas le prendre immédiatement, de la pire des façons. Pourtant, il suffit que je croise son regard embué et ses jolis traits déformés par le plaisir pour que mes pulsions se restreignent légèrement. Je me contente de lui sourire, bougeant lentement mes doigts pour trouver ce qui le fera monter dans les aigus.

Ce qui ne tarde pas à arriver, faisant arquer son dos d’une façon qui me déclenche de longs frissons. Je sens ses mains moites se refermer sur mes poignets, retournant mon attention vers son visage tendu. Avant même qu’il ne dise quoique ce soit, je comprends. Bientôt, il n’y aura plus besoin de mots. Nous serons plus proches que nous ne l’avons jamais été, nous ne ferons plus qu’un.

« Viens...Ryu.»

Je n’hésite pas une seconde de plus, et obéis, caressant ses hanches du bout des doigts. Lentement, je m’abaisse contre lui, sentant son cœur s’emballer contre mes côtés lorsque nos lèvres se frôlent. Les crépitements de mon propre organe vital viennent s’ajouter à ses battements, et doucement, je lie nos deux corps. J’occupe sa bouche, sentant ses muscles se tordre sous l’intrusion. J’ai mal de sentir qu’il a mal, et pourtant, je ne peux m’empêcher d’être étreint d’un plaisir sans fond. Je me mords la lèvre, restant le souffle coupé, front contre front. J’aimerais m’assurer qu’il va bien, mais j’ai déjà énormément de mal à bloquer mes hanches pour ne pas qu’elles ne bougent.

« Kyu… T’es trop… Trop… »

Je pose l’avant de mes bras de chaque côté de sa tête, restant si proche de lui que je peux sentir son souffle saccadé s’écraser contre mon nez. J’ouvre les yeux, cherchant à croiser l’approbation dans son regard. Le moindre signe qui m’indiquerait qu’enfin, je pourrais lui faire ressentir plus de bien que de douleur.

Je ne regrette pas. Etre ainsi avec lui, ce n’est pas seulement « essayer », c’est… Ne faire plus qu’un avec mon meilleur ami, l’une des personnes les plus chères à ma vie. Etre ensemble. Liés. Et ça, par delà le plaisir, c’est un sentiment plus fort que les autres.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Ven 27 Sep - 0:49

Je fond doucement sous les baiser de Ryu Jeong, alors qu'il cajole mon visage sous ses lèvres, me rassurant peu à peu.

« Tu peux encore dire non, me pousser, m’insulter….Kyun’ah. Je ne te forcerais jamais, tu sais ? On est deux. »

« J'ai l'air de me sentir forcé ? »

Un sourire revint habiller mes lèvres. Il est vraiment attentioné, mon grand dadais de Ryu Jeong, lorsqu'il s'y met. Ça me fait vraiment plaisir, mais là, je ne veux vraiment pas m'arrêter.
Et cela se confirme lorsque je sens nos hanches les unes contre les autres.

« Tu crois pouvoir attendre que je lise le mode d’emploi peut-être ? »

Non. Non, je ne peux pas. Surtout quand il me regarde de cette façon. Même si son humour m'a fait rire une centième de seconde, l'envie que me vrille les tripes et en train de m’assommer au matelas, alors qu'il commence les préparations. C'est une étape obligé, et je le remercie, au fond de moi, d'être si consciencieux. Il est évident que j'aurai fait de même...Si seulement j'étais parvenu à inverser les rôles. Cependant, j'oublie bien vite cette idée alors qu'une puissante point de plaisir cambre mon corps sans que je le contrôle, me faisant écarquiller les yeux.

Délicieux.

Je me doute parfaitement ce qu'il vient de toucher, mais j'ignorais jusqu'ici à quel poin t c'était agréable. Son sourire me fais comprendre qu'il a bien compris la situation, lui aussi, alors que je serre ses poignets entre mes mains. Nous nous échangeons un regard, et communiquons sans ouvrir la bouche.

Ma respiration se fait erratique, alors que ses hanches s'affaissent contre les miennes. Ma mâchoire se crispe alors que la douleur me tenaille. Mais elle est adoucie grâce aux préparations minutieuses de mon attentionné de meilleur ami. Je le remercie intérieurement pour ça et me retint de justesse de faire une blague salace sur son imposante présence. Ce n'est pas le moment de flatter son ego, même pour détendre l’atmosphère.

« Kyu… T’es trop… Trop… »

Je tente de calmer ma respiration saccadée tout en observant Ryu. Je parvins à sourire, comme toujours, même si mes yeux humides témoignent de l'effort, du plaisir, de la douleur et de l'émotion que je ressentais en cet instant, alors que je fais semblant de finir sa phrase :

« Hm...Magnifique ? »

Mon rire essoufflé s'estompe rapidement, alors que mon meilleur ami pose ses avant-bras de chaque côté de ma tête. Je l'observe à mon tour, bien que ma respiration erratique prouve que je suis tout sauf calme, et sens mon coeur qui s'emballe. Mais cette fois, je ne fais rien pour le cacher. Je n'en ai pas envie. Que Ryu sache dans quel état il me met lorsqu'il me regarde ainsi.
Je sais parfaitement ce qui l'attend, et je prends le temps de me détendre. Ne pas se précipiter, bien que ce ne soit pas l'envie qui m'en manque, il faut l'admettre.
Et puis, en l'observant, je me rend compte d'une chose : nous nous étions rapprochés. Pas uniquement physiquement. Si nous n'étions pas allés jusqu'ici, est-ce que j'aurais su un jour que Ryu Jeong était capable d'avoir un tel regard ? Qu'il possède une lueur dans les yeux capable de me terrasser en une seule seconde ? Est-ce que j'aurais su que l'odeur naturelle de sa peau est si chaude, dans l'intimité d'une chambre ?
Aurais-je seulement compris que mon meilleur ami est capable d'une telle attention, d'une telle douceur alors qu'il dégageait une sensualité à damner une colonie de saint ?
Quand je l'observe, je vois ses cheveux d'ébène légèrement ébouriffés retombant sur ses yeux, alors que son regard de braise me dévore avec une douceur presque violente. Paradoxale, mais délicieux.

Je viens enfin de comprendre ce que signifie vraiment ne faire qu'un avec quelqu'un. Comme les âmes soeurs...Des âmes jumelles. Dans le sens unies, et non pas amoureux du terme. En amitié comme dans la vie, si je le pouvais, j'oserais dire à voix haute qu'il était la mienne. Mais le sens "amoureux" du terme m'en empêche, simplement parce que nous ne sommes pas amoureux et que nous le serons jamais. Mais ça ne me gêne pas, parce que notre relation était bien plus intense et solide que ça.

Je ne peux pas vivre plus beau moment que celui-ci. Avec mon meilleur ami...C'est un jeu, une expérience, une découverte. Ensemble.
Et jamais, jamais, je ne regretterais cet instant. Il est trop important dans ma vie pour que je regrette cette première fois avec lui.
La douleur disparait, et mon impatience grandit en même temps. Frôlant ses bras, je remonte mes mains et m'agrippe à sa nuque. Pas besoin de mots, je sais que mon regard est suffisant pour qu'il comprenne qu'il avait mon feu vert. Je ne veux plus attendre. Je ne veux plus le faire attendre.

Une litanie de son s'échappe alors de mes lèvres. Je ne me savais même pas possesseur d'une telle voix avant cela. Elle se transforme au rythme de ses mouvements, et j'en oublie d'être gêné, trop occupé à atteindre le septième ciel.
En plus d'en apprendre plus sur lui, il arrive à m'en apprendre plus sur moi-même, cet idiot.
Ce superbe, magnifique idiot...
Mes ongles s’enfoncent légèrement dans la peau de son dos, comme s'il fallait que je me raccroche à quelques chose pour ne pas défaillir dans les limbes du plaisir. Lorsque je m'en rends compte, je desserre ma prise et me confond en excuse, malgré la situation dans laquelle nous nous trouvions :

« 'Scuse...Ryu...»

Cependant, mon attention est vite détournée, alors que mon meilleur ami, en plus d'être celui qui connait le mieux mon esprit, connaît à présent mon corps par coeur, vient de trouver le point culminant du plaisir au plus profond de moi. Mon cri plus que significatif le met sur la voie dans la seconde :

« Ahw~ Ryu ! »

Ma respiration s'accélère. Si seulement je pouvais mourir, maintenant, dans ses bras...Je ne demande rien de plus dans cette vie.

«...Recommences...»

Je me redresse légèrement pour murmurer contre ses lèvres, que je mordille en douceur :

« Achèves-moi...»
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Ven 27 Sep - 20:06

« Hm...Magnifique ? »

Ce n’est pas le mot que j’aurai employé, bien qu’il n’ait pas totalement tort. Comme ça, sous moi, le corps tendu dans un sentiment perdu entre le plaisir et la douleur, il n’est pas simplement magnifique. De son odeur sucrée soudainement si chaude, à ses cheveux en bataille sur l’oreiller, ses joues roses, ses pupilles pétillantes et embuées, jusqu’aux marques qui constellent sa peau d’ordinaire si pâle… C’est une image de lui, si secrète, si inattendu venant de ce gosse aux allures rebelles, dont j’aimerai pouvoir me souvenir jusqu’à la fin de ma vie.

Est-ce que je me suis déjà senti aussi proche de quelqu’un qu’en cet instant ? Jamais. Il est le premier qui fait battre mon cœur de cette façon, alors que peu à peu, je prends possession de son corps. L’unique personne à me donner envie de faire passer son plaisir, son bonheur, son sourire, avant le mien. Le seul avec lequel je n’ai pas si peur de m’abandonner complètement. L’amour, je ne l’ai jamais vraiment connu. Ce n’est pas que je ne veux pas tomber amoureux, c’est simplement que ça ne servirait à rien car il n’y a qu’une personne en ce monde qui pourra lier sa vie à la mienne. C’est probablement pour cette raison que pendant un instant, un si faible instant, je me mets à souhaiter que ce soit lui. Qu’il soit cette âme que je cherche pour compléter la mienne. Je le sais que c’est impossible. Mais peut-être, peut-être que si c’était le cas, je serais d’ores et déjà éperdument amoureux de Kyu Jung.

Sentir ses mains monter en de douces caresses jusqu’à mes épaules ne m’aident en rien à calmer les pensées qui m’incitent à commencer à bouger les hanches. Pourtant, quand je croise son regard je devine aisément que ce n’est pas ce qu’il veut. Que je me retienne. En un souffle, il m’indique que je peux enfin me mouvoir en lui. Attendre ? Je ne peux plus. Un coup de hanche, hésitant d’abord et une vague de plaisir s’insinue en moi, voyageant le long de mon corps alors que je lâche un râle de contentement. C’en ai presque trop bon.

Sa voix ne tarde pas à monter et à emplir la chambre dans des gémissements loin d’être timides. L’entendre de cette façon me laisse un sentiment bizarre. Comme si je ne pourrais jamais me lasser de la faire ressortir ainsi… Si bien que je guide mes mouvements en conséquences, suivant avec attention les aigus échappés de sa gorge. Je l’entends à peine me demander pardon. Pourquoi ? J’hausse un sourcil, ralentissant légèrement le rythme pour essayer de comprendre. Trop perdu, je n’avais même pas senti ses ongles se raccrocher à ma peau. Rassuré, je secoue la tête, embrassant son front avant de prendre une meilleure prise sur ses jambes.

Trouvé.

Cette tâche qui le fait crier plus fort encore, à tel point que ses doigts deviennent blancs en s’enfonçant dans ma chair. J’aime l’expression de son visage alors que ses yeux s’écarquillent sous la surprise que lui laisse le plaisir. Il est beau Kyu, tellement beau en se fondant sous mes attentions.

« Ahw~ Ryu ! Recommences...»

Sa respiration, comme la mienne, s’accélère dangereusement. Mon corps tombe sur le sien sans que jamais je ne cesser d’heurter ce point qui le fait hurler. Est-ce que je pourrai mourir maintenant, sans avoir le moindre regret ? Probablement. Plus rien n’a d’importance, maintenant que je ne fais qu’un avec celui qui depuis toujours, en quelque sorte, m’appartient.

« Achèves-moi...»

Mon coeur loupe un battement avant de repartir dans sa course frénétique. Comment peut-il me parler de cette façon, dire ces mots avec cette voix si... Sensuelle... Je sens sa langue parcourir mes lèvres entrouvertes alors que son corps se redresse pour venir rejoindre le mien. Aussitôt, je l’aide, passant mes bras dans son dos trempé de sueur. Je le serre fortement, dévorant sa bouche de la mienne.

« Tes désirs… Sont des ordres Kyun’aaah… »

Très vite le souffle nous manque, et il rejette la tête, me laissant tout le loisir de m’amuser sur son cou blanc.

Pourrions-nous être plus proches encore des étoiles ? Je les vois presque, dansant autour de nous alors que la fin approche, inévitablement. C’est trop, bien trop pour tenir davantage. Je ne me sens pas prêt à quitter son corps chaud, à laisser aller ses lèvres. Je suis bien, au creux de ses bras. Comme si plus rien ne pouvait m’atteindre à présent. Qu’elle importance, ce qui m’attend à l’extérieur, il n’y a que Kyu Jung qui compte. J’ai beau tout faire pour retarder l’instant où je me libérerais, il est de plus en plus proche. Qui sait ce qu’il se passera une fois que ce sera fini ? Est-ce qu’il osera encore me regarder dans les yeux ? Est-ce qu’il sera capable de rire, comme il le faisait encore ce matin ? Et si…

Mais je n’ai pas le temps, ni l’envie d’ailleurs, de penser à après. C’est ce qu’il y a maintenant qui m’intéresse, et occupe tous mes sens. Cette fin, toute proche, délectable… Mais pas avant lui. Je veux le voir mourir de plaisir entre mes bras, exploser de bonheur jusqu’au dernier coup de rein… Je multiplie les attentions sur ses points sensibles, n’en omettant aucun. Tout pour le faire craquer.

« Kyu… Sois mignon… » souffle-je péniblement en enfouissant mon nez dans le creux de son épaules. « Montre moi… Le bien que je te fais~ »
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Dim 29 Sep - 23:20

Mon coeur. Mon coeur va me lâcher.

Les vagues de plaisir me submergent, brûlantes, puissantes, et terriblement...Agréables. J'ai l'impression de fondre comme neige au soleil, à chacun de ses coups de hanches. Pouvait-on ressentir quelque chose de plus intense que ce que je suis en train de vivre avec Ryu . Je ne le pense pas.

Ses râles de contentement échauffe mon bas-ventre comme s'il était sur le point d'exploser ? Est-ce que j'avais déjà dis à quel point la voix de Ryu était rauque, profonde et chaude, dans ces moments-là ? Je me sens incapable de m'en lasser, si bien que j'en redemande, et qu'il acquiesce à mes désirs.

« Tes désirs… Sont des ordres Kyun’aaah… »

Je me sens rougir à l'entente de son râles, ainsi qu'à ses mots. Mes désirs ? Il ne se rends pas compte qu'il est en train de les réaliser. Ses coups de hanches me font gémir une nouvelle fois, alors qu'il atteint ce point sensible qui me fais perdre toute dignité.
Rapidement, la pièce devient une fournaises, brûlante. Une ambiance érotique nous entoure, bien que je n'avoue n'être préoccupé que par mon meilleur ami qui malmène si délicieusement mon corps que j'en redemande, sans m'en rendre compte. C'est si agréable, je n'ai pas envie que ça s'arrête.
Pas tout de suite.
Et pourtant, le paroxysme s'approche lentement, et je sais que nous en sommes au même point, lui et moi.

« Kyu… Sois mignon… Montre moi… Le bien que je te fais~ »

Je respire plus bruyamment, à court d'air. Ses mots me font progressivement rougir. Non mais est-ce qu'il s'entend parler, cet idiot ? Arrête d'être aussi sexy. Aussi sensuel. Aussi...Aussi...
Je pose ma main avec douceur sur ses lèvres, frissonnant à leur contact, avant de soupirer d'une petite voix, tremblant entre ses bras :

« Tais-toi..

Je me mords la lèvre :

« Je...Je t'en supplie, Ryu...Tais-toi. »

Ma supplique ne trompe personne. Il est évident que sa voix me met dans tous mes états, ravageant mon esprit comme un ouragan. Je crois que j'aurais pu atteindre le septième ciel rien qu'en écoutant la sonorité de sa voix chaude comme le soleil. Alors couplé ça avec de tels mots, c'est fatal. Véritablement fatal. Alors, il faut que Ryu se taise, sinon je ne donne pas cher de l'état dans lequel il va me laisser. Un état particulièrement honteux pour moi.
Et pourtant, ses mouvements, son souffle, sa voix et son regard  ne mettent pas longtemps à me faire atteindre le point de non-retour. Ne le quittant plus des yeux, comme aimanté par Ryu, je noue mes bras autour de son cou, et colle doucement mon front contre le sien, une nouvelle fois. Cette fois, je ne me sens plus capable de tenir, et effleure ses lèvres avec les miennes, alors qu'une litanie de sons de plaisir s'en échappent :

« Ryu...Ryu...»

Je ne me sens plus capable de penser ou de dire autre chose que son prénom. Son unique prénom qui hante mon esprit, alors qu'un orgasme prend possession de moi, me brûlant les reins. Je commence à voie flou, alors que de l'humidité emplit mes pupilles, et sens mon corps s'échauffer, alors que j'atteins le septième ciel à cet instant précis, dans un ultime soupir de plaisir.

« ... »

Pantelant, le corps recouvert d'une pellicule de sueur, je me laisse doucement retomber sur le matelas, alors que ma cage thoracique est secoué par ma respiration haletante. Je geignis légèrement alors que je ressens un nouveau vide, Ryu Jeong ne me comblant plus. Pendant une seconde, une seule seconde, j'hésite quant à l'attitude à adopter. Tout est différent, à présent...
Mais pourtant si similaire.
Je me tourne légèrement sur le côté pour observer son meilleur ami. Il reprend doucement son souffle, lui aussi, et nos regards se croise. Alors que je me demandais quelques secondes auparavant comment j'étais censé réagir, comme un réflexe, ma bouche balance d'elle-même, avec un sourire en coin :

« T'es pas mauvais. »

...
Quel idiot. J'aurais voulu être un peu plus...
...
Plus quoi ? Romantique ? Aucun raison. Malgré tout, je sais que Ryu a dû entendre la tendresse qui transpirait de ma phrase. C'est un fait : Je l'adore. De tout mon coeur, j'adore ce type, si classe, cool, franc, et gentil. Je ne le remplacerais pour rien au monde, et j'espére sincèrement qu'il en est de même pour lui. Le jour où il se marierait, j'espérais être son témoin. Le jour où il aurait des gosses, s'il en avait, penserait-il à moi pour être parrain ?
Je l'espérais encore, car en cet instant, alors que je viens tout juste de faire l'amour avec mon meilleur ami, je n'espère qu'une seul chose.
Qu'il reste à jamais cette personne si importante dans mon coeur.

« J'ai un truc à te dire...»

Rien de niais. Pas de déclaration ou des sentiments mielleux. Pas de promesse. Juste une vérité inébranlable qu'il me semble indispensable de lui avouer. Si je dois être sincère, ce doit être maintenant, ou jamais.

«...T'es plus important que ma propre vie. »

Je n'ai pas l'intention de le coller. Pas l'intention de lui mettre des bâtons dans les roues. Je ne lui demanderais rien de plus que ce qui venait d'arriver. Je suis véritablement heureux du cadeau que nous venions de nous faire, et je garderais cet instant en mémoire jusqu'à la fin de mes jours.
Alors faites qu'il reste auprès de moi.
Il est trop indispensable dans ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité » Invité
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   Lun 30 Sep - 21:58

Je ne peux plus rien y faire. Il est si proche, je le sens tout autour de moi. Ses bras qui serrent mon cou, me ramenant fortement contre lui, front contre front. Luttant pour garder les yeux ouverts, et ne pas me laisser tomber dans la vague de plaisir qui menace de déferler entre nos deux corps, je l’admire. Je ne veux pas oublier cette expression, je ne veux pas effacer sa voix qui me supplie. Il répète mon nom, inlassablement. Comme si j’étais la seule personne qui compte, comme si son monde ne tournait qu’avec moi.  Et j’espère qu’il le sent aussi, à quel point je l’aime.

« Ryu...Ryu..

Je souris, fier d’entendre une telle mélodie entre nos lèvres qui se frôlent une dernière fois. Il se tend, se cambre, lâchant un gémissement qui ressemble fortement à un cri. Incapable de résister après ça, je me laisse aller à mon tour, enserrant sa taille entre mes bras pour le garder plus longtemps contre moi. Je me raccroche au corps brulant de mon cadet, essayant de ne pas me laisser emporter par la tempête qui vient me ravager. Tout semble tourner autour de moi, alors que je le sens enfin. Ce que je n’ai jamais réussi à atteindre auparavant, je m’y noie à présent. Dans cet océan de plaisir qui jusqu’alors n’était qu’une idée floue. Il est incommensurable. A m’en couper le souffle. Mon cœur aussi, semble sur le moins d’exploser, à battre si fort contre mes côtes.

Doucement, je laisse le corps pantelant de mon meilleur ami retourner contre le matelas, où il tente de retrouver une respiration normale. Je ne tarde pas à l’y rejoindre, après m’être lentement retiré, non sans lâcher un gémissement de mécontentement. Un manque, déjà. Mais c’est à bout de force que je m’effondre, dos contre le sommier. J’observe un instant mon torse luisant se soulever au rythme de mes inspirations saccadées.

Puis, je tourne la tête. Qu’est-ce qu’il va se passer à présent ? Lequel de nous deux osera rompre ce silence, qui n’est ni gênant, ni oppressant pour autant. Qu’est-ce qui a changé au fond ? Nous savons ce qu’il en est. Il n’y a pas de promesse cachée, pas de mots doux échangés sur l’oreiller. Pas vrai ? Alors… Je n’ai pas à m’inquiéter… Pourtant, mon estomac se serra lorsque le plaisir laisse place à la réalité. Il me regarde, lui aussi. Nos regards se croisent, s’accrochent longuement. Et je ne peux m’empêcher de sourire. Evidemment. C’est Kyu Jung, mon Kyu Jung.  

« T'es pas mauvais. »

J’arque un sourcil, mimant un air offensé. Pas mauvais ? C’est tout ce qu’il trouve à dire, alors que je viens de lui faire prendre son pied comme jamais personne n’osera le toucher. Et tout ce qu’il me trouve à dire c’est t’es pas mauvais. Je soupire, me tournant en m’appuyant sur mon coude afin de mieux le voir. Là, je plonge dans ses yeux noirs emplis d’une tendresse à peine dissimulée, avant de répondre aussi sérieusement que possible.

« Tu n’es pas trop mal non plus pour un débutant. Après quelques séances d’entrainements, tu feras probablement des progrès Choi. »

J’observe sa tête, me délectant de ses joues roses. Sait-il ce que je pense réellement ? Que si je m’écoutais, je recommencerais, encore et encore… ? Il n’y a pas le moindre doute. Après tout, on n’a pas vraiment besoin de mots. On sait déjà, tout ce qu’il y a à savoir.

« Tu n’as aucun romantisme, tu le sais ça ? » souffle-je en me recouvrant des draps, maintenant que la température commence doucement à redescendre.

Comme si nous en avions besoin.

Il n’est pas comme ça, et je ne lui demanderais jamais de l’être. Il n’y a aucune raison, pas avec moi. Qu’il garde ça pour le grand amour qu’il rencontrera d’ici quelques années. Celui avec qui il partagera des nuits chaudes et endiablées, - dont j’écouterais chaque détail -, celui avec qui il voudra se réveiller chaque matin, - et qui lui offrira son muffin au chocolat à ma place -,  celui qui le fera sourire avec plus d’éclats que je ne lui en donne déjà. Pour ma part, je le regarderai avec cet air fier qu’ont les parents devant leur enfant qui grandit. Parce que je serais toujours là. Que ce soit pour les bons, ou les mauvais moments. Kyu Jung trouvera toujours mon épaule pour pleurer, mon bras pour s’appuyer, et ma main pour se rassurer. Je le sais, aujourd’hui plus que jamais. Nos destins sont liés, et ne se dénoueront jamais.

« J'ai un truc à te dire...
- Tu vas m’avouer que tu m’aimes depuis le premier jour ? »

Je me fige, tournant lentement le regard vers lui. Il a l’air sérieux, décidé, ce qui me pousse à me taire et à l’écouter. Quoiqu’il arrive.

«...T'es plus important que ma propre vie. »

Je reste immobile, osant à peine respirer. Ses mots font leur place dans ma tête, avant de descendre se fondre dans mon cœur. Je sens même les larmes venir doucement piquer mes yeux. Quel crétin, ce gosse. Sans plus y réfléchir, j’attrape sa nuque et le ramène contre moi. Avec autant de douceur dont je suis capable, je le serre dans mes bras, le câlinant comme je ne l’ai jamais fait jusqu’à maintenant. Le nez enfoui dans ses cheveux. J’ai compris le sens, évidemment. Il ne s’agit pas d’une déclaration d’amour, c’est bien plus que ça. C’est une vérité qui frappe chaque parcelle de mon âme. Je crois qu’il a réussi à mettre des termes sur ce que je cherchais à décrire depuis le début de notre relation. L’importance de sa place dans ma vie. Elle me paraitrait si fade, si morne, si sombre, s’il n’était pas là pour la vivre à mes côtés. Indispensable. Irremplaçable.  

« Merci… Merci Kyun’ah… »

Pour tout. Pour faire parti de ma vie. Pour n’importe quoi. Pour être toi.

Parce que je t’aime, et que tu dois le savoir.

Un jour, oui, tu sauras. Je trouverai le courage de te raconter mon histoire, de te dire tout ce que tu ne comprends pas mais que tu n'oses pas demander pour autant. Je t'avouerai avoir longtemps prié pour que tu sois cette âme qui doit me compléter. Je te demanderai pardon, et encore une fois, je me mettrai à genoux pour te remercier.

« Au fait. Panique pas hein, mais je crois que Jong In est rentré depuis un moment maintenant. » murmure-je avec un grand sourire.

Vraiment. Idiot.
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »
MessageSujet: Re: "Let's play a new game, ok?" [Sweets]   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Let's play a new game, ok?" [Sweets]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Let's play a new game, ok?" [Sweets]
» ╳ wash — LET'S PLAY A LOVE GAME.
» SAINT SEIYA TRAD CARD GAME ONLINE ARMY OF THE GODS
» Wanna play a game ?
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Fusion :: The beginning :: Brushed papers :: Anciens RPs-